Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Roland HUREAUX

MrHureaux

Recherche

Articles Récents

Liens

27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 20:27

 

Publié dans le Blog du Figaro


De nombreux motifs expliquent les résultats, tout sauf imprévus,  des élections européennes: perte de souveraineté, immigration, crise économique. Mais on n’a pas assez souligné combien s’exprime à travers elles  la souffrance d’un peuple désorienté et en perte de repères.  

De plus en plus,  les Français  se sentent  non seulement abandonnés mais « paumés ». Les hommes et les femmes ont besoin de repères. Or tous aujourd’hui sont ébranlés.

Le repère national bien sûr, du fait de la dynamique européenne et mondialiste. Mais l’histoire nationale qui offrait une cadre chronologique,  qui inscrivait la vie de chacun dans la suite de ses ancêtres,  n’est plus transmise. La famille n’est pas seulement ébranlée par la politique gouvernementale (loi Taubira), mais aussi par  la multiplication des divorces, toujours source de troubles pour les enfants, ou  la dispersion géographique des familles qui relâche les liens des fratries. Le service militaire, rite d’initiation structurant,  n’est plus. Le certificat d’études non plus. Le bac est menacé et, à dessein, dévalué. La morale ne s’enseigne plus et est tournée en dérision par les médias. La justice ne donne plus l’impression que son rôle soit  d’abord d’épargner les bons et de  punir les méchants.

D’autres points de repère, moins visibles, sont sournoisement mis en cause : au moment où  les prêtres se raréfient, une bureaucratie obstinée s’acharne contre le médecin de famille, au bénéfice de structures dépersonnalisées, jugées, de manière fallacieuse,   plus efficaces. La commune a largement cessé d’être un lieu dépourvoir au bénéfice de communautés d’agglomération, plus lointaines et moins démocratiques : la démocratie est-elle possible hors des communautés charnelles, comme la nation ou la commune ? Le philosophe Pierre Manent pense que non.
La déréliction est à  son comble chez  tous ceux qui se trouvent éloignés des centres de décision : une étude récente,  a montré que la grande misère, matérielle mais aussi morale, était   plus répandue à Guéret qu’à Bobigny. L’essai de  Christophe Guilly, Fractures françaises,  est assez éloquent à cet égard. Mais la déréliction est tout autant morale : la dépopulation, le retrait des services publics, l’ « évaporation » des communes, l’abandon de la politique d’aménagement du territoire laissent dans  ces régions  un grand sentiment d’abandon dont les taux de suicide en milieu rural sont un  indice particulièrement tragique.

Et que propose le gouvernement socialiste face à ce sentiment de désarroi ?  Le grand remue-ménage des structures territoriales : suppression du département, regroupement des régions, soit un  nouvel arasement de points de repères  géographiques.

Ces projets, il faut bien le dire,  ont été longtemps caressées dans les milieux dirigeants   qui ont la particularité bien française  de ne jamais remettre en cause  les idées reçues les  plus fausses. Ils viennent au jour quand le manque d’idées est devenu critique.

On accuse le  millefeuille territorial français, mais en Allemagne, il y a aussi des   Länder, des départements (Kreis), des communes, chacun avec ses conseils ! De même en Italie, en Espagne.

 

Des idées fausses

 

Idées fausses : si l’on excepte quelques régions  proches de nos frontières (Rhénanie-Westphalie, Bavière, Lombardie, Catalogne) à la forte personnalité historique, les régions d’Europe ne sont pas en moyenne plus grandes que les nôtres. En 1990, l’ancienne Allemagne de l ’Est fut divisée en cinq Länder, qui font en moyenne 3 million d’habitants, comme  nos régions. Et on se garda bien alors, comme on l’avait fait ailleurs, de supprimer les petites communes.

Le département, créé  par la Révolution française,   apparut au départ artificiel. Mais il est complètement entré dans les mœurs. Il structure un nombre important d’activités publiques et privées, ainsi que la politique. La suppression des plaques d’immatriculation où figuraient des numéros devenus familiers, a été mal ressentie.

Nos régions sont une création plus récente : elles ont seulement un demi-siècle mais leur découpage fut particulièrement judicieux ; il  eut la sagesse de suivre les contours et reprendre les noms des  vieilles régions françaises remontant  l’aube de notre histoire : Bourgogne, Franche-Comté, Lorraine, Champagne, Aquitaine, Limousin etc. A la rigueur pourrait-on regrouper la haute et la  basse  Normandie pais tout autre regroupement  paraitrait artificiel.

On ajoutera que l’économie des frais de structure attendue de cet opération est parfaitement  illusoire : toutes les opérations de ce genre de soldent, au contraire, par un grand et coûteux désordre.

Mais on ne peut s’empêcher de penser que,  comme la loi Taubira ou la disparition du médecin famille, ou encore le sempiternel projet de donner le droit de vote aux étrangers, qui vide de son  sens la nationalité, le but de  l’opération ne soit précisément de  brouiller un peu plus les repères de nos concitoyens.

Le vieux rêve marxiste de destruction du vieux monde pour construire un homme nouveau rejoint ainsi  celui d’un capitalisme mondialisé pour qui des hommes sans principes, sans culture,   sans passé, sans repères d’aucune sorte, seront une matière fongible et malléable, inapte à toute résistance aux pouvoirs qui rêvent de régenter  le monde. De ce  capitalisme, paradoxalement, le parti socialiste est devenu   le meilleur des agents

Dans son incompréhension,  Valls exprime  la folie du processus idéologique : système de pensée fermé incapable de se remettre en cause, refus de reconnaitre  toute légitimité aux oppositions, propension à n’opposer au mal d’autre remède que l’aggravation du  mal. L’agriculture soviétique ne s’était jamais  remise s’être passée  sous la contrôle de l ’Etat ; face aux pénuries persistantes, que proposait–on ?  De renforcer encore  le contrôle de l’Etat ! La même démarche est à l’œuvre face à la montée du Front national : les Français viennent d’exprimer  une  immense souffrance dont une de raisons est la perte des repères. Que leur prose M. Valls ?   La destruction de nouveaux repères.

 

Roland HUREAUX

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article

commentaires