Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Roland HUREAUX

MrHureaux

Recherche

Articles Récents

Liens

23 août 2014 6 23 /08 /août /2014 07:56

Article publié dans Marianne le 8/08/2014


Cela arrive hélas de plus en plus souvent en matière de politiques publiques :   la réforme territoriale projetée par le gouvernement  Valls  part de présupposés qui sont tous faux.

Nos régions seraient trop petites par rapport à celles de nos voisins européens ? La population moyenne de nos 21  régions métropolitaines ( à Corse exclue )  est de 2,9 millions d’habitants ;  celle des  20  régions italiennes de 2,9 millions aussi. Celle des 17  communautés  espagnoles de  2,5 millions.

Reste l’Allemagne : en moyenne,  ses 15 länder ont 5 millions d’habitants, mais comme ils sont très inégaux, sait-on que  8  sur 15 sont plus  petits  que la moyenne française ? Et  si l’on ne considère que les 6 länder de l’ancienne Allemagne de l’Est,   découpés  après  la réunification, leur moyenne est de 2, 5 millions seulement.  

On peut  aller plus loin : aux  Etats-Unis,  20 Etats sur 50 ont moins de 3 millions d’habitants sans qu’il soit question de  regrouper quoi  que ce soit !

La France aurait surabondance de niveaux  administratifs ?  Le fameux « millefeuille français »  répété en boucle  depuis 25 ans  sans que personne, apparemment, ne se soit avisé d’aller voir ailleurs !

La vérité : l’Allemagne,  l’Italie, l’Espagne ont, comme nous,   des conseils  locaux élus sur trois niveaux : un landstag, un conseil régional  ou de communauté, un conseil de district (kreis) ou provincial,   et des conseils municipaux. Seule particularité française : nos  conseils communautaires qui ont pris de l’importance très récemment aux dépens des conseils municipaux sans être arrivé (et heureusement !) à s’y substituer.  Cette complication, la seule  résulte de la loi Joxe  de 1992 qui visait… à simplifier ! 

Quant à  l’Angleterre, elle a  4 niveaux (régions,  comtés, districts, paroisses) mais la région rajoutée par Tony Blair  est embryonnaire et la paroisse résiduelle : seuls comptent les  148 bourgs (urbains)  ou comtés (ruraux), sensiblement plus nombreux, on le voit,   que nos départements.  

 

Au départ : quelques idéologues fumeux

 

Cette affaire ridicule de réforme territoriale est en fait  sortie d’un tout petit groupe  d’idéologues  socialistes en mal d’idées et  germanolâtres,  comme le sont beaucoup de nos compatriotes, surtout de gauche,  qui , depuis vingt-cinq  ans,  font une campagne  insensée pour  regrouper  les régions  et supprimer le département.

Esprits superficiels, ils sont partis d'une illusion :   le hasard a fait que les plus grosses entités de nos voisins,   en Allemagne ( Rhénanie Nord-Westphalie : 17, 8 millions d’habitants,  Bade-Wurtemberg :  10,7  , Bavière 12, 5 ) , en Italie ( Lombardie : 9,8 millions), en Espagne ( Catalogne : 7, 5 millions) - à comparer d’ailleurs avec l’Ile-de-France :  11,8 millions )  ne  sont  pas loin de nos frontières.  Et on n’est pas allé voir plus loin…

Tous  nos voisins ont  en revanche veillé  à respecter les solidarités  historiques. Si la Bavière est  un  gros  land,  ce n’est pas  parce qu’en Allemagne tout est kolossal, c‘est parce que la Bavière a une histoire, comme l’Alsace, comme le Limousin, comme  la  Picardie.

Ceux qui découpèrent  nos régions  en 1964 eurent   le même  souci de retrouver le contour  des  anciennes provinces, conscients que si la Franche-Comté et la Bourgogne  sont deux petites régions,  l’histoire leur a donné un caractère différent . On ne refait pas un  travail de ce genre tous les cinquante ans  surtout s’il a été bien fait.   Et que dire des coûts ? Quand le ministre Vallini annonce de 15 à 25 milliards d’économies à attendre, on est en pleine fantasmagorie. Le précédent de l'intercommunalité : (200 000 fonctionnaires de plus !) n'est pas encourageant. Sait-on qu'en  matière de gestion publique, à la différence du  secteur privé, les fusions de services entraînent toujours des coûts supplémentaires  ?   

La réforme projetée sera non seulement inutile et coûteuse mais inhumaine :  les misères plus profondes se trouvent aujourd'hui  non pas en  banlieue parisienne mais  dans le Massif central, et on priverait  ce dernier de  ses deux capitales régionales !

Alors pourquoi ce branle-bas ? Les idéologues dont nous parlions ne se sont pas contentés d’agiter le thème  des grandes régions dans des centaines de colloques, de commissions, de tribunes jusqu’à ce que cette absurdité soit prise au sérieux. Ils sont aussi allés à Bruxelles,   à l’OCDE,   au FMI, dénoncer inlassablement  nos régions trop petites et le prétendu    millefeuille  français. A force, on les a crus.  Et quand M.Valls veut donner à  l’Europe  l’illusion qu’il fait  de vraies réformes,  il met en branle  le big bang territorial, en attendant  que nos interlocuteurs européens s’aperçoivent que, à son habitude, il leur aura vendu  du vent.  

 

Roland HUREAUX

 

 

 

Seule erreur à notre sens dans le découpage  de 1964  :  la division entre Haute et Basse Normandie  qui n’a pas lieu d’être.

Sans diminution des effectifs des communes, bien entendu .

Les exemples abondent: Pole emploi  ,  DGFP, France-Télévision,  rapprochement Police-Gendarmerie . Il ne s'agit pas de coûts provisoires mais durables . 

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article
23 août 2014 6 23 /08 /août /2014 07:54

 

Au temps de l'Union soviétique, ceux qui avaient analysé  le phénomène idéologique ( Raymond Aron, Jean-François Revel, Alain Besançon,   Annie Kriegel, pour s'en tenir aux Français) disaient que le propre de l'idéologie était de laisser en plan les vrais problèmes et de chercher à résoudre ceux  qui ne se posaient pas.

La France est confrontée aujourd'hui  à d'immenses problèmes mais précisément pas à un problème de découpage régional !    

C'est pourquoi le gouvernement socialiste, gouvernement idéologique s'il en est , y  consacre aujourd'hui l'essentiel  de son énergie.

Faux problème ? Oui, car nos régions, contrairement à ce qu'a force de l'entendre répéter, on a fini par croire, ne sont pas plus petites que dans le reste de l'Europe;

La population moyenne de nos 21 régions métropolitaines ( en ne comptant ni la Corse ni  l'Outre-mer )  est de 2,9 millions d’habitants ;  celle des  20  régions italiennes, de 2,9 millions aussi. Celle des 17  communautés autonomes espagnoles de  2,5 millions.

On croit que les länder allemands sont plus puissants: c'est   en partie vrai :  en moyenne,  les 15 länder ont 5 millions d’habitants, mais comme ils sont très inégaux, sait-on que  8  sur 15 ( dont les 6 d'Allemagne de l'Est, de création récente ) sont au-dessous de  la moyenne française.  

Sortons d'Europe: aux  Etats-Unis, 20 Etats sur 50 ont moins de 3 millions d’habitants sans qu’il soit question de regrouper quoi  que ce soit ! L'Angleterre n'avait pas de régions et s'en passait d'ailleurs fort  bien  jusqu'à ce que Tony Blair, réformateur brouillon lui aussi,  en crée, mais pas plus grandes que les nôtres, l'Ecosse    (5 millions d’habitats), le Pays de Galles (3 millions) et l’Irlande du Nord (1,8 millions), royaumes distincts posant, comme on le sait,  des problèmes spécifiques.

Comme il arrive  souvent, ce projet absurde est né de deux travers bien français : d'abord la germanolâtrie  la plus stupide, l'idée que tout est mieux  en Allemagne,  cette maladie  née de la défaite de Juin 1940 , dont le général de Gaulle avait tenté de nous guérir  mais qui est revenue au galop depuis ; ensuite la légèreté  française qui fait que non seulement on veut imiter  le voisin mais,    en plus, on ne fait  pas l'effort  d'aller voir ce qui se passe vraiment chez lui ! 

Cette gent sotte et superficielle,  comme dirait notre bon vieux La Fontaine,  qui inspire les réformes en cours , est partie d'une  illusion :   le hasard ayant  fait que les plus grosses  régions  de nos voisins,   en Allemagne ( Rhénanie Nord-Westphalie : 17, 8 millions d’habitants,  Bavière 12, 5,  Bade-Wurtemberg :  10,7 ) , en Italie ( Lombardie : 9,8 millions), en Espagne ( Catalogne : 7, 5 millions) - à comparer cependant  avec l’Ile-de-France :  11,8 millions et Rhône-Alpes :  6,2 millions ) ne se  trouvaient pas loin de nos frontières., on n’ a pas pris la peine d'aller voir  plus loin:  la  Thuringe, les Pouilles, l' Estramadure …

Non seulement cette réforme ne nous rapproche pas de nos voisins, mais elle nous en éloigne.  Ils ont tous été en effet   attentifs à  respecter les solidarités  historiques. Si les länder allemands sont si inégaux et si  Bavière est  un   gros   land,   c‘est parce que la Bavière a une histoire, comme l’Alsace, comme Lorraine, comme le Limousin, comme  la  Picardie.  Et aucune de ces entités n'est à cheval sur une frontière linguistique, come le sera notre future région Est.  Nous avions réussi à faire de même  dans l'admirable réforme de 1964 et comme personne ne se plaignait vraiment, il y avait là , dans la logique désormais toute-puissante de ce que Guy Debord appelait  la société du spectacle,  pour  tout bouleverser.

Tout bouleverser au mépris de la sagesse qui commande  de laisser  au temps le soin de consolider les nouvelles institutions , comme on avait su le faire  pour le département depuis 1789 .

Tout bouleverser au mépris surtout de cette règle de sociologie administrative , hélas ignorée : en matière d'administration publique, il n' y a pas d'économies d'échelle !

Au contraire, il faudra ajouter aux coûts  de transition, qui risquent d'être considérables  comme dans toute réforme,    le coût de concentration lequel obéit à un principe malheureusement  ignoré de nos décideurs    plus une structure publique  est lourde,  plus les frais généraux sont importants;  on aurait dû s'en apercevoir (entre mille cas semblables)  avec l'intercommunalité qui a entraîné le recrutement de 200 000 fonctionnaires. Bonjour les dégâts ! 

 

Roland HUREAUX

 

 

 

 

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article
23 août 2014 6 23 /08 /août /2014 07:46

 

La réforme territoriale projetée par le gouvernement  Valls  part de présupposés qui sont tous faux.

Nos régions seraient trop petites par rapport à celles de nos voisins européens ? La population moyenne de nos 22 régions continentales est de 2,9 millions d’habitants ;  celle des  20  régions italiennes, de 2,9 millions aussi. Celle des 17  communautés autonomes espagnoles de  2,5 millions.

Reste l’Allemagne : en moyenne,  ses 15 länder ont 5 millions d’habitants, mais comme ils sont très inégaux, sait-on que  8  sur 15 sont plus  petits  que la moyenne française ? Et  si l’on ne considère que les 6 länder de l’ancienne Allemagne de l’Est,   découpés  après  la réunification, leur moyenne est de 2, 5 millions seulement. S’il avait fallu augmenter en Europe  la taille des  régions, nul doute que les Allemands y auraient pensé  en 1990 !

On peut  aller plus loin : aux  Etats-Unis,  20 Etats sur 50 ont moins de 3 millions d’habitants sans qu’il soit question de  regrouper quoi  que ce soit !

La France aurait surabondance de niveaux  administratifs ?  Le fameux « millefeuille français »  répété en boucle  depuis 25 ans  sans que personne, apparemment, ne se soit avisé d’aller voir ailleurs !

La vérité : l’Allemagne,  l’Italie, l’Espagne ont, comme nous,   des conseils  locaux élus sur trois niveaux : un landstag, un conseil régional  ou de communauté, un conseil de district (kreis) ou provincial,   et des conseils municipaux. Seule particularité française : nos  conseils communautaires qui ont pris de l’importance très récemment aux dépens des conseils municipaux sans être arrivé (et heureusement !) à s’y substituer.  Cette complication, la seule, d’ailleurs pas complètement absente de l‘Espagne ou l’Allemagne, résulte de la loi Joxe  de 1992 qui visait… à simplifier ! 

Quant à  l’Angleterre, elle a  4 niveaux (régions,  comtés, districts, paroisses) mais la région rajoutée par Tony Blair  est embryonnaire et la paroisse résiduelle : seuls comptent les  148 bourgs (urbains)  ou comtés (ruraux), sensiblement plus nombreux, on le voit,   que nos départements. Les royaumes  séparés comme l’Ecosse  (5 millions d’habitats), le Pays de Galles (3 millions) et l’Irlande du Nord (1,8 millions) posent, eux,  des problèmes spécifiques.

 

Au départ : quelques idéologues fumeux

 

Cette affaire ridicule de réforme territoriale est en fait  partie d’un tout petit groupe  d’idéologues proches du parti socialiste,  en mal d’idées et  germanolâtres,  comme le sont beaucoup de nos compatriotes,  qui , depuis vingt-cinq  ans,  font une campagne  insensée pour  regrouper  les régions  et supprimer le département.

Esprits superficiels, ils sont partis d'une illusion :   le hasard a fait que les plus grosses entités de nos voisins,   en Allemagne ( Rhénanie Nord-Westphalie : 17, 8 millions d’habitants,  Bade-Wurtemberg :  10,7  , Bavière 12, 5 ) , en Italie ( Lombardie : 9,8 millions), en Espagne ( Catalogne : 7, 5 millions) - à comparer d’ailleurs avec l’Ile-de-France :  11,8 millions et Rhône-Alpes :  6,2 millions )  ne  se trouvent pas loin de nos frontières.  Et on n’est pas allé voir plus loin…

Autre  illusion : les régions étrangères ont généralement des budgets plus lourds  que les nôtres. Parce que les échelons inférieurs, notamment le département (kreis en Allemagne, provinces en Espagne et en Italie) sont plus faibles. Mais surtout parce que ces  budgets sont gonflés par les masses salariales des  enseignants ou des policiers régies par des conventions collectives nationales qui ne  laissent guère de  marge de manœuvre !  Ceux qui s'extasient devant le  devant le modèle allemand   ne savent pas à quel point le fédéralisme s’y   trouve aujourd’hui  vidé de sa substance : la plupart des compétences économiques des länder sont passées à Bruxelles, le statut des gros bataillons de fonctionnaires,    les enveloppes budgétaires et le taux des impôts sont fixés au niveau fédéral.

Ce  à quoi  tous nos voisins ont  en revanche été attentifs,   c’est de respecter les solidarités  historiques. Si la Bavière est  un  gros  land,  ce n’est pas, comme un vain peuple pense,  parce qu’en Allemagne tout est kolossal, c‘est parce que la Bavière a une histoire, comme l’Alsace, comme le Limousin, comme  la  Picardie.

Ceux qui découpèrent  nos régions  en 1964 le firent avec le même souci de retrouver le contour  des  anciennes provinces, conscients que si la Franche-Comté et la Bourgogne  sont deux petites régions,  l’histoire leur a donné un caractère très différent . On ne refait pas un  travail de ce genre tous les cinquante ans  surtout s’il a été bien fait. D’autant que dans le secteur public, à la différence du secteur privé,  toutes  les opérations de fusion-concentration,  génèrent  non des économies d’échelle mais des  surcoûts, comme le montrent entre autres le grand chantier de l’intercommunalité, issu du même courant d’idées. Sans compter les  coûts  de transition propres  à toutes les réformes. Quand le ministre Vallini annonce de 15 à 25 milliards d’économies à attendre, on est en pleine fantasmagorie. Le précédent de l'intercommunalité : (200 000 fonctionnaires de plus !) n'est pas encourageant. Qui ignore au  demeurant qu'un matière de gestion publique, à la différence du  secteur privé, les fusons de services entraînent toujours des coûts supplémentaires  ? 

La réforme projetée sera non seulement inutile et coûteuse mais inhumaine : au moment où une étude vient de montrer opportunément  que les misères les plus profondes se trouvent non pas en  banlieue parisienne mais  dans le Massif central, on priverait  ce dernier de  ses deux capitales régionales !

Alors pourquoi ce branle-bas ? Les idéologues dont nous parlions ne se sont pas contentés d’agiter le thème  des grandes régions dans des centaines de colloques, de commissions, de tribunes jusqu’à ce que cette absurdité soit prise au sérieux. Ils sont aussi allés à Bruxelles,   à l’OCDE,   au FMI, dénoncer inlassablement  nos régions trop petites et le prétendu    millefeuille  français. A force, on les a crus.  Et quand M.Valls veut donner à  l’Europe  l’illusion qu’il fait  de vraies réformes,  il met en branle  le big bang territorial, en attendant  que nos interlocuteurs européens s’aperçoivent que, à son habitude, il leur aura vendu  du vent.  

 

Roland HUREAUX

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Seule erreur à notre sens dans le découpage  de 1964  :  la division entre Haute et Basse Normandie  qui n’a pas lieu d’être.

Sans diminution des effectifs des communes, bien entendu .

Les exemples abondent: Pole emploi  ,  DGFP, France-Télévision,  rapprochement Police-Gendarmerie . Il ne s'agit pas de coûts provisoires mais durables . 

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 20:27

 

Publié dans le Blog du Figaro


De nombreux motifs expliquent les résultats, tout sauf imprévus,  des élections européennes: perte de souveraineté, immigration, crise économique. Mais on n’a pas assez souligné combien s’exprime à travers elles  la souffrance d’un peuple désorienté et en perte de repères.  

De plus en plus,  les Français  se sentent  non seulement abandonnés mais « paumés ». Les hommes et les femmes ont besoin de repères. Or tous aujourd’hui sont ébranlés.

Le repère national bien sûr, du fait de la dynamique européenne et mondialiste. Mais l’histoire nationale qui offrait une cadre chronologique,  qui inscrivait la vie de chacun dans la suite de ses ancêtres,  n’est plus transmise. La famille n’est pas seulement ébranlée par la politique gouvernementale (loi Taubira), mais aussi par  la multiplication des divorces, toujours source de troubles pour les enfants, ou  la dispersion géographique des familles qui relâche les liens des fratries. Le service militaire, rite d’initiation structurant,  n’est plus. Le certificat d’études non plus. Le bac est menacé et, à dessein, dévalué. La morale ne s’enseigne plus et est tournée en dérision par les médias. La justice ne donne plus l’impression que son rôle soit  d’abord d’épargner les bons et de  punir les méchants.

D’autres points de repère, moins visibles, sont sournoisement mis en cause : au moment où  les prêtres se raréfient, une bureaucratie obstinée s’acharne contre le médecin de famille, au bénéfice de structures dépersonnalisées, jugées, de manière fallacieuse,   plus efficaces. La commune a largement cessé d’être un lieu dépourvoir au bénéfice de communautés d’agglomération, plus lointaines et moins démocratiques : la démocratie est-elle possible hors des communautés charnelles, comme la nation ou la commune ? Le philosophe Pierre Manent pense que non.
La déréliction est à  son comble chez  tous ceux qui se trouvent éloignés des centres de décision : une étude récente,  a montré que la grande misère, matérielle mais aussi morale, était   plus répandue à Guéret qu’à Bobigny. L’essai de  Christophe Guilly, Fractures françaises,  est assez éloquent à cet égard. Mais la déréliction est tout autant morale : la dépopulation, le retrait des services publics, l’ « évaporation » des communes, l’abandon de la politique d’aménagement du territoire laissent dans  ces régions  un grand sentiment d’abandon dont les taux de suicide en milieu rural sont un  indice particulièrement tragique.

Et que propose le gouvernement socialiste face à ce sentiment de désarroi ?  Le grand remue-ménage des structures territoriales : suppression du département, regroupement des régions, soit un  nouvel arasement de points de repères  géographiques.

Ces projets, il faut bien le dire,  ont été longtemps caressées dans les milieux dirigeants   qui ont la particularité bien française  de ne jamais remettre en cause  les idées reçues les  plus fausses. Ils viennent au jour quand le manque d’idées est devenu critique.

On accuse le  millefeuille territorial français, mais en Allemagne, il y a aussi des   Länder, des départements (Kreis), des communes, chacun avec ses conseils ! De même en Italie, en Espagne.

 

Des idées fausses

 

Idées fausses : si l’on excepte quelques régions  proches de nos frontières (Rhénanie-Westphalie, Bavière, Lombardie, Catalogne) à la forte personnalité historique, les régions d’Europe ne sont pas en moyenne plus grandes que les nôtres. En 1990, l’ancienne Allemagne de l ’Est fut divisée en cinq Länder, qui font en moyenne 3 million d’habitants, comme  nos régions. Et on se garda bien alors, comme on l’avait fait ailleurs, de supprimer les petites communes.

Le département, créé  par la Révolution française,   apparut au départ artificiel. Mais il est complètement entré dans les mœurs. Il structure un nombre important d’activités publiques et privées, ainsi que la politique. La suppression des plaques d’immatriculation où figuraient des numéros devenus familiers, a été mal ressentie.

Nos régions sont une création plus récente : elles ont seulement un demi-siècle mais leur découpage fut particulièrement judicieux ; il  eut la sagesse de suivre les contours et reprendre les noms des  vieilles régions françaises remontant  l’aube de notre histoire : Bourgogne, Franche-Comté, Lorraine, Champagne, Aquitaine, Limousin etc. A la rigueur pourrait-on regrouper la haute et la  basse  Normandie pais tout autre regroupement  paraitrait artificiel.

On ajoutera que l’économie des frais de structure attendue de cet opération est parfaitement  illusoire : toutes les opérations de ce genre de soldent, au contraire, par un grand et coûteux désordre.

Mais on ne peut s’empêcher de penser que,  comme la loi Taubira ou la disparition du médecin famille, ou encore le sempiternel projet de donner le droit de vote aux étrangers, qui vide de son  sens la nationalité, le but de  l’opération ne soit précisément de  brouiller un peu plus les repères de nos concitoyens.

Le vieux rêve marxiste de destruction du vieux monde pour construire un homme nouveau rejoint ainsi  celui d’un capitalisme mondialisé pour qui des hommes sans principes, sans culture,   sans passé, sans repères d’aucune sorte, seront une matière fongible et malléable, inapte à toute résistance aux pouvoirs qui rêvent de régenter  le monde. De ce  capitalisme, paradoxalement, le parti socialiste est devenu   le meilleur des agents

Dans son incompréhension,  Valls exprime  la folie du processus idéologique : système de pensée fermé incapable de se remettre en cause, refus de reconnaitre  toute légitimité aux oppositions, propension à n’opposer au mal d’autre remède que l’aggravation du  mal. L’agriculture soviétique ne s’était jamais  remise s’être passée  sous la contrôle de l ’Etat ; face aux pénuries persistantes, que proposait–on ?  De renforcer encore  le contrôle de l’Etat ! La même démarche est à l’œuvre face à la montée du Front national : les Français viennent d’exprimer  une  immense souffrance dont une de raisons est la perte des repères. Que leur prose M. Valls ?   La destruction de nouveaux repères.

 

Roland HUREAUX

 

 

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article
10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 23:36

 

 

Il est un auteur qu’on ne lit guère  à  droite, c’est Guy Debord, marxiste tardif qui eut l’intuition que dans son stade ultime,  la société capitaliste  ne serait  plus qu’une société de communication, de spectacle, dit-il, ne produisant (les besoins  élémentaires supposés satisfaits) que du spectacle, des images, de la fête, de l’illusion. Cela s’appliquerait d’abord à des gouvernants qui, ne gouvernant plus rien, ne font plus que se mettre en scène.  « Le spectacle est la principale production de la société actuelle »[1]. L’essayiste de droite,  Philippe Muray,  y fait écho  dans  son Festivus festivus.  

O combien Manuel Valls correspond à ce portrait. Tout en pose et en déclarations fracassantes, il parvint même il y a quelques   mois à séduire une partie de la  droite, facile à abuser il est vrai, par sa rhétorique sécuritaire et cela sans que, derrière ses grandes envolées, on puisse mettre une seule réalisation tangible  à  son actif.  En dehors de ses rodomontades dans l’affaire Léonarda  ou contre les Roms, qu’a-t-il  fait pour contrôler l’immigration ? A peu près rien. Les régularisations, sous son égide, ont été  massives, les reconduites à la frontières se sont effondrées, avec l’effet d’aspiration qui s’en suit.

Sur le plan de la sécurité, les cambriolages et les violences aux personnes, le trafic de drogue, la délinquance en zone rurale continuent de grimper, comme il l’a reconnu lui-même dans son discours de politique générale. Les policiers sont découragés par les ordres fréquents de ne pas poursuivre  les délinquants, pour peu qu’il y ait risque d’échauffer certains quartiers  ou qu’on soit à la fin du ramadan.   Trop souvent, les victimes sont traitées plus sévèrement que les coupables. Non seulement Manuel Valls ne s’est pas démarqué   des orientations permissives de Mme Taubira mais il les reprend au détour d’une phrase dans son programme gouvernemental,  annonçant une réforme pénale qui est précisément celle que prépare le Garde des sceaux. Il serait hostile aux 35 heures. Mais quand a-t-il proposé de les abroger ?  

Les seuls actes de fermeté que l’on puisse en définitive mettre à son actif – et là, pour le coup, on est sorti du  spectacle, c’est la répression dure commandée aux forces de police  contre une Manif pour tous que tout le monde savait pacifique. Provocations, gazage, fichage, arrestations arbitraires par centaines de jeunes veilleurs comme s’il s’agissait de terroristes. Le  républicain Valls, Robespierre au petit pied, a  voulu montrer sa virilité en cognant sec sur des cathos de droite. Qui parle de   social-libéral ?

 

Peut-on encore faire des réformes ?

 

Certains observateurs voient en lui le dernier espoir des  réformes.  Là encore, ils devraient relire  Debord : 

« La société du spectacle dans sa phase avancée n’est plus pour l‘essentiel réformable. Mais le changement est sa nature même pour transformer en pire chaque chose particulière »

On peut ainsi juger dangereuses les  deux seules propositions un peu précises de son programme : la remise en cause des cotisations familiales ( remplacées par quoi ? cela n’est pas dit ) et un « big bang » de structures locales à l’horizon 2020 qui , là où il a commencé , sous l’inspiration d’idéologues socialistes ( par l’intercommunalité par exemple),  a déjà fait assez de dégâts  et généralement aggravé les coûts.

Ces mesures doivent financer les     50 milliards d’économies promises. Pour faire quoi ? A la fois  baisser les charges des entreprises, relever le pouvoir d’achat  des petits salaires et réduire les déficits, ce qui fait  beaucoup  pour des mesures d’économies aussi hypothétiques.

Hollande a voulu, dit-on, que Valls continue à faire du Valls : il  risque d’être  servi.

 

Roland HUREAUX

 

 



[1] Guy Debord,  La société du spectacle – 1965 - Folio

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article
10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 23:29

 

Ce n’est un secret pour personne  que la loi Taubira instituant  le mariage homosexuel, et surtout officialisant la théorie du genre,   aurait eu plus de mal à passer si un certaines  personnalités de droite n’avaient fait preuve  sur ce sujet d’une  regrettable ambiguïté, en s’abstenant ou en votant  de manière plus ou moins ostensible avec la majorité socialiste.

En démocratie, les actes politiques ne trouvent leur vraie sanction que  dans l’épreuve électorale. Le vaste mouvement  connu comme La manif pour tous, n’aurait pas pesé bien lourd sur la scène politique, en dépit des  centaines  de milliers de  manifestants qu’il a rassemblé,   si les comportements  que nous venons d’évoquer n’avaient  été sanctionnés  par les électeurs.

 

Paris et Strasbourg

 

Ils l’ont été, et de manière spectaculaire,  dans deux cas au moins : Paris et Strasbourg. Le déficit d’image dont a longtemps pâti Nathalie Kosciuzko-Morizet  au sein de la droite parisienne (et qui a abouti par  exemple à la dissidence de Charles Beigbeder) n’est, notoirement, pas  sans lien avec sa décision de s’abstenir sur le vote lors du vote de la Taubira.  Il lui a été fatal.

A Strasbourg, il est probable que Fabienne Keller, candidate de l’UMP,  aurait survécu à la triangulaire difficile qui l’a opposée aux candidats du Parti socialiste  et du Front national si  elle n’avait pas fait partie des quelques sénateurs de droite décidés à voter la loi Taubira  (l’a-t-elle fait ? qui le saura dans le brouhaha qui a tenu lieu de vote à main levée au sein de la Haute Assemblée, honteuse  mascarade de démocratie).

En bref  deux des sept  principales villes de France, Paris en tête,  auraient basculé à droite  si les candidats  désignés par l’UMP  n’avaient pas pris plus ou moins parti pour le « mariage des personnes du même sexe ». La déroute du Parti socialiste en eut été encore plus spectaculaire.

A l’inverse un Jean-Luc Moudenc a brillamment reconquis Toulouse, contre les pronostics : quoique d’origine  centriste, il n’a, sur ce sujet, jamais trahi son camp.   

D’autres personnalités de droite avaient fait le même choix que   Kosziusko-Morizet ou Keller, mais elles n’étaient pas  en première ligne aux  municipales : ainsi Bruno Le Maire  avait renoncé à  conduire lui-même  la liste UMP à Evreux.

Pourquoi les personnalités évoquées ont-elles pris ces options ?   Conviction,  peut-être.  Mais  dans la jeune génération de la droite, prévaut aussi l’idée  que, pour préserver son avenir, il faut, en matière sociétale,   faire les choix supposés  le plus modernes et donc, en fait,  ceux du parti socialiste. Il n’y a pas, croit-on, grand avenir, pour un « ringard »   prônant comme les générations passées que le mariage unit  un homme  une femme.  

Cette posture a pu  valoir, en son temps, quelques bénéfices  à une Roselyne Bachelot, jusqu’à en faire une vedette du petit écran. Mais aujourd’hui elle ne tient plus car elle repose sur une double erreur.

D’abord  elle va contre cette règle de la politique qu’il ne faut pas aller contre les   fondamentaux de son camp. François Hollande ayant pris le risque de diviser gravement la France sur la  loi Taubira, il était clair que toute la droite, au moins à la base, s’est retrouvée dans l’opposition  au mariage homosexuel. Quelles que soient ses convictions intimes, un homme de l’UMP  ne pouvait, sur un sujet aussi passionnel, jouer contre son camp.

Ensuite, les positions supposées modernes portées par la gauche apparaissent de plus en plus,  sur à peu près tous les sujets  (non seulement le droit de la  famille, mais aussi les méthodes pédagogiques, le rapport à l’histoire nationale, la justice, la  diplomatie des  droits de l’homme etc.) comme de dangereux délires, gravement préjudiciables à la société.  Le parti socialiste ayant abandonné depuis belle lurette  sa raison d’être  sociale, sa marque de fabrique, ce sont désormais  ces délires  idéologiques et rien d’autre.  L’aura de modernité qui les sous-tend  est elle-même  constitutive de l’illusion idéologique.   Qu’un homme de droite se veuille plus moderne en entrant dans ce jeu, il cesse tout simplement d’être un homme de droite. 

Car qu’est-ce que la droite aujourd’hui  sinon la résistance à ces illusions destructrices,  le parti du bon sens et du réel contre les chimères. Etre de droite, c’est dire que deux et deux font quatre !  Gare à ceux qui s’égareraient  hors de ces  fondamentaux.   

La leçon donnée par ces municipales ne  saurait être oubliée au moment où la droite sera confrontée aux grands choix qui détermineront  l’après-socialisme, pas seulement  celui de maintenir ou non la loi Taubira.

 

Roland HUREAUX

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article
21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 09:52

 

 

Maurice Faure, qui vient de nous quitter, n’a jamais renié ses attaches avec le radicalisme.

Mais il lui a donné dans le Lot un tour si particulier qu’on a  pu parler légitimement  de « faurisme ». Par exemple,  le vieux parti radical d’avant-guerre portait dans ses statuts l’anticléricalisme. On n’en trouvait guère de traces chez Maurice Faure, épicurien et, semble-t-il,  agnostique,   mais toujours respectueux  du fait religieux et des croyants. Sa première majorité, celle avec  laquelle il conquit la mairie de Cahors en 1965,  était composée de radicaux et de démocrates-chrétiens. Il soutint Lecanuet en 1965. Contraint de rallier l’union de la gauche entre les deux tours de  la législative de 1967, ce qui au plan national,  impliquait la rupture avec le MRP, il conserva au plan local, sur une base   plus  amicale que politique une garde rapprochée  issue pour l’essentiel de la démocratie chrétienne ; paradoxe incompréhensible hors du Lot, plusieurs conseillers généraux étiquetés radicaux de gauche, comme le Dr Emile Vaysse,  allaient à la messe  le dimanche.

On ne dira jamais assez combien cette élection de 1967 fut un moment clef  de l’histoire de ce département. Combat de géants : Maurice Faure et Jean-Pierre Dannaud qui s’y affrontèrent avaient tous les deux  l’envergure d’être premier ministre. Dannaud sans Faure l’eut emporté facilement et le Lot fut devenu un fief gaulliste, ou plutôt pompidolien. Faure sans Dannaud n’aurait pas eu besoin de s’allier avec les  communistes ; il serait resté  centriste et devenu sans doute ministre de Giscard.  L’offensive de Pompidou contre Faure, par Dannaud interposé,  a contraint le leader radical  à se déporter sur la gauche beaucoup plus qu’il ne l’aurait souhaité. Ses confidents   savent combien il se sentait mal à l’aise avec les majorités socialistes en place depuis 1981. Agnostique, il l’était peut-être sur le plan métaphysique, mais  encore davantage vis à vis des lubies idéologiques de toutes sortes qui se sont  emparées du parti socialiste depuis une trentaine d’années, lubies qu’il   qualifiait volontiers  en privé de « couillonnades ». Dans le grand combat historique que se livrent aujourd’hui les idéologies et le bon sens, il était assurément du côté du bon sens. Son  malaise était cependant  tempéré par son amitié personnelle avec François Mitterrand qui n’avait sans doute  pas des idées très différentes.

Le revirement grâce auquel  il sauva sa carrière politique en 1967, passant de l’anticommunisme à l’alliance avec les communistes, l’a fait passer pour opportuniste. Il avait été pourtant fidèle à Gaston Monnerville quand il s’opposa au général de Gaulle, alors même que ce dernier lui  inspirait un authentique respect.   De même, une fois rallié à l’union de la gauche, il fut conduit à refuser plusieurs propositions ministérielles. Autant qu’un tropisme local indéniable, cette loyauté explique sa carrière ministérielle somme toute brève.  

Le  tempérament de Maurice Faure   le portait naturellement à tenter de réconcilier les contraires.  Il est sans doute à son honneur d’avoir dirigé  le Lot et Cahors, de manière sinon dynamique, du moins consensuelle. Point de trace, semble-t-il,  en  son temps, de ce climat oppressif et sectaire que certains de ses successeurs de gauche  (et parfois de droite)  devaient faire régner sur la société cadurcienne. Quiconque  pouvait, sous Maurice Faure, s’affirmer de droite sans craindre  de représailles. Les temps ont bien changé.

Cet esprit de conciliation, sur fond  de scepticisme idéologique, fut aussi le moteur que le poussa à devenir ce qu’il est convenu d’appeler « un grand européen ». Il fut,  avec Guy Mollet et Christian Pinault, du côté français, bardé de jeunes technocrates aussi prestigieux que Jean François-Poncet et Jean-François Deniau, un des principaux artisans du traité de Rome,  traité que Jean Monnet n’aimait guère car il le trouvait trop défavorable aux intérêts américains. Il fut aussi, on le sait moins,   un des membres des groupes de travail qui  prépara, avant sa ratification de 1992, le traité de Maastricht. Le même esprit de compromis en fit un des plus fervents partisans  de l’Alliance   atlantique, aucun intérêt, selon lui, ne justifiant que    la France prit ses distances vis-à-vis de son puissant protecteur américain. Son fils, Philippe Faure,  n’est-il pas le président du tout-puissant réseau d’influence France-Amérique ?

Est-ce à dire que la bonne politique se résume, comme le pensait sans doute  Maurice Faure,  au rapprochement des  contraires, à l’esprit  de compromis, entre croyants et non-croyants, hommes de droite et de gauche, Européens  et Américains ? Certes, mais la politique n’est pas si simple : elle  est une  dialectique permanente du  rapprochement et de de la différence.

La vie, depuis toujours, est différenciation  et donc parfois arrachement, conflit (comme celui que suscita  la généal. de Gaulle en quittant la structure intégrée l’OTAN en  1967). Le risque de la différence, trop poussée,  c’est la guerre. Mais le risque de l’esprit de compromis systématique, c’est la grisaille, une existence  morose, sans grand élan, c’est aussi que les clivages réapparaissent hors du champ politique comme on assiste  aujourd’hui, face à la pensée unique  de droite et de gauche, à l’immense discrédit de la classe politique dans son ensemble. Les deux dimensions de la vie politique sont   sont assurément nécessaires.

 

Les deux radicalismes

 

En étant d’abord un homme de conciliation,  Maurice Faure, ne représentait pas tout le radicalisme.  Il se situait clairement dans un des deux courants fondamentaux qui divisent cette famille depuis le commencement. L’un est fait d’hommes de combat, républicains ou patriotes   intransigeants, portés à la résistance à l’égard de tout ce qui menace les intérêts auxquels ils sont attachés. Bien que n’étant pas formellement des radicaux, Gambetta, et Jules Ferry appartiennent à cette famille, surtout le premier qui organisa, dans la France occupée par les  Prussiens, l’admirable résistance de 1870.      Le « petit père Combes »  et surtout son ministre des affaires étrangères,  Delcassé qui sut   préparer par des alliances habiles  la revanche de 1914,   furent à leur manière eux aussi  des radicaux intransigeants. Et bien entendu Clémenceau, le « Père la Victoire ». Entre les  deux guerres, on citera Louis Barthou et Georges Mandel. Depuis 1945, la lignée s’affaiblit, le radicalisme s’étiolant. Mais  Pierre Mendès-France en fut un grand représentant et aujourd’hui, même s’il ne se réclame pas formellement du radicalisme, Jean-Pierre Chevènement.

La lignée des radicaux de compromis, d’autres diront « mous », apparait avec Léon Bourgeois, inspirateur de la philosophie politique du radicalisme, le « solidarisme », Aristide Briand, quoique   pas formellement rattaché au radicalisme lui non plus (il fut socialiste, puis centriste), est le prototype de ce radicalisme de compromis, adepte de la réconciliation franco-allemande  à partir de 1926. Mais  le grand représentant  de ce radicalisme « œcuménique » fut Edouard Herriot, indéracinable maire de Lyon et vrai permanent de la  politique française  de 1924 à 1959. Anatole de Monzie, Henri Queuille,  Edgar Faure et naturellement Maurice Faure se situent dans la même  lignée.

Ces deux genres de radicaux, est-il nécessaire de le dire, ne s’aimaient pas beaucoup. Les relations  de Maurice Faure  et  de Pierre Mendès-France  n’avaient rien à envier avec celles d’Aristide Briand et de Georges Clémenceau.

Fondée sur la dialectique de la différence et du compromis, la politique, spécialement la politique française, avait cependant  besoin de ces deux écoles, qui débordent d’ailleurs largement les frontières du parti radical.

 

Roland HUREAUX

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article
9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 10:21

 Article publié dans Le Figaro du 23/01/2014

  

Qu’à l’issue de  sa dernière conférence de presse, François Hollande puisse être tenu pour un « social libéral », de gauche certes, mais ouvert  au monde de l’entreprise et  finalement assez inoffensif, témoigne d’une profonde incompréhension de la révolution qui est en train de s’accomplir aujourd’hui en France.

Si l’on s’en tient aux critères marxistes, pour qui rien n’importe que l’  économique et le social, Hollande, qui ne remet en cause aucun des paramètres de la mondialisation libérale : appropriation privée du capital, libre échange, libre circulation des capitaux, construction européenne, semble certes moins dangereux pour l’ordre établi que ne l’était  le Mitterrand du programme commun   nationalisant  les grands moyens de production. Tout au plus les libéraux lui reprocheront ils  son impuissance   à contrôler la dépense publique et donc la pression fiscale.   

Mais nous pensons que le marxisme est tout à fait inadapté à l’analyse de la situation actuelle. Il ne rend pas compte  du rejet de Hollande et du gouvernment socialiste par l’immense majorité de la population, un rejet d’une violence  peut-être sans précédent.

Il ne rend pas compte non plus du climat de terrorisme intellectuel et policier qui tend à s’instaurer depuis plusieurs mois. Moins que l’affaire Dieudonné, cyniquement montée en épingle par un   gouvernement  n’hésitant pas à instrumentaliser la lutte légitime contre l’antisémitisme, en témoigne la répression disproportionnée de la Manif pour tous et de ses suites ( veilleurs etc.), le climat de haine antichrétien qui tend à s’instaurer dans les milieux médiatiques  et socialistes (qui se recouvrent largement  ), la volonté d’offenser sciemment  les résistants à l’idéologie dominante ( timbre à l’effigie d‘une femen !) , l’atmosphère de maison de redressement (contre les tendances supposées du peuple  au racisme, au machisme, à l’homophobie, au tabagisme etc.)  qui corsette de plus en plus   la société française. Les arrestations arbitraires de militants pacifiques et les atteintes de plus en plus  décomplexées  à la liberté d’expression, sont symptomatiques d’une inquiétante dérive.   

 

La  radicalisation des socialistes

 

En vérité,  ceux qui n’ont vu dans l’élection de Hollande qu’une  alternance  sans conséquences  se sont trompés. Ils   n’avaient pas compris   que, en dépit de son assagissement  économique, le parti socialiste avait fait l’objet, au cours des dernières années, sur tous les autres sujets que l’économie, en particulier les questions culturelles et sociétales,  d’une radicalisation sans précédent.

La gauche classique, celle  des deux derniers siècles,  combattait le pouvoir excessif de l ’Eglise tout en promouvait  des réformes sociales. Mais elle laissait intacts l’histoire de France, l’instruction publique, la citoyenneté, la morale, la famille, le sens national,   une justice fondée sur la distinction élémentaire du bien et du mal et naturellement la différence sexuelle tenue pour évidente. C’est tout cela qui est aujourd’hui  mis en cause.  

Le nouveau socialisme libertaire est bien  une idéologie, au sens d’un système d’idées fausses et contre-nature  inspirant ses décisions au pouvoir, mais   c’est une idéologie différente du marxisme et peut-être à terme plus dangereuse.

Seule analogie avec le léninisme : Alain Besançon décrit la révolution de  1917 comme la prise de pouvoir par une petite  minorité d’idéologues qui déclarent d’emblée la guerre au  le peuple russe. Nous avons toujours une minorité d’idéologues  et,  même si leurs  moyens semblent pour le moment moins violents,  cette minorité est bien entrée en guerre avec le peuple français (et européen). Il faut, comme l’avoue Peillon, l’arracher à tout conditionnement historique ou familial,   il faut en détruire la mémoire, les croyances, l’identité  et brouiller les  esprits par des théories   malfaisantes comme les nouvelles pédagogies ou la théorie du genre, aussi fausses et folles que l’était la biologie de Lyssenko. Toujours contre-nature, l’idéologie se crispe et, dès lors,   menace  la démocratie.

En proposant d’alléger les charges des entreprises, sans autre contrepartie  que la fin des cotisations familiales (remplacées par quoi ? On ne sait), le pouvoir socialiste s’en prend aux familles nombreuses non seulement immigrées  mais indigènes qui se trouvent au cœur de la résistance à

 l’idéologie dominante. Ces   familles  ont assuré à la France un renouvellement démographique meilleur que le  reste de l’Europe (qui est, elle, en voie de disparition), mais elles ont fourni aussi  les principales troupes de La Manif pour tous. Que Mme Najat Belkacem propose de sanctionner fiscalement les femmes au foyer s’inscrit dans la même logique. Une logique qu’on n’hésitera pas à appeler de guerre civile : il  s’agit non seulement de punir un groupe social mal pensant  mais de l’exterminer  en le privant de moyens d’élever ses enfants.

Voilà donc une révolution, qui, à la différence de celles du passé,  ne s’attaque pas  seulement au pouvoir politique ou économique mais à l’héritage européen  dans son ensemble  et même au  socle anthropologique  commun à toutes  les sociétés.

Que cette révolution, qui n’est pas propre à la France, ait pris chez nous le visage d’un fonctionnaire  sans éclat est conforme aux intuitions  de Dostoïevski selon qui les hommes à  l’air parfaitement insignifiant  pouvaient  s’avérer les plus dangereux qui soient.    

 

Roland HUREAUX 

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article
9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 10:15

 

Ainsi Mme Trierweiller a été répudiée.

La loi de Moïse commandait  au mari qui répudie sa femme,   unilatéralement cela va de soi, de lui remettre « un acte de répudiation ». Mais le président Hollande n’est pas le roi Salomon : Mme Trierweiller n’aura même pas eu droit à cet égard.

Quelque faible que soit la sympathie que nous inspirait ce personnage, on ne peut qu’être confondu par la manière dont elle est aujourd’hui traitée.

Après des dizaines de chefs de l’Etat qui, tous sans exception, avaient respecté, au moins les apparences du mariage traditionnel, Nicolas Sarkozy s’était le premier distancié en  divorçant, amoureux éconduit,  et en se remariant à l’Elysée.

François Hollande crut pouvoir aller plus loin dans la rupture avec la tradition. Jamais marié avec la mère de ses quatre enfants, il imposa dès son arrivée à l’Elysée, avec le titre  officieux de « première dame de France » et les avantages substantiels y afférant, une maîtresse  jamais divorcée de son actuel mari. Foin de la morale bourgeoise, l’adultère s’installait officiellement à la tête de l’Etat.

A tous ceux qui pensaient qu’il s’agissait là d’une évolution naturelle vers le « progrès », l’émancipation de tabous d’un autre âge, la triste fin de cette histoire nous montre à quel degré de goujaterie conduit cette prétendue émancipation. Même le droit du licenciement impose  aujourd’hui plus de ménagements.

A tous ceux qui pensaient que tout ce qui était liberté sexuelle allait dans le même sens que  la libération de la femme, victime disait-on, d’une oppression séculaire, et qui voyaient en Mme Trierweiler le prototype de la femme libérée, son congédiement sans préavis  révèle ce dont ils ne se doutaient  pas : à quel point la condition de la femme s’est dégradée avec  l’émancipation des mœurs. Comme le contrat de travail, le mariage,   loin d’être une chaîne,   était d’abord  pour la femme une protection. 

 

A l’opposé du but affiché

 

Le féminisme, comme la philosophie libertaire sont des idéologies : comme toutes les idéologies,  prétendant faire le bonheur des hommes (et des femmes)  à partir d’idées fausses, elles  aboutissent à l’exact contraire  de leur but affiché.

Jamais la condition ouvrière n’était tombée aussi bas que sous le régime bolchevik, prétendu  « dictature du prolétariat ». Jamais les inégalités ne se sont accrues à l’école que sous le régime du collège unique.

Quel sociologue nous démontrera   un jour comment  les quarante dernières années de supposée libération de la femme ont été peut-être celles où sa condition réelle a le plus dramatiquement régressé ?  Certes, elles ont accès à beaucoup de métiers de prestige qui leur étaient interdits autrefois, avec l’indépendance financière qui en résulte, au moins en principe. Mais quelle promotion pour la vendeuse sous le contrôle étroit d’un chef de rayon généralement masculin ?  Ou pour   celles  que les incertitudes du lien conjugal et l’air du temps  contraignent  à un  travail servile qui leur déplait et  s’ajoute aux tâches ménagères ? Et que dire des   innombrables femmes parents isolés ou laissées seules après  cinquante ans ?  De celles auxquels   leurs compagnons,  maris, parents, voire patrons    auront  empêché d’avoir un enfant de plus ?  De  celles que leurs compagnons soixante-huitards ayant appris à « jouir sans entraves » et à « se lâcher »   façon Cantat, battent  comme on n’osait pas du temps où l’enfer faisait peur 

Que l’idéologie aboutisse à l’inverse de ses objectifs affichés, rien ne l’illustre  mieux que les élections municipales en cours où, en dépit de la surenchère législative en matière de parité, les malheureux candidats n’ont jamais  eu autant de mal à trouver des femmes désireuses de s’engager en politique, sans doute parce que les femmes ont compris mieux que les hommes la dégénérescence de la fonction élective.

Mais combien auront  envie de réélire François Hollande au vu de la dernière inélégance  avec laquelle a été  traitée la  soi-disant « première dame » ? On peut se le demander.

 

 

Roland HUREAUX 

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 20:34

 

 

Je n’ai jamais rencontré Nelson Mandela, seulement son bras droit Oliver Tambo.

J’eus en effet en 1985 le privilège d’être le premier diplomate français à visiter un camp de l’ANC en exil (Africain National Congress, mouvement de résistance des noirs d’Afrique du Sud présidé par Mandela  alors en prison). La France qui avait longtemps coopéré avec le régime de l’apartheid dirigé par les blancs venait de prendre un train de sanctions à son encontre qui avait grandement amélioré nos relations avec les résistants. Mais à ce moment-là, seul le numéro 2 de l’ambassade de France en Tanzanie que j’étais,  pouvait se permettre cette démarche, l’ambassadeur étant tenu à une certaine réserve.  Le camp était composé d’un centre d’entrainement à la guérilla et d’une école. On ne me laissa voir que l’école.

Il est habituel de représenter l’extraordinaire épopée de Nelson  Mandela comme la lutte du bien contre le  mal.  Je ne crois pas que lui-même  l’ait jamais vue ainsi. Moins que l’ange de la liberté, il se considéra d’abord comme  un patriote, voie un nationaliste. Les noirs qui constituaient la grande majorité de la population de l’Afrique du Sud étaient exclus du  pouvoir. Il s’attacha à ce qu’ils se gouvernassent  enfin eux-mêmes, ce qui était une revendication bien naturelle.

Il se heurta à la minorité blanche   qui n’était pas pour autant composée de « salauds ». Ceux qui la dirigeaient  étaient aussi des nationalistes : la communauté qu’ils constituaient, surtout depuis la guerre effroyable que les Anglais leur avaient faite au début du XXe siècle, voulait aussi se gouverner  elle-même. Mais compte tenu de l’imbrication des populations, ce n’était possible qu’en excluant  les noirs, une solution  qui n’était pas viable à long terme.

Loin de les considérer comme des vaincus,  Mandela, dès sa venue au pouvoir en 1992  s’attacha à les réintégrer  dans la communauté nationale réunifiée, à leur montrer que la nouvelle Afrique du Sud était aussi la leur. Il utilisa  notamment,  pour ce faire,  le rugby. Ce sport avait été était jusque-là réservé aux blancs; il   montra  aux uns et aux autres qu’une victoire des Springboks était aussi une victoire de toute la  nation. C’est ce que relate l’admirable film Invictus.   

Ce qui distingue par-dessus tout Mandela est la manière dont il conduisit  son combat. Tout en n’acceptant jamais, en principe, de renoncer à la lutte armée, il s’attacha à la limiter au strict minimum. De même,    devenu président, il limita autant  qu’il le put  les représailles, se contentant, au lieu de procès politiques et d’actes de barbarie,    de repentances publiques   devant les fameuses   commissions « Vérité et réconciliation ».

Aristocrate né, issu d’une grande famille de chefs de la tribu des Xhosas, il sut faire preuve  de cette éminente  qualité qu’est la magnanimité.  Tout  cela le  place à des années-lumière au-dessus des dirigeants  d’autres mouvements dits de libération, tels ceux qui accédèrent au pouvoir  en Algérie ou en Indochine, lesquels multiplièrent  un peu partout  les représailles les plus cruelles et les exactions les plus sanglantes, au point de plonger leurs pays respectifs  dans un cycle de violence de plusieurs dizaines d’années.

En cela, Mandela fut vraiment un très  grand homme.

 

 

Roland HUREAUX

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article