Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Roland HUREAUX

MrHureaux

Recherche

Articles Récents

Liens

23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 22:51

 

Quand le Cardinal Philippe Barbarin s’est avisé d’avancer que le mariage homosexuel peut  conduire à légaliser l’inceste ou  la polygamie,  cette proposition a été accueillie par des hauts cris et des accusations d’homophobie.

Il faut bien comprendre ce qu’elle signifie.

Si elle voulait dire que les homosexuels sont particulièrement enclins  à l’inceste ou portés à la polygamie, ce serait évidemment une offense, tout à fait injuste au demeurant parce que rien n’établit cela.

Mais l’expression est  à prendre en un autre sens : elle signifie que la levée du tabou anthropologique sur  l’homosexualité en entraînera à terme d’autres et pourquoi pas de celui de l’inceste ou de la polygamie ?

Le modèle européen du mariage est fondé sur plusieurs caractères :

L’union de l’homme et de la femme évidemment ;

La monogamie

L’interdit de l’inceste.

Cet interdit de l’inceste a été poussé très loin en Europe à partir du VIIIe siècle : il s’est traduit par une exogamie systématique (alors que , ainsi que le rappelle  Emmanuel Todd, les sociétés japonaise ou musulmanes pratiquent au contraire l’endogamie quasi-systématique).

Si l’homosexualité a toujours existé dans à peu près toutes les sociétés, notamment en Europe (quoique  très peu dans les campagnes  avant la fin du XXe siècle), elle n’avait jamais été élevée à la hauteur d’une norme.

Donner à l’homosexualité la dignité du mariage conduit donc  à rompre avec un fondamental anthropologique  ancestral.

Il y a seulement quarante  ans (en mai 1968 par exemple), une telle rupture eut paru  absurde et choquante comme nous paraît  aujourd’hui absurde et choquante la possibilité de légaliser un jour la polygamie et surtout l’inceste.

Or la rupture relative à l’homosexualité ouvre une porte où  nul ne peut dire ce qui peut s’engouffrer. « Quand les bornes sont franchies, il n’ y a plus de  limite !» 

Par exemple  si la différence des sexes n’est plus  un critère du mariage, pourquoi  le chiffre deux resterait-il en la matière une  norme sacrée ? Pourquoi donc ne pas reconnaître un jour les relations à trois, quatre, cinq partenaires et pourquoi   en exclure dès lors la polygamie traditionnelle africaine ?

Si l’amour seul  devient la condition d’une union légale, pourquoi en exclure deux frères, deux sœurs, un frère et une sœur, un vieux garçon et sa mère etc ? Et si on ne les exclut pas, qui ira regarder la nature de leurs  relations ?  Au nom de quoi interdirait-on donc  les relations incestueuses ? Au nom de quoi leur  refuserait-on  la reconnaissance légale ?

Autre corrélation : un des arguments les plus  fréquemment utilisés pour justifier la reconnaissance des unions homosexuelles  consiste à dire qu’elles sont une réalité et que donc le réalisme commande de les reconnaître. Mais l’inceste et la polygamie sont aussi,   en France, des réalités. Au nom de quoi refuserait-on  de les reconnaître  eux aussi?

Ces spéculations  ne sont pas gratuites.  Atomiser entièrement la vie sexuelle en abolissant toutes les obligations  du mariage et donc, de fait, abolir ce dernier,   en abolissant en même temps toute les formes d’interdit,  transformer la vie sexuelle en un immense mouvement brownien instable et indifférencié,   figurent   ouvertement dans les anticipations de certains  milieux ultra-féministes, adeptes de la théorie du gender,  pour lesquels le mariage unisexuel n’est qu’un moyen de détruire l’institution du mariage toute entière et rien d’autrui.

 

Roland HUREAUX

Partager cet article

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article

commentaires