Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Roland HUREAUX

MrHureaux

Recherche

Articles Récents

Liens

11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 10:29

 

 

A l’encontre de la plupart des pronostics qui prévoyaient une guerre  longue,  voire un enlisement, les forces françaises  ont reconquis  facilement  les grandes villes du Nord du Mali.

 

Les raisons d’un succès

 

Les armes françaises doivent leur succès à plusieurs facteurs :

D’abord le caractère purement national de l’intervention qui a facilité la prise de décision, évité les lourdeurs et les lenteurs, les difficultés de compréhension  propres aux  entreprises multilatérales.

Ensuite la communauté de langue : une bonne partie de la population malienne perle français, ce qui facilite les contacts, non seulement avec l’armée malienne mais avec le reste de la population. Dans cette région, le  Mali est sans doute le pays le plus proche de la France du fait d’une émigration   importante :   la plupart des familles maliennes ont des parents en région parisienne.

Enfin, la préparation de notre armée. Quoi qu’  on pense  de l’intervention française en Afghanistan, elle  lui a permis de s’entraîner contre des adversaires particulièrement aguerris. Malgré les déclarations de François Hollande excluant toute action au sol, l’armée française  s’est préparée discrètement  au cours des derniers mois en concentrant des forces dans les pays voisins et en rassemblant des renseignements précis sur les islamistes.

Le soutien  de la population à notre intervention a été un atout supplémentaire.  Même musulmans, les Maliens  ont vécu l’équipée fondamentaliste comme une agression étrangère. Les dirigeants de l’AQMI ou de ses dissidences comme Mujao  sont des   blancs du Maghreb, ennemis héréditaires des noirs du Sahel. L’islam arabe fondamentaliste a peu de choses en commun avec l’islam tolérant et coloré,  mâtiné de traditions africaines qui se pratique au sud du Sahara. Les islamistes s’étaient en outre comportés de manière odieuse vis-à-vis des populations.

Ajoutons, avec prudence, que l’adversaire n’était peut-être pas aussi redoutable qu’on l’a cru. Ni par le nombre : personne  ne parle plus de 30 000 combattants comme on l’a  fait,  ni par la capacité guerrière. Sous le truchement d’un islamisme pur et dur,   les milices du Nord Mali avaient le comportement de la soldatesque ordinaire, qui ne méprise pas les canettes de bière, viole et pille quand elle en a l‘occasion.  Ces groupes  s’enrichissaient  du trafic de drogue (comme d’ailleurs l’armée malienne) et de prises  d’otages.

 

Et après ?

 

Ce succès sera-t-il  confirmé ou  pourrait-il n’être qu’un feu de paille ?

Tout dépend de la capacité de reconstitution de la force adverse, jusqu’ici  dispersée mais  non anéantie. L’armement formidable   reçu  de Libye a été en partie détruit. Ce qui reste est-il encore opérationnel ?  Ce n’est sans doute  pas une mince affaire que de maintenir ou d’utiliser  des matériels sophistiqués dans l’environnement saharien  sans compétences techniques de premier ordre.

Mais  la capacité de nuisance  des islamistes est surtout tributaire de leur stratégie. N’étaient-ils que des  fanfarons  ou ont-ils parmi eux un grand  chef de guérilla ? N’est pas Massoud  qui veut. Le facteur personnel sera,  en la matière,  décisif.  

Si la résistance s’organise, l’armée française n’est pas  à l’abri de mauvaises surprises comme l’enlèvement d’un groupe de soldats   par quelque  audacieux coup de main.  

Mais la stabilité du Mali dépendra surtout de deux autres facteurs :

Dans le Nord, le facteur touareg. Les Touaregs  occupent le plus gros du nord Mali et ils y sont chez eux.   Traditionnellement  amis de la France, ils reviennent déjà de la tentation islamiste, abandonnant Ansar Dine pour le  MNLA, plus laïc,  mais ne veulent toujours pas être gouvernés de Bamako. Un régime de large autonomie, garanti par la France,  devra leur être  rapidement accordé  Sans  leur appui, AQMI ne peut pas grand-chose dans les monts de l’Adrar.

Il serait désastreux de laisser, comme cela est  envisagé,  la reconquête de la région de Kidal  aux armées africaines : à supposer qu’elles en soient capables, seule l’armée française est à même de protéger les Touaregs  qui la peuplent de représailles  dont les conséquences seraient incalculables.

L’autre facteur  est la  stabilisation, voire la reconstitution,  de l’Etat   malien (notamment de l’armée). Il faut cesser là  aussi  de se payer de  mots. L’enthousiasme avec lequel les foules  maliennes ont brandi  des drapeaux français à l’arrivée  de nos troupes (et,  au-delà, celui de  toute l’Afrique subsaharienne) devrait nous libérer de nos   complexes postcoloniaux. La France dispose aujourd’hui d’une grande légitimité internationale dans la région. Elle doit prendre pleinement ses  responsabilités  dans la reconstruction  du Mali, ce qui signifie qu’elle apporte une aide directe  à la reconstitution de son administration, et qu’elle ne se repose pas trop sur des structures multilatérales qui n’ont que trop montré leur inefficacité.  C’est là le  seul moyen, à terme,  de préserver la paix dans le Sahel.  


Roland HUREAUX 

 

Les livres de Roland HUREAUX peuvent être commandés chez votre libraire ou sur

http://www.amazon.fr/Roland-Hureaux/e/B004MNSEEK

 

 

 

 

 

  

Partager cet article

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article

commentaires