Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Roland HUREAUX

MrHureaux

Recherche

Articles Récents

Liens

15 mars 2013 5 15 /03 /mars /2013 00:16

 

 

Depuis que les papes sont redevenus chefs d’Etat  (1929), ils ont sans doute le privilège s’être, parmi leurs pairs, les plus cultivés,  et de loin.

Cela fut  particulièrement  vrai de Joseph Ratzinger,  devenu Benoît XVI,  dont tout laisse penser que « rien  de qui est humain ne lui était étranger » en matière , non seulement de théologie et de philosophie  mais même  d’histoire, de littérature, d’art : il  se plaisait, on le sait, à jouer  Mozart.  Peut-être pas aussi versé dans les sciences de la nature que Pie XII, il n’en ignorait cependant rien de ce qui est accessible au profane.

Comme la plupart de ses prédécesseurs, Benoît  XVI  parlait (et parle encore ! )  une dizaine de langues, dont le latin couramment, privilège devenu rare,  même à l’Université.

Benoit XVI n’est sans doute pas le premier pape à posséder ainsi au plus haut  degré ce que les Anciens appelaient  l’ humanitas. L’intelligence et la culture des pontifes romains suscitaient déjà l’admiration  discrète d’un  Voltaire. Mais par son passé  d’intellectuel, le dernier pape   surclassait sans doute  ceux qui l’ avaient  précédé.

Il est même probable que, tous critères réunis, Benoît XVI ait été  du petit nombre des  hommes les plus cultivés de la planète.

Quoi qu’on pense de l’émergence, hors d’Europe, d’un monde nouveau, un tel pape ne pouvait être que le  produit  de la vieille  Europe. Et, ajouterons nous, d’un monde en train de disparaitre : dans sa génération, l’apprentissage des   humanités classiques allait encore de soi, particulièrement dans la formation du clergé. Mais tant la baisse des exigences de culture générale dans l’enseignement public et privé, en France et ailleurs, que le concile Vatican II  réduisant la place du latin dans la liturgie ont créé un climat , qu’on le veuille ou non,  moins exigeant. Combien d'évêques français sont  encore capables de tenir une conversation en  latin ?

Cela est vrai en Europe, cela l’est encore plus hors d’Europe : ni l’Afrique  ni l’ Asie n’ont encore produit de grands théologiens, même si on nous dit que Mgr Sarah de Guinée est  un grand exégète et que Mgr Tagle, cardinal-archevêque de Manille  a obtenu son doctorat en théologie  summa cum laude.

Au travers d'une personnalité comme Benoît XVI,   l’Eglise a su aussi    transcender  l’antique et un peu courte  opposition de la raison et de  la révélation, de la science et de la foi , montrant   même qu’elles avaient   désormais  partie liée, dans un combat qui n’est autre que celui de la civilisation  contre toutes les formes de déraison.    Jean-Paul II avait exprimé cela dans  Fides et ratio et  Benoît XVI l’a redit  dans son discours de Ratisbonne. A cet égard, le magistère qu’exerce Rome est d’autant plus nécessaire aujourd’hui que la culture générale est le meilleur antidote contre le mode de pensée idéologique qui tend à se répandre un peu partout  et  dont on mesure chaque jour  les ravages dans la sphère publique. Le sens  de l ’histoire et celui  de la géographie sont inséparables : la culture générale est  aussi  le seul  moyen de communiquer largement. Un  homme cultivé est quelqu’un qui peut  se  faire comprendre  aux quatre coins de la planète. Le pape doit l’être mais pas seulement lui.

Peut-être,  cette fois-ci encore l’Eglise réussira-telle trouver  en son sein un cardinal qui ait des qualités  intellectuelles analogues à celles de ses prédécesseurs immédiats. Mais pour combien de temps ? La promotion des églises nouvelles d’Afrique d’Asie, d’Amérique latine est à la mode,  et c’est très bien,  mais il n’est pas sûr quelle disposent  encore du capital humain  et intellectuel pour prendre la suite de l’Europe sur le terrain de la culture.

L’Eglise ne vivant pas   en dehors de son époque, elle ne saurait  être, comme elle a pu l’être au Moyen Age  un isolat cultivant  la culture classique dans un monde qui l’ignorerait de plus en plus.  Les  temps ont changé : les intellectuels ne sont plus crus sur parole. Un minimum de fond culturel  commun est nécessaire  entre le magistère et les fidèles (et les autres) pour que s’exerce un magistère efficace.

L’élection du nouveau pape n’importe  pas seulement à l’Eglise, elle  importe aussi à la civilisation.

 

Roland HUREAUX

 

Voltaire, Essai sur les mœurs, Ed.Garnier 

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article
15 mars 2013 5 15 /03 /mars /2013 00:14

 

On connaissait le fond de grossièreté qui réside chez beaucoup de socialistes, l’  air de clerc  jouisseur de ces notables de gauche issus de Mai 68 qui, depuis longtemps, ont abandonné les préoccupations  sociales pour la promotion de la libération sexuelle.  Fonctionnaires défroqués en goguette, ils diffèrent à cet égard d’une extrême-gauche qui, encore en lien avec la souffrance populaire, conserve le sens du tragique.

Cette paillardise avait sa figure emblématique : DSK.  Elle a  trouvé sa  victime expiatoire :   l’Eglise catholique.

En témoignent des comportements  qui pourraient  surprendre dans un parti que l’on croyait  devenu raisonnable : ainsi  la réception insultante de l’archevêque de  Paris par la commission de  l’Assemblée nationale en charge du projet de « mariage pour tous » ( qui a choqué le Grand Rabbin de France lui-même !) ou la plaisanterie douteuse de Michèle Delaunay, secrétaire d’Etat en charge des  personnes âgées ne trouvent rien d’autre à dire après  l’annonce de la démission du Saint Père  que: "Benoît XVI a omis de me consulter avant de prendre sa décision."

 

Un profond sentiment anticatholique

 

N’en doutons pas : ce n’est là que la pointe immergée d’un sentiment antichrétien ou plutôt  anticatholique aujourd’hui   dominant au parti socialiste. Hostilité assortie d’un mépris qui fait qu’on ne cherche même plus à comprendre ce  que pourrait être la logique interne des positions d’une Eglise dont on a choisi de  tout  ignorer.

Caractéristique de cette ignorance est l’appel de Cécile Duflot   aux diocèses pour qu’ils hébergent dans leurs locaux les sans-logis : la pitoyable ministre écologiste (les Verts ne valent pas mieux que les socialistes sur ce registre) semblait tout ignorer de l’action  caritative d’une Eglise plus  impliquée que quiconque sur ce terrain. 

Tout cela pourrait rappeler  les bonnes grosses blagues des banquets d’instituteurs  des années trente. Mais les temps ont changé : on ne daube plus la soutane ou les abus supposés du vin de messe ; on ne chante plus Le curé de Camaret, on ressasse les  poncifs des  médias,  largement sur la même longueur d’onde : Pie XII, le pape nazi (dont presque tout le  monde reconnait pourtant aujourd’hui qu’il a  fait le possible pour limiter le désastre), le préservatif, l’avortement et maintenant le « mariage »   homosexuel.  Autrefois le différend portait surtout  sur les dogmes, aujourd’hui sur  la morale.

On n‘explique pas autrement que par ce bouillon de culture dans lequel baigne désormais le parti socialiste le commentaire scandaleux du président de la République à l’issue de la démission de Benoît XVI : « Nous n’avons pas de candidat ».

Car  les banquets socialistes sont une chose, la parole  du chef de l’Etat en est une autre. Par ce genre de plaisanterie un peu lourde, François Hollande   ne fait pas honneur à  la France, surtout si on la compare  à la dignité, à la hauteur de la réaction des chefs d’Etat du monde entier à l’émouvante  décision de Benoît XVI.

 

Les vrais hommes d’Etat et les apparatchiks

 

En d’autres temps, d’autres chefs de l’Etat français, étaient  issus, plus encore que le président actuel, du vivier laïcard : Vincent Auriol, Georges Pompidou, Jacques Chirac.  Aucun  ne se serait permis ce genre de plaisanterie.  

En s’élevant dans les sphères de la grande politique, en  étant chaque jour confronté  au tragique de l’histoire, les vrais  hommes d’Etat, même s’ils sont en désaccord sur tel ou tel sujet avec le magistère catholique,  n’ont plus envie de plaisanter avec le fait religieux. Croyants ou pas,  ils en mesurent la dignité et la gravité. Georges Pompidou, agnostique au départ,  se rapprocha de la foi, au point de demander  des obsèques grégoriennes, Jacques Chirac  quoique éloigné de la religion en son for intérieur, fut toujours déférent vis-à-vis du monde ecclésiastique.   

Faut-il rappeler le cas de François Mitterrand : élevé, lui,  en milieu clérical,  rallié à la gauche certes,  mais qui fut   toujours respectueux   de l’Eglise catholique   dont il était suffisamment familier pour en connaître les subtilités et en mesurer la grandeur ? C’est ainsi qu’il sut   accueillir en 1983 le pape à Lourdes par un discours de haute tenue sur les relations de l’Eglise et de la France dont il faut bien dire  qu’il surclassait celui, plus convenu, de Jean Paul II.  Il cachait  peu en privé  son mépris pour  l’anticléricalisme  élémentaire  du parti  socialiste.   

Reste  le cas de Nicolas Sarkozy,   très ignorant des finesses de la culture chrétienne,  mais  désireux de lui témoigner sa sympathie, non sans quelques arrière-pensées et    beaucoup  de maladresse.

Dans cette question des rapports avec l’Eglise, François Hollande a montré qu’il était resté un socialiste de base, un apparatchik sans envergure. Rien qui fasse honneur à la France.

 

Roland HUREAUX

 

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article
11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 20:34

 

L’éloquente  intervention à la tribune de l’Assemblée nationale de Bruno Nestor Azérot,  député de la Martinique,  inscrit à la Gauche démocrate et républicaine, contre le projet de loi instituant le « mariage »  entre personnes du même sexe, a eu le mérite de rappeler que,  dans cette affaire, le véritable esprit social ne se trouve pas forcément  là où on croit.

C’est particulièrement vrai  dans les Antilles, terre au douloureux passé,  où les esclaves, parce qu’ils étaient tenus pour des choses,  furent longtemps interdits de mariage. Le droit de se marier et de fonder une famille, composée d’un homme et d’une femme,  est  inséparable de leur émancipation.

Nul  n’ignore que derrière la revendication d’un « mariage  pour tous », c’est en réalité le « mariage pour personne » qui se profile. Les partisans les plus acharnés du projet de loi  ne cachent guère  que l’institution du mariage homosexuel est  une première étape avant la suppression pure et simple du mariage tout court. Comment s’étonner, dès lors, de la quasi-unanimité de parlementaires ultramarins, droite et gauche confondus, contre le projet ?

Mais le mariage fut aussi une grande conquête sociale dans l’Europe occidentale.

 

Le mariage : un privilège qui se démocratise

 

Dans l’Antiquité, il était le privilège des classes supérieures, organisées par  gens  et, par extension, des citoyens libres. Les esclaves en étaient exclus : dans la promiscuité de l’ergastule, bien peu d’enfants avaient la chance  d’identifier qui était leur père et même leur mère ; les maîtres se réservaient le droit de séparer les  hommes des femmes, les parents des enfants. Il ne devait pas en être très différemment, parmi les serfs, aux heures les plus sombres du Moyen-Age.

C’est à partir du XIIIe siècle que la famille moderne émerge  peu à peu, sous l’influence du christianisme,  avec la diffusion de plus en plus large des noms de famille et  d’un mariage formalisé.  Le peuple trouve ainsi une dignité qui avait été jusque-là l’apanage de  la seule aristocratie. Il peut s’inscrire lui aussi dans une généalogie.

La Réforme catholique et protestante, visant à réformer les mœurs, souvent ressentie comme oppressive, eut néanmoins  pour effet de renforcer la famille à tous les étages de la société.   Non sans entrer en conflit avec la monarchie, l’Eglise  catholique s’autorise à marier  les enfants  majeurs sans le consentement de leurs parents, ce qu’un esprit aussi ouvert que Rabelais n’admet pas (Tiers Livre, chapitre XLVIII). Un rituel plus élaboré  et les premiers registres paroissiaux consolident l’institution. La Révolution française éclate dans un pays dont les mœurs n’avaient peut-être jamais été aussi régulières . Ce n’est  pas un hasard : à familles solides, citoyens libres.  L’état civil républicain, le Code civil systématisent les pratiques antérieures.  Ils ne sont    pas séparables de l’émergence  de la démocratie moderne.

Emmanuel Todd   a montré comment l’esprit républicain s’est diffusé dans les régions de France, surtout  méridionales,  où la structure familiale était assez solide pour  permettre aux clans paysans de se soustraire à l’emprise des notables (ce qui se produit aussi dans  les pays alors de droite comme le Pays basque). Le bassin parisien, où les  structures  familiales  sont plus  éclatées ne permet guère, en dehors de Paris, l’organisation de cette culture  populaire forte.

 

Le simplisme libertaire

 

La véritable histoire du lien familial se  situe ainsi   aux antipodes de la doxa  qui fonde aujourd’hui la revendication libertaire.  Pour celle-ci, la famille ne serait qu’une  institution oppressive venue du fond des âges, basée  sur   la domination exclusive de l’homme, l’interdiction de la recherche individuelle du bonheur, voire de l’amour,  et naturellement  la répression  de l’homosexualité. A partir de cette vision idéologique simpliste,  tout ce qui affaiblit  l’institution du mariage est tenu pour progressiste,  surtout si se trouve en même temps transgressé l’héritage judéo-chrétien. 

Qui ne voit pourtant que la revendication libertaire, telle qu’elle s’est développée à partir des années 1970  coïncide avec la montée de l’  ultra-libéralisme et en est sans doute inséparable ?   La déconstruction de la famille, dont le mariage dit  « gay » est une étape, se trouve évidemment  en phase avec celle de la plupart des réalités qui   permettent à un peuple de se structurer : l’école, la culture générale et la mémoire collective, l’Etat,  la commune, la langue etc. Cette déconstruction, dont l’  application absurde du principe de non-discrimination n’est évidemment  qu’un prétexte, ne peut que déboucher sur une société atomisée, somme d’individus égarés, masse fongible et malléable à la merci des forces aveugles de la mondialisation.

Loin d’être un progrès, le député de la Martinique nous en apporté une belle démonstration, l’instauration d’un mariage homosexuel, brouillant le repère encore  fondamental de la distinction  des  sexes, au nom de la théorie anglo-saxonne du genre,  et permettant de tenir dans certains cas l’enfant pour un objet, constitue    une considérable régression sociale. Que le parti socialiste en fasse son cheval de bataille, témoigne seulement de la déréliction du socialisme contemporain.


Roland HUREAUX


Les livres de Roland HUREAUX peuvent être commandés chez votre libraire ou sur

http://www.amazon.fr/Roland-Hureaux/e/B004MNSEEK

 

 

 

 

 

 

 

 

Si l’on se réfère par exemple ay nombre de naissances hors mariage, très faible avant la Révolution.

Emmanuel Todd,  L’invention de la France, 1979.

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article
11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 10:31

 

Qu’à une ou deux exceptions près,  les députés socialistes aient  voté comme un seul homme les articles de la loi instaurant le mariage des homosexuels, alors qu’on connait les réticences personnelles de beaucoup, fait quelque part froid dans le dos.

Que l’on puisse jouer la discipline de parti, au rebours de tout ce qui se fait aujourd’hui en matière sociétale dans les démocraties  avancées, dans une affaire qui devrait relever de la   conscience de chaque député, jette une lumière inquiétante sur la nature d’un projet que nous n’hésitons pas à qualifier de pré-totalitaire.

L’ expression  paraitra sans doute exagérée à beaucoup mais  elle se justifie si on considère la mécanique politique et intellectuelle qui le sous-tend.  

Un projet qui ne vise pas, on l’aura compris, à   résoudre les problèmes réels de  « certaines catégories de personnes ». Ces problèmes, sociaux, fiscaux,   successoraux, à supposer qu’ils n’aient pas été  réglés  par le pacs, déjà  très généreux, pourraient  l’être, de toutes façons, sans bouleverser l’ensemble du droit de la famille. 

Le projet vise,  tout le monde le sait,  à imposer par la loi   une  doctrine officielle  et radicalement  nouvelle  dans un domaine  fondamental de la condition humaine  qui est  celui du  rapport de l’homme et de la femme.

Cette doctrine, c’est la théorie du genre :   elle  pose, non pas l’égalité comme on l’imagine, mais, ce qui n’est  pas la  même chose, l’équivalence stricte,  la fongibilité, l’interchangeabilité de l’homme et de la femme. Le   projet de loi originel  rayait de nos codes, dans cette logique, toute mention d’une  distinction des sexes ; les parlementaires sont provisoirement revenus là-dessus,  mais l’  objectif demeure: « deux pas en avant, un pas en arrière » disait  Lénine.

Qu’un tel projet ne soit pas conforme à la nature, est-il nécessaire de le démontrer ?  Mais les idéologues qui le promeuvent récusent la notion de nature. La nature ainsi remise  en cause n’est d’ailleurs  pas seulement la nature humaine mais  quelque chose de bien plus ancien puisque la reproduction sexuée, merveille de l’univers, date de près d’un milliard d’années.

Il  y a plus : faisant violence à la nature, le projet fait aussi violence à la langue, institution immémoriale.   Avant de changer la nature, la loi se propose  de changer le sens des mots. A commencer, par le mot « mariage ».

De quelque manière qu’on retourne  la question, le mariage a été,  depuis toujours,  défini comme une relation entre  un homme et une femme.   

Littré : Union d'un homme et d'une femme consacrée soit par l'autorité ecclésiastique, soit par l'autorité civile, soit par l'une et l'autre.

Académie française : Union légitime d'un homme et d'une femme, formée par l'échange des consentements que recueille publiquement le représentant de l'autorité civile.

Fait de culture, la langue entretient  cependant une relation particulière  avec la nature : comme elle, elle n’a pas eu besoin de l’Etat pour se constituer. Et pour cela sans doute,  une bonne langue exprime « naturellement »  les choses.  Cela est  particulièrement vrai de la langue française : le vieux Boileau faisait du naturel une règle fondamentale du style. Tout le contraire de la langue de bois idéologique. 

Tel qu’il  a été institué  dans les différentes civilisations,  le mariage n’est sans doute pas un fait de nature mais il n’en répond  pas moins aux    exigences de celle-ci. Il est ainsi en étroite corrélation avec les particularités de  la reproduction humaine qui exigent un homme et une  femme, certes,  mais aussi un temps de maturation du petit  d’homme  et donc une stabilité familiale plus longs  que chez les autres  espèces animales.

Et par là,  le   mariage sert  d’abord à régler la filiation.  Si le  plaisir sexuel  n’avait  rien à voir avec la  reproduction des hommes, l’institution du mariage serait  inutile. Des tas de gens  éprouvent un immense plaisir à manger et boire  ensemble ; pourtant  aucune institution  publique  n’a jamais  encadré les amateurs d’agapes, et heureusement.   

 

Un coup d’Etat linguistique

 

En appelant mariage ce qui n’en est pas un au regard tant du  dictionnaire que d’usages ancestraux, le projet de  loi Taubira  effectue donc  un véritable coup d’état linguistique.  En  posant  l’équivalence de la relation homme/femme et des relations homme/homme et femme /femme et donc l’équivalence homme/femme elle-même,  le projet de loi, dans  la mesure où, en réalité, cette équivalence n’existe pas, vise à  instituer  un mensonge officiel.

Ce mensonge officiel  se prolongera dans des    mensonges particuliers: un couple homosexuel  pourra dire à un enfant adopté  ou porté par autrui que celui qui n’est pas son père est son père, que celui qui n’est pas sa mère est sa mère. Au risque, est-il nécessaire de le rappeler, de le perturber gravement.

La loi veut d’abord  forcer  le  sens des mots.  Mais c’est pour forcer le réel : comme Dieu,  le législateur idéologue veut recréer le monde par les mots : « Au commencement était le Verbe », « Il dit et cela fut ».   Pour faire coller le nouveau sens des mots  avec le réel, la loi  forcera donc  aussi la nature, par les techniques que l’on connait : procréation médicalement  assistée pour homosexuels, recours à la  gestation pour autrui, lesquelles devront être, selon la loi,   tenues pour strictement équivalentes de la procréation naturelle.

 

Les trois effets pervers de l’idéologie

 

Viol de la langue, viol de la nature. De cette situation résultent trois effets  que l’on retrouve dans toute démarche totalitaire :

 

D’abord le caractère révolutionnaire.  S’inscrivant en rupture avec la nature, la loi s’inscrit aussi en rupture  avec le passé ; elle disqualifie donc  ce passé,   tenu selon l’expression de Marx  pour  une  longue préhistoire, le temps où on pensait encore naïvement qu’un homme et une femme n’étaient pas interchangeables dans le processus reproductif ! Un temps  marqué  par l’ignorance, les préjugés, la  discrimination !  C’est donc à une véritable mutation de la civilisation  que l’on nous invite,  d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’avoir lu Freud  pour savoir à quel point  la sexuation est centrale dans toute  culture.

Cette mutation signifiera , n’en doutons  pas,  une nouvelle disqualification du passé, de la mémoire collective, de l’histoire des hommes  et même, à terme,  de la culture dans son ensemble : qu’au cours de plusieurs siècles de création artistique , hommes et femme ne se soient pas habillés de la même manière sera interprété non comme  une chose naturelle et encore moins  l’effet de la civilisation, mais comme la marque d’un passé révolu : en les emmenant au musée,  il faudra expliquer au enfants que tout cela est terminé.

 

Ensuite le caractère obsidional et terroriste.

Si le changement de civilisation qu’on se propose d’imposer par la loi est si considérable,  il définit un avant et un après.  Ceux qui se réfèrent  à la nature sont de l’avant ; ils sont du passé ; ils sont « réactionnaires ».  Ils ne méritent donc  aucune indulgence.  Au mieux, ils seront tenus pour de braves bêtes à rééduquer, comme certains n’hésitent pas à le suggérer.  Rééducation, camps de rééducation : autre nom des camps de concentration. 

Cet avant et cet après discriminent le réactionnaire du progressiste. N’en doutons pas, le jour où  des   idéologues inventeront qu’il est mieux de marcher sur  les   mains, ceux qui s’y opposeront    seront tenus pour  des réactionnaires !  

Sur fond de philosophie historiciste où  ce qui advient est toujours mieux que ce qui était, la mutation est ainsi  sa propre justification  et à ce titre justifie les procédés d’intimidation terroriste. 

Circonstance aggravante :   au fond d’eux-mêmes, les idéologues  savent  qu’ils ont tort et que, quoi qu’ils prétendent, la nature existe. Ils savent par conséquent que l’idéologie qu’ils prétendent imposer rencontrera des résistances. Avant même que ces résistances se manifestent, ils se savent  en état de siège, en position obsidionale. Ils savent   par conséquent, qu’il sera difficile de faire comprendre au peuple, tenu  pour près de la nature,  pour naturellement « conservateur »,  l’intérêt de la mutation qu’ils  se proposent de lui imposer. S’il y a des opinions  contraires, elles ne sauraient  donc  être débattues de manière normale. Sachant bien que ces opinions contraires ont avec elles la nature, la raison,   l’histoire,    les idéologues répugneront à  les affronter à la loyale. Ils  ne pourront que les vilipender avec violence, insulter  ceux qui les professent, notamment en dénonçant leur caractère supposé réactionnaire.  C’est, de manière plus ou moins ouverte, ce que à quoi nous assistons   aujourd’hui   dans  les médias.

Significatif est  le climat de haine qui s’y instaure   vis à vis des opposants à ce projet, tenus pour « homophobes » que le site du parti socialiste a entrepris de ficher.  Une haine et un manque d’objectivité qui passent  toutes les bornes dans les radios et télévisions de service public, lesquelles   devaient pourtant refléter  sereinement l’ensemble des points de vue.

Témoin d’une dangereuse dérive :    la falsification grossière du nombre des manifestants hostiles au projet  qui ont défilé le  13 janvier. Certes, les décalages entre les communiqués  officiels et ceux  des organisateurs ont toujours existé mais jamais à notre connaissance, l’écart n’a été tel.

Ainsi l’idéologie, comme toute doctrine contraire à la nature et à l’histoire, porte avec elle  l’intolérance, l’impatience,  l’intimidation.

La révolution bolchevik avait prétendu supprimer la propriété, le marché et le sentiment religieux,    réalités naturelles  elles aussi : elle  ne put  le faire que  par la terreur.

Il va de soi que si la loi n’outrepassait pas son domaine  normal qui est d’organiser la vie en société  ou l’économie, si elle  n’ambitionnait  pas une transformation prométhéenne de l’un ou de l’autre  des fondamentaux de la nature humaine, elle n’aurait pas besoin de tels moyens.      

C’est précisément parce que le mariage de deux personnes du même sexe est un projet idéologie que le parti socialiste – et la caste médiatique qui est sur ce sujet en symbiose avec lui, se cabrent.

 

Le troisième  caractère découlant de prémisses que nous avons vues, c’est la police des mots.

Puisque pour forcer la nature, on aura, au moyen de la loi,  trafiqué le sens des mots, il faudra  veiller à ce qu’une fois  la  loi votée, le naturel  ne revienne pas au galop. Que la population comprenne bien que le mariage entre un homme et une femme n’est plus qu’un cas particulier, que la gestation pour soi et la gestation par  autrui sont rigoureusement équivalents, que la notion de papa et de maman sont  des réalités culturelles toutes relatives.

Pour cela deux instruments.

D’ abord la justice. Déjà,  elle poursuit toute mise en cause publique de la stricte équivalence  morale ou  sociale de l’hétérosexualité et de l’ homosexualité , au  nom de  la  loi du 18 mars 2003  votée à la suite d’une fausse  agression  homophobe,  qui s’est avérée une  manipulation. C’est en partant de  de faux attentats (ainsi l’incendie du Reichstag du 27 février 1933 ou l’assassinat supposé de Kirov le 1er décembre 1934)  que les machines totalitaires se mettent en place.   Attendons-nous à ce que, si   la loi est votée, la  répression policière et judiciaire de tous ceux qui mettront en cause le nouveau dogme  se renforce à tous les niveaux. Malheur à qui ne parlera pas la langue de bois ! « Il vient toujours une heure dans l'histoire où celui qui ose dire que deux et deux font quatre est puni de mort. » (Albert Camus).

La justice,  et  l’école. Comme la vérité sort de la bouche des enfants, c’est eux que visera en priorité   la propagande officielle.  Lutte contre l’homophobie renforcée et désormais entendue  de manière large : toute entorse à la théorie tombera sous ce chef. Si l’enfant dit  que le roi est nu alors que la loi a dit qu’il était habillé, malheur à l’enfant. Les livres de littérature, d’histoire, de sciences naturelles (pour ces derniers, on a déjà commencé sous Sarkozy !)  devront être réexaminés. Le dictionnaire lui-même sera   révisé  en fonction des nouvelles théories. Puis la grammaire : le masculin   et le féminin ne structurent pas seulement la famille,  mais la langue : aujourd’hui le Dalloz, demain le Bled ! La novlangue, selon l’expression prémonitoire de  George Orwell, n’est pas  loin. 

L’administration jouera aussi son rôle : depuis l’institution du  Pacs les documents administratifs portent la mention Mariés/ Pacsés   pour  bien affirmer la normalité  du Pacs. Les  mêmes  documents ne porteront non plus M. et Mme mais,    pour   inculquer  la nouvelle vérité officielle,  des catégories  neutres, telles parent 1 et parent 2. Les maires à qui François Hollande a laissé croire qu’ils pourraient pratiquer l’objection de conscience déchanteront : l’admettre serait remettre en cause toute l’édifice idéologique.

De fil en aiguille, à partir de cette donnée apparemment circonscrite que  constitue le droit du mariage, c’est  toute la  société qui se trouvera  infectée par l’esprit de mensonge,  l’idéologie  et la langue de bois. C’est toute tout la société  qui s’habituera à obéir, contrainte  et  forcée,  au mensonge idéologique officiel, aujourd’hui  dans ce domaine,  demain dans d’autres,   après-demain dans tous.

C’est pourquoi nous pensons que dès lors que le projet de loi Taubira s’en  prend à la langue, à la nature, et à une histoire multimillénaire, elle porte en germe un nouveau  totalitarisme.  Cette  dérive, c’est ce que   nous voulons à tout prix éviter. Le  combat que nous menons, ce n’est pas d’abord un combat   pour la religion,  ni pour la morale, même pas pour le respect de tous les enfants,  c’est  d’abord un combat pour la liberté.   

 

Roland HUREAUX

 

       

Les livres de Roland HUREAUX peuvent être commandés chez votre libraire ou sur

http://www.amazon.fr/Roland-Hureaux/e/B004MNSEEK

 

Par exemple, Marianne.fr du 14 janvier 2013 – article de Maurice Szafran

Cf. Roland Huntford, Le nouveau totalitarisme, 1971, essai sur la société suédoise. 

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article
11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 10:29

 

 

A l’encontre de la plupart des pronostics qui prévoyaient une guerre  longue,  voire un enlisement, les forces françaises  ont reconquis  facilement  les grandes villes du Nord du Mali.

 

Les raisons d’un succès

 

Les armes françaises doivent leur succès à plusieurs facteurs :

D’abord le caractère purement national de l’intervention qui a facilité la prise de décision, évité les lourdeurs et les lenteurs, les difficultés de compréhension  propres aux  entreprises multilatérales.

Ensuite la communauté de langue : une bonne partie de la population malienne perle français, ce qui facilite les contacts, non seulement avec l’armée malienne mais avec le reste de la population. Dans cette région, le  Mali est sans doute le pays le plus proche de la France du fait d’une émigration   importante :   la plupart des familles maliennes ont des parents en région parisienne.

Enfin, la préparation de notre armée. Quoi qu’  on pense  de l’intervention française en Afghanistan, elle  lui a permis de s’entraîner contre des adversaires particulièrement aguerris. Malgré les déclarations de François Hollande excluant toute action au sol, l’armée française  s’est préparée discrètement  au cours des derniers mois en concentrant des forces dans les pays voisins et en rassemblant des renseignements précis sur les islamistes.

Le soutien  de la population à notre intervention a été un atout supplémentaire.  Même musulmans, les Maliens  ont vécu l’équipée fondamentaliste comme une agression étrangère. Les dirigeants de l’AQMI ou de ses dissidences comme Mujao  sont des   blancs du Maghreb, ennemis héréditaires des noirs du Sahel. L’islam arabe fondamentaliste a peu de choses en commun avec l’islam tolérant et coloré,  mâtiné de traditions africaines qui se pratique au sud du Sahara. Les islamistes s’étaient en outre comportés de manière odieuse vis-à-vis des populations.

Ajoutons, avec prudence, que l’adversaire n’était peut-être pas aussi redoutable qu’on l’a cru. Ni par le nombre : personne  ne parle plus de 30 000 combattants comme on l’a  fait,  ni par la capacité guerrière. Sous le truchement d’un islamisme pur et dur,   les milices du Nord Mali avaient le comportement de la soldatesque ordinaire, qui ne méprise pas les canettes de bière, viole et pille quand elle en a l‘occasion.  Ces groupes  s’enrichissaient  du trafic de drogue (comme d’ailleurs l’armée malienne) et de prises  d’otages.

 

Et après ?

 

Ce succès sera-t-il  confirmé ou  pourrait-il n’être qu’un feu de paille ?

Tout dépend de la capacité de reconstitution de la force adverse, jusqu’ici  dispersée mais  non anéantie. L’armement formidable   reçu  de Libye a été en partie détruit. Ce qui reste est-il encore opérationnel ?  Ce n’est sans doute  pas une mince affaire que de maintenir ou d’utiliser  des matériels sophistiqués dans l’environnement saharien  sans compétences techniques de premier ordre.

Mais  la capacité de nuisance  des islamistes est surtout tributaire de leur stratégie. N’étaient-ils que des  fanfarons  ou ont-ils parmi eux un grand  chef de guérilla ? N’est pas Massoud  qui veut. Le facteur personnel sera,  en la matière,  décisif.  

Si la résistance s’organise, l’armée française n’est pas  à l’abri de mauvaises surprises comme l’enlèvement d’un groupe de soldats   par quelque  audacieux coup de main.  

Mais la stabilité du Mali dépendra surtout de deux autres facteurs :

Dans le Nord, le facteur touareg. Les Touaregs  occupent le plus gros du nord Mali et ils y sont chez eux.   Traditionnellement  amis de la France, ils reviennent déjà de la tentation islamiste, abandonnant Ansar Dine pour le  MNLA, plus laïc,  mais ne veulent toujours pas être gouvernés de Bamako. Un régime de large autonomie, garanti par la France,  devra leur être  rapidement accordé  Sans  leur appui, AQMI ne peut pas grand-chose dans les monts de l’Adrar.

Il serait désastreux de laisser, comme cela est  envisagé,  la reconquête de la région de Kidal  aux armées africaines : à supposer qu’elles en soient capables, seule l’armée française est à même de protéger les Touaregs  qui la peuplent de représailles  dont les conséquences seraient incalculables.

L’autre facteur  est la  stabilisation, voire la reconstitution,  de l’Etat   malien (notamment de l’armée). Il faut cesser là  aussi  de se payer de  mots. L’enthousiasme avec lequel les foules  maliennes ont brandi  des drapeaux français à l’arrivée  de nos troupes (et,  au-delà, celui de  toute l’Afrique subsaharienne) devrait nous libérer de nos   complexes postcoloniaux. La France dispose aujourd’hui d’une grande légitimité internationale dans la région. Elle doit prendre pleinement ses  responsabilités  dans la reconstruction  du Mali, ce qui signifie qu’elle apporte une aide directe  à la reconstitution de son administration, et qu’elle ne se repose pas trop sur des structures multilatérales qui n’ont que trop montré leur inefficacité.  C’est là le  seul moyen, à terme,  de préserver la paix dans le Sahel.  


Roland HUREAUX 

 

Les livres de Roland HUREAUX peuvent être commandés chez votre libraire ou sur

http://www.amazon.fr/Roland-Hureaux/e/B004MNSEEK

 

 

 

 

 

  

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 22:45

 

The common opinion is  that, fifty years after the signing of the Franco-German Treaty of friendship and cooperation by De Gaulle and Adenauer, the Franco-German relationship is no longer  what it was. The repeated European summits where appear continuous differences between the governments of the two countries on how to save the euro fuel the idea that there is something broken in this special relationship. In France, is also spreading the feeling that now Germany imposes his point of view, ant that between the two partners, the part would be less  equal.

Those who defend this position stay  within the framework of a classic vision of politics  where each country   defends  its own  interest as  things were going in the first thirty years that followed the treaty.

Starting from common assumptions: common market, unique agricultural prices etc., both countries (and others) were negotiating each year a   compromise on the basis of   their real interests, without anyone fully imposing his point of view. Related to the agricultural price was the intermittent readjustment of the parity between the franc and the mark. This practice has enabled during tenth of years continuous and more or less balanced growth of the two economies.

The euro: a new deal

The euro has changed the situation.

The introduction of a unique currency between the two countries - and other fifteen, appeared  to represent a major progress of the cooperation. Though, the euro is   today the main bone of contention  between the two countries. It changes in all cases the nature of their relation that no longer has anything to do with   a classic negotiation.

We hear in France that the euro benefits more to   Germany than France despite it comes in the beginning from a French initiative. Managed as strictly as it was the mark, it indeed allows Germany to benefit from its measures of reforms that gives positive balances with regard to all its partners, including  France. Yet the French Government (Holland as well as Sarkozy) is no less attached than the German Government to the survival of the euro. And the German industry is by no way  less sensitive to the deficit of competitiveness vis-a-vis the rest of the world caused by the way the euro is managed. Both countries are affected by the weakening of their industry, though this fundamental issue never comes under discussion in European summits.

The difference between both is on how to save the euro, though,   in the end, it is not known if it benefits to either country. But then again it would be pointless to consider each defends its "steak".

Mr Draghi has understood it and draws little by little the consequences: after 12 years of relax management their public finances and their production costs by most euro area countries, including France, the experience of the common currency may go on  only through a progressive inflation through progression creation of money.

A role-play  more than a negotiation

It follows a diplomatic role play that it would be wrong to confuse with a substantive discussion or negotiation on real  interests.

With the option "lax", the only bearable  by all (which takes the form in France of a plea for pump-priming measures, that whatever we do is the opposite of austerity, the French Government has a positive attitude. The German Government eager to save the euro but held by a domestic opinion that any form of inflation is horror, resists every time... to the point where he is  obliged to yield to allow the euro to be maintained . He obtains by pressure the commitments of virtue on behalf of its Latin partners that we know that they will not be enhanced and that , anyways,  are not liable  to save the euro. These commitments give the impression that Germany imposes his point of view, but this  is largely illusory and even if it  was the case, the German government is less defending the  real  interest of Germany  than giving satisfaction  to his public opinion.

Thus the efforts of one and the other country come together, in a climate of conflict, to maintain a system that is in the interest of none. History of fools !  The one preached the revival, the other the rigour. It is likely that they will get  the opposite:  stagnation and inflation . But each has taken vis-à-vis its voters the role they expect.

For fifty years, the "natural" rate of inflation, a strong data conditioned by history and the sociology of each country differed between the France and the Germany (but less than between others), it was futile to expect that they would converge in ten years of experience of the common currency. Every month that passes,   the economies of the European countries, among them the French and the German, are keeping away from one another until   the option of an adjustment of the parities be reopened, which means the rupture of the euro in its present form.

Far from representing the end of the Franco-German cooperation, rupture of the euro could, on the contrary, restart on sounder bases: instead of  a gesticulation to save a myth, the  collaborative research of the real common interest,   particularly through exchanges evenly balanced between the two partners, the preservation of their agricultural and industrial potential. Common interests between France and Germany being largely more important than their differences the friendship between our two countries would be consolidated.

 Roland HUREAUX 

 

 

Les livres de Roland HUREAUX peuvent être commandés chez votre libraire ou sur

http://www.amazon.fr/Roland-Hureaux/e/B004MNSEEK

 


 


Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 22:32

Si les questions démographiques vous intéressent, je vous signale que mon livre (préface de Jacques Dupâquier) , vieux de quelques anées mais dont les grandes tendances sont  toujours d'actualité est toujours disponible.

 http://www.amazon.fr/review/create-review/ref=dp_top_cm_cr_acr_wr_link?ie=UTF8&asin=2012355498&nodeID= 

 
Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 22:02

 

On ne peut que se réjouir d’apprendre qu’un prisonnier – ou une prisonnière - quels qu’ils soient, est  libéré.

Particulièrement d’une prisonnière  française  dans une prison étrangère. 

Florence Cassez comme une autre.

Mais on peut  aussi avoir honte de voir la manière dont se comporte le gouvernement français à son égard : la   prisonnière EST accueillie à Roissy  en grande pompe par le ministre des affaires étrangères et reçue à l’Elysée avec du champagne (bon prétexte pour abréger l’audience de La Manif pour tous ! ) comme s’il s’agissait d’une héroïne dont la France eut à se montrer fière.

N’accablons certes pas l’intéressée qui a déjà payé de sept ans de prison, ce qui est beaucoup,  et qui sans doute n’en   demandait pas  tant.

Mais ne la confondons pas, comme on tend à nous y induire   de manière subliminale, avec une militante politique  en résistance contre un régime injustement oppressif.

Même si sa condamnation  initiale  à 60 ans de prison était excessive, voire absurde, elle reste une condamnée de droit commun dans un pays qui n’a fait qu’appliquer son  code pénal, imité de celui des Etats-Unis.

Certes l’amour a ses raisons et même son mystère : subjuguée comme il arrive qu’une femme (et même un homme ) le soit   par un    « bandido » à la virilité latine , sorti des  fils de Sergio Leone,   spécialisé dans les enlèvements  contre rançon, elle a ,  selon des témoignages concordants ,    prêté à l’occasion main  forte à  la garde des  victimes ,  sans prendre cependant  l’initiative de ces enlèvements, ni tuer personne.

Rien de tout cela  ne méritait les honneurs de la République.

A vrai dire  ces honneurs nous laisseraient plutôt indifférents, comme un simple cas  de sensiblerie  démagogique propre  à notre temps,  s’ils n’étaient  ressenti  comme une insulte par le Mexique,  un peuple de 115 millions d’habitants , que ces pratiques criminelles  excèdent et  qui était  à 80 % opposé à cette libération, obtenue seulement pour vice de procédure , non sur le fond.

Le mépris avec lequel a été traité dans toute cette affaire le peuple mexicain, - et cela vaut autant de Sarkozy dont les gesticulations bruyantes avaient    retardé la solution du problème  -  que de Hollande, a quelque chose d’odieux.

Comme si ce pays n’était pas un vieil ami de la France, un de ceux où notre image est restée bonne  (malgré l’équipée de Napoléon III, inspirée de la  de la même veine irresponsable que celle que nous voyons à l’oeuvre  aujourd’hui  ) .

Comme si le Mexique  était  une dictature : certes ce pays  est ravagé par la corruption, la criminalité ( notamment  celle dont Florence Cassez a été complice, les enlèvements de personnalités ) ,  mais les dirigeants y sont élus selon  une procédure démocratique classique, la droite y alterne avec la gauche .  Si corruption il y a, n’est-ce pas l’ancien chef d’Etat français qui est allé résider là-bas chez un milliardaire à la fortune douteuse  - comme si seule la désinvolture était de mise dès qu’il s’agit du  Mexique ?

On agit surtout en perdant de vue qu’il est  une des grandes puissances  émergentes, non loin de l’Inde et du Brésil . Se la mettre à dos pour une  affaire aussi frivole relève d’une  diplomatie à la Marie-Chantal, indigne d’un grand pays comme la France.  Nous ne parlons pas des efforts pour faire libérer une ressortissante française, qui sont  dans  l’ordre  diplomatique normal,  mais des honneurs manifestement  excessifs dont elle a été l’objet à son  retour et qui, le président doit le savoir, révulsent  non seulement les Mexicains mais aussi  beaucoup plus de  Français qu’il ne croit.

 

Roland HUREAUX

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 21:58

 

L’opinion dominante est que, cinquante ans après la signature du traité franco-allemand d’amitié et de coopération par De Gaulle et Adenauer, la relation franco-allemande n’est  plus ce qu’elle était. Les sommets européens à répétition où s’affichent des divergences continues entre les gouvernements des  deux pays  sur les moyens de sauver l’euro alimentent l’idée qu’il y aurait quelque chose de cassé dans cette  relation privilégiée. En France,  se répand  aussi le sentiment  que désormais l’Allemagne impose son point de vue,  qu’entre les deux partenaires, la partie ne serait plus égale.

Ceux qui défendent cette position se situent dans la cadre d’une vision classique  de la politique où chaque pays défendrait son intérêt.

C’est ainsi que les choses se passaient en effet dans les trente premières années qui ont suivi le traité. Partant de postulats communs : marché commun, prix agricoles uniques etc.,  les deux pays (et les autres) négociaient chaque année le compromis le plus favorable possible à leurs  intérêts réels, sans que  l’un impose pleinement son point de vue. Lié  aux prix agricoles était le réajustement occasionnel, généralement concerté,  des parités entre le franc,  le mark et les autres monnaies.  Cette pratique a permis, pendant plusieurs décennies, une croissance continue et équilibrée des deux économies.

 

L’euro : une nouvelle donne

 

L’euro a changé la donne.

L’instauration d’une monnaie commune entre les deux pays  - et quinze autres,  semble représenter un progrès décisif de la coopération. L’euro  est pourtant aujourd’hui la principale pomme de discorde entre les deux pays. Il change en tous les cas la nature de leurs rapports, laquelle n’a plus rien à voir avec celui d’une négociation classique.

On entend dire en France que l’euro profite davantage à l’Allemagne qu’à la France. Géré aussi strictement que l’était le mark, il permet en effet  à l’Allemagne de bénéficier d’une compétitivité accrue qui lui confère des balances positives vis-à-vis de tous ses partenaires, y compris la France. Pourtant le gouvernement français (Hollande aussi bien que Sarkozy) n’est pas moins  attaché que le gouvernement allemand à la survie de l’euro. Et l’industrie allemande n’est pas moins sensible au déficit de compétitivité vis-à-vis du reste du monde entrainé par la manière dont l’euro est   géré. Les deux pays sont touchés, chacun à son niveau,  par la désindustrialisation sans que cela vienne jamais en discussion dans les sommets européens.

La divergence principale porte sur les moyens de sauver l’euro,  dont on ne sait pas en définitive s’il profite à l’un et l’autre pays. Mais là encore il serait vain de considérer que chacun défend son « bifteck ».

Mario Draghi, l’actuel  gouverneur de la BCE, l’a compris et en tire peu à peu les conséquences : après douze  ans de gestion relâchée de leurs finances publiques et de leurs coûts de production  par la plupart des pays de la zone euro, France comprise, l’expérience de la monnaie commune  ne peut être  prolongée que par un recours de plus en plus large  à la création monétaire et donc à l’inflation.

 

Un jeu de rôles plus qu’une négociation

 

Il en résulte un jeu de rôles diplomatique que l’on aurait tort de confondre avec un débat de fond ou une négociation d’  d’intérêts.

Face à  l’ option « laxiste »,  la seule supportable  par tous,  ( qui prend en France la forme d’un plaidoyer pour la  relance , laquelle, quoi qu’on fasse, est l’opposé  de la rigueur ),  le gouvernement français  a une attitude positive. Le gouvernement allemand, tout aussi désireux de sauver l’euro mais  tenu  par une opinion intérieure  à qui toute forme d’inflation fait horreur, résiste chaque fois… jusqu’au point où il est obligé de céder, non as aux pressions de ses partenaires mais aux exigences de sauvetage du système. Il obtient certes par sa résistance  des engagements de vertu de la part des pays  latins  mais on sait qu’ils ne seront guère   tenus et surtout qu’ils ne suffiront de toutes les façons pas à   sauver l’euro.  Ces engagements donnent à croire que l’Allemagne impose son point de vue, mais c’est largement illusoire et, même si  c’était le cas, elle défendrait alors  moins son intérêt qu’elle ne  donnerait  satisfaction à son opinion publique.  

Ainsi les efforts de l’un et de l’autre pays se conjuguent, dans  un climat conflictuel, pour maintenir un système qui n’est dans l’intérêt ni de l’un ni de l’autre. Histoire de fous. L’un prêche la relance, l’autre la rigueur. Il est probable qu’ils n’auront ni l’un ni l’autre. Mais chacun aura tenu vis à vis de ses électeurs  le rôle qu’ils attendaient.

Alors que depuis cinquante ans, le taux « naturel » d’inflation, une donnée forte conditionnée par  l’histoire et la sociologie de chaque pays, divergeaient entre la France et l’Allemagne ( mais moins qu’entre bien d’autres pays), il était vain d’attendre qu’ils convergeraient en dix ans d’expérience de la monnaie commune. Chaque mois qui passe éloigne les économies européennes les unes des autres, la française et l’  allemande compris, jusqu’à ce que l’option d’un ajustement des parités et donc d’une remise en cause de l’euro soit  ouverte.

Loin de représenter la fin de la coopération franco-allemande, la rupture de l’euro pourrait au contraire  la relancer sur des bases assainies : non plus  une gesticulation pour sauver un mythe, mais une recherche  concertée de l’intérêt commun réel , ce qui passe notamment par des     échanges équilibrés entre les deux partenaires, la préservation de leur potentiel agricole  et industriel  (ou ce qu’il en reste ! ),  une coopération monétaire minimale,    dans les limites du réalisme. Les intérêts communs  entre la France et l’Allemagne étant largement plus importants que leurs divergences, l’amitié entre les deux pays en sortirait consolidée. 

 

Roland HUREAUX

  

Les livres de Roland HUREAUX peuvent être commandés chez votre libraire ou sur

http://www.amazon.fr/Roland-Hureaux/e/B004MNSEEK

 

 

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 21:56

 

Lors du dernier Congrès des maires de France, le président de la République a concédé, du bout des lèvres il est vrai, que le droit à l’objection de conscience pourrait être reconnu aux maires qui ne voudront pas célébrer de mariage homosexuel, comme c’est le cas de beaucoup.

Il est d’ailleurs bon qu’il s’y prépare : les maires de la Martinique, presque tous socialistes, ont, dès le mois de septembre, déclaré  à l’unanimité, sans que personne les rappelle à l’ordre,  qu’ils ne célébreraient pas ce genre de cérémonie.

Même si le président s’est depuis ravisé, signe de son embarras (ou de son double jeu), le dilemme est là. Si la loi est votée, il faudra, soit permettre  une partie des élus, voire à des fonctionnaires, de s’en exonérer, soit forcer les consciences comme on ne le fait généralement  que dans les pays totalitaires.

Dès lors que certains représentants de l’autorité publique peuvent  dire avec quelque légitimité : la loi est la loi, certes,  mais cette  loi, je ne l‘appliquerai  pas parce qu’elle me parait   immorale ou absurde, c’est tout  l’ordre  juridique d’un pays qui se trouve mis en cause.

Ainsi apparait une condition fondamentale de l’ordre législatif et réglementaire : il ne suffit pas que les lois votées aient le sceau d’une  majorité démocratique pour  s’  imposer, il faut aussi qu’elles ne soient pas évidemment contraires à la raison, au bon sens  et pourquoi ne  pas le dire, à la nature.

La nature, en matière juridique est aujourd’hui un gros mot. Précisément à cause des débats sociétaux, l’idée d’un droit naturel a été rejetée  par les facultés dans les ténèbres de obscurantisme, au nom du positivisme juridique : seule le droit positif  importe, interdisant toute objection de conscience   puisque, dans la  perspective  positiviste,   il n’y a rien au-delà du droit réel  à quoi on puisse se référer.

Paradoxe : l’idée d’un droit naturel est écartée au moment où les  droits  de l’homme,  pour  lesquels on entreprend des guerres   de plus en plus  sanglantes aux quatre coins du monde, n’ont jamais été mis aussi en valeur. La théorie de l’ingérence humanitaire les place même, dans l’ordre juridique,  avant le droit international positif. Ces  droits,  tels que les définit la déclaration du 26 août 1789,  sont pourtant déclarés « naturels et imprescriptibles ».

Pour la mentalité contemporaine, il ne  saurait  y avoir de « devoirs naturels », seulement des droits   Pourtant  le droit de Pierre  est-il autre chose que  le devoir de Paul ?

C’est dire qu’il n’est pas facile d’évacuer de l’ordre juridique  la notion de  nature. Il est inutile de dire combien l’idée d’un « mariage » entre homosexuels  ou encore davantage d’un droit d’adoption à eux conférés, lui parait contraire, au regard de la conscience commune.

Il existe un contrôle de constitutionnalité mais pas encore un contrôle de cet ordre méta-constitutionnel qui est celui du bons sens. Ce qui ne veut pas dire que les décisions qui lui seraient  contraires n’encourent aucune sanction. Dès lors qu’une partie de la législation   parait contraire à cet ordre implicite, objection de conscience ou pas, c’est tout l’ordre  juridique qui se trouve ébranlé. Si certaines  lois inspirent l’irrespect, l’habitude du  mépris se répandra au-delà et  nous nous trouverons bien vite non seulement sans foi mais sans  loi.

Le projet de « mariage pour tous » ne révolutionne pas seulement le Code civil, il prépare une subversion de  l’Etat de droit lui-même.

 Roland HUREAUX

Les livres de Roland HUREAUX peuvent être commandés chez votre libraire ou sur

http://www.amazon.fr/Roland-Hureaux/e/B004MNSEEK


 

 


Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article