Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Roland HUREAUX

MrHureaux

Recherche

Articles Récents

Liens

14 décembre 2010 2 14 /12 /décembre /2010 09:02

Depuis que le général de Gaulle et le chancelier Adenauer instituèrent,  en 1963,  une relation privilégiée entre la France et l’Allemagne, les observateurs sont à l’affut de la moindre tension entre les gouvernements des  deux pays pour souligner les fissures dans le partenariat (1), parfois pour prédire avec quelque schadenfreude (joie mauvaise) sa prochaine rupture, en tous les cas pour juger chaque fois  qui a du s’incliner devant  l’autre : en général,  la France.

La dernière crise de l’euro  n’a pas échappé à ce scénario et les observateurs ont assez largement estimé que l’Allemagne avait , une fois de plus, « gagné » en  imposant, face à une position plus flexible de la France,  une cure d’austérité à toute l’Europe.

Cette lecture des événements laisse supposer que nous ayons affaire à deux gouvernements clairement conscients de leurs intérêts  et les défendant avec détermination.

 

Le biais de l’idéologie

 

Ces serait oublier combien l’ idéologie  européenne biaise les choses.

Le gouvernement français se présente dans cette affaire comme le chevalier blanc décidé à défendre l’euro coûte que coûte,  demandant des sacrifices aux Etats du Sud et  la  solidarité à  l’Allemagne. Mais la France a-t-elle vraiment intérêt à défendre l’euro ? On sait – et ce qui ne le savent pas peuvent lire le petit livre  que vient de publier à ce sujet  Alain Cotta : « Sortir de l’euro ou mourir à petit feu » (2), combien l’euro , tel qu’il est géré depuis dix ans, est devenu asphyxiant pour l’économie française, surtout depuis  que l’Allemagne a pris des  mesures  internes (réduction de salaires, TVA sociale)  pour prendre  un avantage compétitif sur ses concurrents : même  l’agriculture allemande taille aujourd’hui des croupières à   la française par  l’effet du différentiel de hausse de prix !  Que dire de l’industrie !  Cet avantage est encore  plus net vis-à-vis des autres partenaires de la zone euro.  Mais on sait aussi combien l’euro surévalué,  imposé jusqu’à une date récente par les Allemands et  Monsieur Trichet,  nous  a coûté  en perte d’emplois industriels et de services au bénéfice du reste du monde.  En fait, c’est  toute l’économie française qui meurt à petit feu  de ce régime  que pourtant  notre gouvernement s’évertue à défendre bec et ongles dans les négociations européennes comme s’il  y trouvait un avantage décisif.

Ajoutons  que les statuts de la Banque centrale européenne interdisent de monétiser la dette publique et donc ferment la voie à la seule manière de régler la question de la dette  souveraine sans casser la croissance.

 

L’intérêt des classes dirigeantes allemandes

 

Mais l’Allemagne elle-même a-t-elle vraiment intérêt au maintien de l’euro ? Oui,  si on fait la part de la névrose qui la pousse  à accumuler des excédents,  parce que cela correspond à la fois à  la psychologie d’un pays vieilli,  anxieux de l’avenir,  et à l’intérêt de ses classes dirigeantes qui n’obtiennent ce résultat qu’en bridant les salaires et le pouvoir d’achat des   salariés  allemands tout en engrangeant à l’exportation des  profits   massifs.

On peut cependant douter de cet intérêt si on considère que les excédents  ainsi accumulés par l’ Allemagne au sein de la zone euro ne l’empêchent pas,  elle aussi,  de se désindustrialiser. Si  dans la microéconomie de Jean de la Fontaine , la fourmi peut épargner sans être   prêteuse , dans la macroéconomie internationale, elle est bien obligée de l’être,  car que faire de ses excédents sinon de les prêter et les prêter à qui ?  Aux cigales précisément, soit les pays déficitaires  d’Europe et  les  Etats-Unis. Et comme on n’a  jamais vu les cigales se transformer en fourmis, ces prêts, jamais remboursés,   ne profiteront guère aux Allemands.

 

Vers une dépression généralisée

 

Et même si l’euro profitait vraiment à nos voisins d’outre-Rhin, en voulant le maintenir par une cure d’austérité imposée à toute l’Europe, à quoi arriveront-ils, sinon à  une dépression  généralisée ?   L’économie allemande qui ,  faute de vivre du pouvoir d’achat  de ses propres salariés  pressurés sans merci,  vit surtout  de celui  de ses voisins,  ne s’effondrera-t-elle pas à son tour  si ce pouvoir d’achat  se résorbe sous l’effet de la rigueur  qu’elle leur prêche. Il se résorberait aussi, dira-t-on,  s’ils dévaluaient – ce qui implique l’éclatement  de l’euro -  , sauf que dans le cas de l ’austérité sans dévaluation, le  cercle vicieux de la récession est sans fin :   effondrement de la consommation, effondrement de la production et des recettes fiscales, nouveaux déficits etc., alors qu’une dévaluation permet de redémarrer sur un bon pied.

C’est l’ancien chancelier Schmidt lui-même, lequel pourtant n’a jamais passé pour  un laxiste qui, tout en dénonçant l’incompétence économique de l’ équipe Merkel, rappelle que  « l’assainissement du budget ne saurait être  l’impératif suprême. »

La propension des élites françaises à l’idéologie, privilégiant les intérêts de  la construction européenne sur  ceux du pays, et   la névrose accumulatrice   allemande se conjuguent ainsi  en  une partie  de  bras de fer étrange où chacun se bat pour autre chose que son véritable intérêt. L’obscurcissement  des esprits est tel, des deux côtés du Rhin,  que l’on n’hésitera  pas à comparer cette empoignade à  un  « combat de nègres dans un tunnel ».

Mais elle fait une victime  encore plus importante que la France et l’Allemagne, c’est l’Europe elle-même, non pas l’Europe comme appareil institutionnel mais l’Europe comme réalité  : - hommes, femmes, champs, usines  - qui , faute  d’avoir encore une perception  réaliste de ses intérêts,  face à la conjugaison de concurrents qui, eux,  l’ont ( Etats-Unis, Chine, Inde, Russie ),  glisse  chaque jour un peu plus sur la pente du  déclin.  

 

Roland HUREAUX

 

1.                 Nous évitons le terme de « couple »  dont on sait combien  les Allemands l’ont en horreur

2.                 Plon , 2010

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by france
commenter cet article

commentaires