Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Roland HUREAUX

MrHureaux

Recherche

Articles Récents

Liens

31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 23:17

PERSIANS AND JEWS HAVE NOT ALWAYS BEEN ENEMIES

 

Who still reads the Bible in Israel, at least in government circles? We can wonder after Benjamin Netanyahu’s recent visit to Moscow. And Vladimir Putin, whose atheistic education can be an excuse, does not seem to be better informed.

When received at the Kremlin, the Israeli Prime Minister violently criticized Iran, which is allied to Russia in the Middle East: "2,500 years ago,” he said, “there was an attempt in Persia to annihilate the Jewish people", recalling the festival of Purim (12 and 13 March) which, according to Jewish tradition, celebrates the Jews’ victory over those who had then planned to exterminate them.

"Today's Iran, the heir of Persia, is renewing the attempt to destroy the Jewish State.  They say so in the clearest way: they write it on their missiles”, Netanyahu added.

"Maybe, but that was in the 5th century BC,” the Russian president replied ironically, but no more accurately. "Today, we live in a different world," he concluded.

A different world, no doubt. But what happened in the 5th (or 4th, we don’t know for sure) century BC has nothing to do with what either Netanyahu or Putin said.

The history of pre-Christian antiquity shows quite the opposite:  the Jews then had no better ally than the Persians.

The Jews were deported to Babylon by the Chaldeans as a result of the conquest of Jerusalem by king Nabuchodonosor in 586 BC. Fifty years later, the Jews were set free by Cyrus, king of Persia. In the meantime, the Persians    had eliminated the Chaldeans and taken Babylon.

Cyrus did not merely set the Jews free; he resettled some of them in Jerusalem: 40, 000 returned; the others stayed in Mesopotamia. He appointed a Jewish governor, Nehemiah. It was under Persian political domination that the Temple of Jerusalem was rebuilt. Moreover, that was when the Hebrew Bible was developed in the version we know today. Even if it traditionally comes from Moses (at least the first five books containing the Torah), most historians believe that the hard core was written down at the time of Nehemiah under Cyrus’s protection. It is barely an exaggeration to say that the substance of Judaism took shape under Persian supervision.

Netanyahu was referring to the Book of Esther, in which we learn that, at an unspecified time, a king of Persia called Assuerus (we do not know exactly who he is, since no Persian sovereign of that name appears in the records) decided to get rid of all Jews as suggested by his grand vizier Haman. They were saved by the intercession of the Jewish Queen Esther. With advice from her uncle Merdoches, the head of the Jewish community, she talked the King out of that fatal plan. This is the plot of a well-known tragedy by the great French playwright Jean Racine.

Already, to convince George W. Bush that Iran is evil, Netanyahu had offered him a deluxe edition of the Book of Esther.

In fact, Haman the villain is not Persian, but Greek - the text says: Macedonian.

As far as the historical facts can be reconstructed, the King of Persia was a passive character, with two ambitious minorities vying for influence at his court: the Jews and the Greeks. The story of Esther is a settling of accounts between the two factions and the final trouncing of the Greeks.

However, in 333, the Persian Empire was destroyed by Alexander the Great and the Greeks then dominated the region for several centuries.

 

The age-old hostility between Jews and Greeks

 

It was indeed the Greeks who caused the Jews more trouble than anyone else. The most serious hostility came from the Greek king Antiochus Epiphanius, whose historical existence is more assured than that of Assuerus. He strove to eradicate all Jewish traditions at the beginning of the second century, and had most cruelly executed those who resisted, like the old man Elazar, then seven young brothers and their mother[1] .

His attempt at forced Hellenization triggered the revolt of the Maccabees (175-140 BC), which temporarily restored Jewish independence and traditions.

When the region fell under Roman protectorate, the half-Jewish king Herod’s ambitions were thwarted by the Greek queen Cleopatra, Her lover Anthony even offered her a guard of six hundred Gauls to strengthen her military superiority[2] .

One exception in this long story of enmity was a Jewish embassy to Sparta in 177[3] .

The Roman domination succeeded the Greek one. After the destruction of Jerusalem by the Romans (70, then 135 AD), Jerusalem was conquered by the Persians in 614, and then again, a Persian king, Chosroes, tried to bring the Jews back to Jerusalem.

If too happens often today, historical recollections exacerbate conflicts. But in some cases, like the relationship between Israel and Iran, it is ignorance that fans the flames.

 

                                                                            Roland HUREAUX*

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 23:16

 

LES PERSES  ET LES JUIFS N'ONT PAS TOUJOURS ETE ENNEMIS

 

http://fr.aleteia.org/2017/03/21/les-perses-et-les-juifs-nont-pas-toujours-ete-ennemis/

 

Lit-on encore la Bible en Israël, au moins dans les sphères gouvernementales ?  On peut se  le demander à la suite   de la récente visite de Benjamin Netanyahou à Moscou.  Et Vladimir Poutine , qui  a été,  il est vrai, élevé dans  un Etat athée,  ne semble pas la connaître beaucoup non plus .

Reçu au Kremlin, le Premier ministre israélien a  violemment critiqué l’Iran, allié de la Russie au Proche-Orient:  «Il y a 2 500 ans, dit-il, il y a eu une tentative en Perse de détruire le peuple juif" précisant que la fête de Pourim (12 et 13 mars) célèbre, selon la tradition juive, la victoire des Juifs contre ceux qui   avaient projeté cette  extermination. 

«Voilà qu’aujourd’hui l’Iran, héritier de la Perse, poursuit cette tentative de détruire l’Etat juif. Ils le disent de la façon la plus claire, ils l’écrivent sur leurs missiles», a  ajouté Netanyahou.

 «Oui, mais  c’était au Ve siècle avant notre ère», a répondu, ironique, mais pas mieux informé,  le président russe. «Aujourd’hui, nous vivons dans un monde différent.»  a-t-il ajouté ,

Un monde différent  sans doute,  mais ce qui s'est passé au Ve siècle avant J.C.  ( ou au IVe , on ne sait ), n'a rien à voir  avec ce que disent Netanyahou et Poutine.

Toute l'Antiquité préchrétienne montre au contraire que les Juifs n'avaient   pas alors  d'allié plus solide  que les Perses.

Les Juifs sont déportés à Babylone par les Chaldéens à la suite de la prise de Jérusalem par le roi Nabuchodonosor en 586 avant J.C.  Cinquante ans après, les Juifs sont libérés par le roi de Perse Cyrus.  Entre temps, les Perses   avaient éliminé les Chaldéens   et pris Babylone. 

Cyrus ne se contente pas de libérer les Juifs ,  il patronne leur réinstallation à Jérusalem : 40 000  y retournent , les autres restant en Mésopotamie. Il   nomme un préfet  juif,  Néhémie  . C'est sous la domination  politique  des Perses qu'est reconstruit le  Temple de Jérusalem. Mais il y a plus:  c'est à ce moment  qu'est mise au point la  Bible hébraïque dans la version que nous connaissons . Si la tradition la fait  remonter à Moïse ( pour les cinq premiers livres  qui contiennent la Tora) , des historiens pensent que l'essentiel  a été rédigé  sous  les  auspices  de Néhémie et de Cyrus.    On exagère à peine en disant que le principal   du judaïsme  a été mis en forme dans le giron de l'Empire perse.

Netanyahou fait référence au livre d' Esther selon lequel,  à une époque non précisée, le roi de Perse Assuérus  ( dont on ne sait pas exactement  qui  il est,  aucun roi  de Perse n'ayant porté ce nom ) tenta  d' exterminer  les Juifs  sous l'instigation de son grand vizir  Haman.  Ils furent  sauvés  par l'intercession de  reine juive  Esther qui ,   sur  les conseils de son oncle Mardochée ,  le  chef de la communauté  juive,  convainquit  le roi de renoncer à son infâme projet.   Ce célèbre  récit a été illustré , on le sait, par une tragédie de Racine.

Déjà, pour convaincre   George W.Bush de la malfaisance des Iraniens , Netanyahou lui  avait  offert une édition de luxe du livre d'Esther.

En fait , le sinistre Haman  n'est  pas perse mais grec - le texte  dit macédonien .

Autant  que l'on puisse savoir  ce qui s'est  passé d'après ce récit , dont l'historicité est incertaine , le roi de Perse,  personnage assez passif, est entouré de deux  minorités dynamiques , très influentes à la Cour : la minorité juive et la miroité grecque. Le récit d'Esther est celui d'un règlement de compte entre  Juifs et   Grecs  qui se termine par la déconfiture des Grecs.    

Cependant , en  333,  l'Empire perse est  détruit  par Alexandre.  Les Grecs dominent  alors la région  pendant plusieurs  siècles.

 

L'hostilité séculaire des Juifs et des Grecs

 

Or  c'est avec les Grecs que les Juifs rencontrèrent le plus de difficultés.    Les plus importantes vinrent du  roi grec Antiochus Epiphane , dont l'historicité est plus assurée que celle d'Assuérus . Voulant , au début du IIe siècle,  abolir les traditions juives,  il fit périr  de la manière la plus cruelle ceux qui résistèrent  comme  le vieillard Eléazar puis sept jeunes gens et leur mère[1]

Contre cette tentative d' hellénisation forcée se leva  la révolte des Macchabées (175 -140)  qui rétablit  temporairement  l'indépendance et les traditions juives.

Sous protectorat romain tous les deux, le roi demi-juif Hérode fut en butte  aux ambitions de la reine  Cléopâtre , grecque. Son amant Antoine lui offrit même  une garde  de 600  Gaulois pour la renforcer [2].

Seule  exception à cette  longue chronique conflictuelle : une ambassade juive à Sparte en  177 [3]

La domination romaine prolongea la domination grecque. Après la destruction de Jérusalem par les Romains ( 70 , puis 135 se notre ère), il faut   attendre   la conquête de Jérusalem  par les Perses en 614, pour qu' une nouvelle fois, un  roi perse , Chosroês,  tente   de ramener les Juifs à Jérusalem.  

S'il arrive trop souvent  aujourd'hui que le souvenir de l'histoire excite les conflits  , il est des cas, comme celui de la relation entre Israël  et l'Iran, où c'est au contraire son ignorance qui les envenime.  

 

                                                                                   Roland HUREAUX *

 

 

* Auteur de Gnose et gnostiques des origines à nos  jours , DDB, 2015.

 

.

 

 

[1] Second Livre des Maccabées, chapitres VI et VII

[2] Selon Flavius Josèphe

[3] Premier Livre des Maccabées,  , chapitre XIV

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 23:15

DES ANTI-FILLON SUICIDAIRES

 

Il est étonnant de voir comment les puissants de ce monde, dotés de moyens supérieurs, d'une stratégie fortement pensée, peuvent s'aveugler sur leurs vrais intérêts.

On se souvient de ce célèbre tableau de Breughel montrant une file d’aveugles marchant ensemble au précipice.

C'est ce qu’évoquent les manœuvres par lesquelles l’appareil gouvernemental s’efforce d'assassiner politiquement Fillon, allant jusqu’à une instrumentalisation de la justice sans précédent en période électorale qui nous rapproche des pratiques totalitaires[1]

Le but de ces manœuvres est clair : faire élire par tous les moyens Macron à la présidence de la République.

Que les coups soient bien évidemment partis des plus hauts sommets de l’Etat, qui en doute ? On rappelle que les parquets et spécialement le parquet    financier créé par Hollande sont aux ordres directs du gouvernement.    Et personne n’imagine évidemment que ces manœuvres visant à casser Fillon aient pour but de faire élire Hamon !

Le monde entier suit de près l’élection présidentielle française car son enjeu géopolitique est fondamental :  il s'agit de savoir dans quel camp se situera la France le 7 mai prochain.  Cela ne signifie pas que les anti-Fillon reçoivent des ordres de l'étranger : la doxa euroatlatiste des élites occidentales est suffisamment homogène pour que ses représentants français, dans les sphères politique ou médiatique, puissent suivre leur ligne propre tout en étant en phase avec celle de leurs mentors internationaux. 

Sachant le désastre du quinquennat Hollande, les caciques de la gauche auraient pu se contenter d'accepter le jeu démocratique normal : le parti au pouvoir ayant échoué, c'est à l'opposition de prendre les rênes.  Jusqu'à la prochaine alternance. Fillon ne représente d’ailleurs aucun risque de bouleversement majeur du statu quo : aucune remise en cause du libre-échange, de l’Europe de Bruxelles, ni de l’euro. Son programme de rigueur, si décrié, est au contraire le seul moyen de sauver, à supposer qu'on veuille la sauver, la monnaie unique d’une débâcle générale.  Sa prudence sur le plan sociétal ne devrait pas inquiéter.

Mais cela n'a apparemment pas suffi aux tenants de la pensée dominante.  Ils veulent désormais un alignement sans réserve.  Or Fillon a une faille : il ne considère pas Poutine comme un ennemi.  Il n'est nullement   question qu'il s'inféode à lui mais le seul fait qu'il ait pris ses distances par rapport à la rage néoconservatrice antirusse suffit à le rendre suspect.

La   moralité politique étant en baisse généralisée, les gens de gauche en place n'acceptent pas non plus   de perdre leurs places et, avec Fillon, ils seraient obligés de les céder à d'autres.   Avec Macron, qui a été pendait tout le quinquennat un des plus proches collaborateurs de Hollande et qui demeure fondamentalement un des leurs, ils les garderaient.

 

Un jeu très risqué

 

Pourtant ces gens qui veulent tout gagner risquent se tout perdre.

Au début de l’année, personne ne doutait que François Fillon l'emporte largement, il était clair en tous les cas qu'il était le seul à battre facilement Marine Le Pen au second tour.

Ceux qui ont voulu le déstabiliser s'imaginent qu'il en irait de même avec Macron, voire Hamon. Quelle grave erreur !

Nous n’hésitons pas à dire qu'en déstabilisant François Fillon, ils ont pris le risque de mettre au second tour un candidat qui peut être battu par Marine Le Pen.

Certes les sondages donnent aujourd'hui à Macron une certaine avance   sur Fillon au premier tour et une victoire large sur Marine Le Pen au second.  Mais s'y fier serait ignorer un certain nombre de données fondamentales qui rendent cette prévision aléatoire.

Entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, il ne s'agira pas d’un concours de diplômes ou de compétence ni de beauté, pas même de programmes, au sens technique. Ce sera un concours de légitimité et il se jouera dans un face à face qui sera une épreuve de vérité. L'affrontement, qui aurait été amorti avec Fillon, compte tenu de ses positions moyennes, sera   d'une violence inouïe.

On ne saurait en effet imaginer deux candidats plus antithétiques :  

Marine Le Pen ne veut plus d'Europe (celle de Bruxelles). Macron veut en rajouter une couche.

Marine Le Pen veut arrêter l'immigration. Macron qui vient de féliciter Merkel sur ce chapitre (ce que n'a jamais fait Hollande), lui ouvre les bras.

Deux sujets existentiels sur lesquels, comme sur d’autres, au moins      60 % des Français sont aujourd’hui du côté de Marine Le Pen.

Comment réussir ce concours de légitimité quand on accuse la France de crime contre l'humanité, qu’on nie l'existence d'une culture française ou qu'on fait un discours en anglais à Berlin ?  Comment prétendre être le chef d'un peuple en le mettant en accusation au banc de l'histoire ou en crachant sur ses totems ? Macron qui aime tant l'anglais n'a visiblement pas compris ce que veut dire leadership.  Il est vrai qu'on ne l'apprend pas à l'Inspection des finances. Dans ce concours, tout ce que la campagne virevoltante de Macron s’évertue à cacher viendra au jour. Il   n'est pas certain qu’il gagne alors la partie.

Le sociologie Marc Abélès[2] a mis en relief le concept d’éligibilité. Un donnée complexe de nature anthropologique qui sous-tend la mécanique électorale. Il est douteux qu'avec ses prises de positon sur l'histoire et la culture françaises, Macron soit vraiment "éligible". D'autant que les meilleurs experts pensent que la question identitaire sera décisive dans cette élection[3].

A côté de la légitimité, il y a l'arithmétique électorale. Même si la gauche n'aime pas Fillon, personne ne l’y déteste assez   pour ne pas voter pour lui au second tour dès lors qu'il s'agira de "faire barrage au Front national" : il n'aurait ainsi pas de mal à faire le plein des voix de Dupont-Aignan à Mélenchon.

Ce n'est pas si certain pour Macron : une partie des Républicains excédés par les coups portés à leur candidat - et qui commencent à comprendre d'où ils viennent -, sanctionnera Macron en votant au second tour pour la candidate du Front national.  Quant à la gauche de la gauche, ceux qui auront voté Mélenchon ou Poitou, comment   imaginer qu'ils voteront pour un candidat issu de la banque Rothschild, figure accomplie du « social-traître ». Au mieux ils s'abstiendront.

Ajoutons qu'après le Brexit et l'élection de Trump, Macron est tout sauf dans le sens d’histoire.

Ceux qui ont fait le calcul qu’en déstabilisant Fillon, ils auront Macron apportent la preuve de leur aveuglement sur les véritables dynamiques de l'opinion.  Macron reste le candidat des élites mondialisées, "hors sol », vivant dans un   cocon qui les rend étrangères à un peuple toujours suspect de "populisme ». Leurs erreurs d’appréciation dans les votes anglais et américain   déjà signalés, plus celle, en France, du référendum de 2005, ne leur suffisent pas.  Au demeurant, quel mépris du peuple d'imaginer que par le matraquage médiatique, beaucoup d'argent, une communication très professionnelle destinée compenser le vide du propos (car   jusqu' ici Macron n'ose pas dit ce qu’il est vraiment) et des prestations scéniques de saltimbanque inspiré, on puisse faire avaliser par le peuple français des options qui, jusqu'à la caricature, résument tout ce qu'ils rejettent.

Les réseaux nationaux ou internationaux qui ont voulu déstabiliser Fillon parce qu’ils ne le trouvaient pas assez à leur goût     pourraient bien, à ce jeu, avoir Marine le Pen. Ce n 'est sûrement pas le résultat qu'ils recherchaient.

 

                                                           Roland HUREAUX

 

 

[1] Rappelons qu'en 1965, le général de Gaulle avait refusé   de réactiver la procédure engagée à l'encontre    de François Mitterrand qui était toujours en examen pour outrage à magistrat, soupçonné d’avoir organisé un faux attentat contre lui-même. Autre temps, autres mœurs.

[2] Marc Abélès, Jours tranquilles en 89, ethnologie politique d'un département français, Paris, Éditions Odile Jacob, 1988.

[3] Article de Jérôme Sainte-Marie, Le Figaro, 22 février 2017

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 23:14

POURQUOI AREVA N'A JAMAIS REPONDU AUX AVANCES DE TAÏWAN QUI A UN BESOIN URGENT DE RETRAITER SES COMBUSTIBLES NUCLEAIRES ?

 

Le premier ministre Bernard Cazeneuve se préoccupe-t-il du devenir d'AREVA dont la cotation en Bourse a été suspendue le 10 janvier ?   Comme il se trouve en contrat à durée très déterminée, ce n'est pas sûr.

Mais il a été élu député de la Manche.  Sait-il que dans sa circonscription, il y a une mise d'or ?  Une mine qui pourrait rapporter à la France 4 milliards d’euros immédiatement, et le double plus tard ce qui ne suffira peut-être pas à sauver AREVA, dont le besoin de financement est estimé à 15 milliards, mais pourrait améliorer sa trésorerie et par là même celle de l'Etat.

Il n'est pas sûr que Cazeneuve le sache car l’ancienne présidente d’AREVA, Anne Lauvergeon, aujourd'hui en examen, n'a rien fait pour le faire savoir, ni pour exploiter le filon.

Cette mine se trouve à l'usine de retraitement de La Hague, un site qu’il connait bien.  

Pendant des années, Taïwan a été demandeur, tantôt ouvertement, tantôt en sourdine, du retraitement de ses combustibles usés.

Dès les années 80, Taïwan s’est doté de six réacteurs nucléaires [1]  dont les combustibles usés ont été accumulés de manière préoccupante techniquement et inquiétante pour les populations [2]. Ces   combustibles se trouvent dans les piscines (dites de transfert) de ces quatre réacteurs, la « réserve de cœur » qui permettrait de décharger en urgence, en cas de besoin, l’intégralité d’un cœur de réacteur en activité n’est donc plus respectée, ce qui met en danger les populations.

 

Un engagement non tenu par la France

 

Cette sursaturation de 4 « piscines de transfert » est un cas unique au monde, largement dû à un engagement moral non-tenu depuis une vingtaine d’années d’AREVA de recycler un premier lot de 3 000 tonnes de combustibles usés (sur 7 à 8 000 tonnes à terme).

Or aujourd'hui, comme il y a vingt ans, pour des raisons à la fois techniques et administratives, le seul pays à même de retraiter ces combustibles usés est la France à l'usine de La Hague.

Dès 1997-98, COGEMA sous la présidence de Jean Syrota, avait donné un accord de principe à la demande de Taïwan Power Compagnie (TPC) pour évacuer et recycler trois mille tonnes de ces combustibles usés. Son successeur, Anne Lauvergeon, ne donna pas suite.

Non seulement cet engagement représentait une recette intéressante de près de 3 milliards de dollars de l’époque, mais il était logique - du fait que COGEMA avait précédemment fourni une importante partie des combustibles   à Taïwan Power Compagnie : COGEMA avait signé dès 1982   un contrat lucratif qui avait assuré - de 1987 à 2013 - un tiers de besoin de Taïwan en uranium enrichi.

Si un grave séisme de type Fukushima se produisait à Taïwan, et s’il entraînait aussi un accident au niveau de ces piscines, la responsabilité morale de la France - et singulièrement celle d'AREVA - pourrait être mise en cause, du fait de ces engagements non honorés.

Compte tenu de l'accumulation intervenue au fil des ans, le marché total de ce recyclage peut être estimé aujourd’hui à 8 milliards d’euros (4 immédiatement, le reste plus tard.).  Ce budget a été mis en réserve par l’électricien taïwanais, dans un compte distinct de la trésorerie de l’entreprise.

 

L'incompréhensible passivité d'AREVA

 

Pour des raisons à ce jour inexpliquées, AREVA, depuis de nombreuses années, a multiplié les échappatoires pour ne donner aucune suite à ce qui était une demande explicite de l’électricien taïwanais, alors appuyé fortement par son gouvernement : le président de TPC, reçu à Paris en 1997 avait proposé un acompte d1 milliard de $ en échange d’un engagement de la COGEMA d’effectuer l'opération sur quelques années. Le ministre de l’énergie atomique et ses adjoints furent reçus à plusieurs reprises et les   arrangements administratifs et gouvernementaux de part et d'autre furent précisés.  Washington, dont l'accord est nécessaire du fait que les Etats-Unis ont fourni les réacteurs, approuva et appuya le projet.

Cette passivité obstinée est d'autant plus inexcusable que notre capacité de retraitement de la Hague est sous-employée.

Il est vrai que la situation politique a évolué à Taïwan : le gouvernement est désormais anti-nucléaire (tout en conservant un ministère de l’énergie atomique[3] !) Certains antinucléaires jouent même la politique du pire, espérant l’incident, ou l’accident.

Les connaisseurs de ce pays ne doutent cependant pas que, compte tenu du besoin, un travail politique de terrain déterminé, mené par un représentant compétent, aboutirait très vite à un accord.

De toutes les façons, il n'est pas d'usage que le client courtise son fournisseur - comme c'est le cas depuis vingt ans (en vain) : le contraire   serait plus normal.

Depuis des années, les dirigeants successifs d’AREVA, quand ils se sentent poussés à bout (ce qui est rare, les politiques s'étant peu intéressés à la question) répondent « Soyez tranquilles, l’affaire suit son cours ». Mais on ne voit rien venir.

On allègue aussi que les taïwanais se sont dotés d’un système d’entreposage à sec sur site rendant inutile le retraitement ou permettant d’attendre. C’est bien parce qu’AREVA ne tenait pas les engagements de COGEMA que Taïwan a été contraint de se doter de ce dispositif. Un système en fait inacceptable pour toutes les composantes politiques de l’ile car il perpétuerait la présence au milieu de l’agglomération de Taipei de 7000 tonnes de combustibles usés.

Il y a eu également, sous le successeur immédiat de Lauvergeon, un début de négociation pour évacuer un lot « pilote » de 220 tonnes. Un leurre que les députés taïwanais ont fait annuler car il n’apportait qu’une solution minime.

Parmi les mauvaises raisons que l'on soupçonne à ce blocage chez AREVA, figure la crainte révérencielle de la Chine populaire : pourtant Pékin n’a jamais émis la moindre objection aux relations industrielles électronucléaires entre la France et Taïwan ; et comment objecterait-elle puisqu'elle n'aura pas de capacité de retraitement propre avant de très longues années ? Imaginer que faire des affaires avec Taïwan nous mettrait mal avec la Chine de Pékin relève de    considérations    diplomatiques qui retardent de 35 ans :  10 000 passagers par jour, hommes d'affaires, étudiants et touristes, prennent un vol entre la Chine populaire et Taïwan !   40% du commerce extérieur de Taïwan se fait avantageusement avec la Chine. Le plus gros employeur privé de la Chine continentale, Fox Conn est un Taïwanais qui emploie un million d’ouvriers [4] .

Peut-être faut-il chercher la clef de cette énigme dans le mauvais souvenir de « l’affaire des frégates » de Taïwan, négociée sous l'ère Mitterrand, et dans le rôle qu’y aurait joué Anne Lauvergeon ? 

Ou alors a-t-on affaire à un cas finalement assez fréquent de la pathologie des organisations : l'incapacité de toute la structure AREVA (désorganisée par Lauvergeon) de prendre une décision dans quelque domaine que ce soit. L'aboulie n'est pas seulement une névrose individuelle, elle peut toucher aussi toute une structure.

Malgré l’intérêt électoral de l’actuel premier ministre à débloquer cette affaire, il n’est pas sûr qu'il en ait encore le temps.  L'affaire sera donc entre les mains du nouveau président, qui aura bien besoin de ces 8 milliards d'euros.

 

                                                           Roland HUREAUX

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

[1] Plus deux, plus récents, gelés en raison de l'opposition de la population au nucléaire

 

[2] Les quatre réacteurs du Nord de l’île sont situés dans lagglomération de Taipei, un bassin de population de 7 millions dhabitants.

 

[3] Il a même lancé le projet dune agence de gestions des déchets radioactifs sur le modèle français.

 

[4] En décembre 2016, lors des célébrations à Fuzhou autour des statues et de linauguration dune exposition remarquable à la gloire de notre compatriote Prosper Giquel (le Français le plus célèbre de Chine), des descendants taïwanais de ses élèves étaient à

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 23:13

 

POURQUOI PERSONNE N’ARRIVE À CONTENIR LA HAUSSE DES DÉPENSES PUBLIQUES

 

Depuis trente ans, inlassablement, les think tanks libéraux qui occupent le devant de la scène française et tentent d’alimenter les programmes des partis   plaident pour la baisse des dépenses publiques et ils ont raison :  ce devrait être là une priorité nationale. Ces dépenses publiques sont passées de 38, 5 % du PIB en 1970 à 57,7 % en 2015. Elles continuent à s’élever.

Même si la gauche est plus responsable que la droite à cet égard, celle-ci n'a nullement profité de ses passages au pouvoir pour renverser la tendance, au contraire.

Il est même frappant de voir combien les analyses et les propositions des libéraux restent lettre morte. 

On impute cette hausse permanente à différents facteurs : la démagogie, l’incompétence des politiques qui laissent souvent filer les budgets sans y prendre garde ou n'y attachent pas d’importance. Mais beaucoup de nouvelles dépenses sont engagées sans que personne ne les demande !

Même si ces explications ont une part de vérité, les raisons de la hausse des dépenses publiques sont plus profondes.

 

Le rôle de l'idéologie

 

Elles tiennent, pensons-nous, à l’investissement des politiques publiques par l'idéologie.

Ce terme d’idéologie a de nombreuses significations. Nous en retiendrons une : des politiques publiques inspirées par des idées simples, généralement fausses parce que trop simples, fondées sur des clichés qui circulent dans les milieux dirigeants (presse comprise) ou certaines administrations et non sur une analyse fine des réalités.

Ce refus d’analyser de près certaines réalités de terrain avant de décider existe dans tous les pays, mais il est particulièrement répandu en France où la suffisance des décideurs parisiens (et parfois provinciaux) semble les dispenser de s'abaisser à regarder les choses de près ; méprisant les acteurs de terrain, ils les soupçonnent a priori d'être prisonniers de partis pris démagogiques.  A l'origine de ces attitudes se conjuguent curieusement nos deux grands héritages, celui    de l’Ancien régime : une société de cour arrogante et de celui de la Révolution française : une propension inégalée à l’abstraction.

Il a été admis une fois pour toutes sans examen que 36 000[1]  communes étaient source de gaspillage, alors que c’était exactement le contraire : ces petites communes étaient gérées à l'économie, leur regroupement en ensembles intercommunaux s'est avéré au contraire terriblement dispendieux. Mais les think tanks libéraux continuent de répéter comme des perroquets qu'il faut regrouper les communes, les départements, et le gouvernement vient de procéder, sans nécessité, au regroupement des régions, ce qui entraînera sans nul doute des dépenses publiques supplémentaires. On peut en effet tenir pour une loi économique que plus une entité publique est grosse, plus elle entraîne de frais généraux.

Quand nous parlons d'idéologie, nous ne nous référons pas à un grand système totalitaire tel que celui qui a régné en son temps en Union soviétique[2]. Il s'agit d'idéologies sectorielles qui suivent généralement le même modèle simplificateur mais qui ne sont reliées entre elles que de manière lâche. Certaines sont même contradictoires :  par exemple, au ministère de la santé, la tendance est à la fois à fonctionnariser la médecine libérale et à libéraliser le statut des pharmaciens.

 

Des réformes nocives

 

L'idéologie n'est pas seulement une simplification et donc une falsification du regard porté sur le réel, elle inspire d’innombrables réformes plus nocives les unes que les autres. Pour qui veut comprendre la différence entre une réforme "naturelle" et une réforme idéologique, il suffit d'appliquer la règle suivante : une réforme « naturelle » vise seulement à résoudre les problèmes quand ils se posent, ce qui est déjà assez tant il y en a ; une réforme idéologique vise à   résoudre des problèmes qui ne se posent pas, sans résoudre ceux qui se posent vraiment. Simplement, elle veut redresser telle ou telle réalité qui n'entre pas dans les schémas abstraits que les décideurs ont établie en norme.  Il en est ainsi de la plupart des normes européennes : ainsi celles qui ont entraîné le sectionnement d’EDF et de la SNCF en plusieurs entités indépendantes sans autre objectif que de se mettre en conformité avec une théorie de la concurrence généralisée à caractère idéologique (au demeurant contestée dans le cas d'espèce par beaucoup d’économistes) et qui a bien plutôt créé les problèmes qu'elle n'en a réglé. On pourrait ajouter beaucoup d’autres exemples. En matière de réforme de l'État où sans tenir compte de la spécificité de la sphère publique, on a tenté d'imposer de manière artificielle des méthodes de gestion prétendues issues du privé, l'effet a été de créer du désordre et d’affaiblir la motivation des agents : indicateurs d’efficacité manipulés, primes de résultat arbitraires, gestion des carrières lourde et formaliste, regroupements de services aux cultures éloignées etc. L’éducation nationale, de manière plus ancienne, avait imposé le principe du collège unique : on pensait   assurer l'égalité des enfants en imposant le même moule à tous sans   tenir compte de leurs aptitudes différenciées, une idée aussi stupide que si on avait dit que pour égaliser une série de nombres, il fallait les multiplier tous par deux !   Souvent, l'idéologie est l’imitation servile de modèles étrangers : ainsi la réforme de la politique agricole commune de 1992, d’inspiration américaine, qui a alourdi le coût des soutiens ou l’imitation du modèle pédagogique allemand (inefficace) par la multiplication d'exercices interdisciplinaires dans l'enseignement secondaire qui brouillent les repères et démoralisent les enseignants.

 

Le bon sens est la chose là moins partagée

 

Dans cette multiplication   de politiques idéologiques, il est rare que les idées de bon sens arrivent à faire leur chemin : on citera la création des Instituts Carnot dans le domaine de la recherche qui ont été instaurés avec succès en 2006, parce que leurs promoteurs avaient pu travailler hors du feu des projecteurs et des stéréotypes du parisianisme. L'extension du domaine de l'idéologie est facilitée par l'obsession  de la    communication (la com')  : des schémas simples sont plus faciles  à expliquer   aux journalistes ou au grand public ;   fusionner  tous les services de renseignements civils en un seul semble a priori propre à en améliorer l'efficacité même si le désordre entraîné par cette réforme que rien ne nécessitait (  le renseignement intérieur marchait très bien jusque là)  , est une des causes de la perte de contact de nos services avec les milieux terroristes à partir de 2010 et, par là , des attentats de 2015.

 

La dépense publique, variable d'ajustement

 

Quel rapport entre l'idéologie et la dépense publique ? Il est plus grand que l'on croit. On peut dire que chaque fois qu'une réforme est idéologique et donc mauvaise, la dépense publique constitue la variable d'ajustement. Cela de différentes manières :

 

-  D'abord parce que toutes les réformes créent du stress et entrainent une forte dépense d'énergie, spécialement celles qui touchent à l'administration elle-même : pendant plusieurs années, le service est perturbé, les agents étant mobilisés par le changement interne. Une administration en réforme permanente est une administration qui coûte   bien plus cher que celle qui fonctionne normalement sans être chamboulée.  D'autant   que, généralement imposées de haut, comme c'est l'usage en France -  toujours l'esprit de Cour-, ces réformes sont mal reçues par le personnel qui   se démoralise et se démobilise. L'action administrative a besoin de cadres stables ; les déstabiliser en permanence entraîne une perte d'efficacité ; la perte d'efficacité entraîne des besoins de personnel supplémentaires ;  

 

- Ensuite parce que les agents étant naturellement conservateurs (mais qui ne l'est pas ?), les autorités politiques qui souhaitent que la réforme se fasse sans heurts   achètent leur consentement par une large distribution de primes ou d'avantages de carrière. Une première tentative de fusionner les services fiscaux et les services du trésor   avait   échoué face aux résistances. L'administration ne voulant jamais se déjuger est revenue à la charge quelques années après : une seconde réforme a réussi parce qu'une prime de fusion a été généreusement distribuée à un personnel qui était déjà parmi le mieux payé de la sphère publique.  De même, la perspective de fusion (non encore réalisée heureusement) de la police et de la gendarmerie a conduit à aligner les avantages statutaires des uns sur ceux des autres, selon la règle du mieux disant[3]. Pour attirer les élus locaux réticents dans les structures intercommunales, la loi Chevènement leur a permis de multiplier les postes de vice-présidents devenus de coûteuses prébendes et d’augmenter les indemnités ;

 

- Enfin la plupart de ces réformes idéologiques étant mal conçues car inadaptées à la réalité concrète, créent des dysfonctionnements divers et généralement coûteux. La mise en place des communautés de communes et d’agglomération a entraîné la création de 200 000 postes de fonctionnaires en plus de ceux qui existaient déjà : sont en cause, outre le principe lui-même de la course à la dimension, les mécanismes financiers du rapprochement intercommunal comme, par exemple, les distributions de dotations incitant à la dépense, ou la complication plus grande des nouvelles procédures.  Si l'on n'avait rien réformé du tout - et cette réforme est typiquement idéologique puisque personne ne la demandait et qu'aucun problème grave ne la rendait nécessaire - le coût aurait été encore moindre. L'instauration des Agences régionales de santé, selon le même principe de "regrouper pour mieux gérer" a entraîné la création d’une couche bureaucratique supplémentaire dans le monde hospitalier ; par ailleurs les    chefs de pôles sont venus s’ajouter aux chefs de service. De même l'idée absurde que nos universités étaient trop petites, inspirée par les critères très particuliers du classement de Shanghai, a déterminé la création d'organismes fédérateurs, les PRES, qui ne sont eux aussi qu’une strate supplémentaire ;

 

-  Ajoutons, et c'est le plus grave, que le règne de l’idéologie dans certains secteurs clef de l’appareil d’État français fait tant de dégâts que le seul moyen de les réparer est d'engager de nouvelles dépenses publiques. L'exemple le plus patent est l'éducation nationale qui a vu au cours des quarante dernières années l'application du collège unique, des théories pédagogiques pseudo-scientifiques absurdes, notamment dans l'apprentissage de la lecture, des idées de Bourdieu selon lesquelles, pour rendre l'éducation plus égalitaire, il fallait abaisser les exigences en matière de langue, de tenue, d’obéissance, ce qui a eu pour   conséquence un relâchement général de la discipline dans les écoles. Par elles mêmes ces réformes n'alourdissent pas les coûts mais elles ont pour effet une baisse du niveau que l'on tente de compenser en créant de nouveaux postes pour diminuer sans cesse les effectifs des classes, en instaurant de coûteuses ZEP aux crédits renforcés et en allongeant la scolarité etc.  Les libéraux font souvent le procès aux enseignants que leur efficacité est faible, que leurs syndicats "n'en ont jamais assez". Ils proposent un système lui aussi idéologique qui coûtera cher sans résultat :  l'évaluation généralisée. En fait, la raison d’être de ces dysfonctionnements, tient à l’application, et cela dès le niveau le plus élémentaire, des principes faux qu'on a vus. Cette application a été décidée en haut lieu, les enseignants, conscients des inconvénients générés, n'y sont pour rien, sinon qu’ils adhèrent à des syndicats qui ont soutenu ces réformes. On peut dire la même chose de la justice, autre secteur hautement idéologique : les idées perverses du Syndicat de la magistrature y ont pénétré, répandant à tous les niveaux la culture de l'excuse et se traduisant par une augmentation de la délinquance qui rend nécessaire l'augmentation des effectifs de police et de gendarmerie, la création de nombreux postes d’éducateurs généralement inopérants, sans compter des troubles de l'ordre public coûteux. Parallèlement, les procédures n'ont cessé d'être compliquées au nom d'un droit de l'hommisme échevelé (alors même que les atteintes à la vie privée se multiplient sous l'effet de lois antiterroristes). Si la justice se faisait craindre davantage, il faudrait moins de policiers et de gendarmes !  

On pourrait aussi montrer comment la réforme de la PAC de 1992 a coûté beaucoup plus cher au contribuable tout en démoralisant le monde agricole désormais assimilé à un consommateur de subventions. Cela pour faire droit à la théorie libérale prônée par le GATT qui   disqualifiait le soutien des prix.

L'idée que   la plupart des augmentations de la dépense publique depuis 1980 sont imputables à des réformes à caractère idéologique, peut être étendue   à l’explosion des dépenses d'indemnisation du chômage (y compris toutes les formes d'emploi aidé) qui ne sont pas sans lien avec la préférence bien antérieure à l’euro pour une monnaie forte, qui a, elle aussi, un caractère idéologique et est la cause de l’augmentation du chômage.

 

Le libéralisme érigé en système est aussi une idéologie

 

Face à ces mécanismes de pensée (ou de non-pensée), qu'on ne voudrait   cependant pas généraliser pour ne pas nous exposer nous aussi au   soupçon d’idéologie, l’inaptitude des think tanks libéraux à promouvoir, malgré leur hégémonie intellectuelle, une vraie politique d'économies est frappante.  Ils ressassent à chaque échéance électorale des propositions de coupes sombres dans les dépenses sociales dont on ne voit jamais la couleur, des privatisations érigées en système (tantôt opportunes, tantôt pas) alors qu’elles ne concernent que les stocks publics, pas les flux, ou la réforme des statuts des fonctionnaires (qui coûtera très cher elle aussi, n'en doutons pas). Le problème est qu'ils sont eux aussi porteurs d'idéologie, c'est à dire de schémas simplifiés qui semblent les dispenser s'une étude approfondie des réalités. Idéologie nourrie de leur peu d'empathie pour le monde du service public qui n'est pas le meilleur moyen d’en connaître en finesse les mécanismes. Idéologie qui n'est sans doute que le reflet des préjugés sommaires de leurs financeurs (grands groupes) ou de leurs relais (grands médias) qu'ils se doivent de satisfaire en allant dans leur sens.  Ils sont    à l'origine, directe ou indirecte, de nombreuses réformes qui ont abouti à une augmentation des dépenses publiques : ainsi, l'assimilation abusive du management public au management privé d'où résultent la LOLF de 2001 ou le regroupement des communes, dans laquelle des libéraux peu au fait du fonctionnement réel de l'Etat ont imaginé trouver une source d’économies alors que c’était le contraire. L'évaluation généralisée, presque toujours fallacieuse en dehors du critère du profit, est de la même eau. Le libéralisme transformé en système est lui aussi une idéologie et il n’échappe pas à la loi commune des idéologies qui est d'alourdir la dépense publique.

Parmi les raisons qui favorisent l'envahissement de la sphère publique par le mode de pensée idéologique, il y a l'incompétence, les modes internationales, il y a aussi la paresse intellectuelle.  Il est plus facile de proposer des réformes qui se traduisent par la déclinaison mécanique de grands principes éloignés du terrain (la loi Macron est, au moins en partie, assez typique à cet égard) que d'analyser en détail comment fonctionnent réellement les services, ou encore de consulter les gens de la base.  La paresse va généralement avec l’orgueil, celui de savoir sans s'être informé. Les sept péchés capitaux ne sont certes pas tous impliqués au même degré dans ces dérives, mais il est certain que la France n'est pas près de contenir les dépenses publiques tant que ne sera pas opéré dans le mode de pensée de nos gouvernants ce qu’Ernest Renan appelait une grande réforme intellectuelle et morale.

 

                                                           Roland HUREAUX

 

 

 

 

 

 

 

[1] 36 593 exactement en 2015

[2] Encore que le système communiste ait été fondé, lui aussi, sur quelques idées trop simples : la propriété doit être supprimée, l'Etat doit s'occuper de tout.

[3] De la même veine, est le projet récent de fusionner les écoles de police et de gendarmerie qui témoigne d'une parfaite ignorance des cultures spécifiques de ces institutions et qui, s'il était réalisé, coûterait très cher.

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 23:11

 

IL FAUT ACCORDER LA CARTE DU COMBATTANT AUX DJIHADISTES DE RETOUR   DE SYRIE

 

De nombreuses voix s’indignent des avantages consentis aux djihadistes français de retour sur le territoire national, notamment le bénéfice du RSA. Certains voudraient les déchoir de la nationalité française. D'autres les interdire de séjour, les emprisonner ou leur imposer un stage de radicalisation.

Nous pensons au contraire qu’il faut leur accorder le statut d 'ancien combattant.

Pourquoi ?

Parce que dans la guerre de Syrie, ils se sont battus aux côtés de l'armée française.

Depuis 2011, la France a , de facto , fait la  guerre au gouvernement de Syrie  ( dit "régime de Bachar el Assad") . Pour cela, il a livré des armes, fourni de l'entrainement  aux forces djihadistes ( notamment en Jordanie ), au moins à certaines comme Al Qaida ( rebaptisé pour plus de respectabilité  Al Nosra) - mais que ce soit Al Qaida ou d'autres , cela n'a pas d'importance, l'osmose entre les groupes djihadistes, y compris Daech,  étant totale. Nos soldats les ont "conseillés » dans les combats, ce qui veut souvent dire "commandés". Des officiers français impliqués dans les combats ont été faits prisonniers par l'armée syrienne à Homs en 2012.

Certes il s'agissait de "forces spéciales » et notre pays n 'était pas officiellement en guerre avec la Syrie - quoiqu’il ait entièrement rompu les relations diplomatiques avec Damas en 2012.  

 

Ils étaient du même côté que l'armée française

 

Il reste que les djihadistes en cause n'ont pas trahi la France.  Ils se sont toujours trouvés du même côté que l’armée française en tous les cas celle   François Hollande. La cause qu'ils ont servie était officiellement promue par l'Etat français ; c’était la lutte contre le régime de Bachar el Assad et donc la cause des droits de l'homme et de la démocratie.  

Les djihadistes n'étaient pas seulement du côté de la France :    ils étaient du côté du "monde libre ", puisque l’OTAN dans son entier était engagée aux côtés des islamistes syriens (appelés "rebelles", ça fait mieux) : Etats-Unis, Royaume-Uni, Allemagne, Italie, Pays-Bas, Danemark, Turquie etc.

Que nos volontaires se soient laissé pousser la barbe n'est pas non plus un obstacle :  n'est-ce pas aussi dans les usages de la Légion étrangère ?

La durée de service sur le théâtre des opérations exigée pour obtenir la carte du combattant est de vingt jours : la plupart des djihadistes de nationalité française sont restés plus que cela.  Beaucoup y sont même restés tout court, la mortalité étant particulièrement élevée dans cette guerre.

Il n’est certes pas prouvé que les instructeurs issus de l'armée française chargés de former les rebelles dans les camps d'entrainement aient rencontré les "volontaires" français issus de nos banlieues. Nous n'avons pas encore de témoignages directs à ce sujet. Mais il est bien évident que, pour des raisons pratiques, c’est à des instructeurs français qu’ont dû être confiés les   volontaires francophones.

L'idée de donner la carte du combattant, avec tous les avantages afférents, aux djihadistes de retour au pays n’est donc pas absurde.   

Quoique l'engagement français ait commencé sous Sarkozy et Juppé, il a pris une ampleur encore plus grande sous Hollande. C'est donc à lui, tant qu'il est encore président, de prendre la mesure de justice élémentaire que nous préconisons. 

 

                                                           Roland HUREAUX

 

NB: Ce texte n'a encore pas ét publié, les journaux auquel il a été envoyé n'en ayant apparemment  pas perçu l'ironie...

 

 

 

 

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 23:10

QUELLES SONT ENCORE LES CHANCES DE FILLON ?

Les sondages ne semblent pas favorables à François Fillon. Beaucoup pensent même qu'il n'aurait pas dû maintenir sa candidature après sa mise en examen. Qu'en pensez-vous ?

Il a évidemment eu raison de maintenir sa candidature, mais il aurait dû être plus clair pour expliquer   que    la règle qu'il avait posée, de ne pas être candidat quand on est en examen, ne s’appliquait qu'en temps normal, qu’elle ne valait plus dès lors que nous nous trouvons (pas seulement lui, les Français) confrontés à un coup d’état judicaire sans précédent qui bouscule toutes les règles du jeu et met même en danger la République.

Nous nous trouvons en face d’une violation flagrante de l'article 16 de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen du 26 août 1789 :  " Toute Société dans laquelle la séparation des Pouvoirs (n’est pas) déterminée, n'a point de Constitution".

Les premiers auteurs de ce coup d’Etat, ce ne sont pas les juges, mais le président de la République qui a le parquet financier à sa botte et tout son entourage, lequel se confond avec celui de Macron. C'est eux   qu'il faut mettre en cause et avec force.

Je pense même que Fillon aurait dû faire comme Marine Le Pen et ne pas se rendre à la convocation   des juges d’instruction, ou alors en profiter pour faire une attaque en règle contre ceux qui sont à l'origine de cette manipulation, Hollande, ou qui en profitent, Macron. Où de telles attaques auraient-elle plus d'écho qu'au sortir du cabinet du juge d’instruction ?

N’est-il pas scandaleux que toute la vie privée de François Fillon soit épluchée et mise sur la place publique sans retenue alors que personne ne sait ce que Macron a fait des 3 millions d'euros qu'il a gagnés en deux ans chez Rothschild ?

Rien ne l'oblige à le dire, prétend-t-il. Mais nous ne sommes plus sur le seul plan du droit, nous sommes sur le plan de la moralité et de la confiance.  Macron peut prétendre qu’on ne peut pas l'obliger à dire où il a dépensé son argent comme Fillon arguer dire qu’il n’a rien fait d'illégal. Néanmoins, on sait tout sur Fillon et on ne sait rien sur Macron.

Une campagne électorale ne se passe pas seulement   sur le plan du droit.  Macron se doit d’éclaircir les zones d'ombre de son train de vie au cours des dernières années - et de son patrimoine. Encore faut-il que ses concurrents le lui demandent avec   énergie.

 

Pensez-vous que Fillon a, malgré cette mise en examen, encore toutes ses chances ?

Des chances certainement, mais encore faut-il qu'il les exploite.

Sur le papier, il a encore toutes ses chances : si on considère que Marine Le Pen sera, au premier tour, proche des 28 % des voix, les petits candidats autour   de 7 %, ce qui fait 35 % au total. Restent 65 % à se partager à quatre :  Fillon, Macron, Hamon et Mélenchon, les quatre "on" !  La moyenne est de 16,5 %. Tout candidat qui se trouve au -dessus peut espérer être au second tour. Rappelons-nous que Jacques Chirac a été élu deux fois président en dépassant à peine les 19 % au premier tour. Or Fillon est encore près de 20 %. Il a un grand avantage sur tous les autres : un matelas de voix issues de la droite modérée, adhérents ou non aux Républicains mais sympathisants de toujours, qui représente entre 15 et 20 % de l'électorat et qui est à peu près   incompressible. En dehors de Hamon dont le matelas existe aussi mais plus bas, les autres candidats, surtout Macron, sont susceptibles de se dégonfler.  Il reste à Fillon à exploiter ces atouts

Mais comment pourrait-il remonter la pente ? Il ne serait qu’à 19 % ?

Ou 20 ou 22 %, et on sait aujourd'hui ce que valent les sondages.

Le problème de Fillon n'est pas de reprendre 4, 5 ou 6 points, il est d'arriver avant Macron, c'est tout. Et cela au premier tour. Si Fillon gagne le premier tour, il gagnera le second. C'est moins sûr, quoi qu'on prétende, pour Macron ou Hamon.

Pour le moment, les Français savent qui est Fillon et ils savent qui est Marine Le Pen, mais ils ne savent pas qui est Macron et je ne crois pas que les Français l’éliront à leur tête sans chercher à le savoir ; et ce jour-là, l’épreuve de vérité pourrait être dure pour lui : le sémillant candidat devra enfin   ôter le masque.

Seule question donc pour Fillon : comment devancer Macron au premier tour ?

Et comment donc ?

La première chose à faire est d'attaquer (lui ou son entourage) sans merci Macron, de le pousser dans ses retranchements.   C'est certainement moins simple dans la mesure où la majorité de la presse est pour lui et ne répercute que peu les affaires de Macron, alors qu’elle répercute tant qu'elle peut celles de   Fillon. Mais il y a aujourd'hui les réseaux sociaux, les tweets, les forces du parti Les Républicains encore présent partout sur le terrain. Ce n’est pas seulement pour déstabiliser Macron ou altérer son image que Fillon doit l’attaquer, c'est aussi pour montrer qu’il est un chef. La meilleure défense c'est l'attaque. Quelqu'un qui ne se contente pas de s’excuser mais qui est offensif    montre son aptitude au   leadership. Les gens ne voteront pas pour une victime, ils voteront pour un attaquant.   

Par ailleurs le programme de Fillon doit être encore amélioré :   proposer un programme raide comportant une hausse du temps de travail et une baisse des revenus (au moins dans l'immédiat), cela pouvait plaire dans l'électorat de la primaire, mais cela ne plait pas forcément au grand public. Cela ne veut pas dire qu'il faille en rabattre, reculer ; il faut ajouter de nouvelles propositions plus avenantes ; c’est plutôt une affaire de présentation que de fond. Dire par exemple que 500 000 emplois publics en moins, ce n'est pas la mer à boire quand on sait que l'intercommunalité a entrainé la création de 450 000.  Il faut aussi sortir de l'alternative un peu simpliste : programme dur, programme mou :  cela est très réducteur : il y a bien d’autres dimensions dans un programme, notamment le plus ou le moins d’imagination ou encore la distance plus ou moins grande prise par rapport aux pures logiques technocratiques.   On pourrait peut-être dire aussi    que l’assouplissement du code du travail sera   appliqué d'abord aux PME-TPE, et que pour les autres on verra plus tard (quitte à trouver de mécanismes adaptés pour neutraliser les effets de seuil).

Un programme, ce n'est pas seulement un document arrêté une fois pour toutes sur laquelle on campe ; une campagne électorale est une dynamique : il faut au moins une proposition nouvelle chaque semaine et si possible une proposition qui fasse jaser. Il faut   faire preuve d’inventivité. Il faut que ça fuse. 

 

Par exemple ?  

 

Ce n’est pas moi qui suis chargé de faire le programme. Je ne prendrai donc qu’un ou deux   exemples. Tant qu'à être thatchérien, il faut l’être complètement. Dans son programme libéral, Mme Thatcher avait pris une mesure qui avait   beaucoup plu : la vente du parc social à ses occupants, cela d’une manière beaucoup plus systématique qu'on ne l’a jamais fait en France. Ce n'était pas, à ma connaissance, dans le programme initial de Fillon. Cela a été rajouté et c'est bien, mais il faudrait insister plus, instaurer par exemple un droit au rachat, sinon, les résistances étant très fortes, il ne se passera rien

En matière d’éducation, pourquoi ne pas dire clairement que les méthodes globales et semi-globales    d'apprentissage de la lecture seront bannies une fois pour toutes, ou que le dogme du collège unique sera abrogé : c’est ce qu'avait    fait le ministre de Robien en 2006 mais sa réforme avait été ensuite abrogée.

Le problème est que tous ces programmes ont été élaborés   dans des commissions où sont présents des apparatchiks issus des différents ministères : ces gens sont très forts pour expliquer que rien n’est possible sinon des ajustements à la marge ou alors ce qu'ils ont déjà dans les cartons ; ils font le nécessaire pour que n'y figure rien qui contredise la   culture de leur administration.    C'est encore plus vrai pour Macron dont les propositions, à part quelques paillettes démagogiques, sont d'une pauvreté affligeante.

Il reste qu'en un peu plus d'un mois Fillon a encore le temps de surprendre. C'est par l'audace de ses propositions - et pas seulement par leur caractère pénitentiel, qu’il pourra refaire la course en tête.  

 

 

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 23:07

 

L'UNION EUROPEENNE, FACTEUR DE PAIX OU DE GUERRE ?

http://www.libertepolitique.com/Actualite/Decryptage/L-UE-facteur-de-paix-ou-de-guerre2

Il est difficile de savoir à l'avance ce que le pape François dira aux chefs d'Etat européens qui seront à Rome à la fin de cette semaine pour fêter le 60ème anniversaire du traité de Rome.

On peut cependant espérer que le Saint Père saura aller au-delà d'un certain nombre de lieux communs véhiculés depuis des années dès qu'il est question de l'Eglise et de l’Europe, et qui sont trompeurs.

D'abord sur la position l'Eglise catholique elle-même.  Il existe des institutions ecclésiastiques qui sont très favorables au processus de construction européenne :  la Conférence   des évêques de France n’est pas la moindre ;   elle ne manque pas une occasion d’exprimer son soutien à l'Europe de Bruxelles. Ensuite le Conseil des conférences épiscopales d'Europe dont les positions sont analogues.  Pourtant, cela ne se sait pas assez, leurs options ne reflètent pas celle du Saint-Siège, beaucoup plus réservé. Le pape Jean-Paul II, pendant les 27 années de son pontificat, a maintenu sur ce sujet un ligne claire et cohérente : le Saint-Siège soutient tout effort de coopération entre les peuples d'Europe sans se prononcer sur leur expression institutionnelle. Si Pie XII avait paru encourager les débuts de la construction européenne, c'était d’abord dans l'optique de la guerre froide, dans le souci de contenir l'Union soviétique, alors au faîte de son agressivité. Depuis, les choses ont évolué. L'affaire Buttiglione en 2002, ce candidat à un poste de commissaire européen, proche du Vatican, recalé en raison de son attachement à la doctrine de l'Eglise catholique sur les sujets sociétaux, n’a rien fait pour rehausser la cote de Bruxelles à Rome.

 

Un projet pas si catholique qu'on dit

 

Il convient aussi de relativiser le mythe d'une Europe, grand projet chrétien, cofondé par les « Pères de l’Europe » :  Schuman, De Gasperi et Adenauer, tous trois catholiques fervents. Les tenants de cette vision voient   le projet de Bruxelles comme une sorte de grande cathédrale tendant en quelque sorte à reconstituer la chrétienté du Moyen-âge.  Cette vision, il faut bien le dire, plait davantage en terre germanique (d'où étaient issus les trois fondateurs évoqués) que française.  La réalité est moins simple.  Adenauer et De Gasperi étaient tous deux des patriotes placés à la tête de deux pays, l'Allemagne et l’Italie, défaits, ruinés et déshonorés. Leur souci était de reconstruire leur pays et aussi de le réintroduire dans le concert international. Le projet de construction européenne en fut pour eux l'occasion. Quant à Robert Schuman, dont l'envergure réelle ne doit pas être surestimée et qui avait voté les pleins pouvoirs au maréchal Pétain, il était, comme ministre des affaires étrangères de la France, très proche de Jean Monnet, lui-même en cheville avec l'ambassade des Etats-Unis. La fameuse déclaration Schuman du 9 mai 1950 a été préparée par Monnet en liaison étroite avec les Américains ; la levée du secret sur les archives diplomatiques américaines le montre.

Au demeurant, les premières initiatives européennes de la fin des années quarante n'aboutirent à rien (hors le Conseil de l'Europe qui suit une autre démarche) : la CECA a disparu avec la récession des secteurs du charbon et de l'acier   en Europe, la CED (Communauté européenne de défense) est mort-née du fait du refus de la France d'avaliser le réarmement allemand qu'elle impliquait.

Le vrai démarrage de la construction européenne fut le traité de Rome de 1957. Il a constitué la base    de ce qui est aujourd'hui l’Union européene. Mais il s'en fallut de peu qu'il ait lui aussi avorté. Sa principale composante était le marché commun agricole qui instituait une protection commune des productions des six pays fondateurs.    Les Etats-Unis, pourtant favorables à la construction européenne, tentèrent de le vider de sa substance pour que leurs produits continuent à entrer en Europe massivement. Il ne fut sauvé que par l'obstination du général de Gaulle qui, certes ne voulait pas, comme Jean Monnet, d'une Europe supranationale abolissant les nations mais souhaitait une coopération économique et même politique (plan Fouché). Aujourd'hui le marché commun agricole a perdu de sa substance, du fait des accords de l'OMC ; il a été remplacé, pour le meilleur et pour le pire, dans sa fonction fédératrice par la monnaie unique. L'Euratom signé en 1957 n’est non plus jamais sorti des limbes. Compte tenu de son rôle central, le général de Gaulle était considéré par l'archiduc Otto de Habsbourg comme un des Pères de l'Europe.

Des trois   fondateurs précités, seul Adenauer a participé à la négociation du traité de Rome, De Gasperi était mort et Schuman n'était plus aux affaires.

Il faut aussi dire qu'aux origines du processus européen, en particulier du traité de Rome, aux côtés des démocrates-chrétiens, ont joué un rôle au moins aussi important des laïques[1], socialistes, sociaux -démocrates ou radicaux, tels Guy Mollet, Christian Pineau, Maurice Faure, Paul-Henri Spaak ou encore Jean Monnet lui-même. Plus tard, Pietro Nenni. La franc-maçonnerie a poussé très fort en faveur de la construction européenne.

 

L'Europe contre la paix 

 

Troisième erreur à éviter : l'Europe de Bruxelles, facteur de paix. Il faut   renverser la causalité. C'est parce que   l'Europe vivait en paix depuis plus de dix ans que la construction européenne a été rendue possible et non pas l'inverse.

La paix en a-t-elle été renforcée ? Au début, peut-être, mais sûrement pas aujourd'hui.

Le grand acte de réconciliation de l'après-guerre fut le traité franco-allemand du 23 janvier 1963, conclu entre Charles de Gaulle et Konrad Adenauer : Jean Monnet tenta de le saboter car il n'entrait pas dans la logique des traités européens.

Depuis le traité de Maastricht (1992), l'Union européenne est organiquement liée à l'OTAN, organisation militaire et donc coresponsable des initiatives de celle-ci. Bruxelles est directement impliquée dans les conflits armés qui se sont produits sur le continent européen depuis près de 30 ans. D'abord la guerre de Yougoslavie, déclenchée en 1999 où 13 pays, Etats-Unis en tête, se sont jetés sur la petite Serbie pour la bombarder sans mandat des Nations-Unies. Le prétexte en était la mort de 14 civils (ou partisans ?) dans le village de Rack (Kosovo), mais en fait cette opération avait été décidée six mois avant : le bilan, 5 000 victimes presque toutes civiles.   Le pape Jean-Paul II avait condamné cette guerre dès le départ.

Puis vint la guerre d'Ukraine où Bruxelles est plus directement impliquée :  l'Union européenne a voulu à toute force signer un traité d'association avec Kiev, prélude d'une adhésion de l’Ukraine à l'UE et à l'OTAN. Le gouvernement légitime ne le voulant pas, les Etats-Unis ont organisé avec de fortes complicités   en Europe ce que l’ancien président de la République Giscard d'Estaing a appelé le coup d'Etat de la place Maidan (21 février 2014) qui visait à sortir entièrement ce pays de l'orbite russe. La Russie a réagi en soutenant les séparatistes ukrainiens russophones de l'Est et en annexant la Crimée.

    Les sanctions européennes imposées ensuite à la Russie apparaissent à la fois néfastes et dangereuses. Leur effet le plus sûr est d’enfoncer un coin durable entre l’Union européenne et la Russie qui aurait dû être son partenaire naturel. C’était d'ailleurs le principal objectif de Washington, ouvertement affiché par quelqu'un comme Brezinski.

Mais d'autres dangers encore plus graves résultent de cette animosité avec la Russie dans laquelle l'Union européenne a été entrainée. Un homme aussi pondéré que Helmut Schmidt est allé   jusqu'à évoquer le risque d’une   troisième Guerre mondiale. Et l'ancien chancelier allemand n'a pas eu de mots assez sévères pour fustiger dans cette affaire la    commission européenne : il n’hésite pas à dire que   Bruxelles a   "une part de responsabilité dans l'aggravation de la crise ukrainienne". Dénonçant   la tentative de la commission européenne d'intégrer l'Ukraine et la Géorgie, il s’emporte contre les   bureaucrates   qui "comprennent trop peu la politique étrangère". "Ils placent l'Ukraine devant le soi-disant choix de se décider entre l'Est et l'Ouest", estime-t-il. Bruxelles "se mêle trop de politique étrangère, alors que la plupart des commissaires européens la comprennent à peine"[2]

C'est encore le cas avec la guerre de Syrie où l'OTAN et ses composantes (EU, France, Royaume-Uni, Allemagne, Italie, Pays-Bas, Danemark) ont apporté pendant cinq ans une aide militaire aux djihadistes qui tentaient de renverser le président   Assad. Cette action les rend complices du massacre et de l'exode des chrétiens d’Orient.

L'Union européenne en tant que telle n’est pas directement impliquée sur le plan militaire mais elle relaie activement la propagande d'une violence inouïe menée contre Assad et ses soutiens - à commencer par la Russie. Surtout, elle a décidé en 2012 d'imposer des sanctions très dures à la Syrie, sanctions qui interdisent   les liaisons aériennes, les transactions bancaires et par là l'approvisionnement alimentaire et pharmaceutique à partir de l'Europe. Ce ne sont pas les dirigeants qui en souffrent mais le peuple et en bien des endroits, il en souffre plus que de la guerre elle-même. Ces sanctions sont levées dès que le territoire est repris par les djihadistes (pour lesquels l'UE a aussi levé l'embargo sur les armes). C'est d'abord la misère causée par les sanctions économiques qui a précipité de centaines de milliers de Syriens sur les routes de l'Europe.

L'anniversaire du traité de Rome pourrait être l’occasion pour le Saint Père de demander la levée immédiate de ces sanctions inhumaines par lesquelles l’Europe se   déshonore et qui risquent pourtant d’être reconduites   après le 1er juin 2017.

Il y a bien d’autres sujets sur lesquels l’Union européenne n'est pas à la hauteur des attentes ! L'économie :  le marché unique et la monnaie unique semblent n'avoir apporté que la récession et le chômage, selon des mécanismes que plusieurs Prix Nobel ont mis en évidence. La démographie : Bruxelles ne veut pas entendre parler du déclin démographique de l’Europe, car cela l'amènerait à promouvoir la famille, ce que rejettent les lobbies féministes dominants au point que Bruxelles semble être devenu le sanctuaire de la "culture de mort ». La démocratie :  le refus sourd de la mécanique européenne par les peuples a conduit les dirigeants à s'asseoir sur les résultats des référendums nationaux successifs, tous défavorables à la construction européenne : "il ne saurait y avoir de choix démocratique contre les traités européens" (Jean-Claude Juncker[3]). Un climat d'intolérance à l'égard de mouvements dits "populistes" qui contestent cette entreprise, se répand sur tout le continent. Mais c'est par rapport à l'objectif de la paix que l'Union européenne est le plus gravement en contradiction avec ses promesses. Au rebours   de l'esprit des Pères fondateurs elle pourrait être   aujourd'hui le principal facteur de guerre sur le continent.   

                                                                       Roland HUREAUX

 

 

 

 

 

 

 

 

 

[1] Laïque n'est pas ici   le féminin de laïc. Un laïc est un fidèle non clerc, un laïque est un partisan de la laïcité souvent extérieur aux Eglises.

[2] Entretien - Bild 16 mai 2014

[3] Déclaration du 29 janvier 2015

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 23:04

 

PROJET POUR UNE REFORME DE L'ENSEIGNEMENT DES LANGUES EN FRANCE

 

Le projet ci-après s’articule selon les principes suivants:

 

A. Une langue "universelle » obligatoire dès la 8e (ou 7e), soit au choix

- l'anglais d'aéroport ;

- l’espéranto ;

- le latin.

 

B. Une langue de culture en 6e :

   

Le choix pour cette deuxième langue, qui sera en fait la première, comportera toutes les grandes langues vivantes (allemand, espagnol, russe, italien, portugais, arabe, hébreu moderne) mais aussi les langues orientales (chinois, japonais). Des langues plus rares ne seront pas exclues.

Les enfants d'immigrés pourront à ce stade apprendre leur langue maternelle (de manière strictement laïque s'agissant de l'arabe).

Le choix pourra porter aussi sur les langues régionales françaises (dont la survie sera encouragée par un enseignement moins superficiel que celui qui existe aujourd'hui), le latin en option approfondie ou le grec ancien.

On créera à ce niveau de la 6e une option anglais littéraire, en complément de l'anglais de base obligatoire.

Une deuxième langue (en fait une troisième) pourra être choisie en 4e.

Les langues universelles ne seront enseignées que par des méthodes standard éprouvées et efficaces type Assimil), si possible par des répétiteurs passifs. En anglais, pas question de passer des heures à comparer l’usage de small  et little ! Toujours pour l’anglais, on commencera par le vocabulaire et les règles grammaticales de base, puis par le vocabulaire le plus facile, celui qui ressemble au français.

 

L’intérêt de ce projet est multiple :

 

- en traitant à part l'anglais de base, on facilite son apprentissage aujourd'hui très défaillant car il est entre les mains de professeurs du secondaire qui enseignent surtout l’anglais littéraire et sans méthode systématique ;

 

- apparemment privilégié, l'anglais est en fait réduit à sa fonction de sabir international ; il ne faut cependant pas se faire d'illusions, cet anglais sera choisi au titre de la langue universelle par au moins 95 % des élèves ; le latin précoce et l'esperanto sont mentionnés surtout pour mémoire ;   

 

- en même temps, ce projet ouvre au niveau de la sixième le choix des langues étrangères en dehors de l'anglais. Un des avantages de cette ouverture est de permettre à la France de négocier avec toute une série de pays (Allemagne, Espagne, Russie) des accords de partenariat permettant d’y développer l'enseignement du français sur la base de la réciprocité en échappant au diktat du tout-anglais ;  

 

- l'apprentissage de leurs langues maternelles, comme langues étrangère, devrait faciliter l'intégration des jeunes immigrés ; il constituera pour eux une discipline valorisante ;

 

- il y a place pour la préservation voire la relance des langues mortes ou en voie de disparition : latin, grec ancien et, de fait, presque toutes les langues régionales françaises.

 

Les difficultés prévisibles de mise en œuvre vont être de deux ordres :

 

- comment assurer une diversité effective de l'offre en ce qui concerne les langues rares ? Plutôt que de restreindre les choix, il faudra avoir recours, si nécessaire, au téléenseignement sous la surveillance là aussi de répétiteurs.

 

- comment faire accepter le nouveau statut de l'anglais au corps des professeurs d'anglais ? Certains pourront se reconvertir en répétiteurs de 8e mais cela ne saurait être que temporaire. Normalement, ils devront se consacrer à l'anglais littéraire (à partir de la 6e) ou alors choisir une autre langue.  Il faudra donc leur faire accepter la venue de répétiteurs d'anglais basique, en dehors de la filière ordinaire.

 

Ces difficultés ne sont pas insurmontables.

 

Les professeurs des autres langues auront, eux, tout à gagner de cette réforme, voyant leurs effectifs augmenter.

 

                                                         Roland HUREAUX  

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 23:00

FORUM DU 18 JUIN 2016

PEUT-ON ENCORE LIBERER LA FRANCE ?

Discours de clôture de Roland HUREAUX

Je ne me hasarderai pas à résumer les riches contributions des différents orateurs qui se sont succédé à cette tribune :  Hervé Juvin, Richard Layetière, l’amiral Jean Dufourcq, Jean-Michel Quatre point, Vladimir Gozzi, David Mascre et nos deux invités surpris : Guillaume Bigot et Virginie Tellienne. 

Je me contenterai donc d'apporter, moi aussi,  ma contribution sur le thème de l’indépendance de la France.

Francis Choisel a tenté d'approfondir le sens du mot.  Indépendance ou souveraineté ? Je n'entrerai pas dans les subtilités sémantiques : dans le dictionnaire Larousse, à « souveraineté », on trouve « indépendance » ...

On dit "l’indépendance, c’est l’isolement". C'est évidemment le contraire ; ce sont les alliances conclues, quand elles sont trop contraignantes, qui limitent notre souveraineté et donc notre capacité à tendre la main aux autres peuples. Qui pourra dire que la France est aujourd'hui libre de ses relations avec la Russie ?

L’indépendance n'exclut pas la possibilité de commercer, d’échanger, de passer des accords mais ces accords ne sauraient aliéner définitivement notre souveraineté, notamment sous ses quatre dimensions cardinales : la défense, la monnaie, le budget, les lois (et la justice). On voit bien qu'aujourd’hui sur ces quatre chapitres, tout est perdu, l'honneur y compris comme nous le verrons.

Certains mots sont souvent piégés : s'est répandu le terme de "souverainisme » que j'ai du mal à assumer. Il vaudrait mieux parler de "patriotisme" ou même, pourquoi pas ?  De « libéralisme » : après tout c'est de liberté qu’il s’agit, la liberté des peuples complétant la liberté individuelle : vouloir celle-ci sans celle-là est un leurre.

On dit aussi que la souveraineté est incompatible avec la mondialisation. Natacha Polony fait d'ailleurs cet après-midi pas loin d'ici une conférence sur ce sujet sous l'égide du Comité Orwell.  Mais opposer l'une et l'autre est absurde. Les ultralibéraux, adeptes de la struggle for life, ont l'habitude de comparer la compétition mondiale à une jungle impitoyable. C’est vrai. Mais pourquoi voudrait-on alors que la France se lance dans cette jungle toute nue ; n'est-ce pas parce que la mondialisation est impitoyable qu’il nous faut être armés et capables de nous défendre, sachant que personne ne le fera à notre place ?

Enfin, et c'était le sujet principal de ce forum, certains considèrent que l'indépendance serait une sorte de luxe, une gloriole dont après tout un état sérieux devrait savoir faire le deuil pour entrer dans des ensembles économiques de taille pertinente. L'économie (et les solidarités qui vont avec), c'est du solide, la diplomatie pour la diplomatie, l'indépendance pour l'indépendance, ce sont des ronds de jambe, des affaires de drapeau, de cocorico ; il faut savoir, dit-on, sacrifier cela pour être pragmatique.

Il est vrai que se pose la question du niveau pertinent de la souveraineté : le général de Gaulle pensait que, dans l'Europe du XXe siècle, c'était encore la nation. Il ne le pensait pas par choix idéologique ; il aurait admis que depuis la Grèce antique où ce niveau était la cité, les choses avaient changé et pouvaient donc encore changer. Mais il pensait le niveau pertinent ne se décide pas a priori, qu'il émane des réalités, de la sensibilité effective des peuples et que donc, pour le moment et sans doute encore pour longtemps, en Europe comme sur la plus grande partie du monde, ce niveau d'agrégation optimal, en tous les cas dominant, c’est la nation.  

La vie publique n'est pas une cascade de subsidiarités, il y a un niveau dominant, une majeure et des mineures. Pour parler comme saint Thomas d'Aquin, seule la nation est une "communauté parfaite".   

Ce cadre posé, l’indépendance n‘est pas un luxe : elle est une nécessité vitale. Nous n'en voulons   pour preuve que les effets désastreux pour la France de la perte de son indépendance.

 

**

 

En cette période pré-présidentielle, les candidats brassent les problèmes de la France et ils   sont, vous le savez, nombreux et lourds.
Or de ces problèmes, on peut dire ceci : il n'y en a aucun qui ne résulte de manière directe ou indirecte de la perte de notre indépendance.

Cela est presque évident pour la récession et le chômage puisque, vous le savez, avec l'euro nous avons perdu notre souveraineté monétaire, l’instrument capital de la régulation de la croissance et de l'emploi. Dès lors, la marge de manœuvre qui reste à nos gouvernants pour relancer la machine économique est faible. Les candidats des « Républicains » comptent tous   sur la politique dite de l’offre : transférer les charges des entreprises vers les autres acteurs, pour   inciter celles-ci à produire et à investir. Cela suppose des réformes qui ne seront pas populaires. Or quand on voit les difficultés du gouvernement actuel à faire voter la loi Travail dont l'inspiration est analogue (ce qui est normal puisque les uns et les autres la trouvent à Bruxelles), on devine les résistances   qui attendent un gouvernement issu de la droite libérale ne remettant pas en cause l'hypothèse de l'euro, et qui voudrait mettre en œuvre ce genre de politique, à l'efficacité douteuse au demeurant.

La désindustrialisation est à l'avenant : elle devient dramatique et est la conséquence directe de la mondialisation dans laquelle nous nous sommes précipités en renonçant aux armes de la monnaie, de la protection sélective et de la politique industrielle (interdite par le dogme de la concurrence pure et parfaite qui règne à Bruxelles).

Cette désindustrialisation revêt deux aspects.

La disparition progressive de l'industrie rurale, souvent industrie de main d'œuvre, qui irriguait nos petites villes et nos campagnes, assurant les emplois que l'agriculture n'assurait plus. Il en résulte pour la moitié de la France une situation de déréliction absolument dramatique bien décrite par le géographe Christophe Guilluy.

L'autre aspect est la perte par achat étranger de nos industries stratégiques dont nous perdons le contrôle   ou/et qui, peu à peu disparaissent : Usinor, Péchiney, Alsthom et bientôt Areva. Il reste l'aéronautique qui assure avec les sous-traitants le tiers des emplois industriels civils qui nous restent mais même le devenir d'Airbus est aujourd'hui compromis. 

L'affaiblissement de l’autorité de l’État est en apparence un autre sujet que celui de l'indépendance. Mais comment un État qui se comporte de manière servile à l'égard de commanditaires extérieurs (à Bruxelles, à Berlin, à Washington) serait-il respecté à l'intérieur ?  Qui a envie d’obéir à un "prince esclave » selon l'expression que Gaston Fessard, ce jésuite qui se fit le théoricien de la résistance, appliquait à Pétain ? Un prince esclave n'inspire que le mépris puisqu’il n'a que l'apparence du pouvoir.

Il faudrait aussi parler des contraintes que des institutions internationales comme la Cour européenne des droits de l’homme (Strasbourg) ou la Cour de justice de l'Union européenne (Luxembourg) font peser sur notre police et notre justice.

Notre éducation nationale semble en dehors des contraintes internationales. Elle n’a en effet pas eu besoin d'inspiration extérieure   pour se dégrader pendant des années, sous l'effet de méthodes pédagogiques absurdes, d'un égalitarisme qui trouve sa traduction dans le tronc commun poussé jusqu'à l’extrême. Mais qui dit que les acteurs de ces dérives ne sont pas, sans toujours   s’en rendre   compte, inspirés par des forces    internationales, relayées par Bruxelles, dont le but inavoué est de faire un citoyen du monde fongible, sans mémoire, sans culture, sans repères, totalement disponible à ce que veut en faire le marché mondial ? Bourdieu et Meyrieu, des instruments du grand capital ?  Pourquoi pas ?

J'ajoute des modes plus récentes. On savait jusque vers 1980 que le système français, fondé sur l'autorité de vrais spécialistes, capésiens ou agrégés, était plutôt meilleur que ce qu’on trouvait dans le monde occidental, en particulier aux États-Unis, au Royaume-Uni et surtout en Allemagne où la notion de discipline académique s'était diluée. Ne voila-t-il pas qu'aujourd'hui, par une sorte d’incapacité à assumer notre spécificité, même quand elle nous place en situation avantageuse, ces modèles étrangers, qui ont fait la preuve de leur échec, sont tenus pour des références à imiter, au moment même où les autres pays songent à les abandonner !  Je pense au modèle allemand qui inspire largement la réforme Vallaud-Belkacem. Déjà Luc Chatel s’était rendu Outre-Rhin pour étudier le système allemand dont on savait pourtant qu’il marchait très mal !

Un des orateurs a dit qu’il fallait reconquérir notre récit national. Mais pourquoi l'avons-nous perdu ?  Les papiers des Wikileaks ont révélé comment l’ambassadeur des États-Unis en France (en régime démocrate) était chargé par son gouvernement d'étudier l'enseignement de l’histoire en France pour vérifier que l'immigration y avait bien toute sa place ; autrement dit qu’il était suffisamment culpabilisant pour un peuple français malgré tout porté à l'indépendance et qui, même s’il courbe aujourd'hui l’échine, pourrait la relever. Dans ce domaine, un certain gauchisme anticolonialiste fait bon ménage avec les interférences étrangères destinées à nous affaiblir.

Sans que personne ne proteste, ces mêmes ambassades sont chargées de repérer les leaders potentiels de nos banlieues et de les amener aux Etats-Unis pour les formater.

La réforme régionale qui conduit à la création de grandes régions est, en théorie, imitée d'un modèle allemand que l’on connait d'ailleurs mal ; ce sont des länder à la française qu’on a voulu faire, comme si ce système était exemplaire. En fait à part deux ou trois gros länder, qui   sont tels pour des raisons historiques, comme la Bavière, les autres ne sont pas plus grands que nos anciennes régions et suivent, eux, des frontières historiques, ce qui explique leur hétérogénéité.

On sait par ailleurs comment l'Europe de Bruxelles promeut l'Europe des régions pour affaiblir les États, spécialement l'État français.

Avec ou sans contrainte, nous imitons des modèles étrangers inadaptés à nos problèmes, ce qui témoigne d'une servilité intellectuelle qui est   l'expression de la servilité tout court. La servitude volontaire dont parlait La Boétie.

Sur le plan sociétal, la loi Taubira instituant un mariage homosexuel, est la mise en forme de la théorie du gender, venue des États-Unis (et qui n’a rien à voir, contrairement à ce qu’on dit dans les milieux traditionnalistes, avec la Révolution française).  Début 2013, seuls 10 des 50 États des Etats-Unis avaient instauré le mariage homosexuel. Or Obama avait promis, pendant sa campagne électorale, à ses soutiens de Hollywood, George Clone en tête, de le généraliser.  En outre, comme on sait, près de 400 sociétés (dont tout le gratin de la banque et de la communication, Coca Cola etc.) se sont portées Amici curie pour demander à la Cour suprême de rendre obligatoire le same-sex mariage dans tous les Etats.  Ce qu’allait faire la France était capital pour influencer la Cour.

Mitterrand, qui était un politicien à l’ancienne, disait qu'au-dessus de 1million de manifestants, il fallait savoir céder (c'est ce qu’il a fait avec l'école libre). Bien que Frigide Barjot, ici présente, ait fait descendre 1, 5 millions de personnes dans la rue, Hollande, lui, n'a pas cédé. En fait, il n’avait pas le choix ; il avait à l'égard d'Obama une obligation de résultat : la procédure parlementaire normale a même été violée pour faire voter la loi dans la plus grande confusion à main levée au Sénat où le gouvernement n'avait pas de majorité.  Le résultat escompté a été atteint : sitôt la loi adoptée en France, la Cour suprême a rendu cette procédure obligatoire aux Etats-Unis.

 

**

 

Mais, vous n’en serez pas étonnés, c'est en matière diplomatique et militaire que notre dépendance a les effets les plus inquiétants.

Nos alliances, principalement l'OTAN, nous conduisent à des politiques directement contraires à nos intérêts les plus évidents.

Le général De Gaulle nous avait d'ailleurs prévenus : je cite sa conférence de presse du 23 février 1966 :

« (…) D’autre part tandis que se dissipent les perspectives d’une guerre mondiale éclatant à cause de l’Europe, voici que des conflits où l’Amérique s’engage dans d’autres parties du monde comme avant-hier en Corée, hier à Cuba, aujourd’hui au Vietnam, risquent de prendre, en vertu de la fameuse escalade, une expression telle qu’il pourrait en sortir une conflagration générale. Dans ce cas, l’Europe dont la stratégie est, dans l’OTAN, celle de l’Amérique, serait automatiquement impliquée dans la lutte alors même qu’elle ne l’aurait pas voulu. Il en serait ainsi pour la France si l’imbrication de son territoire, de ses communications, de certaines de ses forces, de plusieurs de ses bases aériennes, de tel ou tel de ses ports dans le système militaire sous commandement américain devait subsister plus longtemps. (…) »

 

Vous voyez que depuis la réintégration du dispositif militaire intégré par Sarkozy, c'est ce qui se passe.

Ces jours-ci, est engagée l'opération Anaconda : une manœuvre d’envergure de l’OTAN en Pologne et dans les pays baltes destinée à contenir la Russie au plus près de ses frontières (imaginez ce qu’on dirait si la Russie faisait ce genre de manœuvres au Mexique !). Or il y a à peine deux mois, Hollande a fait voter à la sauvette l'approbation d'un protocole qui renforce encore notre imbrication dans le dispositif de l’OTAN en mettant à la disposition de cette organisation l'ensemble de nos états-majors.

Parallèlement, nous avons été contraints par les Etats-Unis d’imposer des sanctions économiques à la Russie qui lèsent gravement nos intérêts - beaucoup plus que les leurs dont le commerce avec ce pays continue de croître.

S'il peut exister des intérêts communs entre les États-Unis et l'Europe occidentale, il est clair qu’en la matière nos intérêts divergents.

L’Europe occidentale a directement intérêt à développer ses échanges avec la Russie qui ne demande pas mieux ; c'est particulièrement vrai pour la France qui n'a jamais eu de contentieux véritable avec la Russie (en dehors de la menace communiste). Elle a même été sauvée trois fois par les Russes : en 1815, le tsar a exigé que la France vaincue soit ménagée et maintenue dans ses frontières de 1789.  En 1914, l'offensive des forces russes à l’Est qui leur a coûté   200 000 morts, nous a permis de gagner la bataille de la Marne. Et naturellement en 1941-44, l'admirable résistance russe a contribué plus que toute autre à notre libération.

Les Etats-Unis voient les choses différemment : ils croient être engagés, selon la théorie néoconservatrice, dans une guerre à mort avec la Russie dont un des deux sortira un jour anéanti. Pour gagner cette guerre à mort, il leur est nécessaire de creuser un fossé définitif entre l'Europe occidentale et la Russie, il est essentiel pour eux de ne laisser aucune influence aux Russes sur le Heartland, la charnière eurasiatique qui donne, selon les théories de Mackinder, à celui qui la tient, la domination mondiale. 

J'ai cité la théorie néoconservatrice (dont l'expression achevée est aujourd’hui Hillary Clinton). C'est de l‘idéologie. Nous pouvons aimer les États-Unis, ceux d’autrefois, mais ils sont aujourd’hui sous l’emprise d’une idéologie folle qui a déjà mis 10 pays en état de guerre.   Comme nous pouvions aimer la Sainte Russie -  j’aime la Russie -, mais elle s'est trouvée pendant 80 ans sous l'influence d’une idéologie tout aussi folle qui était le marxisme-léninisme et qui en avait fait un danger pour le reste du monde.

Au Proche-Orient, c'est la même chose : nos intérêts ne sont pas ceux des Etats-Unis au moins ceux que les dirigeants de ce pays jugent être leurs intérêts. Les Etats-Unis   ont conclu depuis longtemps une alliance avec les régimes islamistes les plus fondamentalistes (pourvu qu’ils ne menacent   pas de près Israël). D’autre part, les néoconservateurs comptent se servir des fondamentalistes pour défaire les États qu’ils n’aiment pas : les dictatures classiques de type nassérien ou baasiste. Ils veulent démocratiser le Proche-Orient par la force, et peut-être même y appliquer la stratégie du chaos, y semer le désordre pour mieux tirer leur épingle du jeu, en matière pétrolière notamment, en même temps qu’exclure la Russie de toute influence dans la région.

Comme aider les islamistes, c'est armer ceux qui exterminent les chrétiens d’Orient, la France qui avait depuis François Ier la mission de les protéger, dans cette affaire, la France s'est déshonorée.

Nous ne nous sommes pas seulement déshonorés, nous avons commis des crimes. Déclencher la guerre en Libye qui a fait 160 000 morts civils (selon le CICR), contribuer ensuite à déclencher celle de Syrie, qui a fait 250 000 victimes, c'est ce que le droit international appelle des "crimes contre la paix", voire de la complicité de crimes de guerre, dans la mesure où nos alliés sur le terrain, djihadistes principalement, en commettent.

Et les conséquences pour la France ont été catastrophiques. Si on admet que les problèmes les plus immédiats que connait la France aujourd’hui   sont le terrorisme et l'immigration massive, tous les deux viennent de cette politique suiviste. Ces guerres ont alimenté les rancœurs à l'égard de l'Occident et développé les filières terroristes. Celles-ci visent particulièrement la France, qui s'est mise de manière méprisable à la remorque des États-Unis, eux-mêmes détestés par les islamistes qu’ils aident. Enfin, si ces guerres n'avaient pas été allumées par nous, nous ne serions pas confrontés au flot de réfugiés que nous connaissons.

Vous le voyez : on cherche en vain un grand problème national qui n'ait pas, d'une manière ou d'une autre, sa source dans la perte de notre indépendance.

 

**

 

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article