Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Roland HUREAUX

MrHureaux

Recherche

Articles Récents

Liens

28 mars 2009 6 28 /03 /mars /2009 15:25

Le 4 avril à Strasbourg, sera rendue officielle la décision du  président Sarkozy de réintégrer pleinement la France dans le dispositif militaire de l’OTAN, dont le général de Gaulle l’avait sortie en 1966.

Il est de bon ton de minimiser l’enjeu en disant que la France, à la suite des petits pas de ses prédécesseurs immédiats, cette réintégration  a déjà fait les trois quarts du chemin.  C’est oublier la valeur des symboles: une intégration à 100 % représent , qu’on le veuille ou non, la mise à mort  de la « différence française » qui a longtemps donné tout son  poids  à la voix de la France dans le  monde et , d’ailleurs, tous ceux qui, en France et à l’étranger,   souhaitent cette mise à mort ne cachent pas leur jubilation.  Le sommet de Strasbourg du 4 avril doit célébrer le plein  retour de la « brebis égarée » au bercail  Comme si la posture gaulliste n’avait été qu’un égarement !   Un autre changement capital se produira  dans la tête de notre haut commandement militaire quand il aura compris que ses chefs ne sont plus à l’Elysée mais à Bruxelles et à Washington.

Malgré des sondages de complaisance s’efforçant de prouver le contraire, tout le  monde sait que l’opinion   est hostile à cette réintégration.    

Malgré les réticences de beaucoup, les députés du parti majoritaire, à l’exception de quelques vois courageuses, ont par leur vote du 17 mars dernier approuvé cette réintégration.

Comment ne pas voir là, de la part d’un parti dont le courant principal ose encore se réclamer du gaullisme, un honteux reniement. Comment ces gens ont-ils pu donner leur aval à un   acte  qui vise de manière aussi directe le démantèlement de l’oeuvre du général de Gaulle ?  

Auront-ils à en rendre compte un jour comme ceux qui votèrent la confiance  à  Pétain le 10 juillet 1940 ?

Les deux choses ne sont pas de même ordre, dit-ton. Dans les deux cas pourtant, c’est de l’indépendance nationale qu’il s’agit. Et qui sait comment finira cette affaire ?  Les deux raisons que le général donna en 1966 à son retrait  du dispositif militaire intégré de l’OTAN,   sont aujourd’hui plus valables que jamais. La première : l’alliance atlantique n’a plus de raison d’être avec la détente et le recul  de la menace soviétique : aujourd’hui cette menace a disparu !   La seconde : les Américains ont une propension à l’aventure dans laquelle nous ne devons pas nous laisser entraîner. Il pensait alors au Vietnam, pas encore à l’Afghanistan.

Propension à l’aventure ?  Les deux vedettes de la scène contemporaine,   Obama et Sarkozy, qui presque chaque jour  font la une des journaux,  ont tous les deux le projet fou de renforcer le corps expéditionnaire en Afghanistan !  Alors même qu’aucun stratège sérieux, aucun homme politique lucide ( comme vient de le rappeler récemment le premier ministre du Canada) ne pense que la guerre qui est menée là puisse être jamais gagnée. Alors qu’aucun policier engagé dans la lutte contre le terrorisme ne pense sérieusement  que c’est dans la vallée de Kandahar qu’elle se joue.

Quelle catastrophe aurions-nous donc à redouter ? Une  embuscade retentissante qui discréditerait durablement les armes de l’Occident ? Qui sait ? Mais il y a pire : que le Pakistan, Etat  de 200 millions d’habitants, Etat nucléaire devienne à son tour un état terroriste  (à comparer avec  l’Irak  de Saddam Hussein non nucléaire et de 20 millions) !

Nous lançons un appel solennel à tous ceux qui savent ce que le général de Gaulle a apporté à notre pays  de  manifester par tous les moyens leur colère devant l’acte grave qui va se commettre dans les jours prochains.

« Puisque toujours tout recommence toujours » comme disait Charles de Gaulle, nous leurs demandons de se tenir prêt à un nouveau combat  pour la reconquête de la souveraineté nationale.

Un combat qui commencera le 4 avril et qui ne saurait s’ achever que par la restauration de la liberté française.

Car la France a traversé les siècles. Quant on l’a cru finie, elle  a su renaître.  En dépit de tout , elle a survécu.  Tous ceux qui ont voulu étouffer sa voix n’y sont pas parvenus.

Ils n’y parviendront pas cette fois encore.

Vive la France !

 

 Roland HUREAUX

 

 

 

  

Partager cet article

Repost 0
Published by france
commenter cet article

commentaires