Monsieur Roland Hureaux

MrHureaux

Recherche

 

Et si le projet de mariage dit « gay »,  quoique porté par les forces se qualifiant elles-mêmes de progressistes,   était un projet profondément réactionnaire, une arme parmi d’autres de la guerre mondiale des riches contre les pauvres ?  

D’abord parce que, au moins dans la version que le gouvernement français  a présentée au Parlement,  aboutissement  de l’idéologie du « genre », il participe à ce long travail de sape commencé il y a au moins quarante ans, tendant à araser les repères qui structurent la vie des peuples. Le mariage, la filiation, la différence homme-femme  avaient au moins l’intérêt d’offrir à des gens de toutes les conditions sociales un système de repères : Emmanuel Todd a montré, dans ses études anthropologiques bien connues,     comment, dans le Midi de la France, les régions à structure familiale  forte permettaient au peuple de mieux résister à l’emprise des  féodaux ou des  notables et  développaient l’esprit  social.

 

Atomiser les peuples

 

La destruction des repères nationaux passe, elle,  par  le développement illimité d’ organisations comme l’Union européenne,  le  libre-échange généralisé, la multiplication des normes mondiales qui s’imposent à la législation des États (les droits des homosexuels en font partie), l’extension de l’ « ingérence humanitaire »,  la casse des États qui voudraient maintenir une volonté propre forte face au  nouvel ordre mondial (Yougoslavie, Irak, Libye) , mais aussi la marchandisation de l’éducation réduite à la formation d’une main d’œuvre immédiatement employable ,  l’affaiblissement de la culture générale, et du sens de l’histoire (l’ambassade des États-Unis à Paris est chargée de surveiller que les programmes d’histoire français ne soient pas trop nationalistes !) .

Famille, Etat,  mais aussi syndicats, école : en promouvant leur destruction, le grand capital international participe, à l’échelle des nations  européennes,  à la  même « stratégie du chaos » que certains experts du Pentagone préconisent pour le  Moyen-Orient.

Il est significatif qu’après la destruction de a Yougoslavie par l’OTAN en 1999, un des premiers signes d’allégeance au nouvel ordre européen, conditionnant notamment l’admission de sa  candidature à la  entrée dans l’Union européenne, que l’on ait demandé à la Serbie ait été  d’autoriser la   Gay Pride à Belgrade.

Au terme de ce processus :   l’individu atomisé des « particules élémentaires » chères à  Michel Houellebecq   ne connaissant d’autre loi que celle du marché, inapte à toute action collective, grain de sable  d’une masse fongible, proie toute désignée pour les  entreprises du grand capital international qui exige sans cesse moins de solidarité (la destruction de l’héritage du Conseil national de la Résistance est  en France dans l’ « agenda » ), moins de protection sociale, moins de droits pour les travailleurs  pour qu’ils se défendent dans les Etats, moins de droits pour les Etats  pour qu’ils    défendent leurs travailleurs dans le marché mondial.

Les partisans les plus déterminés du  « mariage pour tous » ne  cachent plus que par derrière leur  revendication,  c’est une abolition pure et simple du mariage qu’ils visent, d’abord parce que,  défini pour un « genre »  indifférencié, il n’aura plus de sens,  ensuite parce qu’à terme, les obligations qui le structurent (solidarité financière, stabilité,  fidélité) tendront à se dissoudre.

 

Vers de nouvelles inégalités

 

La société qui émerge ainsi, loin d’être plus égalitaire, comme on le prétend, sera au contraire une société inégalitaire par excellence.

Cela est déjà posé dans la loi puisque l’adoption pour tous, y compris pour les couples homosexuels,  signifiera que certains enfants auront  un père et une mère (ce qui étaient autrefois la norme et qui ne serait  plus qu’un cas particulier) tandis que d’autres n’auront droit qu’à deux pères ou  deux mères.

Mais ce qui est à présent inscrit dans la loi, se trouve déjà  dans la réalité par l’affaiblissement du lien matrimonial dû à la multiplication des divorces, des naissances hors mariages et donc des  familles monoparentales.

Les divorces sont, disent les sociologues,  plus nombreux dans le peuple que dans les classes supérieures. Peut-être parce que les soucis patrimoniaux le rendent plus difficile chez les riches. Mais aussi parce que pouvoir être élevé par une famille « normale », composée d’un couple homme/femme stable constitue désormais un  privilège et que, dans toutes les sociétés, les riches ont tendu  à accaparer les privilèges.  Selon le principe  du cumul des  privilèges et des handicaps,  mis en évidence  par Pierre Bourdieu, ceux qui ont le plus d’argent bénéficient aussi davantage d’une famille stable, ceux qui en ont le moins sont plus vulnérables aux facteurs de dissolution, les difficultés financières n’étant pas le moindre. Cas extrême : la communauté noire des États-Unis, où, les modalités de l’assistance  sociale  aidant,  la famille monoparentale est devenue la règle.

Certes, ce n’est pas par  l’argent que l’on  achète l’équilibre  des couples, ce serait même parfois le contraire. Mais, par-delà l’argent, une hiérarchie tendra à  s’établir inéluctablement  entre ceux qui, de père en fils, se transmettront des valeurs familiales de stabilité et une éducation de qualité -  souvent les milieux religieux mais pas toujours -,   dont les enfants auront une généalogie, des repères forts non seulement par l’histoire nationale mais aussi par l’histoire familiale,  et une sorte de prolétariat affectif qui n’aura rien de tout cela, ceux qui ne seront pas « nés » comme on disait, les malheureux enfants de l’insémination artificielle venant instaurer cette inégalité en norme. Comme l’école, le droit du mariage, affaibli dans la sphère  publique, se privatisera !

Ainsi se trouve aboli en Occident, pour le plus grand avantage des forces multinationales qui veulent un peuple atomisé et inerte, l’effort de quinze siècles de christianisme, souvent oppressif certes, mais qui eut pour effet  démocratiser, au travers d’une discipline sexuelle aujourd’hui discréditée, ce qui était dans le monde antique le privilège des plus fortunés : avoir une gens, une généalogie, une identité familiale, un père et une mère repérables.

Ainsi se trouve remis au goût du jour le clivage  qui était celui de la société antique tardive : une minorité bénéficiant des privilèges de la vie familiale « normale », de la protection du clan, d’une identité déterminée par trois noms (prénom, nom, cognomen) et une masse d’esclaves vivant dans la promiscuité de l’ergastule, séparables au gré des achats et des ventes, pauvres d’argent, pauvres de repères affectifs et moraux, mais surtout pauvres d’identité.

 

Qui promeut le mariage « gay » ?

 

Au moment où Warren Buffet proclame que les riches ont gagné la lutte des classes à l’échelon international   grâce aux facilités de mouvement que le mondialisme confère  aux riches  et à leurs avoirs financiers, se profile ainsi une nouvelle fracture sociale entre ceux que la crise de la famille a relativement épargnés et qui ne sont désormais plus qu’une minorité bourgeoise,  voire  une nouvelle aristocratie, et une masse sans repères livrée aux quatre vents tant du « nouveau désordre amoureux » que  du mondialisme.

Le caractère impérialiste de l’entreprise de déstructuration de la famille ne se déduit  pas seulement de ses effets. Il  se lit aussi au travers des  forces  qui en donnent l’impulsion. Même si le mariage homosexuel n’a été voté que par une dizaine d’États aux États-Unis, il s’agit des plus riches et des plus évolués ; c’est la classe dominante américaine qui le promeut et ce sont les classes populaires qui résistent, au nom de la Bible ou au nom de la tradition, dans une partie du pays. Mais si au total, la grande puissance résiste plutôt aux évolutions libertaires, l’administration américaine, elle, les promeut à l’extérieur. Ce n’est   pas la première fois que les États-Unis jugent que ce qui est bon pour eux ne l’est pas nécessairement pour le reste du monde : à eux le surarmement, aux autres le désarmement, à eux les déficits gigantesques, aux autres la rigueur, à eux, la moralité néo-évangélique, aux autres l’émancipation des mœurs. A eux surtout la population et aux autres la dépopulation.  Dès les années soixante-dix un rapport  commandité par Henry Kissinger préconisait, pour « garantir la  sécurité des États-Unis », la diminution du nombre de pauvres dans le monde.  Comment ? Non par leur enrichissement,  mais par leur disparition :   par la diminution de la population, partout sauf en  Amérique du Nord,  promue par l’ONU et l’OMS aux ordres, comme l’a montré Michel Schooyans,  de leur principal financeur.  Avec la décélération de la fécondité dans le monde entier, sauf aux États-Unis, ce programme est en passe d’être réalisé. Ce qui n’empêche pas la fondation Bill Gates d’aller aujourd’hui  encore plus loin : au nom de préoccupations se voulant généreuses comme la défense de l’environnement et la santé des peuples, cette institution recherche un vaccin contraceptif propre à terme à réduire la population mondiale (et d’abord celle des pauvres) des neuf dixièmes.

Est-ce par hasard que les  droits des homosexuels  sont promus au niveau mondial par les mêmes cercles ?  Comment ne pas y voir la même    logique malthusienne ?  Le droit revendiqué à l’adoption homosexuelle n’aboutira évidemment  pas à la venue au monde d’innombrables enfants mais, en  affaiblissant  l’ordre symbolique de la filiation, il déstructurera un peu plus le lien familial au niveau  des masses.

Depuis qu’Obama est président, les agences américaines d’aide au développement se servent,  sans la moindre retenue,  de la pression financière pour obliger les États les plus vulnérables à adopter le mariage et l’adoption homosexuels   : des pays comme la Jamaïque, la Dominique, le Barbade, qui se situent dans l’ « arrière-cour » de la grande puissance sont particulièrement exposés à ces pressions impitoyables. Mais le reste du monde est aussi dans le collimateur. La France ne subit certes pas de pressions financières même si la commission européenne s’inquiète régulièrement des progrès des droits des « LGBT »  dans les États membres de l’Union européenne , mais ses grands organes de presse, dont les dirigeants  sont souvent membres de la Trilatérale, du CFP ou du Club de Bilderberg, ainsi transformés en agents d’influence, exercent une pression quasi-unanime sur l’opinion pour qu’elle admette la législation décidée par les grands lobbies transnationaux.

Sans doute une certaine tradition de gauche,  tout en rejetant le libéralisme,  continue-t-elle  à voir d’un bon œil la dimension libertaire qu’il porte aujourd’hui avec lui, comme si les deux étaient séparables. Que les syndicats les plus à gauche envisagent de manifester pour le mariage homosexuel, témoigne pourtant de ce qu’il faut bien appeler un  aveuglement qui serait risible s’il portait sur un sujet moins grave. Mais cela n’aura qu’un temps. Plus  que jamais les rapports de force mondiaux et les logiques stratégiques des grands acteurs apparaissent à nu.  Que les forces dominantes prennent le risque de diviser gravement la société française (tout en la détournant des véritables  enjeux économiques et sociaux liés à la crise)  au moment où  elles mettent le Proche-Orient, à commencer par  la Syrie, au nom du même progressisme « droit de l’hommiste »,   à feu et à sang, participe de la même stratégie de déconstruction systématique. Que le pouvoir social-démocrate français soit,  dans l’un et l’autre cas,   le serviteur zélé de cette stratégie  ne saurait nous étonner.

En disant non au projet Hollande de « mariage (faussement) pour tous », la France retrouvera sa vocation naturelle de puissance anti-impérialiste. Un exemple de résistance qui  pourrait être contagieux. Et c’est bien ce qui, dans l’immense machine mondiale à laminer les peuples, fait peur à beaucoup. 

 

Roland HUREAUX  

 

Emmanuel Todd, L'Invention de la France,   Paris, Éditions Pluriel-Hachette, 1981 ;  L'Invention de l'Europe, Paris, Seuil, coll. « L'Histoire immédiate », 1990

Michel Houellebecq, Les particules élémentaires, Flammarion, 1998

Cela est apparu notamment lors de la discussion  en commission du Sénat  de la proposition de loi n°745  du 27 août 2012  visant à l'ouverture du mariage aux personnes du même sexe et à l'ordonnancement des conditions de la parentalité, émanée du  groupe écologiste

 

Implications de la croissance de la population mondiale pour les intérêts des Etats-Unis et pour leurs intérêts outre-mer  (cité in D. Muntford, The life and death of NNSSM, North Carolina 1994.)

Michel Schooyans, Le crash démographique, Fayard, 1999

Council for Foreign policy

SUD, par exemple  

Les livres de Roland HUREAUX peuvent être commandés chez votre libraire ou sur

http://www.amazon.fr/Roland-Hureaux/e/B004MNSEEK

Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés