Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Roland HUREAUX

MrHureaux

Recherche

Articles Récents

Liens

31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 21:51

LE VRAI COUPLE QUI DIRIGE L'EUROPE :  MERKEL-ERDOGAN

 

http://www.causeur.fr/erdogan-merkel-turquie-allemagne-europe-migrants-37719.html

 

Il est clair pour qui en douterait que le "couple franco-allemand" (une expression que nos amis allemands ont en horreur, mais qui s'en préoccupe chez nous ?)  ne conduit plus les affaires de l'Europe. Désormais , c'est l'Allemagne qui règne sans partage, au moins apparemment, et la France ne compte plus guère. Non point en raison de sa faiblesse intrinsèque :  le  PIB français ne représente certes  que  74 %  de l'allemand mais ce n'est pas nouveau et puis,  il n'y a pas que  l'économie  qui compte:  " très longtemps, la France a  pour la première fois depuis deux siècles  une supériorité militaire écrasante sur l'Allemagne " (Hervé Juvin[1])  et ceci devrait compenser cela. Non, c'est par manque de volonté que la France s'est effacée.

Il  reste néanmoins  qu'un couple domine effectivement l'Europe : le couple Angela Merkel - Recip Erdogan : la chancelière d'Allemagne et le président de la Turquie ; leur coopération étroite explique beaucoup de   choses qui se passent en Europe, pour le meilleur et surtout pour le pire.  

 

Convergences sur les  réfugiés

 

D'abord la question des réfugiés. Il est clair que quand, à l'été 2015, Angela Merkel a fait savoir que les réfugiés syriens et irakiens seraient les bienvenus en Allemagne, elle se trouvait en parfaite synergie avec Erdogan qui laissait au même moment s'organiser le trafic consistant à aller chercher les réfugiés au Liban, souvent amenés en bus de Damas même, et à  les faire passer vers la Grèce au prix de 5 000  à 10 000 €.  Un trafic très lucratif  (qui ne concerne pas les réfugiés  déjà en Turquie,  trop pauvres pour  payer)  pour la mafia turque pour laquelle le gouvernement turc semble avoir plus que des faiblesses. La coordination entre Merkel et Erdogan  n'est cependant pas aussi parfait que l'auraient souhaité certains réfugiés : pour  170 € et un visa allemand, ces malheureux auraient pu prendre l'avion Istamboul-Berlin sans prendre le chemin hasardeux et sordide de la "route des Balkans". La coïncidence des dates n'en est pas moins troublante.

Quand Erdogan s'est trouvé, à l'automne, confronté à une élection législative difficile, il a reçu dans la dernière semaine la visite d'Angela Merkel qui lui a promis tout ce qu'il fallait pour renverser la situation : accès de Turcs sans visa sur le territoire de l'Union, reprise des négociations d'adhésion et déblocage de 3 milliards d'euros d'aide. Grâce à cet appui, l'arrestation de dizaines de journalistes et un trucage massif, le président Erdogan a conservé une majorité  parlementaire.

 

Un compromis très inégal

 

Merkel n'engageait en principe qu'elle, mais c'est comme par hasard  ces promesses que l'on retrouve dans le mandat de la négociation que Merkel était chargée de mener avec les instances européennes lors de la rencontre du 18 mars dernier. Et sur les trois chapitres, Erdogan a gagné : aux 3 milliards déjà obtenus en novembre, viennent même s'ajouter 3 nouveaux milliards.  Les négociations d'entrée doivent reprendre et les Turcs doivent pouvoir entrer sans visa dans l'Union européenne dès le 1er juin. Heureusement, ce dernier point est soumis à 72 conditions sur lesquelles la France a insisté ( Hollande servirait encore à quelque chose !) dont toutes ne sont pas remplies, ni près.

Qu'a donné Erdogan en échange ? Presque rien : après avoir fait un « tri » individuel selon des procédures compliquées loin d'être mises en place, l'Union européenne  pourra renvoyer jusqu'à 72 000 réfugiés (à rapporter au million qui est déjà rentré),  mais la Turquie aura le loisir de les remplacer un à un par d'autres supposés plus authentiques.

Grande discrétion sur le départ des réfugiés à partir de la Turquie que ce pays ne s'est que vaguement engagé à freiner. Elle s'y était déjà engagée fin 1995 ; or le flux n'a guère diminué : 150 000 sont entrés au cours du seul premier trimestre. Aller plus loin pour la Turquie, ce serait  reconnaître qu'elle a  la mainmise sur ces flux et donc, qu'elle les a probablement provoqués.  Il  n'en a pas été question.

Il n'a pas été question non plus de la responsabilité de la Turquie dans le déclenchement de la guerre poursuivie en Syrie et en Irak dans laquelle elle porte une lourde part de responsabilité. Ce n'était pas à l'ordre du jour. Et d’ailleurs les principaux pays de l'Union : France, Grande-Bretagne et Allemagne ont  aussi  leur part de responsabilité.

Les négociations ont été serrées : en arrivant à Bruxelles Ahmet Davutoglu, pas moins hypocrite que son patron, a averti les dirigeants européens que la question des réfugiés n’était « pas un marchandage, mais une question de valeurs humanitaires, ainsi que de valeurs européennes ».

Sur le même registre, Peter Sutherland, secrétaire adjoint des Nations Unies aux réfugiés, s'est inquiété que les conditions exigées par l'Europe ne soient pas légales au regard du droit des réfugiés. Cet ancien commissaire européen à la concurrence aime la libre circulation des marchandises et des hommes. On se demande pourquoi, autre "coïncidence", il avait décidé,  toujours à l'été dernier,  la diminution des allocations journalières des réfugiés se trouvant dans les camps.

On dit qu' Angela Merkel était très remontée  pendant ces négociations. Il y a de quoi mais avec quelle sincérité ? Qui nous fera croire que la puissante Allemagne n'avait pas les moyens d'obtenir plus si elle l'avait voulu ?

 

Pourquoi tant de timidité ?

 

On peut s'interroger sur les relations étonnantes entre Recip Erdogan et Angela Merkel, l'un frère musulman, l'autre protestante libérale influencée par le marxisme. La chancelière aurait-elle trouvé son maître ? Tout indique que, à la différence du "couple"  franco-allemand,  ce n'est pas elle qui tient les rênes.

La Turquie bénéficie, comme pays candidat à l'Union européenne, d’un libre accès au marché et de subventions importantes. On pourrait presque dire qu'elle a les avantages de l'Union sans les inconvénients. Les moyens de pression sur elle ne manquent donc pas.

Pourquoi alors   tant de timidité de la part de la chancelière, pourquoi cette cécité volontaire qui empêche de voir la responsabilité directe d'Erdogan dans les conflits du Proche-Orient et dans le transit de plus d'un million de réfugiés ? Erdogan  qui ne cachait pas jadis son souhait d'islamiser l'Europe par l'immigration, afin de venger la défaite de Lépante.

C'est la question la plus importante pour l'Europe, décisive pour son devenir,  et elle reste sans réponse évidente.

Les relations entre l’Allemagne et la Turquie sont anciennes :  les deux pays les plus peuplés d'Europe -  si on accepte les Turcs dans l’Europe et ils y sont déjà à bien des égards  -  peuvent conjuguer leur poids pour imprimer un destin à tout le continent : la culpabilité et la haine de soi de l'un, l'expansionnisme et le militantisme islamique de l'autre ne pouvaient que se rencontrer. D'autant que la première manque d'enfants et d'ouvriers.

Ces relations sont anciennes : au temps du Kaiser le projet de train Berlin - Istamboul-Bagdad constituait un des axes de la politique allemande. La coopération militaire allemande assista aux premières loges au massacre des Arméniens qui,  Hitler dixit,  inspira plus tard celui des Juifs (Hitler auquel Erdogan s'est récemment comparé).

 

L'ombre de Washington

 

Ces relations n'expliquent pas tout. Pas davantage que les relations personnelles de la chancelière et du nouveau sultan. Les deux pays sont membres de l'OTAN et sous la tutelle étroite des États-Unis, surtout Berlin .  Certains courants d'opinion à Washington ne cachent pas leur souhait de voir l'entrée massive de musulmans rabattre une fois pour toutes la superbe européenne, plonger notre continent dans de si grandes difficultés civiles qu'il  sera  définitivement écarté de la scène mondiale. A Davos le processus migratoire a reçu les encouragements du FMI et de l'OCDE , preuve qu'il a des parrains haut placés. Washington et Ankara ont tous deux la Russie de Poutine dans le collimateur. D'autres toutefois laissent penser qu'Obama serait fatigué des manigances d' Erdogan  et préférerait calmer le jeu.

 

La  menace des attentats

 

En tous les cas, Berlin serait bien récompensée de sa compréhension  toute particulière  vis à vis d'Ankara  en échappant , pour le moment au moins , aux attentats islamistes . De même qu'en octobre,  lors d'une tournée électorale auprès des Turcs d'Europe appelés à voter, Erdogan avait violemment attaqué la France à  Strasbourg et l'Europe à Bruxelles,  mais pas l’Allemagne. Si  l'on en croit certaines sources, notamment grecques, évoquées par Mediapart, les attentats de Paris et de Bruxelles auraient été organisés par les Turcs inquiets du soutien de la France et de l'Europe aux Kurdes. Des menaces à l'encontre de la France et de l'Europe dans la presse turque,  dans les jours qui ont précédé les drames,  l'attesteraient. La proximité d'Erdogan et de Daesh est assez grande pour l'expliquer et le roi Abdallah de Jordanie  l'aurait confirmé.  Il est cependant  trop tôt pour se prononcer de manière certaine. L'Allemagne a certes été épargnée  par les  attentas sanglants,  mais elle a  eu droit  à des attentats à la pudeur, eux aussi bien coordonnés .

En politique internationale, si la force peut conduire aux excès, la faiblesse est souvent criminelle : les années trente nous en avaient administré la leçon. Il se peut que l'effacement de la France, dont nous avons évoqué plus haut la raison, ait des conséquences bien plus calamiteuses qu'on ne l’imagine : non seulement le déséquilibre et , par là, la disparition du partenariat franco-allemand, qui constituait un axe de raison et de maîtrise de l'Europe par elle-même, mais aussi l’émergence de nouvelles forces et de nouvelles tendances fort inquiétantes pour l'avenir du continent ; il est temps que notre pays aujourd'hui en interrègne,  reprenne sa place dans   le concert des nations !   

 

                                                           Roland HUREAUX

 

 

 

 

 

[1] Hervé Juvin, Le mur de l'Ouest n'est pas tombé , PG de Roux, 2015, page 28

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 21:50

LA LETTRE PATHETIQUE DE MGR PONTIER

AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE EST RESTEE SANS EFFET

http://www.libertepolitique.com/Actualite/Decryptage/La-lettre-pathetique-de-Mgr-Pontier

 

Il y avait  quelque chose de pathétique dans la lettre adressée par Mgr Pontier, archevêque de Marseille et  président  de la Conférence des évêques  de France à François Hollande, président de la République,  le 28 novembre,  pour lui demander de ne pas laisser arriver à   son terme (sic) la proposition de  loi « relative à l’extension du délit d’entrave à l’interruption volontaire de grossesse » destinée à sanctionner les sites ou réseaux d'écoute des femmes envisageant  un avortement  ou voulant  se confier à quelqu'un après  y avoir eu recours.

Hélas, la loi a été définitivement  votée le 14 février denier. La démarche du président de la CEF  est restée sans effet.

Nous ne reviendrons   pas sur le  caractère abject de cette loi au terme de laquelle seront passibles de poursuite pénales  ceux qui tentent de   dissuader un avortement , alors même que  se trouvent, de fait,  à l'abri de telles  poursuites  ceux  qui y poussent.  Quand on sait que , dans leur la majorité,  les femmes avortent   sous la pression de leur   entourage ( y compris les employeurs)  et cherchent  souvent de manière désespérée quelqu'un qui   leur donne des arguments  pour lui  résister, on mesure ce que cette loi  a d'inhumain et de dégradant pour la  condition féminine réelle .

S'il était  juste de s'inquiéter,  comme l'a  fait l'archevêque,  du danger que représente  une telle loi  pour la liberté d'expression et donc  pour la  démocratie,  il aurait fallu aller plus loin et   dire que ce n'est pas seulement  la liberté qui est en cause mais la vérité : toute affirmation relative aux risques physiques ou psychologiques de l'avortement,  bien réels quoi qu'on dise, sera tenue pour une   pression à caractère  délictueux, assortie de sanctions très lourdes.  Orwell n'est pas loin.

 

Une démarche  exceptionnelle

 

La procédure utilisée par Mgr Pontier : une lettre directe  adressée au président de la République  est exceptionnelle. Non seulement elle n'a , semble-t-il,  reçu aucune réponse mais la proposition, appuyée par le gouvernement,  a inexorablement suivi son cours.

C'est en cela que la démarche de Mgr Pontier est pathétique. En recourant à cette  procédure inhabituelle, il  montre qu'il a été gravement heurté  par ce projet de loi, qui se situe pourtant dans la continuité stricte  de  tout  ce qu'a fait  le gouvernement socialiste  depuis  cinq ans.

Mais cette fois la coupe était pleine. L'absurdité de cette loi  met en plein jour la   perversité  de la logique que suit la majorité socialiste.

En ce sens, la démarche de Mgr Pontier  est celle d'un brave homme qui s'aperçoit soudain qu'il a été trompé.

Si  on  regarde les  prises de positons du  président de la  Conférence  épiscopale au cours des dernières années  : favorable à  l'Europe de Bruxelles ( et en même  temps pour  le  peuple grec, ce qui ne lui  parait pas contradictoire) , compatissant envers les  chrétiens d'Orient mais pas contre la politique   européenne de sanctions qui plonge la  Syrie dans  la misère ni contre  l'action de l'OTAN , bras armé de l'Europe, qui soutient les djihadistes qui massacrent  les chrétiens - et d'autres[1],  pour  l'accueil des réfugiés  qui fuient ces massacres sans en dénoncer les causes ,  réservé à l'égard  de la Manif pour tous,  hostile  au "populisme" ( entendons Front national ) , ces positions ne sont  pas tout à fait incompatibles avec celles du parti  socialiste au  pouvoir. A condition  de considérer le loi Taubira comme un égarement  passager ,  voire une forme de charité dévoyée à l'égard des homosexuels  qui sont  après tout "des  hommes  comme les autres", ces prises  de position   auraient  pu déboucher sur  une appel  à voter pour la gauche au second tour de la  présidentielle surtout si elle se trouve  face    au Front national.  La déclaration épiscopale « Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique » du 28 octobre ( saluée sur cinq colonnes à la une par Le Monde et Libération généralement moins bien disposés vis-à-vis de l'Eglise catholique ), visait sans doute à préparer les esprits  à cela.

Ces positions   ne sont  pas  propres   au président de la Conférence : c'est tout le noyau décisionnel de l'Eglise de France : bureaux pléthoriques   de la CEF, principaux organes de presse : La Croix, La Vie ( désormais liée au groupe Le Monde de Pierre Berger ),  les Bernardins,  multiples associations dont le Secours catholique,  qui penche  généralement  vers ce centre gauche  plein de bons sentiments très hostile au populisme,  politiquement correct, méfiant de la droite  ( qui se souvient que les évêques de France avaient refusé de déjeuner avec Jacques Chirac ?) et qui pense que le  Front national est l'ennemi public. Cette position est en rupture avec celle de la majorité de ce qui reste de catholiques pratiquants ( et même des jeunes  prêtres) , de plus en plus  à  droite en moyenne non parce qu'ils auraient  évolué mais du fait que ,  quand  ils n'occupent pas une position d'appareil , et même quand ils en occupent une,    ceux   de gauche cessent pour la plupart de pratiquer.

Partant de ce point de vue,    Mgr Pontier a sûrement espéré fléchir le président de la République qui, sans doute,  à  ses yeux  , demeurait  un honnête  homme.

Mais il n'en a rien  été :  cette lettre  , malgré  son caractère  solennel et exceptionnel a été visiblement traitée par-dessus la jambe. Elle est ainsi doublement pathétique par les illusions qui l'ont inspirée , par le mépris qu' elle  a rencontré.

On se plait dès lors à espérer que l'archevêque aura compris que la gauche à laquelle il avait à faire n'avait plus rien  à voir avec l'esprit social  qui animait jadis  un Jaurès, un Blum, un Mollet ,  mais qu' elle est devenue    une machine de mort au service  d'une idéologie post-nationale et transhumaniste  fondamentalement antichrétienne. Machine qui a par exemple transformé au fil  des ans la   loi  Veil  fondée sur une  tolérance circonscrite à l'avortement "en situation de détresse", destinée à en limiter le nombre,    en  un système   tendant au contraire   à l' encourager , qui prive d'allocations   familiales  les familles françaises les   plus fécondes , notamment catholiques, qui détruit la transmission de la culture française à l'Education nationale.   Machine de mort dont certains  de ses  membres, pas seulement Vincent Peillon, ne  cachent pas leur ambition  d'araser   l'héritage chrétien de  la France quitte à  encourager  l'islam, une position  point trop différente de celle des instances  de Bruxelles  dont  le secret  dessein est  aussi de détruire  les racines chrétiennes de l'Europe.   

C'est pourquoi  il vaut peut-être mieux que la Conférence des évêques de France  cesse de se  mêler de politique. Mgr Barbarin , cardinal-archevêque de Lyon a vu juste ,  prenant peut-être de court ses collègues,  en  appelant  les catholiques à voter lors des prochaines échéances   "en suivant leur  conscience" . Dans l'état  actuel de  notre pays , il n'y a  sans doute rien d'autre à  dire.

 

                                                           Roland HUREAUX      

 

 

 

 

 

 

[1] Particulièrement discutable , à cet égard, nous  parait la déclaration du 15 décembre  intitulée "Alep : qui dira qu’il ne savait pas ?". Elle est  à l'unisson de la campagne internationale  de propagande internationale  organisée par l'OTAN  pour ralentir la reconquête des quartiers de la ville tenus par les djihadistes ( encadrés par des   officiers de l'OTAN ).  La CEF semble ignorer que les chrétiens  de cette ville et bien d'autres ( dont les quartiers sont bombardés depuis  des années par les djihadistes sans que cela suscite tant d'émotion) attendaient tous  la fin de cette opération comme une libération. Visiblement  les bureaux de la   CEF sont plus en  en phase avec le New York Times  qu' avec les chrétiens du terrain.

 

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 21:48

LETTRE DE FRANCOIS HOLLANDE AUX DJIHADISTES
 

Messieurs les djihadistes,

 

http://www.atlantico.fr/decryptage/retour-baton-france-est-elle-consciente-aide-concrete-qu-elle-apportee-aux-djihadistes-en-syrie-depuis-4-ans-roland-hureaux-2444108.html

 

Permettez moi de vous le dire. Vous y êtes allés un peu fort.

Non,  je ne méritais pas cela, la France ne méritait pas cela.

Après les attentats que vous avez organisés  à Paris ce 13 novembre  au soir, vous avez clamé victoire sur les "croisés" que nous serions.

Vous nous faites injure. La France est une république laïque  qui ne veut avoir rien en commun avec ces gens là. Nous avons renié nos racines chrétiennes: vous comprendrez que nous ne pouvons pas nous voir  appelés croisés sans déplaisir.

D'ailleurs les croisés , les vrais, combattaient les musulmans et protégeaient les chrétiens.

Or, nous,   depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, non seulement nous ne protégeons pas les chrétiens, mais nous aidons ceux qui les massacrent. Ne prenez pas trop au sérieux tel ou tel ministre que nos avons dépêché dans les camps chrétiens d'Irak: c'est  d'abord  à usage interne.

Vous le  savez, les gouvenrment français vous ont aidés  depuis quatre ans autant qu'ils l'ont  pu . Ayant  réduit année après année, notre budget militaire , comprenez que je ne pouvais pas faire beaucoup plus.  Nous vous avons  néanmoins   envoyé beaucoup d' armes,  y compris létales, et d'autant plus volontiers  que c'étaient nos amis communs de la péninsule arabique, le  roi d'Arabie, l'émir du Qatar  et  les autres émirs qui payaient. Et rubis sur l'ongle.

On a beau être le successeur de Jaurès, il y a de petits bénéfices sur  lesquels nous ne crachons pas, même si ça fait un peu durer la guerre.

Comme certaines de ces armes que nos livrions  étaient assez sophistiquées, nous vous avons envoyé des instructeurs, dont plusieurs anciens légionnaires. Quelques dizaines ont même  été faits prisonniers à  vos côtés quand les    troupes de Bachar el Assad ( honni soit-il !) ont assiégé puis repris la ville de Homs. C'était il est vrai du temps de  mon prédécesseur. Mais aussitôt arrivé au pouvoir, j'ai tâché, vous les avez, de faire  encore mieux que lui.

Nous avons formé dans des  camps d'entraînement  en Turquie et en Jordanie, aux côtés de  nos amis américains, dotés il est vrai de plus gros moyens,  les  jeunes recrues qui vous arrivent d'un peu partout, y compris de France. Il fallait certes sauvegarder les apparences.  Nous les avons qualifiés d'"armée syrienne libre", mais , vous le savez, ces recrues ne vous ont pas manqué: aussitôt formées, la plupart ont rejoint vos troupes.

Il est vrai  qu'entre les  deux principaux groupes que vous constituez, nous aidons davantage Al Nosra que Daesh. Mais vous comprenez que ,  Al Nosra se trouvant aux portes de Damas et  notre objectif prioritaire restant, comme mon ministre Fabius ne cesse de la proclamer,  la chute du régime de Bachar el Assad, c'est eux qu'il fallait aider d'abord. Et puis , je vous le dis, vous les gens de Daesh avez parfois de mauvaises manières :  vous  produisez  des vidéos  sur You Tube chaque fois que vous procédez à des décapitations , comprenez que ça fait mauvais genre : comment voulez-vous nous  vous aidions ? Les gens d' Al Nosra , eux,  ne font pas ça. Ils ont certes la main aussi lourde que vous , surtout  quand ils prennent  un village chrétien ou alaouite, mais ils sont plus discrets. Ils ont même pris la précaution de  changer de nom : ils ne s'appellent plus Al Qaida, ce qui rappelait de mauvais souvenirs  aux  Américains.   Notre ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius, est même allé jusqu'à dire  qu'ils faisaient du  bon boulot"!  D'une certaine manière, cela s'adresse à vous tous. Mais il est entendu que nous  parlions  seulement de votre action contre Assad, pas ce que vous veniez de faire à Paris, bien sûr, 

Puisque le régime d'Assad est  votre pire ennemi,  je vous le dis sans ambages, il est aussi notre pire ennemi. Raison de plus pour vous dire que vous avez exagéré. Au fond, si vous n'aviez pas entrepris ce genre d'action sur notre territoire national, nous avions tout pour nous entendre.

Quand nous avons annoncé au mois de septembre, un peu bruyamment il est vrai,  notre participation à  une grande coalition contre Daesh, il ne fallait pas nous prendre au mot. Cela aussi  était à  usage interne. Le premier bombardement que nous avons entrepris, avant la session des Nations-Unis,  n'a visé qu'un bâtiment vide en plein désert. Depuis, le régime de Damas  nous a interdits d' approcher le porte-avion Charles de Galle de ses côtes,  arguant que nous avons bombardé surtout des puits de pétrole  lui appartenant. Sans doute exagère-t--il un peu mais tout de même , s'il le dit,  ne pensez-vous pas qu'au fond,  nous ne sommes pas très dangereux pour vous ?  

Nous avons un autre ami commun , le présidant turc Erdogan . Son parti vient de remporter les élections . Il vous aide de multiples manières, en bombardant vos ennemis kurdes, en permettant aux volontaires venus  du monde  entier de rejoindre  vos rangs - et ils sont de plus en plus nombreux, vous le savez,  à le faire  - , en vous livrant des armes, et même en organisant une filière de départ vers l'Europe des jeunes syriens qui risquent d'avoir  à vous combattre dans les rangs de l'armée syrienne. Cet ami commun, loin  de nous plaindre de lui,  nous avons vu sans déplaisir et en  tous les cas sans la désavouer, Angela Merkel aller le soutenir  ostensiblement avant les élections - de fait,  au nom de l'Europe et donc en notre nom. Les pays  les plus riches de la planète qui forment le G 20  se réunissent dans quelques jours chez lui,  à Antalya. Ce sera une consécration  pour lui. Un proverbe arabe dit que  "les amis  de nos amis  sont nos amis ".  Vous voyez que nous ne  sommes pas ennemis  !

Et d'ailleurs si nous atteignons notre but qui reste  la chute du régime odieux d'Assad, vous pourrez entrer à Damas. Vous avez dit que vous y établiriez la charia : libre à vous. Nous n'interférerons plus alors  dans les affaires intérieures de la  Syrie. Vous pourrez planter le  drapeau du khalifat à 220  Km de Jérusalem et à 85  km de Beyrouth. Allah est grand !  

Les  attentats que vous avez revendiqués étaient donc inutiles . Cette fois , je m'adresse à Daesh qui , seul l'a fait ,  mais nous savons votre proximité puisque  vos troupes combattent indifféremment sous l'une et l'autre bannière.

Et , moi, président  Hollande, compte tenu de ma bonne volonté à votre égard, je ne  méritais franchement pas cela. Je vous en supplie, ne recommencez pas, vous me feriez vraiment de la peine.

                                                                  F.H.

 

 

http://www.atlantico.fr/decryptage/retour-baton-france-est-elle-consciente-aide-concrete-qu-elle-apportee-aux-djihadistes-en-syrie-depuis-4-ans-roland-hureaux-2444108.html

 http://www.smartadserver.com/images/pixel.gif http://www.smartadserver.com/images/pixel.gif

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 21:47

 

EN SYRIE  LA FRANCE  SAIT-ELLE CE QU'ELLE VEUT  ?  

 

www.bvoltaire.fr/rolandhureaux/syrie-france-sait-veut,204573

 

Le 27 août, se tient  au Quai d'Orsay  la conférence annuelle des ambassadeurs où Fabius confirme que l'objectif de la France est de trouver  une solution en Syrie sans Bachar el Assad qui ne peut pas, dit-il,  être l’avenir de son peuple en raison même de ses "crimes"[1],  et de trouver un accord avec  l'opposition "non-terroriste". Il dit par ailleurs qu'il continue à chercher à "affaiblir"  Assad.

Nous sommes dans une guerre civile . Il y a deux camps: le camp gouvernemental et les rebelles  djihadistes,  qu'ils appartiennent à Al Nosra ( ex-Al Qaida) ou à Daesh . Ces deux camps  se battent férocement , ce qui est  peu dire considérant  que les islamistes sont  des kamikazes, ce qui met à rude épreuve leurs adversaires  . Que veut dire dans une guerre civile affaiblir un camp si ce n'est renforcer l'autre  ?

Au demeurant, depuis quatre ans , le gouvernement français envoie des armes, de munitions et des conseillers militaires ( dont une trentaine s'étaient fait prendre en 2012) à ces  rebelles djihadistes.

On prétend certes ne soutenir que les "non-terroristes". Foutaises. L'opposition démocratique très présente dans les hôtels parisiens ou londoniens n'existe pas sur le terrain. Si on combat le régime d'Assad, ce sont les   djihadistes que l'on aide  et eux seuls !  

Oui, il faut le dire haut  et fort : alors quel notre gouvernement prétend mener une guerre sans merci au djihadisme sur le sol national, il l'aide militairement en Syrie.

Quelques jours après, le 6 septembre , François Hollande fait sa conférence de presse de  rentrée. Or, cette fois,  la cible a changé : la France mènera  des frappes aériennes  contre Daesh , comme elle le faisait en Irak. "Notre sécurité se joue aussi à l’extérieur de nos frontières. Daesh est le plus grand danger ". Ne croirait-on pas, à entendre le président,  que l'ennemi numéro  un ne serait plus  le régime d'Assad mais  Daesh ?

On n'ira pas, dit-on,  jusqu'à envoyer des troupes au sol. Certes, mais il serait déjà suffisant de ne pas en  envoyer dans le camp adverse comme on l'a fait jusque là .

Commet s'y reconnaitre ? On dira , pour combiner les deux positions, que la France combat Daesh mais aide l'autre mouvement  djihadiste , Al Nosra, qui "fait du bon boulot" avait  dit Fabius.  Personne n'est capable d'explique la différence de doctrine entre les deux mouvements . Qu'importe, les  seconds seraient, eux, plus fréquentables : des "terroristes modérés" en quelque sorte !  

Alors que s'est il passé à une semaine  d'intervalle ? Changement de  cap ? A la place d'Assad, on se méfierait. Rien ne dit que,  entrant dans le ciel syrien,  notre aviation ne frappera pas aussi les troupes gouvernementales.

Une autre explication , la plus abjecte mais pas  invraisemblable, est que la France ( comme d'ailleurs les Etats-Unis et bien d' autres) veut faire durer la guerre. Il faut  que personne ne gagne  et pour cela,  on aide tantôt les uns , tantôt les autres. Il y a tellement  d'hypocrisie , depuis le début,  dans ce conflit que rien ne saurait  nous y étonner !    

Et les populations dans tout cela ? Et bien, elles se réfugient en Europe où la France généreuse leur ouvrira les bras. Compte tenu des volumes d'armes que nous avons vendus ( payés par l'Arabie et le Qatar) , cela peut s'expliquer. C'est  sans doute là l'humanisme de Hollande , héritier de  Jaurès ?  

Le plus probable reste que  Hollande a senti  le changement d'ambiance internationale , dont l'origine est  l'accord conclu en juillet entre Washington et  Téhéran et qui fait de Daesh une cible désormais  privilégiée.   Privilégiée mais non exclusive. Quoi qu'il en soit, les Etats-Unis infléchissant leur ligne, Hollande, caniche obéissant, suit.  Mais  sait-il lui-même où il en est ?

 

                                                                       Roland HUREAUX

 

 

[1] Parmi les rimes reprochés à Assad, trois a moins ne sont pas  avérés : l'utilisation de gaz, l'assassinat de Rafic Hariri et le lâchage d'explosifs par avion. Nous ne nous prononçons pas sur la répression , assurément très dure,  des premières manifestations.

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 21:46

L'INCOMPREHENSIBLE POLITIQUE ETRANGERE DE LA FRANCE

 

Paru dans Figaro Vox du 18 août 2015

 

http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2015/08/17/31002-20150817ARTFIG00280-syrie-l-incomprehensible-politique-etrangere-de-la-france.php

 

Laurent Fabius ne gardera pas un grand souvenir de sa visite à Téhéran de la fin juillet.

Elle avait  été précédée d'un déchaînement d'attaques personnelles  sur le thème du sang contaminé. Il voulait se faire accompagner d'une    délégation d'hommes d'affaires .   Mais  Iraniens ont fait  savoir  qu'il n'y aurait que des discussions politiques , très froides au demeurant :  de contrats,  pas question. Le ministre des affaires étrangères français s'attendait-il à autre chose après avoir tout tenté  pour faire échouer les négociations entre Washington et Téhéran  ?     

Il fut un temps où la France se démarquait suffisamment de la position des Etats-Unis pour jouer , le jour venu, un rôle d'intermédiaire , ce en quoi Fabius a échoué piteusement en juin dernier entre Israéliens et  Palestiniens.  

Il fut un temps, sous Mitterrand notamment, où la France  suivait les Etats-Unis mais en gardant un profil assez bas pour sauver la mise.  

Avec Hollande, la France suit les Etats-Unis mais en tentant de faire de la surenchère : cela fut le cas avec  l'Iran ; c'est toujours le cas avec la Syrie.

C'est là  le moyen le plus sûr de rester au bord de la route le jour où la notre grand allié  décide de changer de cap. C'est ce qui risque de nous arriver en Iran malgré la sympathie  que notre pays inspire aux Iraniens.

Le décollage économique de l 'Iran, imminent une fois les sanctions levées, pourrait se faire  sans la  France. II est peu probable par exemple que Peugeot récupère jamais  le marché de 600 000 véhicules qu'il avait dans ce pays.

C'est ce qui nous pend au nez  aussi avec la Syrie.

"Traiter ses ennemis comme s'ils devaient être un jour nos amis; traiter ses amis comme s'ils devaient être un jour nos ennemis" . Vieux proverbe arabe ou pas,  c'est en tous les cas depuis belle lurette le b a ba de la diplomatie . Il est clair que ce b a ba , Fabius l'ignorait quand il est allé dire à la tribune des Nations-Unies en 2012 que le président Assad  "ne méritait pas de vivre". Un peu plus tôt,  Juppé avait prétendu que le même Assad ne tiendrait pas plus de  quelques  jours. Trois  ans et demi après, il  est toujours là.  

Ce n'est pas faute que la France ait engagé des moyens lourds pour le renverser.  Fourniture  massive d'armes  et de matériels aux opposants , assistance  technique de plusieurs dizaines de militaires français ( dont plusieurs  sont morts ). A la fin  du mandat de Sarkozy, un accord entre la France et le gouvernement de la  Syrie  nous  avait permis  de récupérer une trentaine   de prisonniers  faits par l'armée syrienne. A son arrivée, Hollande  a relancé  la guerre. 

 

Aide de la France aux djihadistes

 

Inutile de dire que nos  armes et notre  appui logistique sont allés exclusivement aux djihadistes,  en particulier au Front Al Nosra , nouveau nom d'Al Qaida , dont les différences avec Daesh  sont bien minces. Les mêmes qui enlèvent ou massacrent les chrétiens - et d'autres. La soi-disant Armée syrienne libre qui , disait-on , était l'objet   de notre sollicitude demeure  un fantôme - et  un alibi pour aider les islamistes.

Pourtant  le plus probable est que ce régime pris en grippe par notre diplomatie avec un rare acharnement tiendra. Il parait certes aujourd'hui sur la défensive mais s'appuie sur un dispositif  solide autour de Damas  et de la frontière libanaise . La Russie ne le lâchera pas . La population est mobilisée , notamment les femmes dont bien peu , même chez les sunnites, souhaitent tomber ente les mains des  "barbus"  . Ceux qui soutiennent les forces rebelles,  Israël en tête , ne veulent  pas vraiment  qu'aucune   des deux , Daesh ou Al Nosra,  remplace le régime de Damas, se contentant de le maintenir en état de faiblesse.

 

La nouvelle politique américaine

 

Les accords entre Washington et Téhéran  prévoient le  maintien d'Assad jusqu'à la fin de son mandat  et le relâchement  progressif de la pression des   islamistes, qui pourraient être recyclés   contre la Russie.

La France qui avait de solides positons en Syrie,   son ancien mandat,  où on n'a  pas oublié que Jaque Chirac fut le seul chef d'Etat occidental à  assister aux obsèques d'Assad père  (eut-il raison d'y aller? C'est une autre question ) , sera-t-elle cette fois  encore prise de court par le revirement américain, déjà perceptible ?  Ce serait confirmer l'amateurisme  dans la quelle est sombrée notre diplomatie : Mitterrand qui fut le mentor tant de   Fabius que  de Hollande doit s'en retourner dans sa tombe.

Les arguments  moraux ne sont plus pris  au sérieux.   Meurtres d'enfants à Homs, utilisation de gaz, lâchage de bidons d'essence sur les populations :  au moins ces  accusations là ,  portées à l'encontre du régime  syrien, se sont  avérées fausses , ce qui n'en fait pas pour autant un régime tendre.  

Un premier geste serait d'accorder une reconnaissance officielle au Lycée Charles de Gaulle de Damas que les parents d'élèves syriens ont continué de faire fonctionner en autogestion quand la France l'a fermé en 2011, témoignage émouvant d' un  attachement aujourd'hui rare à la culture française.

Le second serait de lever l'embargo sur les produits pharmaceutiques  particulièrement odieux quand on sait les dégâts que cette guerre absurde continue de faire dans la population civile.

Mais pour renouer le fil d'une relation interrompue, peut-être Hollande devra-t-il trouver  un autre ambassadeur que Laurent Fabius ?

 

                                                                                   Roland HUREAUX    

     

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 21:45

APRES SA VISITE A POUTINE, GISCARD PREND TOUT LE MONDE A CONTREPIED

 

http://www.atlantico.fr/decryptage/apres-visite-poutine-giscard-prend-tout-monde-contrepied-roland-hureaux-2204611.html

 

En prenant une  position favorable  à Poutine  dans l'affaire ukrainienne, Valéry Giscard d'Estaing  a pris tout le monde à contrepied.

La grande presse  s'est contentée de signaler la rencontre entre Giscard et Poutine le 28 mai dernier et ses déclarations les plus générales : "Les relations entre l'Europe et la Russie seraient meilleures si Bruxelles était réellement indépendant" .   On n'a guère répercuté que  l'ancien président est allé  beaucoup plus loin dans un entretien avec Politique internationale, une revue  pourtant  atlantiste : il y   justifie   l'annexion de la Crimée qui, selon lui, a toujours été russe,  et pense que "probablement"     les événements de la place Maidan et le renversement  du président Ianoukovitch  il y a un an  sont le résultat d'une  manipulation  de la CIA.  Il considère que les sanctions, non seulement ne sont pas dans l'intérêt de l'Europe,  mais sont contraires au droit international.   

Valéry Giscard d'Estaing   prend ainsi à revers une classe politique française et européenne   tellement tétanisée  qu'aucune figure de premier plan   n'y ose   encore critiquer la ligne  aveuglément proaméricaine  de l'Europe occidentale  à l'égard de la Russie. La servilité   des   dirigeants européens au dernier G7 est à cet égard significative. Une ligne proche de l'assujettissement  dans  le cas de Hollande qui, en refusant de livrer les  Mistral  sur ordre de Washington , discrédite la parole de la France.     

L'ancien-président  prend aussi à contrepied tous ceux qui le tenaient depuis toujours, à tort,  pour un "libéral atlantiste". C'est oublier qu'en 1981,  il fut vaincu  par une coalition de la gauche  unie  et de l'ambassade des Etats-Unis  et qu'il avait en revanche reçu, contre le parti communiste,  l'appui discret  de l'ambassade d'URSS. Ses positions de fin de mandat  où il avait cherché à jouer un rôle d'intermédiaire entre l'Est et l'Ouest ( le "petit télégraphiste" dit Mitterrand) n'étaient guère appréciées à Washington.  On peut  certes  discuter  leur opportunité à un moment où la menace venant de Moscou était bien plus sérieuse qu'aujourd'hui. Mais elle témoignait d'une indépendance dont nous avons perdu  l'habitude.

Différence de posture, différence d'envergure  aussi avec tous ceux  qui prétendent aujourd'hui à la magistrature suprême.  Le  président-académicien n'envisagerait-il pas  de   se présenter à la primaire de droite ?

La position de Giscard est proche , ce n'est sans doute pas un hasard, de celle de son vieil ami  Helmut Schmidt qui, il n'y a pas si longtemps, vitupérait la politique irresponsable de la commission de Bruxelles, à la fois incompétente et belliciste , faisant courir, selon lui,  à  l'Europe le risque de la guerre mondiale.

En prenant cette position audacieuse,  Valéry Giscard d'Estaing va  dans le sens de l'opinion française éclairée, celle qui ne se laisse  pas influencer  par le matraquage anti-Poutine des médias, une opinion  de plus en plus décalée par rapport  à la positon officielle de Hollande - et de la direction  de l'UMP. Il y a un ou deux ans, les pro-russes se trouvaient isolés dans les dîners en ville. Aujourd'hui  c'est inverse: presque personne, en dehors de quelques intellectuels ne prend plus  parti  pour les Etats-Unis dans les affaires de l'Ukraine.

Il ne s'agit bien entendu pas d'être pro-ceci ou pro-cela . Il s'agit que notre diplomatie  soit celle de nos intérêts et non pas des intérêts de  quelqu'un d'autre. Cela suppose qu'on évacue    toutes  considérations  infantiles  sur "qui est le bon ? " et "qui est le méchant ? "  auxquelles se résume aujourd'hui la diplomatie dite des droits de l'homme . En d'autres circonstances cela pourrait  nous conduire à être antirusse  - ou antisoviétique,  mais en aucun cas à l'alignement absurde sur les Etats-Unis dont nous sommes aujourd'hui les témoins.

 

                                                                       Roland HUREAUX

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 21:43

POURQUOI UN TEL REJET DES SOCIALISTES ?

http://roland.hureaux.over-blog.com/2015/05/pourquoi-un-tel-rejet-des-socialistes.html

 

Il n'y a peut-être pas de précédent à l'ampleur du rejet qu'expriment les dernières élections européennes ou départementales à l'égard du parti socialiste aujourd'hui en place.

Il faut , pour en rendre compte,  aller au-delà des explications habituelles. La crise économique ? Mais on a vu de peuples continuer à  faire confiance à leurs dirigeants malgré elle. Tel ou tel scandale ? Les Français en ont vu d'autres.

La vérité nous paraît être que la population a pris conscience d'un fait essentiel et , à ce degré, sans précédent lui aussi : François Hollande et son équipe ne gouvernement pas la France. Ce qui ne veut pas dire qu'ils ne font rien.  Ils font autre chose.  Ils  profitent de leur passage aux affaires, pour imposer, à peu près en tous domaines des vues idéologiques à mille lieues des problèmes réels du pays.

Gouverner, c'est chercher tout simplement le bien commun. C'est donc s'attacher à   résoudre les  problèmes principaux d'un peuple . Aujourd'hui ces problèmes  sont clairs:  le chômage, l'érosion du niveau de vie, l'insécurité, l' immigration, l'illettrisme,  la perte des repères . Ces problèmes, les socialistes les connaissent mais tout se passe comme s'ils ne les préoccupaient guère !   Sur aucun sujet, ils ne donnent le sentiment de vouloir régler les problèmes réels des Français. 

Chacune des réformes lancées par Hollande n'a  d'autre but  que d'aligner la réalité sur tel ou tel  modèle idéologique.

Il ne s'agit certes plus d'un modèle idéologique compact, comme dans la défunte Union soviétique. Mais les socialistes n'ont pas pour autant  abandonné toute volonté de transformer la société en profondeur. Ils ne sont pas  devenus "pragmatiques" :  au contraire , ils le sont moins que jamais. Mais leur projet met l'accent sur le sociétal et est au service d'une vision libérale libertaire de l'homme.  Tant pis si cette vison est fausse, qu'elle repose, comme toutes les visions idéologiques,   sur  une vision  tronquée de l'homme.

 

La Loi Taubira, réforme emblématique

 

Une  réforme idéologique, c'est une réforme que personne ne demande en dehors d'idéologues très peu nombreux : c'est évidemment le cas du mariage homosexuel , principale réforme de Hollande, que personne ne demandait en dehors des groupuscules LGBT  !  Et c'est une réforme qui ne résout aucun problème:   très peu de gens ont utilisé les   procédures ouvertes  par la loi Taubira. Mais le but est de faire entrer dans  le réel, par la loi, une  théorie sans fondement scientifique qui est la théorie du genre.  

La réforme des régions est partie  elle aussi  d'un idée fausse: le culte de la grande dimension dont  on se figure à tort qu'elle fait faire des économies alors que  c'est le contraire. Partant de là on s'est  persuadé que nos régions étaient trop petites, alors que c'était faux  : elles avaient peu ou prou  la même dimension que dans  les  autres pays.  Voilà encore une   réforme que personne ne demandait et qui ne résout  aucun problème - qui les  aggravera même probablement.   

La loi Macron semble au premier abord plus réaliste car  elle contient,    par exception, quelques dispositions qui contribueront à améliorer certaines choses, comme  l'accélération des procédures de passation du permis de conduire . Mais c'est  assez limité. Même si elle a une  inspiration  libérale qui plait à la droite , il s'agit aussi d'un ensemble de  réformes idéologiques que personne ne demandait et qui n'amélioreront rien. Ainsi les notaires et les autres professions réglementées faisaient très bien leur travail et personne  ne s'en plaignait. Le problème, qui n'est pas un vrai problème : leur mode d'organisation ne correspond pas  au modèle d'une économie régie par la concurrence généralisée. Donc il fallait les en rapprocher.  Certes, on n'est pas allé loin car les régimes d'aujourd'hui  n' ont pas les  moyens comme  Staline ,  d'imposer leurs utopies en passant en force, heureusement,  mais ils essayent.

La loi Touraine sur  la médecine contient , elle aussi,  très peu de mesures qui visent en toute  simplicité  et sérieux d'améliorer notre système de santé.

La volonté de généraliser le tiers payant  va même à l'inverse du souci principal de l'Etat,  celui   de réduire   les dépenses de santé.  On ne prend  cette mesure que pour des raisons idéologiques. Si l'on  veut livrer les notaires et les pharmaciens à  la  concurrence , on veut au contraire  fonctionnariser   les médecins. Les idéologies sont , on le voit,  différentes mais le but recherché est  le même : la fin des professions libérales  (et sans doute des classes moyennes  en général)  que les idéologues n'ont jamais aimées  car  dans libérales,  il y a liberté.    

Ce qui restait des dispositifs prudents de  le loi Veil  disparait avec l'abrogation  du délai de réflexion avant un avortement. Dès son arrivée , Mme Touraine avait rétabli le remboursement à 100% de cet acte , sans tenir compte  des problèmes de financement,  ni que les soins dentaires  ne sont remboursés,   eux,  qu'à hauteur de 20 %. Pour les idéologues socialistes, tout ce qui  favorise l'avortement est bien , sans aucune considération de la réalité dramatique qui se trouve derrière cet acte,  devenu un simple  symbole  de progressisme, comme les salles de shoot.

Dans le même ordre d'idées, la loi Léonetti avait réalisé un juste équilibre, salué par tous , en matière de  fin de vie. Cet équilibre, sans aucune nécessité autre qu'idéologique,   est remis en cause par  les projets en cours.

On pourrait aussi regarder la loi Taubira de  réforme de la justice en préparation. Là aussi , au nom d'une philosophie a priori   ( la  culture de l'excuse, la subversion de l'idée naturelle du bien et du mal et de la  punition ), on tourne le dos aux problèmes des Français très inquiets au contraire    de la hausse de l'insécurité.

Les projets de Vallaud-Belkacem sur l'éducation nationale  continuent sur la voie fatale du tronc unique et de l'interdisciplinarité  dont personne n'attend la solution des vrais problèmes de cette institution.

Malgré les idéologies disparates auxquelles se réfèrent ces réformes ( collectivisme en matière d'éducation nationale  ou de médecine, ultralibéralisme en matière de professions  réglementées, culte de la dimension en matière  territoriale) , toutes ont le même  effet de   brouiller, voire détruire les repères fondamentaux des Français:  la famille, les régions historiques , la commune, le bien et le mal etc. Elles auront l'effet de rendre nos   concitoyens encore  plus paumés, dans un monde qui leur semble  devenu fou. Cela est particulièrement vrai dans le monde  rural, plus secoué   que le reste du pays par les réformes territoriales.  C'est là que  le FN progresse  le plus même quand il n'y a pas de  population immigrée.

L'idéologie existe depuis  longtemps,  il est vrai; mais  elle se combine en général  avec des considérations réalistes, pragmatiques . Avec le gouvernent Hollande-Vals, l'idéologie est devenue chimiquement pure, ou presque. Cela est sans précédent dans l'histoire, même dans les régimes totalitaires.

Cela tient avec la mentalité des socialistes d'aujourd'hui qui , dans la surenchère des congrès, ont perdu l'habitude de  considérer la réalité en tant que telle : ils ne prennent en compte que les mots et leurs  valences idéologiques.  Grave déformation intellectuelle :    certains   tiennent  même   l'idéologie pour  une   maladie de l'esprit, analogue à la folie. Elle  agit comme  un  virus dans le logiciel de la décision politique.

Sans pousser l'analyse aussi loin, les  Français  sentent confusément que quelque chose d'essentiel manque à ce gouvernement .  Ils sentent très bien qu'il  a d'autres préoccupations qu'eux,  qu'il  suit un autre logique que la recherche du bien commun, de leur bien, de la res publica, qu'il leur tourne  le  dos pour ne connaître  que des lubies idéologiques très éloignées de leurs soucis quotidiens.

Et  comme il est dans la nature des idéologues  de  méconnaitre la réalité, on peut craindre qu'ils méconnaissant aussi le rejet massif qui s'est exprimé lors des dernières élections, qu'ils continuent aveuglément leur politique destructrice.

Si nous étions dans un monde normal, après ces élections  départementales calamiteuses pour la gauche , Valls serait renvoyé et Hollande tenterait une autre politique. Mais, sous Hollande, nous  ne sommes pas dans un monde normal. Et c'est bien cela qui est inquiétant.

 

                                                                                   Roland HUREAUX

 

 

 

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 21:42

LES "REPUPLICAINS"  AURONT BEAUCOUP D'EFFORTS A FAIRE POUR SE RASSEMBLER

 

https://www.marianne.net/debattons/tribunes/les-republicains-leurs-veritables-divisions

 

 La refondation de l'UMP, devenue "Les Républicains", le 30 mai dernier Porte de la Villette a été une fête réussie.

Les quelques sifflets  malencontreux qui ont accueilli Fillon et Juppé  n'ont  pas vraiment  entaché   une opération   qui  s'est faite dans une atmosphère sobre et consensuelle.

50 intervenants  allant chacun de son couplet sur les valeurs républicaines , cela ne permet pas  forcément de maintenir l'attention du public, mais évite au moins de   faire des jaloux , de  diviser inutilement  le groupe dirigeant du mouvement sur des questions de susceptibilité.

Dans son discours de  conclusion , Nicolas Sarkozy a  tenté  de montrer  que lui et son parti étaient , plus que les socialistes, les vrais républicains.   Pour justifier   le label "Les Républicains", il  a rappelé comment la gauche avait détruit l'école et   fait preuve d'une complaisance coupable  à l'égard du communautarisme. L'argument n'est pas sans portée.

Il reste que l'invocation répétitive des valeurs de  la  République et les appels au rassemblement par les orateurs ont occulté   les sujets essentiels qui sont précisément ceux sur lesquels le nouveau mouvement est, plus que toute autre force politique , divisé.

 

Trois clivages essentiels

 

Trois lignes de faille traversent aujourd'hui la politique  française :  est-on pour ou contre  l'euro?  est-on pour ou contre le mariage homosexuel  ? est-on du côté des Américains  ou du côté des Russes ? Sur ces trois sujets, aucun compromis n'est possible: il faut être d'un côté ou de l'autre. Même ceux qui préconisent  une monnaie commune au lieu de la monnaie unique  se prononcent,  de fait,  pour la fin de l'euro. Ceux qui veulent substituer   une "union civile"  au "mariage" prévu par la loi Taubira proposent  un "retour en arrière" qui n'est nullement perçu comme un compromis  par les partisans de celui-ci.

Nous ne considérons en revanche pas que la question du plus ou moins grand degré de liberté économique divise en profondeur la société française.    Entre les libéraux et  les étatistes,  le curseur peut se déplacer  vers toutes sortes de compromis.

Pas davantage, quoi qu'on en pense, l'immigration : dès lors que personne ne veut rejeter les immigrés à la mer , ni ouvrir toutes grandes les  portes, là aussi , bien des  positions intermédiaires sont envisageables.

Sur les trois sujets les plus clivants, il est clair que le Front national , anti-euro, pro-russe et  hostile aux bouleversements sociétaux ( même s'il ne s'est pas engagé à  remettre en cause la loi Taubira) est clairement d'un côté.

Il est tout aussi clair que le Parti socialiste, pro-euro, pro-OTAN  et libertaire est  clairement de l'autre.  En dehors de Chevènement , la gauche de la gauche elle-même a transigé sur  l'euro  et  ne se reconnait guère dans Poutine.

En définitive les Républicains, pour  les appeler de leur nouveau  nom, ont seuls le redoutable privilège  de voir la césure passer au milieu d'eux et cela sur les trois sujets.

Officiellement  favorables à l'euro, ils laissent subsister une aile  hostile, autour de  Jaques Myard  - lequel,  de manière  significative a été écarté du nouveau Conseil national.

L'opportunité de réviser   ( réécrire dit  Sarkozy) ou non la loi Taubira   fait débat.  Juppé, Le Maire, Nathalie Kosciuszko-Morizet   y sont clairement hostiles. Les autres , hostiles aussi,  cultivent une subtile ambiguïté.

Sur la nouvelle polarité  Est-Ouest,  seul Fillon, quoique discret , est soupçonné de pencher vers la Russie.  Il a , seul  des candidats mais avec tout le groupe parlementaire , approuvé la récente  visite au Kremlin de cinq députés français,   visite condamnée  par  Hollande, Fabius, Juppé et tournée en dérision par Sarkozy. Plus clairement Giscard d'Estaing s'est récemment démarqué de l'OTAN. Il n'est cependant pas, du moins que l'on sache, candidat.

Mais le vrai clivage sur  ces sujets, n'est est pas tant entre les dirigeants des Républicains  qu'entre la tête et la  base militante, beaucoup plus réservée sur l'euro, hostile à la loi Taubira contre laquelle elle s'est mobilisée  et , quoi qu'on pense , plutôt favorable à Poutine.

Cette division peut se résoudre de plusieurs manières.

Les Républicains  peuvent continuer comme aujourd'hui où la tête impose les positions les plus "politiquement correctes". C'est ce que pensent  Alain Juppé mais aussi, quoique moins nettement , les autres candidats.  Il leur sera dans ce cas difficile de se distinguer du PS et d'arrêter l'hémorragie des électeurs vers le Front national.   Il ne leur reste , pur se distinguer, qu'à s'affirmer un peu plus libéraux sur la plan économique. Air connu mais   qui pense sérieusement  que la droite ferait  beaucoup mieux  que la gauche sur ce chapitre ?  Même chose sur l'école ou sur l'immigration. 

L'autre option serait la division , voire la scission. La sanction serait l'élimination dès le premier tour. On n'en est pas encore là, d' autant que  l'aile  "populaire"  n'a pas vraiment de chef. 

La troisième solution est de transformer la faiblesse en force, la division en synthèse.

C'est, on l'a dit, quant au fond difficile. Mais c'est celui des candidats qui saura le mieux gérer la contradiction  et garder une  position  d'équilibre  qui emportera la palme de l'investiture pour  1997.

 

                                                                       Roland HUREAUX

 

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 21:42

HOLLANDE IGNORE T-IL CE QUI LE REND SI IMPOPULAIRE ?

 

http://www.libertepolitique.com/Actualite/Decryptage/Hollande-ignore-t-il-ce-qui-le-rend-si-impopulaire

 

Le président Hollande a du être épaté , comme d'autres,  par la réélection facile  de David Cameron à la tête du  Royaume-Uni.

De même doit-il être sidéré, lui qui plafonne à 15 % d'opinions favorables de voir Poutine à près de 80 %. La différence de régime n'explique pas tout.

Il se tromperait fortement s'il   imaginait que la situation économique   y est pour quelque chose. Elle n'est pas meilleure en Russie qu'en France .

Non, le ressort fondamental qui fait qu'un  chef d'Etat ou  de gouvernement est populaire ou ne l'est pas est,  depuis l'aube des temps, son rapport au sentiment national.

Poutine incarne la fierté russe ; les Russes ont le sentiment d'être avec lui  à la fois honorablement représentés et défendus. Et plus les pays occidentaux  lui marquent leur hostilité, plus ce sentiment est fort. Cameron est,  certes, presque autant que Hollande, inféodé aux Etats-Unis mais c'est moins gênant , compte tenu des liens historiques entre les deux pays, pour  un Anglais que pour un Français. Surtout il ne l'est pas à l'Europe de Bruxelles et c'est cela qui importe aux Britanniques, de plus en plus hostiles à celle-ci. Les  performances économiques de la Grande-Bretagne ne sont pas sans rapport avec le fait qu'il n'est pas lié par  les contraintes de l'euro, ce qu'oublient de dire ceux qui se réfèrent à elles  pour tourner en ridicule la  France. Les Ecossais n'ont pas fait le choix de  l'indépendance lors du dernier référendum mais ils savent qu'ils peuvent compter sur le parti indépendantiste , plus que sur tout autre, pour défendre l'Ecosse;  ils lui  ont pour cela   donné massivement leurs voix.

 

Le "prince esclave"

 

Il est peu probable que Hollande connaisse le livre  de Gaston Fessard, jésuite entré très tôt dans la Résistance,   intitulé  Le Prince esclave  , une expression qu'il applique  à  Pétain. Le théologien explique que Pétain ne peut  être tenu pour le  chef ( un "prince" ) légitime des Français parce qu'il lui manque la qualité première qui fait la légitimité du chef :  la liberté. La nécessité que le chef soit libre est  un principe anthropologique fondamental  qui vaut autant dans les    tribus africaines  que les empires asiatiques, pour les rois comme pour  les gouvernements républicains . Un vrai chef doit être libre non seulement    par rapport aux puissances intérieures  ( financières notamment ),  mais surtout par rapport aux puissances étrangères.  S'il a quelque attache, voire quelque  lien de  subordination avec quiconque, ses concitoyens  peuvent penser qu'il   ne sera  pas  disponible pour faire ce qu'ils attendent de lui   avant tout : défendre leurs intérêts. D'autres intérêts , éventuellement  contraires  aux leurs , passeront en premier .  Il ne sert   donc   à rien. Il perd sa légitimité.

L'actuelle négociation du traité transatlantique , que François Hollande, appuie au point de trouver qu'elle ne va pas assez vite,  montre au passage ce que veut dire le conflit entre des intérêts étrangers et ceux du  peuple français.

Les socialistes qui invoquent à tort  et à travers  Pétain pour stigmatiser la droite ou l'extrême-droite  feraient bien de considérer ce qu'est l'attitude de Hollande face au pouvoir de Washington , voire à celui de Berlin.

Pourquoi donc n'honore-t-il pas la signature de  la  France en livrant les Mistral (au point d'imposer à notre pays aux finances exsangues   deux milliards de dédit  ) ? Même Sarkozy qui ne passe pas pour un antiaméricain primaire  réclame cette livraison. Il était tellement facile à Hollande de dire à ses partenaires qu'il ne faisait qu'exécuter un contrat qui avait été conclu avant lui et que la signature de la France l'obligeait.  Mais il y a eu un veto américain et il n'a pas osé passer outre. Comme les Mitral n'intéressant personne d'autre que le Russes, même pas la Marine française, il est aujourd'hui question de les détruire . De les saborder!  Comme la flotte française à Toulon se saborda en 1943, parce que le gouvernement de Vichy  était trop inféodé à Hitler pour lui laisser  prendre le large.  Qui parle de Pétain ?

Mais le comble de la honte pour ceux qui aiment leur pays, à commencer par Jean-Luc Mélenchon, faisant chorus pour l'occasion avec  Jacques  Myard et  Marine Le Pen,  a été atteint ce 9 mai  avec le  refus du présidant français d'assister aux cérémonies par lesquelles la Russie célèbre  le 70e anniversaire de sa victoire sur l'Allemagne nazie. Même si nous sommes aujourd'hui  en situation de tension avec la Russie de Poutine - pour des raisons  qui d'ailleurs  restent à approfondir  - l'importance de cette cérémonie, les évènements à la  fois tragiques et grandioses qu'elle commémore, le pacte de sang qui,  depuis  la guerre de 1939-1945,  lie les Français aux Russes exigeaient une  représentation au plus haut niveau  - d'autant que le président Poutine avait eu, lui, la courtoisie de venu célébrer avec nous  le débarquement en Normandie. 

On dira ce qu'on voudra  de la victoire russe de 1945 : que le  patron de l' URSS était Staline qui ne valait pas mieux , à certains égards,  que Hitler, qu'avec une plus grand ménagement  des hommes , elle  aurait pu être acquise à moindre coût , que les  Russes ont été aidés par des  livraisons de matériel américain. Peut-être,  mais  le sacrifice de tant d'  hommes  (22 millions)  mérite un respect d'autant plus grand que  l'effort russe  a contribué plus que tout autre à libérer le territoire français : on peut discuter pour  savoir si les Russes seraient finalement  arrivés à Berlin sans les Américains, on ne peut nier que si toutes les divisions allemandes mobilisées à l'Est avaient été en Normandie,  la France serait restée longtemps occupée.  

Dans ce lamentable épisode,   François Hollande a montré encore une fois qu'il n'est pas un chef indépendant et  que donc il n'est  pas un chef.  

Même si l'emploi et la croissance redémarraient en flèche ( on peut toujours croire au Père Noël  ! ),  tant que les Français auront le sentiment d'être gouvernés par quelqu'un dont la soumission à des puissances   étrangères leur fait chaque jour un peu plus honte , l'actuel président  ne doit pas espérer redresser sa  courbe de popularité.

 

                                                                       Roland HUREAUX

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 21:40

LA GRECE AU BORD DU SALUT

 

http://www.libertepolitique.com/Actualite/Decryptage/La-Grece-au-bord-du-salut

 

http://www.atlantico.fr/decryptage/et-grece-etait-en-fait-au-bord-salut-roland-hureaux-2219678.html

 

 

Tout le monde  attend  qu' une catastrophe de première magnitude frappe la Grèce  à l'annonce de son défaut ou de sa sortie de l'euro. Cette  opération pourrait lui apporter au contraire  le salut.

Sans doute le choc  sera  rude . La sortie de l'euro  signifiera pour elle une dévaluation d'environ 50 % et donc un doublement  des prix des produits importés ,  soit  la plupart de produits de première nécessité.  

Il est inutile de chercher à savoir si ce réajustement constitue   un  bien ou un mal car,  pour douloureux qu'il soit , il est inévitable.  Il devait  se produire  un jour  ou l'autre et attendre le rendrait encore plus cruel.  Il  ne s'agit au demeurant que d'une opération de clarification, d'un retour à la  vérité des prix,  d' un retour sur terre.  La Grèce cessera de vivre au -dessus de ses moyens, c'est tout.  

Certes   l'opération sera  douloureuse  pour un pays qui a déjà perdu 35 % du PIB.   Mais elle a sa contrepartie: les coûts de production grecs, à commencer par ceux des  hôtels de tourisme, seront diminués de 50 %. Le temps pour que les agents encore en mesure de produire tirent pleinement parti de cet avantage comparatif considérable, estime-t-on au vu des nombreuses expériences analogues qui  se sont produites au cours du XXe siècle,  est de  six mois.   Et alors les choses repartent  très vite, généralement au-delà des espérances.

 

Retour de l'espoir

 

On dira que tant  qu' à accepter des sacrifices , la Grèce pourrait  accepter aussi bien ceux que lui impose la troïka et qui reviennent  au même , et ainsi rester dans l'euro. Ce disant, on prône la dévaluation intérieure, ou déflation par baisse  des prix domestiques, ce que l'Europe essaye d'imposer à la Grèce depuis plusieurs  années.  Or la différance est double .  D'abord parce que la déflation , partout où elle a été expérimentée, tue la croissance et même provoque la récession , ce qui n'est pas le cas de la  dévaluation. Ensuite parce qu'une    dévaluation interne représente des sacrifices sans espoir, alors que la dévaluation externe, même si les sacrifices sont au départ plus grands, s'accompagne de l' espoir, parfaitement fondé,  que les choses aillent mieux très vite.

Face à ce schéma qui s'apprend en première année de sciences éco (mais apparemment  beaucoup de nos décideurs   ne sont pas allés si loin), il se trouve toujours des sceptiques  pour dire  :  oui, mais ça c'est  la théorie , dans le cas de la Grèce,  ce schéma ne marchera pas, pour  telle ou telle raison : les Grecs sont trop paresseux, leur appareil productif est trop dégradé et ne repartira pas, les déséquilibres intérieurs resteront.

Et bien non : sauf en  cas d'inflation galopante de type latino-américain où la hausse des prix  annule  en quelques heures l'avantage comparatif retrouvé -  mais nous ne sommas pas dans ce cas  - , les dévaluations sont toujours efficaces pour rétablir la compétitivité et donc la balance du commerce  et la croissance.  Même si l'appareil productif est très dégradé, il révélera quelque niches que l'on ne soupçonne pas,  soit  pour l'exportation , soit pour  la substitution d'importation et , la pompe réamorcée, le  reste suivra.

Il est des lois économiques dont à juste tire il faut se méfier  car leur application est  tributaire des circonstances. Mais ce n'est  pas le cas de celle là:  la sensibilisé de la balance du commerce et donc de l'activité au taux de change est toujours effective, sans exception. Et comme les investisseurs qui ne s'embarrassent pas de théories brumeuses,  eux, le savent, ils reviendront très vite.

Il vaut mieux que l'opération soit accompagnée de politiques  structurelles, mais même   si ce n'est pas le cas, la loi économique s'appliquerait. Peut-être plus vite encore en Grèce car  les agences de tourisme, partenaires essentiels de l'économie grecque , savent déjà   qu'elles feront beaucoup plus de bénéfices  avec un retour à la  drachme.   

Le débat n'est pas nouveau: on a annoncé des catastrophes  avant presque  toutes les dévaluations : en France (1958, 1969), en Grande-Bretagne (1967, 2008), en Afrique avec  celle du  Franc CFA (1994)  ou ailleurs. Non seulement elles n'ont jamais eu lieu,  mais  les bienfaits se  sont fait ressentir très vite après.

Il y a évidemment une inconnue :   la communauté occidentale pourrait , d'une manière ou d'une autre,  boycotter la Grèce  et freiner son relèvement. Mais c'est peu probable . D'autant que les   contacts pris par Tsipras  avec la Russie lui donnent   une solution alternative , sinon pour une aide financière, du moins pour l'achat  de produits de première nécessité.

Quant à la dette, elle reste due même en cas de sortie de l'euro. Mais comme Athènes ne la réglait déjà pas,  la nouvelle situation ne changera rien.

Si la cohésion de la zone euro ne devrait pas être affectée immédiatement, elle pourrait l'être  au bout de quelque mois quand les autres pays en difficulté verront que la Grèce redémarre.

 

                                                                       Roland HUREAUX

 

  

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article