Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Roland HUREAUX

MrHureaux

Recherche

Articles Récents

Liens

22 septembre 2012 6 22 /09 /septembre /2012 17:45

Article par dans Liberté politique 

 

Qu’en autorisant les joueuses  de football à porter le voile, la FIFA ait  en réalité ratifié le fait que, dans certaines équipes, elle y seront obligées, fait peu de doute.

Le Comité olympique a suivi la voie ainsi ouverte et cela n’est sans doute pas fini.

On n’a cependant pas assez remarqué combien jouer au football voilée était absurde, au regard sinon des traditions de l’islam dont nous ne sommes pas juges, du moins de la signification anthropologique du voile.

Le voile féminin n’est en effet pas propre à la religion musulmane. Il était largement répandu dans le monde grec et romain. Saint-Paul le recommande vivement aux femmes. Les religieuses prennent le voile. Et il y a à peine  une génération, les paysannes de nos campagnes ne sortaient  qu’avec un foulard : ce n’était pas une obligation mais un usage.

La signification de cet usage n’est pas épuisée par l’interprétation féministe qui n’y voit, de manière simplifiée, que le signe d’un assujettissement à l’homme. Au moins dans la tradition judéo-chrétienne, c’est à la fois plus et autre chose.

C’est d’abord la soumission à Dieu : le chapeau ou la kippa que portent les  juifs mâles, la calotte des prêtres d’antan n’ont  pas  elles-mêmes d’autre signification.  Les empereurs romains se drapaient la tête en sacrifiant.

Dans certains cas, la signification est inverse : les grands d’Espagne avaient le privilège de rester a couverts en présence du roi alors que les autres devaient se découvrir.  Mais cela est exceptionnel.

S’agissant de la femme, la soumission à Dieu porte avec elle la soumission à l’ordre du monde.

 

La troisième dimension

 

Mais il y a plus.

Cette soumission, dans la tradition religieuse occidentale, n’est pas anéantissement mais changement de plan.

La femme se faisant, par le voile,  humble et douce,  subvertit un ordre social que l’on peut appeler masculin, fondé sur le rapport de force, l’orgueil, la dureté, voire la violence. Elle se met en retrait par rapport au plan commun dans ce qu’on pourrait appeler la  troisième dimension. Elle indique de manière implicite que l’univers des combats, des conflits, de la lutte pour la vie, n’est pas le tout du monde, qu’il y a autre chose.

D’ailleurs, certaines  femmes savent bien faire comprendre que, pour elles,  tout conflit, toute guerre sont assimilables à des  jeux d’enfants et  la preuve que les hommes restent de grands enfants. Elles seules sont  vraiment  adultes !

Or, même si l’on ne refuse pas aux femmes le droit  d’y jouer, le football, comme la plupart des autres sports  mais de manière particulièrement marquée, est précisément une plongée dans ce monde de la compétition, du  combat, du rapport de forces. Un match, quel qu’il soit, constitue une mimésis  de la guerre.

C’est dire combien, si l’on comprend bien la signification du voile, jouer au football en portant le voile est absurde.

On peut en dire autant du port du voile dans les villes  occidentales de la part de jeunes  musulmanes pour qui il représente, moins  un usage qu’ une affirmation identitaire, voire militante.

Militant veut dire  soldat. Porter  le voile non point parce que c’est  l’habitude  ou bien une obligation religieuse à laquelle on se soumet humblement, mais pour affirmer haut et fort – « de manière ostensible » dit la loi française – son rattachement communautaire, est un contresens par rapport au sens primitif de cet objet. Le contresens atteint le comble pour celles qui les portent avec un blue jean.

Dans nos pays, la question du voile est d’abord posée par l’islam. Ceci posé,  nous ne dirons pas autre chose, même si le phénomène est, lui,  très limité,  de celui dont se couvrent tout aussi ostensiblement les femmes qui fréquentent Saint-Nicolas-du-Chardonnet : qu’elles le veuillent ou non, ce voile non plus n’est pas naturel, et,  de fait, il a aussi un motif identitaire. Le voile ne saurait par définition être partie prenante  à aucun combat,  fût-ce un combat de civilisation. Le voile est  précisément ce qui vous met en dehors des combats, non pas sur la touche, mais dans une autre dimension.

C’était bien en ce sens que l’entendait le vieil islam où le djihad était exclusivement une affaire d’hommes. Le voile était le signe que les femmes s’en tenaient à l’écart.

Pascal dit que le propre d’une coutume est qu’on la suit sans nul autre motif que le fait qu’il s’agit d’une coutume. C’est ainsi que pendant des siècles et des siècles les femmes ont porté le voile. Naturellement, si on peut dire. C’est ainsi que le portaient  nos aïeules de toutes conditions. C’est ainsi qu’on le voit encore porté par une vieille grand-mère  venue du bled et qui s’habille à Saint-Denis comme on s’habille au bled.

Aucune « raison » là-dedans, même pas le souci de respecter une prescription rituelle (au demeurant contestée), encore moins de s’affirmer ceci ou cela. Simplement un usage immémorial  suivi avec simplicité  conformément à sa signification profonde.

Mais ce n’est pas du tout dans cet esprit que le voile est porté par les jeunes femmes nées en Europe ou celles qui vont le mettre sur les terrains de foot. Elles croient s’inscrire dans une tradition. A la lettre peut-être, mais  dans l’esprit, les malheureuses ne s’en rendent pas compte, elles la contredisent  de la  manière la  plus radicale.  

 

Roland HUREAUX

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article

commentaires