Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Roland HUREAUX

MrHureaux

Recherche

Articles Récents

Liens

25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 21:11

 

 

       

The catholic  French who consider as obvious that  a Christian  has to be “for Europe” (1)  should not miss being astonished that the countries which pose today the most problems with the European process of integration are Poland and Ireland. Admittedly Poland, which had art to multiply the objections at the time of the Kaszinski brothers,  calmed itself  since the return of the liberals  in power (2). But Ireland, the very catholic Ireland, has just inflicted “one   snub in Europe” as say the leader-writers called to comment on the results of the referendum of June 11, 2008 which saw this small country of hardly 5 million inhabitants voting no to the treaty of Lisbon, re-examined and hardly corrected version of the late European Constitution.

That countries reputed a  the most catholic of Europe are also the most reticent with European construction, at the origins of which many saw, wrongly or rightly, the hand of the Vatican, is carrying a double lesson, at the same time on  Catholicism and on Europe.

 

Catholicism and resistance

 

Many sticks to the traditional diagram according to which the catholic Church is initially an authoritative organization, liking   great organic structures, yesterday the   Holy German Empire, today the European Union. Poland and Ireland are held, from this point of view, for two special cases  where as well  adhesion with the catholic religion as the spirit of rebellion are explained by a very singular history, that several centuries of oppression where religious adhesion  was used as catalyst with national resistance.  That this history did ones and others of the “hard heads”, hostile even to  the best projects, like European construction,  these countries remain, will say one,  exceptions. Some would add, scorning,  that Catholicism having left them a long time in ignorance and  superstition, that they are restive with  progress of the Lights incarnated by the European project could not astonish. With the risk to forget that France,  also of catholic tradition, but to  which one could not make the reproach be unaware of the Lights had already  said  “no to  Europe” on May 29, 2005 ! Without speaking about the Netherlands of Protestant tradition.

This scorning attitude is not  different from those of the French, ultra counter-revolutionaries,    who showed themselves  , though catholic, reticent in front of the Polish revolution of 1830, considering  it as  a subversion of Europe of  the Holy Alliance and thus a distorsion with the principle of authority.   The same ones left the republican party, generally  anticlerical, alone to support the Poland catholics.   

Useless to say how much these designs are reducing. We do not think, for our part,  that it is necessary to see in the Irish and Polish exceptions.

First because these countries, in spite of their situation at the margins of Europe (if one puts aside  Russia, which should be discussed),  contributed an eminent share to the history of Christian Europe. Without going up until the part played by the Irish monks in the conservation of  the Latin heritage   at the time of  barbarian darkness, who can ignore  the eminent contribution of Ireland to the building of the United States, to the missions overseas, and as well  the  English  litterature?  For the country of Copernic, Jean Sobieski and Jean-Paul II, who could deny its role  in the European history?

Second, the history of these countries is not as exceptional as one believes. It is not true that the catholic Church has in any time favoured the party of the order. Let us forget its early alliance with the barbarians kingdoms which made fly in glares  Roman Empire. Italy of the Middle Ages, though the center of Christendom, lived in a continual disorder. The Italian cities were already republican . The popes did not play a small part in   weakening  along centuries  the emperors of Germany, until also plunging this country in anarchy. The very positive  Machiavel reproached papacy this destroying role. On the contrary, Protestantism consolidated the capacity of the princes in Germany of XVIe century, as orthodoxy consolidated  Russian Empire. In France, vis-a-vis an aristocracy in majority gained by the reform,  the Ligue, organization formally directed by the duke of Guise  but  with  a  strong popular component which defended nozzle and nails Catholicism. The sociology of the Parisian Members of the Ligue of 1590  preceded  moreover  that of the Jacobins of 1792. Ultimately the alliance of the Church with the party of the order, in spite of the emblematic figures of  Constantin  and  of Charlemagne (this last,  so obligingly called upon in Brussels),   was in the history of Europe, rather the exception than the rule. Exception,   Spain of XVIe sicle;   exception,   France of the XVIIe century: it is not  just by chance that  these two countries where the alliance of the Church and the Crown had been narrower than everywhere else,  saw the most violent anticlerical convulsions of the European history: France in 1789, Spain in 1936?

The genius of Chateaubriant had  perceived well, against his  reactionary  contemporaries , this multisecular  pact  between Christianity and the spirit of freedom: “freedom is on the cross of Christ; it goes down from there with him”;  “ the evangelic genius is eminently favorable to freedom” (3).

 

Vis-a-vis an imperial project

 

Here is for Catholicism. For  Europe, one will say: the first goal of this entreprise, such as the Fathers founders conceived it, is to exceed the national competition to found peace, and to promote close co-operations to ensure prosperity. Is such project so    oppressive so that people liking freedom as the Irish people can refuse it? Europe is not the British Empire, it is not the Russian “prison of the people” nor, at least one expects , the expression of  triumphing germanism  (neither the Irishmen, nor the Poles are the germans  and  they had on the contrary to fight against germanic neighbours  ).

Initially, Jean-Jacques Rousseau said:  any too geographically wide political entity  is inapt for   democracy; this one is  only possible in small republics like that of Geneva. “More the State increases, he says ,  more the government must be tightened” (4)  . Following the rousseauist logic, even if European Union , though  it does not  have formally the quality of empire, the democracy is   technically  difficult to organize in it ;  controlling of a so vast unit is likely to move away   concerns  of the component people:  Is it not what   we see  today?  Rather than to fulminate against  the low capacity of listening of the European Commission as does  Nicolas Sarkozy,   we should  wonder  whether, in a so vast unit that Europe of twenty-seven, such  separation  between the ruling class and the people  is not  intrinsic and thus irremediable?

The more so as the reality of the European project does not fail to let plane some doubts about its really liberal character: not only one sees proliferating more and more complicated and invading regulations , as  already Margaret Thatcher and the school of Bruges denounced, but one sees more and more  at work  an open refusal of the democracy itself:   with what a sufficiency the partisans of all edges of the treaty of Lisbon   deny any value to  the Irish referendum, as they denied it to  the French and Dutch referendums! They  arrogantly  require to-day  that this country revote until it  says yes - that it is, if one dares such statement,  “submitted to the question”  until it acknowledges that at the bottom it is not hostile to the treaty of Lisbon!  

This refusal of democracy on behalf of people who consider themselves  , according to the Leninist schedule, like one  “enlightened avant-garde” leading Europe in a promethean transformation process , is  enough  to show how  ideological is  the European project, if not such as it was in the beginning, at least such as it became today? Not only  the  Polish and Czech people  see some king of  analogy  between the European and  the Soviet project  , this is also recognized  by dissidents of the old Soviet empire like Alexandre Zinoviev or Vladimir Boukovski. “It is astonishing, says the latter , that after having buried a monster, the Soviet Union ,  one builds a similar whole of it,  the European Union”, and Boukovski  underlines  that one like  the other   were or are   directed by a score of not elected people.

All the dissidents who expressed themselves perceived  the analogy between  the European project and the Soviet project - without it being necessary to  put an equivalence between the brutal repression of the oppositions in the Soviet system and the insidious but more benign disqualification  of the dissidents of  the  political correctness  in the European system.  

The instinct of freedom is one, it is frank, it is  clear ,  it does not compromise.  It forms part,  much more than  mirific projects of subverting  the nations, of the genius of Europe. But contrarily to the legend , Catholicism  was historically  rather the ally  of this spirit of freedom that its antithesis. That two   very  catholic countries  are opposed to the increasingly extravagant building that the authorities of Brussels are obstinated to erect,    is far  to be  an accident  or a peripheral phenomenon. It is on the contrary the expression of the hidden truth of the  European project. Those who have got through a  long   experience  of oppression know,  better   that others, how  to recognize the multiple faces which it takes. In spite of all,  these small rebellious people express  the best of  the  genius of Europe: the spirit of freedom.

 

                                            Roland HUREAUX

 

1. We do not take again naturally on our account these expressions of everyday usage . Quite to the contrary we think that they are the adversaries of supranational  Europe  who defend civilization European, founded on diversity and freedom.

 

2. And even the Polish Prime Minister Donald Tusk was annoyingly distinguished a few days ago by being made the speaking pipe of the Commission to answer with a not very diplomatic violence the remarks of Nicolas Sarkozy.

 

3. We develop this aspect of the thought of Chateaubriand  in:   Roland Hureaux, Actuality of  gaullism, chapter II: “The sources of the Gaullism:  Chateaubriant and catholic liberalism”, page 49 sq., François-Xavier de Guibert, 2007

 

4. These ideas are developed in: Jean-Jacques Rousseau, The social contract, Part  III, chapter VIII. The United States seems to be an exception to the principle stated by J.J.Rousseau: that democracy is impossible democracy in a too great unit. At least up to now…

 

 

 

Repost 0
Published by france
commenter cet article
25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 21:09

Bemisst man die Wirksamkeit einer politischen Aktion an dem medialen Echo, das sie hervorruft, dann hat die Exkommunikation durch Papst Benedikt den XVI ihr Ziel erreicht, zwar auf eine Art, die er selbst gern vermieden hätte.

Der Teufel hat da ins Handwerk gefuscht: denn das, was nur eine kirchliche Angelegenheit sein sollte, hat eine andere Dimension bekommen durch die absurden Beiträge eines der betroffenen vier Bischöfe mit der Leugnung der Judenvernichtung durch Hitler.(1)

Man kann sich schon fragen, was ausgerechnet zu diesem Moment ein schismatischer englischer Bischof, der in Argentinien lebt, bei einem schwedischen TV-Sender macht. Manipulation beiseite, diese skandalösen Behauptungen sind gemacht worden, und der Papst, selbst wenn er sie nicht kannte (2), hätte von den Ideen dieses Individuums wissen müssen.

Die soziale, politische und intellektuelle Abgrenzung, in der seit vielen Jahren die Traditionalisten à la Mgr Lefèvre leben, hat dunkle Fantasien hervorgebracht. Der Papst hat zweifellos durch das Aufheben der Exkommunikation frischen Wind in den alten gothischen Turm bringen wollen. Das gefällt meistens denen, die darin wohnen nicht. Und aus diesem so durchlüfteten Turm erhebt sich nicht immer – man verzeihe mir das Walt Disney Bild – Dornröschen, vielmehr laute, seltsame Gestalten; wir sprechen von Gedanken, nicht von Menschen, auch wenn diese sehr zu tadeln sind.

Muss sich deshalb der Papst zurückhalten?

Wenn es nur darum ginge, das von Lefèvre ausgehende Schisma zu verkleinern, dann vielleicht.Noch dazu wo das Ende der Operation nicht abzusehen ist: es ist aber eine Sanktion der Nachsicht – leider sieht das kanonische Recht sie nicht für Dummheit vor –die keineswegs die sofortige Wiedereingliederung in die Kirche bedeutet, noch den Betroffenen auch nur die geringste Verantwortung überträgt.

Auszuschließen sind auch die dummen Behauptungen, die extreme Rechte würde damit in die Kirche eindringen, oder gar die verachtenswerten Anspielungen auf antisemitische Tendenzen des Papstes. Dagegen spricht alles, was er geschrieben hat und Joseph Ratzinger hat sicher nicht vergessen, wie er als 15jähriger mit Fußtritten und unter Hohngelächter der SS verjagt wurde, als er ihnen mitteilte, in den kirchlichen Dienst einzutreten und nicht zu ihnen gehören zu wollen.

 

Orient und Okzident

Man kann diese hoch risikoreiche Initiative nur verstehen, wenn man sie in den größeren Rahmen eines päpstlichen Planes stellt.

Das große Ziel seines Pontifikats ist die Aussöhnung mit der orthodoxen Kirche. Wie sein Vorgänger hält er sie für die östliche Lunge der europäischen Christenheit und die Trennung erscheint ihm unnatürlich. Er hat hingegen nicht die Nachteile seines Vorgängers: er ist nicht Pole, was einen Russen immer stört. Das Ende dieses Planes würde zweifellos die geopolitische Ordnung in Frage stellen, die seit langem von der nordwestlichen angelsächsisch-prostestantischen Richtung beherrscht wird.(3) Ein solches Projekt widerspricht ausdrücklich der Geographie eines Samuel Huntington.Für ihn besteht in seiner Theorie des Schocks der Zivilisationen eine tiefe Zäsur zwischen dem katholischen, reformierten Westen und dem orthodoxen Osten. Wenn auch der Jugoslavienkrieg diese Trennung bestärkt, so übernehmen die Theologen sie nicht.Sie meinen, dass die Differenzen zwischen Katholiken und Orthodoxen geringer sind als die, die Rom von der Reformation trennen.

Ohne diese Perspektive kann man die Zurückhaltung des Heiligen Stuhls beim Georgienkrieg nicht verstehen, aber auch nicht sein Beharren darauf, das traditionalistische Schisma zu verringern.

Wie kann man vorgeben, sich mit denen zu versöhnen, die im 11.Jahrhundert stehengeblieben sind, wenn man im eigenen Bereich nicht fähig ist es mit denen zu tun, die im 16.Jh.stehen? Das haben sicherlich, zwar mit anderen Worten, die Orthodoxen dem Papst gesagt.

Abgesehen von ihrer geopolitischen Tragweite weist diese Problematik auch auf die neuen Wege der Ökumene hin. Für den „fortschrittlichen“ Sektor auf diesem Gebiet, der in der Kirche in den sechziger und siebziger Jahren den Ton angab, war der privilegierte Ansprechpartner der liberale Protestantismus, auch wenn es nicht offen gesagt wurde.Für viele unter ihnen wurde dem Katholizismus vorgeschlagen, in der Folge des 2.Vatikanums, diesem Liberalismus ähnlicher zu werden.

Ist dieser Weg noch sinnvoll? Man kann es sich fragen angesichts der Auflösungserscheinungen des Gesprächspartners, der erdrückt wird von einer Evangelikalen-Bewegung, die inbezug auf die Naturwissenschaften obskurer ist, als es Rom je war. Die betrübliche Entwicklung eines Mgr Williamson zeigt auf ihre Weise die Grenzen des Anglikanismus.

Der Protestantismus, der über 5oo Jahre sein Gleichgewicht gefunden hatte, erscheint heute wie ein unstabiles Molekül: einige von den Engagierten wie Frère Roger, der ehemalige Abt von Taizé, oder Pater Viot, der ehemalige lutherische Bischof von Paris, nähern sich dem Katholizismus. Aber die Mehrheit verblasst und erscheint immer säkularisierter.

Das trifft auch die Mitte des Katholizismus.Im allgemeinen Glaubensschwund löst sich der linke Flügel immer mehr auf. Martine Aubray konnte noch 1995 mit den Freidenkern gegen den Besuch des Papstes in Reims protestieren, aber sie kann nicht mehr behaupten wie noch ihr Vater Jacques Delors, ein echter Linkskatholik, vom französischen Episkopat gehört zu werden. Das Gefühl einer Entwicklung nach rechts in der Kirche hat nichts zu tun mit einer vermuteten Kontrolle durch die extreme Rechte.

Wenn die katholische Kirche die Einheit der Kirchen vorantreiben will, so hat sie keine Wahl: mit den Liberalen geht es nicht mehr. Die einen streiten sich über diesen oder jenen Ritus, die anderen um die wörtliche Interpretation der Bibel, vor allem des Schöpfungsberichts, was selbst der Heilige Augustinus im 4.Jh.schon ablehnte. Die nichtchristlichen Religionen, mit denen der Dialog weitergeht, folgen meistens verschiedenen Formen der Wortwörtlichkeit. Diese hat der Papst gerade in seiner Pariser Rede angegriffen, indem er daran erinnerte, dass jeder Text, so heilig er sein möge, in der europäischen Tradition der Interpretation bedarf.

Die ausgestreckte Hand zu den Lefèvre-Anhängern ist ein großes Risiko. Er hat es getan,weil es für ihn mehr als eine rein kirchliche Angelegenheit ist.

                                              
                                                                                 Roland Hureaux

 

 

NOTEN

1. Die drei anderen, auch sehr reaktionär, haben sich davon losgesagt.

2. Dem Papst sollte man glauben, wenn er sagt, von diesen Behauptungen nichts gewusst zu haben.Aber gilt das auch für alle Mitglieder der Kurie?

3. Deshalb auch die große Attacke im Spiegel. Der Protestantismus in Norddt.ist heute weitgehend säkularisiert.Die Ergebnisse der Wahlen von 1932+33 zeigen,dass er der Nazi-Ideologie weniger Widerstand leistete als das kath.Bayern.

 

Repost 0
Published by france
commenter cet article
25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 21:06

A l’approche du Tour de France,  on peut  comparer l’euro à un peloton qui voudrait escalader le Tourmalet en imposant à chaque coureur le même braquet.

Il est clair que le peloton ne pourrait dans ce cas  rester groupé indéfiniment.

Une monnaie est à un peuple ce que le braquet est à un coureur. En fonction de sa constitution physique, un coureur réalisera ses meilleures performances avec un petit braquet, là où un autre ira à la même vitesse mais avec un gros braquet. Cela n’a rien de déshonorant pour le premier qui peut même arriver avant l’autre au sommet.

Du fait de sa structure économique, de sa sociologie, de son histoire, chaque société a ainsi son taux d’inflation « naturel » (et donc une monnaie plus ou moins forte) et, s’il s’en éloigne, son économie en pâtit.

La France n’a nullement à rougir sur ce plan là : le comportement du franc sur la longue période est à peu près le même que celui du dollar. En 1958, 1$ = 5 F ; aujourd’hui, en traduisant l’euro en franc, 1 £ = toujours 5 F. De même la livre. La lire et la peseta ont eu un comportement un peu moins bon depuis 50 ans mais elles appartiennent à la même famille.

Seul le mark a eu, au cours du demi-siècle écoulé,  une évolution  aberrante ( au sens statistique)  en se réévaluant d’un facteur 3,5 par rapport au franc, à la livre et au dollar. Ce comportement atypique   résulte d’un « traumatisme de la petite enfance » qui a touché la société allemande : les crises d’inflation galopante de 1923 et 1947, des crises  nous n’avons pas connues en France, au moins depuis la Révolution. Il est également fondé sur le fait que l’Allemagne est en monopole sur un certain nombre de biens qu’elle exporte , comme les machines-outils,  et a donc intérêt à les vendre cher,  alors que les autres pays,  plus exposés à la concurrence mondiale ont intérêt à vendre  bon marché.  Quand la Chine saura faire les mêmes machines qu’elle, l’Allemagne tombera de haut !  

L’Allemagne était si viscéralement attachée au mark que François Mitterrand n’a obtenu son ralliement au projet français de  l’euro qu’à condition que l’euro ne soit rien d’autre que le mark repeint. Nos inspecteurs des finances, qui peuvent finir premiers de l’ENA sans jamais avoir étudié l’économie, Trichet en tête, avaient trouvé cela très bien : pour eux la stabilité monétaire est l’alpha et l’oméga de la bonne gestion macroéconomique. F.Mitterrand qui, lui aussi,  ignorait l’économie, avait cru arrimer ainsi l’Allemagne à la France alors que c’est  le contraire qui s’est passé.

La France aurait pu se rattraper en obtenant au départ un bon avantage comparatif en entrant dans l’euro avec un  franc dévalué. La vanité française aidant, nous avons fait le contraire et sommes entrés avec un taux favorable au franc et donc défavorable à l’économie française.

Le résultat ne s’est pas fait attendre : la croissance française qui avait toujours été supérieure à la moyenne européenne jusque là, est devenue inférieure à cette moyenne depuis notre entrée dans l’euro (et même dès 1993, début de  la politique du franc fort, exercice préparatoire  à l’euro).  

Compte tenu de ces données, tous les prix Nobel d’économie avaient  annoncé alors que l’euro ne tiendrait pas la distance.

La  théorie des « zones monétaires optimales » prévoit en effet que pour qu’un espace géographique partage la même monnaie, il faut qu’il y ait dans cet espace une certaine homogénéité de comportement – ou bien des transferts massifs d’une région l’autre comme il y en a eu par exemple de l’Allemagne de  l’Ouest vers l’Allemagne de l’Est. Aucune de ces conditions n’est réalisée en Europe.

Quand se produira la rupture de l’euro et à l’initiative de qui ?

Tant que leur notation ne s’est pas trop dégradée, les pays inflationnistes (les pays méditerranéens et aujourd’hui la France) n’ont pas intérêt à rompre : certes leur balance du commerce se dégrade à grande vitesse mais  ils peuvent régler leur déficit en euros, de même que  les Américains règlent le leur en dollars.

Le seul pays qui aurait intérêt à sortir vite de l’euro est l’Allemagne  puisqu’elle porte le poids des déficits des autres. Dans ce cas, l’euro ne disparaitrait pas ; il redeviendrait ce qu’il  était au départ : le mark.

Pour reprendre une comparaison montagnarde, grâce à l’euro les différents pays sont au rappel. Les moins doués risquent de décrocher mais le premier de cordée peut être aussi tenté de  couper la corde avant d’être entraîné par les autres dans le vide  (un vide tout relatif puisque il  ne s’agirait que d’une spirale inflationniste).

Mais l’euro fut dès le départ  une création politique. Il le reste.  C’est pourquoi, pour des raisons politiques, l’euro bénéficiera sans doute d’un acharnement thérapeutique qui le fera durer plus longtemps que ce que le voudrait la raison économique.

Le choc décisif sera, non point la chute du dollar, encore très hypothétique,  mais la relance d’une inflation forte qui suivra vraisemblablement  le début de la  reprise  - en raison de l’expansion de  la masse monétaire qu’entraînent  un peu  partout  les plans de relance.

La disparition de l’euro posera  beaucoup de problèmes : en quelle monnaie l’Etat français remboursera-t-il les dettes contractées sur le marché international ?  Dans l’immédiat, le niveau de vie des Français en prendrait un coup par  le renchérissement des produits importés et la nécessité de rééquilibrer notre balance des paiements ; le franc rétabli (ou l’euro français  comme on voudra) sera plus exposé à la spéculation internationale. Mais ce serait aussi une épreuve de vérité pour obliger la France à prendre en mains son seul véritable problème : la désindustrialisation.

En cas de rupture de l’euro, le traumatisme politique serait considérable. On peut se demander combien de temps  l’édifice communautaire  lui survivrait.

 
                                               Roland HUREAUX   

Repost 0
Published by france
commenter cet article
25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 21:00

 

Victoire de l’UMP, des Verts, défaite du PS  et du Modem, déconfiture des « souverainistes »,  au moins ceux de droite : voilà comment est présenté le résultat des dernières élections européennes. Tout cela est vrai puisque c’est ainsi que l’a perçu - ou qu’on l’a fait percevoir  à l’opinion. En politique, la manière dont les choses sont perçues est une  part de la vérité : esse est percipi. 

Et pourtant que d’illusions dans cette  perception !

Défaite des « souverainistes » ?  Certes,  le déclin du Front national est confirmé, le MPF et DLR payent le prix de leur division suicidaire : seul Villiers survit  - affaibli.  Mais le fait massif  de ces élections est tout de même le taux d’  abstention : 59, 2  % soit, en raccourci,   le pourcentage d’électeurs  qui répondent dans les sondages  qu’  ils voteraient aujourd’hui non à la constitution européenne.  De 1979 à 2009, le taux de participation aux européennes n’a cessé de dégringoler de scrutin en scrutin pour  perdre en trente ans  près de 20%. Et que l’on ne s’y trompe pas : il ne s’agit pas seulement  là d’indifférence. Comment ne pas ressentir  l’ hostilité sourde  à la machine européenne  qui sous-tend ce  retrait massif  ? Comment ne pas y percevoir la crise profonde de la démocratie  qu’induit le processus européen ? Et comment ne pas  comprendre la désaffection  des électeurs qui, en 2005, avaient voté non  au traité constitutionnel à 55 % , quand ne sont invités à débattre sur les plateaux de télévision que des partisans du oui  ou quand on nous dit que le libéral  Barroso sera reconduit comme président de la commission que les élections en Europe soient gagnées par la droite ou par la gauche ?   

Victoire de l’UMP ?  Mais compte tenu des abstentions, c’est 11, 5 % du corps électoral seulement  qui s’est déplacé pour donner un satisfecit au pouvoir en place,  et encore ceux qui votent  malgré tout  quand l’abstention est forte sont  les personnes âgées   naturellement légitimistes.  Les classes jeunes et actives se sont au contraire massivement abstenues. On frémit à entendre  que le gouvernement  disposerait    dans un tel résultat d’ un blanc seing pour « poursuivre la  modernisation de la France » !

Victoire des Verts ?  Peut-on encore le dire avec  6,4 % du corps électoral ? Succès  tout de même, surtout dans les villes où les « bobos » ont voté  vert  pour sanctionner le parti socialiste, d’autant que ce vote  était à peu près la seule manière de faire passer dans cette élection sans enjeu un message ayant quelque contenu, message dont la projection  du   film d’Artus-Bertrand a  rappelé l’urgence. Une projection pas innocente bien entendu d’autant que Sarkozy et Cohn-Bendit se rencontrent. Victoire  ambiguë tout de même: Cohn-Bendit et Bové, les deux figures emblématiques des Verts,  ne sont à peu près d’accord sur rien s’agissant de l’Europe. Victoire éphémère sans doute,  issue davantage d’une addition de circonstances que d’une véritable adhésion.

L’échec bien réel  de Bayrou ne vient nullement, selon nous,  de son antisarkozysme supposé primaire. Encore moins de sa riposte  maladroite à l’agression odieuse de Cohn-Bendit, bien dans la ligne des  méthodes  de déstabilisation à la Vichinsky,   à base de familiarité grossière et d’injure,  dont il faisait  un si efficace usage dans les amphis en mai  1968.  Loin d’avoir trop déserté le terrain européen,  François  Bayrou n’a  pu empêcher le gros de ses troupes, Marielle de Sarnez en tête,  de quitter la posture « populiste du centre » qui lui avait si bien réussi en 2007,  pour revenir à sa pente  naturelle: une  surenchère européenne qui n’était pas précisément ce que l’opinion attendait. Intrinsèquement, l’Europe n’était-elle d’ailleurs  pas, pour le Modem,  le plus mauvais terrain pour  se démarquer  de l’ « UMPS » qu’il dénonce ?  

Quant au parti socialiste, sa défaite est la sanction méritée de ses divisions, de son absence dramatique d’idées et de la grisaille technocratique qu’incarne si bien Martine Aubry, grisaille si judicieusement pointée du doigt par Emmanuel Todd dans un essai récent.   Au demeurant comment le parti de Guesde et de Jaurès ne paierait-il pas le prix fort, en pleine crise économique internationale, d’être  devenu celui de Strauss-Kahn et de Lamy, les deux papes du capitalisme mondialisé  ? 

Pourtant, s’agissant du PS,  ces résultats ne préjugent  en rien de la suite : considérant que  ni Cohn-Bendit ni Mélenchon et encore moins Besancenot ne représentent une alternative crédible à gauche, il est à ce  scrutin une gagnante  qu’on ne saurait négliger : Ségolène Royal qui  voit Martine Aubry affaiblie en interne et François Bayrou  en externe. Or on ne voit pas comment   le président  Sarkozy, la crise et l’usure du pouvoir aidant,  pourrait reconquérir  une part suffisante  des 88,5  % d’ électeurs qui n’ont pas daigné voter  pour les listes UMP aux européennes.   La présidente de Poitou-Charentes  risque ainsi  d’apparaitre  le moment venu, pour le meilleur et pour le pire, non seulement comme  la candidate naturelle du PS , mais aussi, sauf fait nouveau à ce jour imprévisible,  comme  l’unique moyen pour les Français de sanctionner le président sortant, sachant qu’en démocratie -  ce scrutin vient de le confirmer par le truchement des abstentions -  on vote  plus souvent  contre que pour.

 

                                                Roland HUREAUX  

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by france
commenter cet article
25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 20:59

 

Sans doute les moralistes - qui sont toujours légion dès qu’il s’agit de l’Afrique -  trouveront beaucoup à redire à l’évocation du président Bongo, le dernier des dinosaures    africains de la mouvance française : une démocratie approximative, la disparition suspecte de quelques opposants  - et même d’un amant de sa première femme ! - , des frasques tarifées un peu voyantes,  un enrichissement personnel fabuleux, d’autant plus facile que le Gabon s’avéra  très vite regorger de  pétrole etc.

A propos de corruption, l’anecdote suivante : les ambassadeurs de l’Union européenne ayant été mandatés pour faire collectivement des remontrances en la matière aux chefs d’Etat africains (en Afrique, quand l’Europe parle d’une seule voix, c’ est pour faire la morale ! ) , Bongo les reçut courtoisement  mais  leur répondit , ironique, que si le sujet les intéressait, il pouvait , lui,  leur parler pendant des heures de la corruption en France. Après tout, à une autre stade de développement, Mazarin, Colbert, Louvois s’étaient eux aussi considérablement enrichis aux affaires.

On dira  que le pays n’a guère profité de la manne pétrolière pour se développer. Mais le développement, on le sait maintenant ,  est affaire de culture,  pas d’argent ni de ressources naturelles. Il faut relire Céline et Simenon sur ce sujet :  l’Afrique équatoriale sortait tout juste de la préhistoire à l’arrivée des colons français. Ne soyons pas trop pressés.    

Les anticolonialistes dénonceront le  vassal de l’ancienne puissance coloniale. Mais qui fut le vassal de qui ? A lire les livres de Pierre Péan  sur les compromissions douteuses de la  « Françafrique », on se demande qui manipulait qui :  Paris Libreville ou bien plutôt Libreville Paris ? Avec des hommes comme Houphouët-Boigny et Bongo, l’Afrique était sans doute plus influente en France, notamment par le biais des financements électoraux occultes, que le France en Afrique. Preuve que les  Français ne sont pas racistes. Cette relation inversée eut   été impensable en Angleterre !  

Peut-être  cette osmose équivoque  valait-elle mieux en définitive pour les jeunes nations  africaines que le ressentiment stérile de certaines autres. Les diplomates étrangers en visite au palais présidentiel étaient épatés  que figure dans l’antichambre du président Bongo   les portraits de tous les gouverneurs de la colonie qui avaient exercé le pouvoir avant lui. Il répondait à ceux qui s’en étonnaient qu’il lui paraissait   normal de rendre hommage à des hommes qui avaient construit le pays.

Mais plus important que les anciens gouverneurs, il y avait la figure tutélaire du général de Gaulle. Quand le   premier président du Gabon,  Léon M’ba,    se vit atteint d’une maladie incurable, le jeune Bongo fut envoyé à Paris. A sa grande surprise, il fut introduit par Foccart dans le bureau du général : c’était ni plus ni moins qu’un examen de passage  L’examen fut apparemment positif puisque, peu de  temps après,  en 1967, Bongo était appelé à la tête de l’Etat .

Pourquoi Omar Bongo ? Arrivé au pouvoir sous le nom d’Albert Bongo, le président défunt se convertit très vite à l’islam. Pourquoi donc dans un pays où il y a des communautés chrétiennes vivantes, des animistes et   pratiquement pas de musulmans ? Il est vrai que Bongo n’était guère attaché au christianisme. Il différait en cela de Houphouët-Boigny qui, en construisant la basilique de Yamoussoukro, voulut, au soir de sa vie, poser un grand acte militant.  Là où d’autres furent initiés à la culture européenne par les missionnaires, Bongo reconnaissait tout devoir à un de ces vieux fonctionnaires francs-maçons des contributions indirectes, qui,  autant que nos marins, nos instituteurs ou  nos prêtres,  faisaient le charme de l’Empire colonial français.

Plus que d’une crise mystique, cette conversion semble avoir résulté d’un calcul politique. Bongo comprit que les pays chrétiens ne lui en voudraient pas de devenir musulman mais que les pays musulmans, eux,  lui en sauraient gré. Ils lui pardonneraient ainsi les liens maintenus avec la  France.  Surtout  quand il eut fait  le pèlerinage à La Mecque, el Hadj Omar  put ouvrir  sa diplomatie à tout le monde arabo-musulman et comme le Gabon,   très peu peuplé ( moins d’ un million et demi d’habitants),  ressemble fort  à un émirat du Golfe persique , il put se rapprocher, grâce à l’islam, des pays de l’OPEP.

Cela n’empêcha pas le président du Gabon de prêter son avion personnel à Mgr Marcel Lefèvre quand ce dernier, déjà en dissidence, vint visiter le pays, non pas  par amour du latin ( il n’avait , ni près, la culture d’un Senghor) mais  pour faire honneur à l’ancien archevêque de Dakar, métropolitain de l’AEF.

Bongo n’était évidemment pas un saint,  mais avoir maintenu  sans drame majeur   la paix civile dans un pays aussi fragile pendant  trente deux ans n’est-il pas déjà à soi seul une réussite. ? Les esprits superficiels, qui mélangent tout dès qu’il est question des misères africaines, l’ignorent : les drames les plus graves : famines,   épidémies et évidemment  massacres de masse,  accompagnent toujours la guerre civile, une guerre civile que   tous les voisins du Gabon ont connue. Foin du développement :  vivre en paix est déjà sous ces latitudes une bénédiction.

Bongo n’assura pas seulement la paix dans son pays : dès qu’il eut acquis une certaine autorité sur la scène africaine, ce qui n’était pas évident au départ avec un si  petit pays, il proposa sa médiation dans presque tous les conflits de l’Afrique, de Tanger au Cap. Ce radical socialiste ne rompait avec personne. En bons termes avec la France, toujours proche de la monarchie marocaine et du monde arabe, ami des Etats-Unis, Bongo s’arrangea  pour demeurer au centre  de la diplomatie africaine et cela plutôt pour le meilleur que pour le pire. On lui reprocha d’avoir gardé des liens avec Pretoria au   temps de l’apartheid, mais il sur mettre ces liens  à profit pour tenter de trouver une solution pacifique. Il joua aussi un rôle non négligeable dans la pacification du Congo-Brazzaville déchiré par une guerre civile  atroce. Ce rôle de médiateur lui valut même au fil des ans les bonnes grâces du Vatican où il avait aussi ses entrées.

Il n’est pas sûr qu’il sera facilement remplacé dans ce rôle. Le Gabon  sera déjà bien heureux de ne pas sombrer dans  le chaos après lui.

                                                                                         Roland HUREAUX

 

 

Repost 0
Published by france
commenter cet article
25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 20:55

Même si l’on peut débattre de son ampleur ou de sa réversibilité,  la  déchristianisation constitue sans aucun doute une des données capitales de l’Europe occidentale aujourd’hui. Elle n’est pas séparable du recul du fait religieux en général car, en dépit des fantasmes qui règnent sur ce sujet, il s’en faut de beaucoup  que les avancées de  l’islam ou des sectes compensent le reflux des Eglises établies, catholique ou protestantes.

La violence des réactions médiatiques aux  derniers actes  du pape Benoît XVI,  que ce soit la levée de l’excommunication de quatre évêques schismatiques ou ses déclarations sur les politiques de prévention du sida  en Afrique,  témoignent  de cet éloignement désormais patent des références chrétiennes. Dans la meute qui a crié haro sur le pape se trouvaient réunis  non seulement des journalistes et des intellectuels de gauche mais aussi, chose plus surprenante,  des hommes politiques de droite,  non seulement des agnostiques mais aussi des croyants.

Il faut pourtant le dire : ces réactions sont, sur la sphère mondiale, isolées : les évêques africains – et même certains chefs d’Etat -  se sont ostensiblement démarqués des médias européens, allant jusqu’à  leur reprocher dans cette affaire un comportement raciste ;  le patriarcat orthodoxe a, depuis Moscou,  apporté son soutien au chef de l’Eglise catholique.

De fait, le recul du sentiment religieux ne touche guère les autres continents – en dehors des quelques pays alignés sur le paradigme européen, comme le Canada,  l’Australie  ou  la Nouvelle Zélande.  

L’orthodoxie tient le haut du pavé en Russie après presque un siècle de catacombes, même si le peuple russe demeure en partie hors de son influence. Les religions se réveillent en Indochine et se réveilleront sans doute en Chine dès qu’y sera levée la chape de plomb du marxisme. Les Etats-Unis sont divisés en deux camps, l’un très religieux, l’autre non, mais le rapport de forces  y est beaucoup plus favorable au camp de la religion   qu’en Europe et il  n’évolue pas à son détriment, au contraire. Vitalité religieuse aussi dans le  monde musulman et, encore davantage, en Afrique noire. L’Inde également demeure religieuse, pour le meilleur et pour le pire puisque les affrontements communautaires s’y multiplient. En Amérique latine, ce sont les sectes évangéliques, pas l’athéisme qui grignotent le catholicisme où pourtant les vocations sacerdotales sont en hausse.

 

A contre sens

 

L’Europe roule ainsi à contre sens du reste du monde en matière religieuse. Mais ce n’est pas le seul domaine où il en va ainsi. Le fait religieux  n’est que l’un des caractères qui en font une région du monde  atypique.

La démographie l’a fortement  singularisée  à la fin du XXe siècle ; l’Europe  est depuis    1975  un  continent où le renouvellement des générations ne se fait  pas   - même si la position de la France, pourtant très déchristianisée, est sur ce point plus  favorable. Il manque un tiers de l’effectif à chaque génération, ce qui signifie que la population européenne de souche est promise à disparaître. Le léger redressement  intervenu depuis 2000 est encore peu significatif. Sur ce plan, la Russie est encore plus gravement touchée. Le fait nouveau depuis quinze ans est que dans cette trappe de la dénatalité où l’Europe s’enfonce, d’autres pays tombent  à leur tour: la Chine, le Japon,  le Brésil ne renouvellent pas non plus leurs générations. La natalité chute   à grande vitesse  dans le monde musulman,  l’Inde, l’Amérique latine. Quoique encore très haute, elle baisse même en Afrique.  Elle ne se maintient curieusement qu’aux Etats-Unis.

Les mouvements migratoires sont un des éléments de la démographie. Quand une région du monde combine la richesse et la dénatalité, son attraction est maximale, ce qui est le cas de l’Europe occidentale. La Russie, peu féconde mais encore pauvre n’attire guère les migrants, à la différence des  Etats-Unis plus féconds que l’Europe mais riches. On peut tenir l’immigration pour une richesse, ce qu’elle est en partie,  mais, compte tenu de la vulnérabilité qu’elle induit (et par analogie avec le solde commercial !),  nous l’avons marquée dans le tableau ci-dessous d’un signe négatif.

En matière politique, sans porter de jugement de valeur, on relèvera  que l’Europe occidentale est la seule région du monde où une organisation   supranationale, l’Union européenne, envisage à terme le dépassement du fait national et la fusion des entités qui la composent sous le paravent d’un seul Etat. L’Union africaine, qui n’empiète nullement sur la souveraineté des Etats, n’a avec elle de commun que le nom. Si l’Amérique a une organisation continentale, aucun projet de ce genre ne l’anime,  alors même que les pays hispanophones y sont culturellement beaucoup plus proches les uns des autres que ne le seront jamais les pays d’Europe. On pourrait en dire autant du monde arabe qui partage la même langue et, pour l’essentiel, la même religion. Quant à l’Asie, la construction d’une entité continentale est le cadet de ses soucis. Cette attrition du fait national pénètre profondément les mentalités : en France,  un particulier qui met  le drapeau national à sa fenêtre est l’objet de l’opprobre collectif,   alors que cela est presque l’inverse  aux Etats-Unis.

En matière de défense, quoique encore riche, le continent européen se repose de plus en plus pour sa sécurité, dans le cadre de l’OTAN, sur son grand allié américain. Alors que, pour le meilleur et pour le pire, les dépenses de défense   grimpent  depuis 1997 dans toutes les régions du monde (Etats-Unis, Russie, Inde, Chine notamment), elles   baissent depuis vingt ans dans l’Europe continentale jusqu’à ne plus dépasser dans la plupart des pays 1,5 % du PIB. Ainsi se vérifie la formule de Robert Kagan (1) selon laquelle l’Europe est devenue une puissance « vénusienne » oublieuse du tragique de l’histoire et qui, de fait,  sort  de l’histoire, par opposition à la puissance « martienne » par excellence, les Etats-Unis, qui demeurent dans  l’histoire, en mesurent le tragique et prétendent  le contrôler.   

Il n’est jusqu’à l’économie où la combinaison d’une monnaie forte, l’euro, et d’une économie ouverte fondée sur le  libre échange n’entraine l’Europe dans un processus de désindustrialisation rapide. Certes les Etats-Unis, quoique plus enclins au protectionnisme en dépit de leurs professions de foi libre-échangistes,  sont engagés dans un processus de déclin industriel analogue ; mais ils disposent encore  du privilège du dollar qui leur a permis jusqu’ici de régler une partie de  leurs achats en se contentant d’émettre de la monnaie.

Privilège à double tranchant  car il est le signe d’un déficit structurel  dont la contrepartie réside dans les soldes positifs de la Chine, de l’Inde, des pays producteurs de pétrole et de matières premières, dont la Russie. En Europe, seule l’Allemagne se rattache à ce groupe des pays structurellement excédentaires, alors que la plupart des autres pays, comme les Etats-Unis,  sont déficitaires. Si d’aventure, l’euro devenait une monnaie de réserve, c’est   l’Europe dans son ensemble qui se trouverait  alors déficitaire.

Tout cela n’empêche pas l’Europe de cultiver des valeurs humanistes très élevées. La Convention européenne des droits de l’homme place haut la barre, en en faisant par exemple le seul continent d’où la peine de mort est bannie (2) alors qu’elle demeure en vigueur   en Chine, au Japon, en Inde  et aux Etats-Unis. Elle n’est que suspendue en Russie.

L’Europe se distingue aussi par le niveau élevé de sa protection sociale, la qualité des services publics, la volonté de préserver l’environnement.  Tout cela a sa contrepartie : depuis la fin du communisme, elle  est la région du monde (Chine exceptée) où la sphère publique est la plus envahissante et sans doute celle qui a  la bureaucratie la plus développée, les réglementations les plus complexes.

Comment ne pas être frappé au vu de ces constats par le  nombre de signes moins qui affectent l’Europe, en particulier dans tout ce qui tient  à l’instinct de survie : démographie, défense, industrie, sentiment national ?  Il est significatif que la foi religieuse se trouve en congruence avec ces critères, ce qui tend à prouver que, sans doute parce qu’elle donne un sens à la vie, elle est pour un peuple, indépendamment de sa valeur propre un élément de survie. 

Il importe qu’un continent qui se tient,  à juste titre, pour porteur de valeurs universelles, mesure aujourd’hui sa singularité dans le monde.

L’Europe est-elle seulement une exception ou montre-t-elle le chemin au reste de la planète ? Elle semble le montrer en matière démographique, mais beaucoup moins en matière militaire ou économique. Par rapport à ces tendances récessives, les Etats-Unis sont en conjonction avec elle sur le plan industriel mais non sur  le plan militaire, démographique ou religieux.  La Russie traverse en revanche le même hiver démographique que l’Ouest du continent.

Jusqu’à quand durera cette « exception européenne », dont  le reflux du fait religieux est une composante essentielle, commencement ou aboutissement on ne sait ?    

L’Europe est elle un sommet de la civilisation ou un édifice fragile menacé  par des facteurs de décadence qui pourraient lui être fatals ?  Autant de questions qu’il convient assurément de poser et auxquelles chacun répondra  sans doute  à sa manière.  

 

Roland HUREAUX

 

 

 

1.                   Robert Kagan, La puissance et la faiblesse- Hachette-Pluriel – 2006

 

2.                   A l’exception de la Biélorussie

 

 

 

 

Repost 0
Published by france
commenter cet article
15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 20:34

Roland Hureaux est membre du jury du Prix Juen Cicéron, concours d'éloquence politique pour les jeunes fondé à l'Ecole normale supérieure en 2005
Il a donné à la revue Res publica nova l'enretien suivant .

Entretien avec M. Roland Hureaux

 

ResPublica nova : Bonjour Monsieur, pouvez-vous nous présenter rapidement votre parcours ?

 

Je me suis toujours situé  à la frontière de l’action (haute administration , politique) et de la réflexion ( cours, articles, livres). Toujours sur ce thème des croisements, j’ai voulu garder un pied à la fois à Paris et un autre dans la France profonde (comme élu local) , dans le national et l’international etc. Ce qui fait que je ne suis  spécialiste  de  rien…

 

ResPublica nova : Qu’est-ce qui vous a motivé, à ResPublica nova, et dans le Prix Jeune Cicéron, à accepter de faire partie du jury ?

 

Le caractère sympathique de cette initiative prise par de jeunes normaliens et la conscience très vive que j’avais depuis longtemps d’une décadence certaine du discours politique.

 

 

ResPublica nova : A l’heure d’internet, de la démocratie participative, et de l’image d’hommes politiques voulue plus proche des électeurs (on pense aux émissions comme « J’ai une question à vous poser » qui ont structuré les dernières élections présidentielles), pensez-vous que le discours politique a encore son utilité ?

 

Sans aucun doute. Depuis l’Antiquité, la politique et singulièrement la politique démocratique, c’est le discours. Ceci dit,  les terrains et les scènes changent : la qualité du discours à la radio et à la télévision fait aujourd’hui partie de l’art politique. Quant à savoir parler à des gens simples, issus de la base,  et pas seulement aux sages et aux savants, cela aussi fait partie de l’art du discours.

 

ResPublica nova : Pour vous, quelles sont les qualités et les défauts des discours politiques qu’on entend aujourd’hui ?

Et selon vous, qu’est-ce qu’un bon discours politique ?

 

Les défauts des discours politiques aujourd’hui sont nombreux : d’abord une langue approximative, la pauvreté du vocabulaire, l’abus d’expressions technocratiques et d’idées toutes faites. Mais derrière la parole,  il y a la pensée. Si la pensée  politique ne s’était pas elle aussi appauvrie, les discours seraient sans doute meilleurs. Quant aux qualités, je les  cherche : certains (Villepin, Fabius) sont tout de même meilleurs que d’autres. 

 

 

ResPublica nova : Vous écrivez beaucoup vous-même, essais, et articles sur différents supports. Quel regard portez-vous sur les relations en France entre la production de pensée politique et l’exercice du pouvoir ? D’où viennent  les difficultés de communication souvent pointées ? Le rattachement quasi systématique des réservoirs d’idées aux partis est-il une bonne chose ?

 

 

Les Fondations politiques n’ont jamais marché en France. Leur  rattachement aux partis n’est pas en cause. D’une façon générale, les institutions de réflexion (CAP des affaires étrangères,  Fondation  Concorde, Institut Montaigne etc.) sont largement stériles pour des raisons qui restent à approfondir. Pas faute de moyens. Je crois que l’origine de cette stérilité est l’idéologie de la modernité. Ceux qui dirigent ces institutions   se figurent  qu’un penseur moderne est  forcément quelqu’un dans le vent. Ceux qui s’écartent de la pensée unique dominante sont pratiquement  barrés de ces institutions. En recherchant des gens dans le sens du vent, on crée un climat de conformisme. Il y a   souvent plus  d’audace et d’imagination chez le député de base que dans ces fondations. Mais la production de la pensée politique est d’abord le fait des intellectuels pas forcément immergés dans la politique : hier Raymond Aron ou  Guy Debord, aujourd’hui Pierre Manent, Régis Debray, Marcel Gauchet, Philippe Murray et bien d’ autres non-conformistes. Mais les ponts entre ces gens là et les acteurs politiques sont rares ou bien ils sont le fait d’intellectuels de seconde zone comme Luc Ferry.

Les gens qui seraient à la fois des intellectuels et des hommes politiques comme Charles de Gaulle, Georges Pompidou et d’une certaine manière François Mitterrand  sont devenus rares. Je ne crois pas que les autres les aiment beaucoup.

 

 

ResPublica nova : On parle souvent de l’absence de renouvellement des idées politiques, de quel bord que ce soit. Selon vous, d’où vient cette sclérose ?

 

Je crois que les idées politiques se renouvellent mais dans une sphère différente de la politique réelle. Pourquoi cette schizophrénie ? Ne sous-estimons pas le préjugé antintellectualiste qui règne dans les partis politiques, surtout à droite, qui reflète peut-être l’inculture croissante des gens en place.  Il se peut aussi que la sphère politique actuelle vive sans s’en rendre compte dans un univers idéologique, au sens où  le communisme était idéologique,  avec ses phénomènes de dépérissement de la pensée : langue de bois, idées toutes faites etc. Ce n’est plus le communisme, c’est quelque  chose de moins dangereux sans doute mais de plus sournois à base de prêt  penser aussi : le libéralisme, la mondialisation etc . Peut-être faut-il que nous aussi attendions la perestroïka ?

 

 

ResPublica nova : Pour vous, qu’est-ce qui doit faire la spécificité de l’engagement politique de la jeunesse ? Qu’attend-on d’elle, que doit-on attendre d’elle ?

 

La politique est devenue un métier où on entre à 25 ans dans l’espoir d’être coopté un jour par ceux qui sont en place ce qui finira bien par arriver si on ne leur fait pas ombrage et  si on accepte de porter quelque temps leurs serviettes. Au bout de quelques années,  on sait tout des ficelles de la politique politicienne  mais peu de choses de la vie, de la société ou  de l’Etat qu’on aura à diriger et on n’a pas forcément enrichi  sa culture… Il n’est pas mauvais pourtant que certains jeunes tentent de s’écarter de cette voie pour approfondir leur réflexion et appréhender la vie d’ailleurs que des états-majors politiques mais je ne leur garantis pas le succès, du moins à court terme

 

ResPublica nova : Si vous deviez citer un événement politique révélateur de la puissance de la parole publique ?

 

Il y a évidemment l’appel du 18 juin 1940. Toute l’œuvre du général de Gaulle a reposé sur la puissance du verbe. Ce qui est paradoxal puisque il venait d’un corps, le corps militaire où très souvent on oppose l’action à la parole, le laconisme efficace de Sparte au bavardage supposé stérile d’ Athènes.

Il y a la parole, il y a aussi le geste.  Willy Brandt à Varsovie,  Eltsine sur son char etc.

 

 

ResPublica nova : Et maintenant, que voudriez-vous dire aux candidats du Prix Jeune Cicéron 2009 ?

 

Je ne voudrais pas leur en dire trop. Qu’ils s’attachent à sortir des idées reçues sans tomber dans d’autres lieux communs. Qu’ils n’oublient pas que leur discours doit être compréhensible par des gens de toutes conditions et niveaux de culture. « De la simplicité avant toute chose » disait Boileau. Son Art poétique demeure un texte majeur sur l’art du discours, pas seulement la poésie. Et n’oublions pas Pascal : « la véritable éloquence se moque de l’éloquence ».

 

 

 

 

Repost 0
Published by france
commenter cet article
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 06:28

 Article paru dans Marianne2  le 9/6/0

        Victoire de l’UMP, des Verts, défaite du PS  et du Modem, déconfiture des « souverainistes »,  au moins ceux de droite : voilà comment est présenté le résultat des dernières élections européennes. Tout cela est vrai puisque c’est ainsi que l’a perçu - ou qu’on l’a fait percevoir  à l’opinion. En politique, la manière dont les choses sont perçues est une  part de la vérité : esse est percipi. 

Et pourtant que d’illusions dans cette  perception !

Défaite des « souverainistes » ?  Certes,  le déclin du Front national est confirmé, le MPF et DLR payent le prix de leur division suicidaire : seul Villiers survit  - affaibli.  Mais le fait massif  de ces élections est tout de même le taux d’  abstention : 59, 2  % soit, en raccourci,   le pourcentage d’électeurs  qui répondent dans les sondages  qu’  ils voteraient aujourd’hui non à la constitution européenne.  De 1979 à 2009, le taux de participation aux européennes n’a cessé de dégringoler de scrutin en scrutin pour  perdre en trente ans  près de 20%. Et que l’on ne s’y trompe pas : il ne s’agit pas seulement  là d’indifférence. Comment ne pas ressentir  l’ hostilité sourde  à la machine européenne  qui sous-tend ce  retrait massif  ? Comment ne pas y percevoir la crise profonde de la démocratie  qu’induit le processus européen ? Et comment ne pas  comprendre la désaffection  des électeurs qui, en 2005, avaient voté non  au traité constitutionnel à 55 % , quand ne sont invités à débattre sur les plateaux de télévision que des partisans du oui  ou quand on nous dit que le libéral  Barroso sera reconduit comme président de la commission que les élections en Europe soient gagnées par la droite ou par la gauche ?   

Victoire de l’UMP ?  Mais compte tenu des abstentions, c’est 11, 5 % du corps électoral seulement  qui s’est déplacé pour donner un satisfecit au pouvoir en place,  et encore ceux qui votent  malgré tout  quand l’abstention est forte sont  les personnes âgées   naturellement légitimistes.  Les classes jeunes et actives se sont au contraire massivement abstenues. On frémit à entendre  que le gouvernement  disposerait    dans un tel résultat d’ un blanc seing pour « poursuivre la  modernisation de la France » !

Victoire des Verts ?  Peut-on encore le dire avec  6,4 % du corps électoral ? Succès  tout de même, surtout dans les villes où les « bobos » ont voté  vert  pour sanctionner le parti socialiste, d’autant que ce vote  était à peu près la seule manière de faire passer dans cette élection sans enjeu un message ayant quelque contenu, message dont la projection  du   film d’Artus-Bertrand a  rappelé l’urgence. Une projection pas innocente bien entendu d’autant que Sarkozy et Cohn-Bendit se rencontrent. Victoire  ambiguë tout de même: Cohn-Bendit et Bové, les deux figures emblématiques des Verts,  ne sont à peu près d’accord sur rien s’agissant de l’Europe. Victoire éphémère sans doute,  issue davantage d’une addition de circonstances que d’une véritable adhésion.

L’échec bien réel  de Bayrou ne vient nullement, selon nous,  de son antisarkozysme supposé primaire. Encore moins de sa riposte  maladroite à l’agression odieuse de Cohn-Bendit, bien dans la ligne des  méthodes  de déstabilisation à la Vichinsky,   à base de familiarité grossière et d’injure,  dont il faisait  un si efficace usage dans les amphis en mai  1968.  Loin d’avoir trop déserté le terrain européen,  François  Bayrou n’a  pu empêcher le gros de ses troupes, Marielle de Sarnez en tête,  de quitter la posture « populiste du centre » qui lui avait si bien réussi en 2007,  pour revenir à sa pente  naturelle: une  surenchère européenne qui n’était pas précisément ce que l’opinion attendait. Intrinsèquement, l’Europe n’était-elle d’ailleurs  pas, pour le Modem,  le plus mauvais terrain pour  se démarquer  de l’ « UMPS » qu’il dénonce ?  

Quant au parti socialiste, sa défaite est la sanction méritée de ses divisions, de son absence dramatique d’idées et de la grisaille technocratique qu’incarne si bien Martine Aubry, grisaille si judicieusement pointée du doigt par Emmanuel Todd dans un essai récent.   Au demeurant comment le parti de Guesde et de Jaurès ne paierait-il pas le prix fort, en pleine crise économique internationale, d’être  devenu celui de Strauss-Kahn et de Lamy, les deux papes du capitalisme mondialisé  ? 

Pourtant, s’agissant du PS,  ces résultats ne préjugent  en rien de la suite : considérant que  ni Cohn-Bendit ni Mélenchon et encore moins Besancenot ne représentent une alternative crédible à gauche, il est à ce  scrutin une gagnante  qu’on ne saurait négliger : Ségolène Royal qui  voit Martine Aubry affaiblie en interne et François Bayrou  en externe. Or on ne voit pas comment   le président  Sarkozy, la crise et l’usure du pouvoir aidant,  pourrait reconquérir  une part suffisante  des 88,5  % d’ électeurs qui n’ont pas daigné voter  pour les listes UMP aux européennes.   La présidente de Poitou-Charentes  risque ainsi  d’apparaitre  le moment venu, pour le meilleur et pour le pire, non seulement comme  la candidate naturelle du PS , mais aussi, sauf fait nouveau à ce jour imprévisible,  comme  l’unique moyen pour les Français de sanctionner le président sortant, sachant qu’en démocratie -  ce scrutin vient de le confirmer par le truchement des abstentions -  on vote  plus souvent  contre que pour.

 

Roland HUREAUX  

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by france
commenter cet article
6 mai 2009 3 06 /05 /mai /2009 17:51

Les principaux mouvements sociaux en cours, dans l’enseignement supérieur et  le système hospitalier,  s’opposent  à des réformes qui ont en commun d’appliquer à l’université ou à l’hôpital un modèle de gouvernance inspiré de l’entreprise privée.

Ce n’est pas nouveau. Il s’agit là, en tous domaines, d’une  des idées forces de la réforme de l’Etat depuis vingt ans.

Il y longtemps en effet  que la réforme de l’Etat est à l’ordre du jour. Beaucoup doutent pourtant qu’il s’en porte  vraiment mieux. En témoigne l’incapacité persistante à maîtriser un déficit inférieur à 4 % du  PIB (1).  Personne ne pense non plus sérieusement que l’Etat en quelque domaine que ce soit ait gagné en efficacité, ni que les procédures aient été simplifiées, au contraire. 

Une des raisons qui peuvent expliquer  cet échec chronique :   le placage abusif sur des réalités de l’administration publique de ce que nous appellerons le modèle entrepreneurial.

 

Les finalités complexes des institutions publiques

 

Beaucoup, sinon toutes les réformes entreprises au cours de cette période sont guidées par un présupposé rarement exprimé de manière ouverte mais qui  inspire de fait à peu près tous les dispositifs adoptés : l’idée que les entreprises du secteur privé sont plus efficaces que l’Etat  et que donc si on veut rendre l’Etat efficace, il faut  gérer  les administrations « comme des entreprises. »

D’emblée nous relèverons ce qu’a de fallacieux cette référence.

A  condition d’oublier la scandaleuse manière dont ont été dirigées ces dernières années les banques  des deux côtés de l’Atlantique ou des échecs retentissants comme Enron ou Vivendi, on peut admettre  certes que l’entreprise privée fonctionnant dans une économie de marché demeure  globalement efficace et sans doute plus  que beaucoup d’  administrations publiques, collectivités locales comprises.

Mais les entreprises privées  ont une spécificité qui permet d’atteindre  ce résultat : une finalité immédiate  qui  a l’avantage d’être simple : le profit. Sans nier    d’autres finalités telles que l’épanouissement  d’une communauté de travail  ou la mise à disposition du public de    biens et  services de qualité, le profit est pour une entreprise  une question de vie et de mort.

Le profit est non seulement une finalité simple mais encore un indicateur de la bonne santé et de l’efficacité  de l’organisme,  pouvant  être suivi presque au jour le jour. La précarité des entreprises privées, toujours exposées à l’échec,  exige et  assure un retour d’expérience immédiat.

Les collectivités publiques  ont au contraire des finalités complexes : aucune administration ne peut se targuer d’en avoir une seule et d’ailleurs c’est très bien ainsi. Elles ont aussi une grande difficulté à mesurer leur propre efficacité (il est de bon  ton aujourd’hui de parler plutôt  d’efficience, ce qui veut dire le rapport de l’efficacité aux moyens.)  Aucun des moyens de contrôle : corps d’inspection,  contrôle externe – par la Cour des Comptes par exemple -, contrôle parlementaire,  presse, n’a l’efficacité ni l’immédiateté du critère du profit. Les dysfonctionnements font l’objet d’un feed-back décalé dans le temps et ne sont généralement mis au jour   qu’à l’occasion de crises.

Ces différences dans le mode de fonctionnement du  public et du  privé sont  plus décisives que  la différence d’objet  que les juristes, théoriciens du service public, mettent en avant : après tout un boulanger  n’a-t-il pas autant qu’un gendarme une mission de service public ?

Ce sont   ces différences de fonctionnement que les réformes successives de l’Etat se sont attachées à réduire : simplifier les finalités, trouver des indicateurs chiffrés d’activité tenant lieu d’  ersatz  au  profit,   accroître  la responsabilité individuelle. Mais les  réformes se sont avérées largement  fallacieuses car entre une administration publique et une entreprise privée subsistera toujours une différence intrinsèque. Vouloir s’inspirer de la seconde pour réformer la  première  en ignorant cette différence ne peut conduire qu’à des déconvenues. On peut  singer la gestion privée, on ne   transplantera pas avec succès ses méthodes hors de leur  vivier naturel. 

 

Le principe d’autonomie : décentralisation et déconcentration

 

De l’imitation du modèle entrepreneurial résulte naturellement le succès, dans tous les champs de l’administration,  du principe  d’autonomie. Loin de nous l’idée de récuser les progrès qu’a pu amener dans tous les domaines, le développement d’un sens nouveau de la responsabilité. Que les représentants du pouvoir puissent avoir quelque marge d’autonomie pour se dévouer au bien public, quoi de plus louable ? Ce n’est d’ailleurs pas nouveau : rappelons-nous  l’adresse de Napoléon à ses préfets : «Vous aurez plus de pouvoir dans votre département que moi  à Paris ! ».

Il reste que le principe du pouvoir exécutif est que ses agents exécutent les lois, les décrets, les directives nationales qui seules  ont le sceau de la légitimité démocratique.

Ce n’est pas à proprement notre sujet, d’abord centré sur l’Etat, mais comment ne pas dire un mot du champ privilégié de cette idée d’autonomie que fut la décentralisation, commencée dès 1972, poursuivie par les lois de 1983 et 2004 ?  Les plus ardents  décentralisateurs voient dans les élus locaux les « bons sauvages » échappant aux poisons de la vie parisienne. Voire. Leur gestion s’avère en bien des cas encore plus calamiteuse  que celle de l’Etat.  

Le  modèle entrepreneurial a conduit  le gouvernement Raffarin à relever le plafond des dépenses que le maire peut  engager sans appel d’offres au motif qu’il devait avoir les coudées aussi franches qu’un entrepreneur  et qu’il fallait alléger les procédures. Décision irréfléchie qui ne pouvait qu’étendre la tentation de la corruption, grande et petite, celles des grands élus  mais aussi celle des agents subalternes chargés  des achats.

Il est significatif que depuis quelques années,   alors que les particuliers  restreignent leurs budgets, que l’Etat s’efforce de le faire aussi, que la sécurité sociale, quoique grevée par le contrainte démographique,  s’y attache également, départements et communes continuent allègrement d’  augmenter  leurs dépenses (2).

Loin d’être assimilables à des entreprises, les communes et les autres collectivités locales  sont sans doute plus tributaires encore que l’Etat des prérogatives de la puissance publique : non seulement elles   ne vivent pas de recettes marchandes (en dehors de certains services comme l’eau ou l’assainissement généralement  concédés), mais il est notoire que les impôts locaux, surtout la taxe d’habitation, sont plus difficiles à recouvrer que les impôts d’Etat. 

Si le niveau des impôts d’Etat est assujetti à un contrôle politique fort, du fait de leur  masse et de leur  visibilité  publique (ce qui explique que les taux n’augmentent  plus depuis quelques années), la complexité du système fiscal local brouille sa visibilité et assure une quasi-immunité aux élus dépensiers.

Le maire est donc un chef d’entreprise un peu particulier: il peut laisser croître ses charges  sans risquer le  dépôt de bilan ni même la censure de ses actionnaires !   Que dirait-on au demeurant  d’une entreprise importante, principal employeur d’une    commune de taille moyenne, dont le PDG serait élu par les habitants tous les cinq ans et qui ne risquerait pas la faillite. Comment croit-on que cette entreprise serait gérée ? 

Encore moins que les maires, les préfets ne sauraient être tenus pour de vrais chefs d’entreprises. Le but de l’  entreprise étant le profit, certaines peuvent adopter un modèle décentralisé, répartir l’essentiel  des pouvoirs entre des « centres de profit » autonomes. La direction générale se contentera de faire du « pilotage » (autre mot à la mode), c'est-à-dire de suivre  les résultats et non la manière dont ils sont obtenus. La mission du préfet, elle,  n’est pas de faire du profit, ni de développer la préfecture  – bien au contraire- . Elle est  d’appliquer les politiques de l’Etat, lesquelles se traduisent  presque toujours par des textes normatifs. La confection de ces lois et de ces   décrets qui conditionnent  son activité lui échappe. Ils sont en outre éclatés en une multitude de sujets divers et variés qui, mis ensemble, constitueraient un inventaire à la  Prévert. On exagère  à peine en disant que les  deux échelons  importants de  l’administration de  l’Etat sont le ministre qui fixe  les règles (de concert avec le Parlement) et le chef de bureau qui les applique. Entre les deux il n’y a que des régulateurs qui n’ont aucune des facilités qui sont celles des chefs d’entreprises puisqu’ils  n’ont que très peu de prise sur la nature des règles qu’ils appliquent : qui n’a vu des préfets pester contre l’absurdité de telle ou telle politique qu’on lui demande de mettre en œuvre ? La conséquence de cette situation est que l’administration de l’Etat, vue de la base,  est modulaire ; en simplifiant, on dira un texte-un bureau pour appliquer le texte. Le bureau peut avoir plus ou moins de moyens, mais il n’y a pas de réforme qui tienne si on ne s’attaque pas aux textes – et cela n’appartient pas aux échelons  locaux.  Les bureaux étant regroupés en divisions ou directions, on s’est amusé dans la chaleur de la réforme de l’Etat,  à donner à celles-ci des noms dynamiques plus ou moins tirés du privé, pour montrer que l’Etat « bougeait » :   « direction du développement »   ou « direction des relations avec le public » (on n’ose pas dire commerciale), mais ces artifices   restent  à la surface des choses.

S’agissant toujours des préfets, la décentralisation a mis à la mode l’idée que l’Etat n’est qu’un partenaire parmi d’autres, qu’il ne doit plus imposer ses vues mais se contenter de défendre les intérêts de l’Etat au sein d’un dialogue partenarial. Autrefois, tout préfet savait qu’en dehors des questions   patrimoniales ou fiscales, les intérêts de l’Etat n’étaient autres que ceux de la société globale ; aujourd’hui bien peu ont la largeur d’esprit  pour distinguer cet intérêt    de l’application obtuse des lois et des décrets, ce qui ne facilite pas l’avancement  des affaires (3).

 

Les établissements publics : universités et hôpitaux

 

Mais le champ d’application privilégié  du principe d’autonomie, ce sont les établissements publics. On ne s’étendra pas sur les établissements à caractère industriel et commercial qui ressemblent,  eux, totalement à une entreprise privée et qui donc ont en effet besoin d’une grande autonomie de gestion.

La situation des établissements publics administratifs est en revanche plus complexe.

Au nom de l’autonomie, on tend à  exalter le modèle des   agences de services publics telles qu’on les trouve au Royaume-Uni ou dans le pays scandinaves,  dirigées par un gestionnaire ayant les coudées franches, libéré d’un contrôle hiérarchique de ses activités et ne répondant que de ses résultats  devant l’autorité politique, comme un manager devant un conseil d’administration. Or les expériences anglo-saxonnes ou nordiques auxquelles on se réfère sont loin d’être concluantes. Les agences britanniques, baptisées  quangos (« quasi non gouvernemental organisations ») sont aujourd’hui critiquées : les élus n’ayant pas les mêmes motivations que les   actionnaires, leur contrôle politique est généralement superficiel ;  poussés à maximiser leurs moyens pour étendre leur surface  et obtenir les meilleurs  résultats, les directeurs de ces organismes ne jouent guère le jeu du « moins d’Etat ».     On évoquera  plus loin ce qu’ont de fallacieux les indices chiffrés de résultats sur lesquels on voudrait les évaluer.  

S’agissant de l’autonomie,  la récente  réforme des universités, qui provoque les remous que l’on sait,  est emblématique. C’est ouvertement que le modèle entrepreneurial leur a été appliqué. On savait que notre système universitaire était en crise, qu’il avait besoin de multiples améliorations. Face à cette crise, depuis plusieurs années,  les milieux politiques croyaient avoir trouvé la panacée : l’autonomie (le même réflexe  prévalut après la crise de 1968). Largement inspirée par la conférence des présidents d’université, cette réforme s’est traduite principalement par un élargissement du pouvoir de ces derniers. Les présidents d’université seraient désormais, dit-on,  de vrais chefs d’entreprise.

Si le dit président était libre de recruter (et licencier)  ses professeurs, de sélectionner ses étudiants, de fixer les droits d’inscription et devait équilibrer son budget avec ses ressources propres, le système aurait sa cohérence. Mais on sait que sur tous ces sujets, on se trouve loin du compte – et d’ailleurs personne n’envisage sérieusement d’imposer un tel régime à l’université française.  Ne méprisons certes pas les novelles facilités, pour recruter ou pour  passer des contrats de partenariat  avec les entreprises, qu’offre la nouvelle loi. Ne confondons cependant pas les libertés universitaires, qui sont d’abord celles des enseignants ou des chercheurs de s’exprimer  et d’organiser leur travail  avec la liberté du président d’université.   En outre, le mode d’élection du président n’a été modifié qu’à la marge (4) : ce sont toujours les étudiants et les syndicats des agents administratifs  qui arbitrent entre les factions professorales.  Craignons que sa  réélection ne dépende   des faveurs qu’il prodiguera à ces catégories.

On dit que le président  et les professeurs seront   désormais  jugés aux résultats. Lesquels ? Si le taux de réussite d’une cohorte d’étudiants qu’il n’a pu sélectionner à l’entrée est le principal critère de réussite, ne faut-il pas craindre une délivrance quasi-automatique des diplômes ? Si c’est le nombre de publications des enseignants-chercheurs de l’Université, le risque n’est-il pas la prolifération d’une littérature bavarde et inutile n’ayant d’autre objet que d’allonger les bibliographies ?  Le classement de Shanghai  (5) dont l’obsession a en partie inspiré la réforme, n’est pris au sérieux qu’en France : que les institutions françaises les plus prestigieuses y soient si mal classées montre tout au plus l’insuffisance des critères sur lesquels il repose. Si le financement de l’Université dépend des pouvoir locaux,  politiques ou économiques, ne faut-il pas redouter  des recrutements de complaisance, la préférence pour telle personnalité    recommandée  par  le président du conseil  régional sur telle sommité nationale et internationale  ? Bref, si on ne peut pas pousser jusqu’au bout la logique d’entreprise, est-il bien utile de faire  le quart ou la moitié du chemin au risque de perdre tout cohérence ?  

La réforme hospitalière a la même inspiration   : le pouvoir des directeurs d’hôpitaux, gestionnaires généralistes,   supposés devenir selon la terminologie dans le vent,  de vrais « managers »,  doit être renforcé  au détriment des autorités proprement médicales : professeurs ou chefs de services. Certes, le contrôle des dépenses hospitalières est nécessaire si l’on veut éviter le naufrage de la Sécurité sociale. Mais les intérêts du directeur d’hôpital à qui on demandera de « faire du chiffre » coïncideront-ils vraiment avec ceux des malades, ni même, quelle que soit l’ambition affichée, avec ceux des caisses d’assurance maladie ? La subordination plus grande du corps médical  à l’administration ne risque-t-elle-pas d’altérer  son zèle ? Peut-on réduire la fonction hospitalière à une machinerie comptable ?  De toutes les façons, l’existence d’un quasi-monopsone (6)  résultant du remboursement des patients appelle d’autres formes de régulation que celles du marché.

 

Au temps des « fusions-acquisitions »

 

Un autre effet  du  modèle entrepreneurial est la mode  de ce qu’on pourrait appeler les « fusions-acquisitions »  au sein de l’administration, cette idée ancrée depuis longtemps que le regroupement de services est  le must  de la réforme  de l’Etat, en même temps que le moyen privilégié de faire des économies.    

Dans le secteur privé, par le biais de fusions  amiables ou d’OPA, deux sociétés fusionnent. Elles peuvent alors se livrer  au « bench-marking », la recherche des meilleures pratiques de l’une et l’autre société, ou chercher des économies d’échelle en mettant en commun certains services. Généralement – pas toujours cependant -, ce genre d’opération est profitable.

C’est ce modèle que, de manière implicite, transposent au secteur public  les autorités appelées successivement depuis quinze ans à  conduire  la  « réforme de l’Etat ». Le regroupement de  services supposés avoir une vocation voisine, en est un des axes majeurs.

Au niveau de l’Etat central d’abord : la fusion de la direction de la comptabilité publique et de celle des impôts fut pendant des années  un des grands objectifs du ministère des finances. On en attendait un meilleur accueil du public (qui n’aura qu’un seul interlocuteur au lieu de deux) et   des économies globales de personnel. En fait,  ce projet, qui heurtait de front la culture des deux directions  et qui avait  échoué une première fois, commence  tout juste d’être mis en œuvre. On cherche en vain pour le moment les économies qu’il a générées après tant d’années d’efforts. La principale qui soit attendue est le regroupement  des directions des ressources humaines à l’échelon départemental : fallait-il un tel  branle-bas pour la réaliser ?

La fusion  des directions départementales de l’équipement et de celle  de l’agriculture aux niveaux régional et départemental  est un serpent de mer  mis à l’essai dans quelques départements, sans qu’après plusieurs années de palabre on en ait tiré encore quelques économies.

La  stratégie du regroupement des corps et directions  se heurte  à plusieurs difficultés :

- dans les organisations publiques, au contraire des organisations privées, la dimension  n’entraîne pas le plus souvent des  économies d’échelle ; c’est plutôt le contraire, ne serait-ce qu’en raison des nouveaux avantages que l’on consent au personnel pour lui faire accepter la réforme ;

- le caractère modulaire des activités de l’administration, décrit plus haut,  rend vains les bénéfices à attendre de ces regroupements aussi longtemps  qu’un  peignage généralisé des tâches dévolues à chaque segment   n’aura pas été réalisé, ce qui ne saurait se faire qu’au niveau du gouvernement ou du parlement ; et quand cette révision générale aura été faite, la question des organigrammes se trouvera relativisée ; les principaux  bénéfices attendus sont généralement dans les  fonctions communes ( services payeurs, gestion des ressources humaines, formation, communication ) : la mise en « pool »  de ces fonctions peut se faire à moindre frais ;

-  la persistance de l’esprit de corps rend démesurés les efforts à faire pour opérer les fusions pour des résultats généralement incertains ;

- dans certains  cas, caricaturaux il est vrai, la fusion n’est que de façade : un directeur général se superpose aux deux directeurs existant antérieurement ; le futur directeur départemental de l’agriculture et de l’équipement, s’il vient de l’agriculture aura un adjoint des ponts et inversement ;  la coordination des hôpitaux d’une même région a conduit il y a quelques années à la mise en place d’Agences régionales hospitalières, sur le modèle de l’Assistance publique, qui ont d’abord  représenté un échelon hiérarchique de plus .

La mode des fusions de services  recèle d’autres dangers. Un des projets les plus désastreux à cet égard   est celui, en cours, de la police et de la  gendarmerie. Leur dualité correspond, non seulement   un partage du travail  historique : aux uns  les villes, aux autres  les campagnes, mais aussi à une vieille tradition républicaine : le  souci du pouvoir, qu’il s’agisse du gouvernement, du préfet, ou du procureur  de la république,   d’être à même de  jouer sur plusieurs interlocuteurs au cas  où l’un des deux  viendrait à refuser en bloc  l’application de telle ou telle décision.

Personne n’a jamais vu que cette dualité ait entraîné à un moment quelconque, en un lieu quelconque, une sérieuse difficulté de coordination. Assurée de manière informelle par le préfet ou le procureur,  celle-ci se   faisait sans problèmes.

Mais les statuts des deux corps étant différents, les uns ayant  des avantages que les autres n’ont pas, et inversement, leur rapprochement, dans le contexte d’un Etat faible, entraînera immanquablement  l’alignement de tous ces avantages vers le haut, d’une  manière qui a déjà coûté beaucoup à l’Etat et qui promet de lui coûter encore davantage. Non seulement aucune économie n’a été faite, mais le rapprochement des deux corps s’est déjà accompagnée dès 2003 d’une augmentation substantielle de leurs effectifs ; en 2005, la gendarmerie a obtenu le doublement du nombre de ses officiers par souci d’alignement sur certains avantages obtenus par la police. Là aussi, l’application du modèle entrepreneurial à la chose publique s’avère vain, voire contre-productif.

 

La « LOLF » et ses effets

 

Même si depuis sa mise en application en 2006,  beaucoup en reviennent,  loi organique relative aux  lois des finances (dite « LOLF » dans le jargon des initiés)  a été  depuis son vote le  1er août 2001, l’alpha et  l’oméga de la réforme de l’Etat. Conçue notamment  par un député expert comptable Jean Arthuis, elle  était,  elle aussi,  fondée sur l’idée que pour rendre l’Etat plus efficace, il fallait  rapprocher sa comptabilité de celle d’une entreprise privée et  trouver les moyens de mesurer son efficacité par  les chiffres. Cette ligne de conduite a débouché sur    une série d’innovations qui toutes ont compliqué la gestion et dont bien peu l’auront améliorée.  

L’introduction d’une comptabilité analytique, répartissant les crédits votés  non plus seulement par ministères et services mais par  missions  et programmes, est certainement l’aspect le plus positif  de cette  loi. Il  fait mieux apparaître les doublons et  devrait entraîner progressivement une refonte des services destinée à coller à cette nouvelle présentation des crédits selon la  mission, refonte parfois utile, parfois dangereuse comme on l’a vu dans le cas de la police et de la gendarmerie. Cette présentation  va-t- elle pour autant améliorer le contrôle parlementaire ? En principe oui. Dans la pratique, on n’en voit pas beaucoup l’effet : sur quelle bases, les  députés pourront-ils dire qu’il faut consacrer plus ou moins à telle ou telle mission, plus à la sécurité intérieure et moins à la sécurité extérieure par exemple ?  

On sait que le parlement ne se déterminait dans l’ancien système que sur la partie nouvelle du budget, contraint qu’il était d’accepter les « services votés » représentant plus de 95 % du budget. Le vote de la LOLF a été accompagné de la résolution de voter désormais le budget « au premier euro » : mais les services votés ne représentaient nullement une sorte de limite technocratique au pouvoir du parlement, seulement la sédimentation des décisions prises par le même parlement au cours des années antérieures. C’est pourquoi cette ambition de la  nouvelle loi a peu de chances de se concrétiser.

La possibilité désormais ouverte aux grands   chefs de services  de transformer une partie de leurs  crédits de personnel en d’autres moyens de fonctionnement  n’est pas mauvaise en soi. D’application limitée du fait de la rigidité  des statuts des personnels, elle ne mettra pas fin, au contraire, à la stratégie des ministres et des  responsables de programme tendant à  maximiser leurs crédits, fâcheusement tenus pour un signe extérieur d’influence et qui sont au demeurant le moyen le plus facile d’obtenir les  meilleurs résultats.   

L’établissement d’une comptabilité en partie double sur le modèle de la comptabilité privée alors que jusque là l’Etat ne tenait qu’une comptabilité   simple, s’est traduite par une complication supplémentaire dont on n’a pas encore fait le bilan.  

Aussi  douteuse est l’idée que les comptes  de l’Etat doivent être certifiés comme ceux d’une entreprise privée. C’ est la Cour des Comptes que l’on a chargée de cette tâche ingrate de la certification .La traditionnelle séparation des ordonnateurs et des comptables permettait de se passer de cette certification : la totale indépendance des comptables garantissait et  garantit encore, sinon l’opportunité, du moins la régularité des dépenses  et   des comptes administratifs. Le mimétisme a ainsi conduit à une fâcheuse redondance.

Sagement, la Cour des comptes, plutôt que de vérifier  les dépenses ligne à ligne comme on le fait dans un processus classique de certification, se concentre sur l’évolution du bilan d’ensemble et la vérification   des déficits réels.   Mais l’introduction d’un compte de bilan a aussi  eu des  effets pervers. Faisant   apparaître, en même temps que l’aggravation de l’endettement,  la considérable réévaluation des actifs publics du fait du boom immobilier et boursier de ces dernières années, elle a conduit certains à relativiser fâcheusement la question des déficits  courants.   

Il est pour le moins étonnant que huit ans après le vote d’une loi qu’on croyait être la panacée et qui a suscité un immense branle-bas de haut en bas de l’Etat, le gouvernement ait moins que jamais une   vraie maîtrise de la dépense publique. 

 

La « culture du résultat »

 

Mais la partie sans doute la plus contestable de la LOLF  est l’introduction systématique d’indicateurs chiffrés de l’activité des services à tous les niveaux.

Outre une réforme profonde de la comptabilité publique,  cette loi  institue en effet  un « pilotage par objectifs » des services fondé sur des résultats chiffrés ayant l’ambition de « mesurer la performance ». Ces résultats peuvent être  le taux de dépistage positif d’alcoolémie  par  la gendarmerie,   le nombre  de  reconduites à la frontière d’étrangers en situation irrégulière  ou le taux global d’élucidation des crimes et délits pour les policiers,  le taux de troupeaux de poules pondeuses d’œufs pour lesquels un germe de salmonella a été identifié pour les services du ministère de l’agriculture, le taux de réussite au baccalauréat pour les lycées, le nombre de retombées de presse pour la maison de France à l’étranger, le nombre de dossiers d’installations classées  traités pour les services    de l’environnement etc.  

Présentée ainsi, la « culture du résultat » paraît un excellent principe. La vérité est qu’elle ne porte remède à aucun   problème et au contraire en crée beaucoup.

Cette réforme  qui fait illusion aux yeux de l’opinion  repose en effet  sur plusieurs  apories.

D’abord la plupart de ces indices de résultats peuvent être manipulés et, n’en doutons pas, le sont. Les gendarmes savent depuis belle lurette comment se placer au bord des routes pour faire le plus de procès-verbaux  possible tout en laissant à découvert les endroits  plus dangereux mais où il est difficile de « coincer » les automobilistes. On peut   reconduire dix fois par an à la frontière les irréguliers les plus faciles à intercepter, par exemple les Roms de Roumanie ; ils reviennent  dans le mois  et, à nouveau expulsés, compteront plusieurs fois dans la statistique alors que des flux plus importants et plus déstabilisateurs resteront hors de contrôle. Un conducteur en excès de vitesse reconnu par un  radar viendra améliorer les statistiques des faits de  délinquance « élucidés » alors qu’une longue et minutieuse enquête sur un vol de voiture sera tenue pour rien si , comme cela arrive souvent, elle n’aboutit pas. On dissuadera les plaintes des particuliers ou on ne  les enregistrera pas si elles risquent de peser sur les statistiques. Le baccalauréat (et encore davantage les diplômes universitaires)  peut être attribué avec plus de laxisme, les dossiers d’installations classées  seront bâclés etc.

On ne saurait comparer l’activité de l’Etat dont les finalités sont multiples et dont l’efficacité ne peut  se juger que par des critères complexes  rarement  quantifiables et celle d’une entreprise dont  un indicateur unique, le profit, dit si elle marche bien ou mal.

Au demeurant, il est erroné d’assimiler l’Etat à une série de programmes ou à des « actions » : il est d’abord le garant de la stabilité, de l’ordre et de la justice : à quel « programme » se rattachait saint Louis rendant la justice sous un chêne, prototype il est vrai bien lointain,  de la puissance  régalienne ...et de la justice de proximité ?  

Réduite à quelques  indicateurs, l’activité d’un  organisme sera infléchie en fonction de ceux-ci :    par exemple une brigade de gendarmerie laissera tomber les multiples petits services que la population attend légitimement d’elle   parce qu’ils ne sont pas pris en compte dans les statistiques. Les directeurs  intelligents,  qui voudront  conduire  leur service en fonction d’une conception globale de leur mission,  en ne se polarisant pas sur les seuls indicateurs chiffrés,  seront mal notés. « On ne nous demande plus de faire un travail intelligent, il n’y a plus que le chiffre qui compte », entend-t-on de plus en plus.  La culture du résultat est, en matière publique, nécessairement réductrice. Inutile de dire combien était absurde et dégradante l’idée d’évaluer à partir d’indicateurs chiffrés  des ministres dont l’action s’inscrit nécessairement sur le long terme. Les ministres de l’éducation nationale qui se sont succédé entre 1965 et 1968 ont vu les effectifs universitaires croître à grande vitesse : sans doute eussent-ils été très bien notés !

Le corollaire de la mise en place d’indicateurs est le développement des primes de résultat ou de rendement. Partant de l’idée discutable que les fonctionnaires ne travaillaient pas assez, on a  étendu le principe de la rémunération au mérite.

Une partie de ces primes est  indexée sur les résultats, mais généralement à l’échelle du service dans son ensemble et non pas des individus, ce qui  accroît un peu partout  les tensions, chacun étant tributaire du travail des autres.  

Surtout, le pouvoir discrétionnaire de  la  hiérarchie, jusque là limité par les règles d’ancienneté ou le contrôle des commissions paritaires, est élargi. Les   fonctionnaires ont ainsi, plus qu’autrefois, le sentiment d’être livrés à l’arbitraire de leurs  chefs, petits ou moyens.  Bien peu de gens apprennent encore dans leur famille ou à l’école cette règle    éthique élémentaire que l’exercice d’un  pouvoir, quel qu’il soit, est subordonné à un souci de justice, cette ascèse dont on sait combien elle est difficile, selon laquelle il faut, dans l’exercice des responsabilités, faire abstraction de ses sentiments personnels.  La multiplication des affaires de harcèlement moral ou autres (et les arrêts de maladie à répétition qui vont avec)  sont un « indicateur » parmi d’autres de la dégradation de l’atmosphère de travail dans la plupart  des services publics. 

L’introduction de cette forme  d’intéressement  aux supposés  résultats  témoigne surtout d’une ignorance profonde de la culture du fonctionnaire français : à côté de 20 % de tire-au-flanc, de toute les façons irrécupérables, culture du résultat ou pas,   80 % étaient jusqu’à une date récente, des gens consciencieux et motivés qui n’avaient pas besoin d’incitations financières pour   faire correctement  leur travail.  Qui n’a pas vu le zèle d’une jeune attachée sortie des IRA ou   de certains vieux commis de préfecture, l’esprit serviable de certains secrétaires de mairie, ne sait pas ce qu’est le service public à la française. Quel contribuable s’est d’ailleurs jamais plaint du manque de zèle des agents des impôts affectés au  contrôle ? Quel chef d’entreprise déplore que les inspecteurs du travail ne fassent pas assez de   « chiffre » quand ils dressent des contraventions  ou que les services du ministère de l’agriculture ne produisent pas assez de règlements en matière d’hygiène ? Ce zèle généralement spontané de nos agents publics  est aux antipodes de la mentalité anglo-saxonne où l’intérêt est culturellement  le   moteur principal des individus. Plus que de qualités nationales propres,  il résulte sans doute  du   mode de sélection des fonctionnaires par des concours qui attiraient généralement les meilleurs élèves, les plus sages en tous cas, les plus consciencieux, une tendance que la féminisation a encore accentuée.

 

La destruction des corps

 

La culture du résultat a pour corollaire  la destruction des corps sur lesquels reposait en partie la qualité de la fonction publique française.

Dans un univers où les incitations financières et les menaces de licenciement étaient faibles, la fierté d’appartenir à un corps, même modeste,  et la volonté d’y exceller étaient dans une majorité de cas un aiguillon suffisant  pour que les fonctionnaires accomplissent leur travail avec zèle. Un gendarme était fier d’être  un bon gendarme, un marin un bon marin ; un inspecteur des impôts mettait son honneur à combattre la fraude fiscale. Aux niveaux le plus élevé,  les grands commis de l’Etat avaient fait de l’intérêt général leur religion, les corps techniques y ajoutant le souci du bel ouvrage. Comment  oublier les contributions éminentes  du génie rural à la modernisation de notre agriculture, à l’équipement des campagnes et à la rationalisation de la gestion forestière, celle des ponts et chaussées à l’  édification d’un magnifique réseau routier,  celui des mines à la synergie entre la recherche académique et la recherche industrielle ou encore celle des grands patrons de médecine  à la qualité de notre système de soins ? 

Un sénateur du  Texas a eu beau rappeler récemment que c’était là une des forces de la France,  l’opinion dominante en France et  à l’étranger est qu’il s’agit  d’archaïsmes  et donc une des causes des supposés retards français. Le genre de préjugés que rien, absolument rien ne vient étayer, bien au contraire (7),  mais qui peuvent conditionner  les politiques publiques sur toute une génération.  L’essentiel de l’activité réformatrice consistera donc à  abaisser la superbe de ces corps (réforme universitaire ou hospitalière), à les fusionner et de ce fait à les faire disparaître : police et gendarmerie, ingénieurs des mines et des télécommunications, de l’équipement et du génie rural, professeurs et instituteurs, ces derniers étant promus de manière illusoire « professeurs des écoles». Cette hargne à l’encontre des corps s’étend aux professions  réglementées du secteur privé : n’est-il pas  question de fusionner notaires et avocats au sein d’une grande profession de juristes polyvalents ? Pour résoudre quel problème ? La suppression du classement à la sortie de l’ENA a le même sens. Il n’est jusqu’au ministère de la  défense qui ne s’efforce d’effacer au fil des ans la spécificité des trois armes : terre, air, mer. Inutile de dire que les économies  réalisées  par ces rapprochements sont nulles et souvent  négatives. 

Au goût spontané de bien faire   et à l’émulation interne aux corps, doit  se substituer selon  la doctrine officielle, le conditionnement pavlovien des résultats chiffrés assortis de sanctions pécuniaires. Qui ne voit combien  ce système est profondément aliénant pour les personnes et ouvre la porte à de multiples  dérives ?

Malgré les poncifs répandus au sujet de  l’administration française, supposée jacobine et hiérarchique, c’était une  grande liberté, assez analogue à celle des professions libérales, qui y prévalait en bien des cas, cela sans entraver son efficacité. La somnolence de certains - que le nouveau système ne corrigera pas - était sans doute  le prix à payer pour que le zèle et la capacité d’initiative des meilleurs  ne soient pas bridés ou découragés. En cassant à toute force les corps, c’est le meilleur de nos traditions administratives  que l’on anéantit.

Il faut le savoir : surtout aux échelons subalternes, les agents publics sont aujourd’hui profondément démoralisés, l’ambiance de travail s’est partout dégradée. Ce n’est pas 20 % de tire-au-flanc que l’on aura, mais 100 %.

 

 

 

Un Gosplan à la française

 

Un encadrement hiérarchique plus strict, le discrédit de l’honneur professionnel au bénéfice du seul intérêt individuel,  la multiplication d’indicateurs  autres que  le profit,  la l’accumulation de données chiffrées vraies ou arrangées : comment ne pas reconnaître dans ce tableau  l’URSS d’avant Gorbatchev ? Au motif  de se rapprocher du secteur privé, on a introduit dans l’administration française rien moins que les méthodes du Gosplan soviétique : en lieu et place de l’indicateur du profit, le  seul  qui soit significatif mais qui ne peut, de quelque manière qu’on s’y prenne, être  introduit dans l’administration, des indicateurs chiffrés de toutes sortes qui n’en ont  ni la pertinence synthétique ni l’efficacité. Comme dans l’économie soviétique, la multiplication des  statistiques alourdit le fonctionnement de services ; le souci de les manipuler pour faire illusion passe avant celui de l’efficacité réelle. Culture du résultat, culture du mensonge ! Là toutes les chaussures produites étaient, paraît-il, de la même taille parce que le plan, déjà bien assez compliqué, n’avait pas  précisé ce point ; ici, la multiplication des procès-verbaux pour excès de vitesse  remplace la traque des délinquants. Comme dans l’économie soviétique, le personnel   s’habitue peu à peu à vivre dans le mensonge, la langue de bois,  le double jeu et, pour finir, l’irréalité. En définitive, la démoralisation de l’administration que ce système entraîne coûtera beaucoup plus cher à l’Etat que ce qu’il était censé lui faire gagner.

Que la « culture du résultat » ait été en faveur  outre-Manche ou outre-Atlantique ne saurait nous abuser :   la propension de l’Amérique réelle à la bureaucratie, publique et même privée,  malgré la légende, est forte. Sa difficulté à maîtriser les déficits publics en témoigne assez. Il n’est pas sûr qu’il y ait là  un exemple à suivre.

Les zoologistes ont observé comment certains primates supérieurs aimaient à mimer le geste de l’écriture qu’ils voyaient accomplir aux hommes, sans en comprendre les ressorts internes. C’est, de manière analogue, à une véritable singerie de l’entreprise privée, que se livre depuis vingt ans l’Etat, au nom d’une supposée modernisation. La logique du secteur privé ne se partage pas : où elle  est poussée  jusqu’au bout et le système a sa cohérence ou elle n’est que singée et les problèmes sont plutôt compliqués que réglés par des réformes qui s’en réclament. C’est sans doute ce que, d’instinct, ont perçu tous les professionnels, professeurs, chercheurs,  médecins,  moyens et petits fonctionnaires qui, de gauche ou de droite, refusent les réformes en cours. Ce n’est pas le combat  d’arrière–garde du  conservatisme contre le mouvement, c’est celui du  bon sens contre la bêtise de schémas simplistes. 

 

Cette dérive de la politique réformatrice résulte d’une erreur d’analyse fondamentale. Il y avait bien, il y a toujours un problème de la fonction publique française : non point sa qualité ou  l’efficacité de ses agents pris individuellement, plutôt meilleurs qu’ailleurs, mais  d’abord son poids global et la complexité des procédures qu’elle gère.   Or  ce ne sont pas les fonctionnaires de base, ni même ceux des échelons intermédiaires,  qui déterminent les effectifs (même si leurs syndicats en réclament toujours davantage, on n’était pas obligé de les suivre comme on l’a fait par exemple au fil de ans pour la police). Ce ne sont pas eux non plus  qui déterminent l’organisation, puisque,  pour l’essentiel, les procédures qu’ils appliquent ont une origine législative ou réglementaire et sont donc décidées au plus haut niveau.  Un effort global de rationalisation et de simplification des procès est sans nul doute nécessaire mais ce n’est pas en donnant des primes de rendement aux fonctionnaires qui font les meilleurs chiffres qu’on y arrivera !  Ce serait déjà bien que chaque année qui passe n’amène pas son lot de complications, d’institutions nouvelles ou de procédures supplémentaires : on croit rêver en apprenant  que  la  loi Borloo, produit final    du « Grenelle de l’environnement », fait  plus de cent pages ! La plupart des  lois créent aujourd’hui des commissions, des hautes-autorités, des conseils supérieurs, des agences dont l’installation exige chaque fois  des locaux, un secrétariat toujours porté à s’étoffer, des voitures et des chauffeurs ; dernière conçue après une bonne cinquantaine : la Haute Autorité pour la Diffusion des Œuvres et la Protection des Droits sur Internet, dite HADOPI !

Erreur totale de conception, ignorance profonde de la spécificité de l’organisation de l’Etat et  de la culture propre à la fonction publique française, inefficacité par  rapport au principal objectif qu’une politique authentiquement libérale  devrait  d’abord s’assigner,   la diminution de la charge fiscale : tels sont les ressorts de la dérive à laquelle nous assistons depuis plusieurs années. Tous les penseurs libéraux ont dit que l’économie de marché exige un Etat sobre mais solide garantissant au moindre coût  les règles du jeu. C’est en sens inverse  que l’on va : un Etat  mou et démotivé, toujours obèse et de moins en moins efficace.  Voilà à quoi mène le pseudo-libéralisme brouillon de nos  élites politico-administratives.

 

                                                           Roland HUREAUX

 

 

NOTES :

 

1.        Et encore, les recettes de privatisation étant prises en  compte dans le calcul, le déficit réel est en réalité supérieur.

 

2.        Quand l’Etat encouragea en 1998  dans les services de l’Etat et  décentralisés le recrutement des emplois-jeunes, la plupart  furent  ensuite   titularisés sans concours par les communes, ce que l’Etat s’est bien gardé de faire. 

 

3.        La récente interdiction par le préfet de l’Oise d’un concert de bienfaisance des Petits chanteurs à la croix de bois au motif que le travail des enfants était interdit témoigne  de cette propension nouvelle des services de l’Etat à appliquer les textes de manière obtuse.

 

4.        Un des effets paradoxaux de la loi Pécresse aura été de faire basculer à gauche quelques uns des rares bastions conservateurs  qui demeuraient encore dans l’Université, tel Paris IV.

 

5.        La récente affaire des tentatives de corruption de professeurs français par des étudiants chinois en vue d’obtenir leur diplôme  aura levé le voile sur des pratiques sans doute habituelles dans ce pays tenu pour une  référence.

 

6.        Inverse du monopole, le monopsone est un marché où les opérateurs sont multiples et le client unique, ce qui est peu ou prou le cas de la Sécurité sociale sur le marché de la santé.

 

7.        Qu’il ait fallu vingt ans pour relier par autoroute Londres à Douvres et seulement cinq ans pour relier Paris à Calais témoigne de l’efficacité du corps des Ponts et Chaussés, une institution  dont les Britanniques n’ont aucun équivalent.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by france
commenter cet article
6 mai 2009 3 06 /05 /mai /2009 17:48

Un des arguments le plus souvent avancés  en faveur de la réintégration de l’OTAN est la nécessité de mutualiser, le principe général que, faute d’être assez grand tout seul, il faut s’associer à d’autres. Argument qui vaut autant pour l’identité européenne de défense, même s’il s’agit d’un concept différent.

Un colloque récent de la Fondation Robert Schuman sur la défense européenne déplorait  que celle-ci  se trouve gravement hypothéquée par la baisse des efforts de défense des pays d’Europe, à l’exception de la Grande-Bretagne. Le Pentagone se lamente lui aussi de la réticence des Européens à dépenser pour leurs forces armées et donc de leur impuissance à apporter le cadre de l’OTA N plus qu’une force d’appoint. La coopération franco-allemande en matière d’armements,  après avoir démarré de manière prometteuse dans le cadre de l’OCCAR avec les hélicoptères Tigre et  NH90,  s’essouffle du fait de la baisse des efforts de chaque pays.

Les chiffres sont aujourd’hui éloquents: en Europe, 1,8 % du PIB (193 milliards de dollars) est consacré à la défense,  aux Etats-Unis 4,1 % (493 milliards de dollars), en Russie 2,8 %. Pire : les efforts des Européens baissent d’année en année alors que dans le reste du monde, Chine comprise, ils ne cessent, même si on peut le déplorer, de grimper.

Ainsi tout se passe comme si la baisse de l’effort de défense allait de pair en Europe avec le degré d’intégration dans l’OTAN. En prolongeant les courbes, intégration à 100 % = 0 % du PIB consacré à la défense !

Le seul pays qui semble résister à cette tendance est le Royaume-Uni ; très autonome  comme on sait dans le cadre européen, peut-être a-t-il  plus que d’autres le sentiment de rester lui-même en s’alignant sur  les Etats-Unis, du fait de sa communauté de langue et de culture avec eux.

Le dernier Livre blanc français ne contredit pas ces tendances, au contraire. Hors l’excellente intention de consacrer plus de moyens au renseignement, ses deux idées fortes sont d’une part une plus grande intégration internationale de nos forces, d’autre part une réduction du format des armées. Dans le scenario envisagé, une fois la gendarmerie exclue, notre effort de défense devrait descendre de 1,55 à 1,15 % du PIB, soit au niveau de  celui de l’Allemagne. 

L’Europe, à mesure qu’elle s’intègre et se pelotonne dans le giron de l’OTAN apparaît ainsi plus que jamais, selon la terminologie de Robert Kagan (1), comme une puissance « vénusienne », sortie de l’histoire, par opposition aux Etats-Unis, puissance « martienne » par excellence,  assumant  pleinement la condition tragique de l’homme.

Dans sa célèbre conférence de presse du 23 février 1967 où il annonçait le retrait de la France de l’organisation intégrée de l’OTAN , le général de Gaulle, dans une incise passée alors inaperçue, avait prévu cette évolution :   

« Enfin, la volonté qu’a la France de disposer d’elle-même, volonté sans laquelle elle cesserait bientôt de croire  en son propre rôle  et de pouvoir être utile aux autres, est incompatible avec une organisation de défense où elle se trouve subordonnée. ».

Etre utile aux autres dans l’Alliance, c’est ce que fut la France en 1962, lors de la crise des fusées de Cuba où elle se montra  l’allié le plus inébranlable des Américains. C’est encore davantage ce qu’elle s’avéra  être dans le dernier grand épisode de la guerre froide : la querelle des euromissiles, au début des années quatre-vingt. Alors que toute l’Europe occidentale, Allemagne en tête, était prête, sous la pression de  mouvements d’opinion considérables,  à céder au chantage soviétique – besser rot als stot - , notre pays,  sans doute parce que la politique d’ indépendance  y  avait préservé le goût de se défendre, sut résister  aux sirènes du pacifisme  et put ainsi appuyer efficacement le projet américain de poster les fusées Pershing II en Europe de l’Ouest pour contrer les SS20 soviétiques.

De plus en plus d’intégration, de moins en moins d’esprit de défense ? Jusqu’où ?

                                                                                 Roland HUREAUX  

 

1. Robert Kagan, La puissance et la faiblesse, Plon, 2003.  

 

Repost 0
Published by france
commenter cet article