Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Roland HUREAUX

MrHureaux

Recherche

Articles Récents

Liens

2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 15:30

 

Dans une déclaration récente, le président Obama, mieux placé que quiconque pour avoir une vue « panoramique »  des tragédies de    la planète,   fait un parallèle entre les massacres en cours  en Syrie et ceux de la  République démocratique du Congo,  plus spécialement au Kivu : «  Comment dois-je  considérer  les dizaines de milliers de personnes qui ont été tuées en Syrie face aux dizaines de milliers qui sont actuellement tuées au Congo? "

Une fois de plus le Kivu  est occupé par des rebelles qui  tuent, violent, pillent, détruisent.

Une fois de plus la rébellion, dite M23,  est appuyée en sous-main par le gouvernement du Rwanda voisin.  

Ce pays n’avait  causé aucun trouble hors de son territoire jusqu’en 1994, du temps où il était gouverné par la majorité hutue. Depuis la prise de pouvoir par  le président Paul Kagame, à la tête d’une milice tutsie ultra-minoritaire,  qui prétend avoir mis fin au  génocide  de  1994,  lequel   avait causé plusieurs centaines de milliers de morts, ce pays ne cesse de fomenter des rébellions voire de mener  des expéditions dans le grand voisin, la République démocratique du Congo.   

Quel que  soit leur motif avoué,  poursuite des milices hutues réfugiées en 1996,  renversement de la dictature de Mobutu en 1997,  ces expéditions  ont fait au total en RDC, directement ou indirectement,  près de quatre millions de victimes, venant s’ajouter aux morts du  Rwanda.  C’est du moins le chiffre qu’avance le Rapport Maping du Haut-Commissariat aux réfugiés des Nations -Unies,

Le malheureux gouvernement de Kinshasa, éloigné de 1500 km, dans un pays   depuis longtemps en pleine décomposition ne peut pas faire grand-chose. Ses troupes ne lui obéissent guère et, à l’occasion, participent elles aussi aux exactions.

Dans un pays très  bien   doté  en ressource naturelles de toutes sortes, principalement métalliques,  le Kivu  est particulièrement riche  et l’exploitation des ressources minérales ( on peut même  dire leur  pillage) se fait sans aucun bénéfice pour le gouvernement et le peuple du Congo mais pour  le plus grand avantage des compagnies internationales qui y ont obtenu des concessions et de celui du gouvernement  de Kigali.

A la curée, les Chinois qui achètent dans ce pays des mines et des terres par milliers d’hectares pour les exploiter en complète extraterritorialité, sans recours à la main d’œuvre locale et sans payer d’impôts, ne sont pas les moins  avides.

 

L’effacement de la France

 

La France ne saurait rester indifférente au devenir de ce pays, deuxième pays francophone du monde et avec lequel elle avait tissé, dès l’indépendance, pour le meilleur et pour le pire, des liens particuliers, profitant du repli de la Belgique. 

Face à la situation  dramatique  qui prévaut aujourd’hui, qu’a fait  François Hollande ?

Il a  essentiellement fait la leçon.

A qui ? A l’auteur  des désordres  déjà   responsable de millions de victimes et qui plus est ennemi acharné de la France, le gouvernement de Kigali ?

Non, au pauvre  président Kabila de la RDC, qui ne contrôle rien mais qui n’en a pas moins été mis  plus bas que  terre lors du sommet de la francophonie qui s’était  tenu à Kinshasa en octobre  dernier. Dans cette ville  où il n’avait  pas même pas daigné passer la  nuit ( une injure en Afrique ) ,  le président français avait,  dans  un discours bref et méprisant,  fustigé  les manquements « tout à fait inacceptables  sur le plan des droits et de la démocratie »  et    marqué ostensiblement   son mépris pour  la  pouvoir  en place.

Il ne savait pas encore, le malheureux,  que, quelques semaines après, la France serait amenée à s’engager au Mali  en soutien d’un pouvoir issu, lui, carrément d’un coup d’Etat militaire !

Pas plus que Sarkozy, particulièrement complaisant pour le président rwandais,  Hollande ne s’est risqué, depuis son arrivée aux affaires,  à dénoncer l’emprise du Rwanda sur la RDC  qui fait que beaucoup considèrent Kabila  comme un simple factotum de Kagame.   

Après les reculades de 1993 et de 1997, sous les présidents Mitterrand (il est vrai tributaire d’un gouvernement de cohabitation)  et Chirac, où la France, isolée  dans le camp occidental,    avait  refusé de barrer  la route à Kagame, d’abord au Rwanda,  puis au Kivu, notre pays ne compte, il est vrai, plus beaucoup dans la région.

Le Rwanda a quitté  la francophonie pour entrer dans le Commonwealth.   Les pays qui avaient pris le parti de la France dans cette région (Gabon, Congo, Angola), voyant sa passivité, ont établi des liens avec le Rwanda et songent même, eux aussi, à prendre leurs distances avec la francophonie.  De fait, personne n’ose plus  remettre en cause ouvertement  le rôle déstabilisateur du président Kagame.

D’abord parce que, par un savoir-faire consommé, il a acquis une bonne réputation dans la sphère internationale. Oubliant la capacité des dictatures  les plus impitoyables (Staline, Mao)  à montrer  des villages Potemkine aux visiteurs de marque, on le crédite d’avoir   remis son pays en ordre : quand la mendicité est punie assez sévèrement, personne ne tend la  main, quand la crainte de l’Etat est assez forte, les rues sont propres. On dit même qu’il a instauré un régime honnête (ignorant  le pillage des richesses  du  Kivu) et en plein   développement (par une aide extérieure massive).

Mais la vraie raison de la bonne réputation de ce régime  et du fait que personne n’ose plus le mettre en  cause ouvertement est l’appui inconditionnel qu’il reçoit des Etats-Unis et de  ses alliés (Royaume-Uni, Belgique, Israël, voire Afrique du Sud). Cela a  suffi  à faire passer le rapport Maping à la trappe, comme avait complètement disparu (au point qu’on n’en  trouve plus un exemplaire nulle part dans le monde !) un autre rapport publié en 1975 dénonçant le régime de Kagame. Dans la diplomatie des  droits de l’homme, la raison du plus fort est toujours la  meilleure.

A quoi va conduire la  résolution du Conseil de sécurité, adoptée le 28 mars dernier,  créant  la Brigade d’intervention de la Monusco, composée de 3000 hommes, tous africains (Tanzanie, Malawi, Afrique du Sud) dans le Nord-Kivu ? Même si elle semble fraichement accueillie par le pouvoir rwandais (qui vient  de livrer des missiles sol-air aux rebelles !),  il y a peu de chances qu’elle ramène la paix dans cette région. Même s’il faut faire la part de la forfanterie, on peut croire le lieutenant-colonel Vianney Kazarama, porte-parole militaire du M23, quand il dit, dans un entretien à l’AFP :  « La Brigade d'intervention de l'ONU n'arrivera pas à faire ce que les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC), soutenues par les 20.000 casques bleus de la Mission de l'ONU pour la stabilisation du Congo (MONUSCO) n'ont jamais fait ».

La division récente  du  M23   en deux factions rivales risque de mettre un peu plus de désordre.  

  Le statu quo dans la région, sur fond de chaos,  globalement favorable au président Kagame et à ses protecteurs et  dont le peuple  congolais est la principale victime, n’est pas prêt d’être remis en cause.

 

Roland HUREAUX

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article

commentaires