Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Roland HUREAUX

MrHureaux

Recherche

Articles Récents

Liens

21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 09:52

 

 

Maurice Faure, qui vient de nous quitter, n’a jamais renié ses attaches avec le radicalisme.

Mais il lui a donné dans le Lot un tour si particulier qu’on a  pu parler légitimement  de « faurisme ». Par exemple,  le vieux parti radical d’avant-guerre portait dans ses statuts l’anticléricalisme. On n’en trouvait guère de traces chez Maurice Faure, épicurien et, semble-t-il,  agnostique,   mais toujours respectueux  du fait religieux et des croyants. Sa première majorité, celle avec  laquelle il conquit la mairie de Cahors en 1965,  était composée de radicaux et de démocrates-chrétiens. Il soutint Lecanuet en 1965. Contraint de rallier l’union de la gauche entre les deux tours de  la législative de 1967, ce qui au plan national,  impliquait la rupture avec le MRP, il conserva au plan local, sur une base   plus  amicale que politique une garde rapprochée  issue pour l’essentiel de la démocratie chrétienne ; paradoxe incompréhensible hors du Lot, plusieurs conseillers généraux étiquetés radicaux de gauche, comme le Dr Emile Vaysse,  allaient à la messe  le dimanche.

On ne dira jamais assez combien cette élection de 1967 fut un moment clef  de l’histoire de ce département. Combat de géants : Maurice Faure et Jean-Pierre Dannaud qui s’y affrontèrent avaient tous les deux  l’envergure d’être premier ministre. Dannaud sans Faure l’eut emporté facilement et le Lot fut devenu un fief gaulliste, ou plutôt pompidolien. Faure sans Dannaud n’aurait pas eu besoin de s’allier avec les  communistes ; il serait resté  centriste et devenu sans doute ministre de Giscard.  L’offensive de Pompidou contre Faure, par Dannaud interposé,  a contraint le leader radical  à se déporter sur la gauche beaucoup plus qu’il ne l’aurait souhaité. Ses confidents   savent combien il se sentait mal à l’aise avec les majorités socialistes en place depuis 1981. Agnostique, il l’était peut-être sur le plan métaphysique, mais  encore davantage vis à vis des lubies idéologiques de toutes sortes qui se sont  emparées du parti socialiste depuis une trentaine d’années, lubies qu’il   qualifiait volontiers  en privé de « couillonnades ». Dans le grand combat historique que se livrent aujourd’hui les idéologies et le bon sens, il était assurément du côté du bon sens. Son  malaise était cependant  tempéré par son amitié personnelle avec François Mitterrand qui n’avait sans doute  pas des idées très différentes.

Le revirement grâce auquel  il sauva sa carrière politique en 1967, passant de l’anticommunisme à l’alliance avec les communistes, l’a fait passer pour opportuniste. Il avait été pourtant fidèle à Gaston Monnerville quand il s’opposa au général de Gaulle, alors même que ce dernier lui  inspirait un authentique respect.   De même, une fois rallié à l’union de la gauche, il fut conduit à refuser plusieurs propositions ministérielles. Autant qu’un tropisme local indéniable, cette loyauté explique sa carrière ministérielle somme toute brève.  

Le  tempérament de Maurice Faure   le portait naturellement à tenter de réconcilier les contraires.  Il est sans doute à son honneur d’avoir dirigé  le Lot et Cahors, de manière sinon dynamique, du moins consensuelle. Point de trace, semble-t-il,  en  son temps, de ce climat oppressif et sectaire que certains de ses successeurs de gauche  (et parfois de droite)  devaient faire régner sur la société cadurcienne. Quiconque  pouvait, sous Maurice Faure, s’affirmer de droite sans craindre  de représailles. Les temps ont bien changé.

Cet esprit de conciliation, sur fond  de scepticisme idéologique, fut aussi le moteur que le poussa à devenir ce qu’il est convenu d’appeler « un grand européen ». Il fut,  avec Guy Mollet et Christian Pinault, du côté français, bardé de jeunes technocrates aussi prestigieux que Jean François-Poncet et Jean-François Deniau, un des principaux artisans du traité de Rome,  traité que Jean Monnet n’aimait guère car il le trouvait trop défavorable aux intérêts américains. Il fut aussi, on le sait moins,   un des membres des groupes de travail qui  prépara, avant sa ratification de 1992, le traité de Maastricht. Le même esprit de compromis en fit un des plus fervents partisans  de l’Alliance   atlantique, aucun intérêt, selon lui, ne justifiant que    la France prit ses distances vis-à-vis de son puissant protecteur américain. Son fils, Philippe Faure,  n’est-il pas le président du tout-puissant réseau d’influence France-Amérique ?

Est-ce à dire que la bonne politique se résume, comme le pensait sans doute  Maurice Faure,  au rapprochement des  contraires, à l’esprit  de compromis, entre croyants et non-croyants, hommes de droite et de gauche, Européens  et Américains ? Certes, mais la politique n’est pas si simple : elle  est une  dialectique permanente du  rapprochement et de de la différence.

La vie, depuis toujours, est différenciation  et donc parfois arrachement, conflit (comme celui que suscita  la généal. de Gaulle en quittant la structure intégrée l’OTAN en  1967). Le risque de la différence, trop poussée,  c’est la guerre. Mais le risque de l’esprit de compromis systématique, c’est la grisaille, une existence  morose, sans grand élan, c’est aussi que les clivages réapparaissent hors du champ politique comme on assiste  aujourd’hui, face à la pensée unique  de droite et de gauche, à l’immense discrédit de la classe politique dans son ensemble. Les deux dimensions de la vie politique sont   sont assurément nécessaires.

 

Les deux radicalismes

 

En étant d’abord un homme de conciliation,  Maurice Faure, ne représentait pas tout le radicalisme.  Il se situait clairement dans un des deux courants fondamentaux qui divisent cette famille depuis le commencement. L’un est fait d’hommes de combat, républicains ou patriotes   intransigeants, portés à la résistance à l’égard de tout ce qui menace les intérêts auxquels ils sont attachés. Bien que n’étant pas formellement des radicaux, Gambetta, et Jules Ferry appartiennent à cette famille, surtout le premier qui organisa, dans la France occupée par les  Prussiens, l’admirable résistance de 1870.      Le « petit père Combes »  et surtout son ministre des affaires étrangères,  Delcassé qui sut   préparer par des alliances habiles  la revanche de 1914,   furent à leur manière eux aussi  des radicaux intransigeants. Et bien entendu Clémenceau, le « Père la Victoire ». Entre les  deux guerres, on citera Louis Barthou et Georges Mandel. Depuis 1945, la lignée s’affaiblit, le radicalisme s’étiolant. Mais  Pierre Mendès-France en fut un grand représentant et aujourd’hui, même s’il ne se réclame pas formellement du radicalisme, Jean-Pierre Chevènement.

La lignée des radicaux de compromis, d’autres diront « mous », apparait avec Léon Bourgeois, inspirateur de la philosophie politique du radicalisme, le « solidarisme », Aristide Briand, quoique   pas formellement rattaché au radicalisme lui non plus (il fut socialiste, puis centriste), est le prototype de ce radicalisme de compromis, adepte de la réconciliation franco-allemande  à partir de 1926. Mais  le grand représentant  de ce radicalisme « œcuménique » fut Edouard Herriot, indéracinable maire de Lyon et vrai permanent de la  politique française  de 1924 à 1959. Anatole de Monzie, Henri Queuille,  Edgar Faure et naturellement Maurice Faure se situent dans la même  lignée.

Ces deux genres de radicaux, est-il nécessaire de le dire, ne s’aimaient pas beaucoup. Les relations  de Maurice Faure  et  de Pierre Mendès-France  n’avaient rien à envier avec celles d’Aristide Briand et de Georges Clémenceau.

Fondée sur la dialectique de la différence et du compromis, la politique, spécialement la politique française, avait cependant  besoin de ces deux écoles, qui débordent d’ailleurs largement les frontières du parti radical.

 

Roland HUREAUX

Partager cet article

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article

commentaires