Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Roland HUREAUX

MrHureaux

Recherche

Articles Récents

Liens

2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 15:05

 

 

De Guéant à Valls, les ministres de l’intérieur se succèdent et toujours les Roms sont pris pour cible.

Pourquoi ? Résumeraient-ils à eux seuls les problèmes de l’immigration ? Au contraire.

Les Roms de Roumanie et de Bulgarie ne représentent qu’un vivier de migrants limité. S’ils sont plus  particulièrement attirés par la  France, c’est surtout en raison du régime social avantageux dont  y bénéficient les immigrés, même clandestins. C’est peut-être là-dessus qu’il faudrait se pencher au lieu de se livrer aux gesticulations  que l’on sait.

On peut vouloir contrôler l’immigration pour plusieurs raisons. Une des moins avouables et pourtant la plus  sérieuse   est de préserver un certain équilibre culturel et religieux afin que, au cours des décennies à  venir, la paix civile ne soit pas remise en cause comme elle l’a été  chaque fois qu’ont coexisté  des communautés chrétiennes et musulmane de poids  peu près égal : Liban, Bosnie, Kosovo.  (On pourrait aussi bien évoquer aussi la guerre civile du Sri-Lanka entre bouddhistes autochtones et  hindouistes immigrés).

Les Roms, chrétiens pour a plupart, ne menacent nullement l’équilibre d’un pays historiquement chrétien.   

Malgré leur mode de vie nomade, les Roms sont partie intégrante de la civilisation européenne depuis cinq ou six  siècles.

Si l’espace européen est une chose sérieuse, ils devraient y avoir  toute leur place puisque leurs pays d’origine font partie des 27.

Il est vrai que les Roms posent quelques problèmes de délinquance. Plus que les migrants nouveaux de toute origine ? Cela reste  à prouver.

Une des formes de cette délinquance est le fait, pour certains  « parrains » d’obliger des femmes (parfois avec des bébés en bas âge ou très âgées) et des enfants à mendier. Aujourd’hui la mendicité de ce type a pratiquement  expulsé toutes les autres du pavé de Paris, sans doute par la manière forte. Mais la police s’en  préoccupe telle ? Il ne les semble pas.

Si on ne leur permet pas de mendier que feront-ils ? dira-t-on. Mais où vont  donc les milliards déversés par la commission de Bruxelles  en Roumanie, en Bulgarie et ailleurs pour aider  à la réinsertion des populations nomades. Encore un exemple de l’inefficacité des grandes bureaucraties sociales à fonds publics !   Et à quoi rime de tolérer leur présence massive sur notre sol sans leur donner le droit de travailler ?,

Les Roms posent, il est vrai, un double problème que l’on tend généralement à confondre :

une question d’immigration  du fait de la présence illégale sur notre sol de beaucoup d’entre eux :

une question d’occupation indue de terrains  qui ne leur appartiennent pas, dont les propriétaires demandent leur expulsion  par voie de justice, mais d’où il est difficile, de fait,  de les déloger.

         Quand on parle  perle de l’expulsion des Roms, c’est   à ces deux réalités distinctes que l’on se réfère sans que la presse ne fasse rien pour éclairer la distinction.

        Mais nous nous risquons à une autre  hypothèse. Si l’on s’en  prend tant aux Roms qui ne posent que des problèmes mineurs à la cohésion de la société française, c’est qu’ils sont plus vulnérables que les autres. A la différence des musulmans, notamment arabes, en particulier des Algériens, des Marocains et des Turcs, ils ne bénéficient pas  du  « recul géopolitique » de grands pays   leur servant de base arrière et auxquels le gouvernement français n’ose pas s’en prendre de front.   

En prenant à partie bruyamment les Roms,   les  gouvernements font croire qu’ils  s’occupent de  l’immigration alors qu’ils  ne traitent  qu’un  problème mineur, et que les problèmes majeurs, eux,  ne sont pas traités.

En définitive tant avec l’UMP qu’avec  les socialistes, les Roms  sont  les victimes toutes désignées offertes à la  vindicte publique  pour cacher notre impuissance face  au problème migratoire, parce qu’ils sont faibles et, ce qui est plus grave, parce que nous sommes faibles.

 

Roland HUREAUX

Partager cet article

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article

commentaires