Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Roland HUREAUX

MrHureaux

Recherche

Articles Récents

Liens

23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 23:01

 

A  Hannah Arendt  revient l’immense  mérite d’avoir, la première,  appelé l’attention sur le risque de la déraison qui, en notre temps, guette  les dirigeants politiques   ou même les  classes dirigeantes dans leur ensemble.

Cela en rupture avec une tradition philosophique millénaire, débouchant sur Hegel,  selon laquelle l’Etat était l’incarnation de la raison.

Cette plongée dans la déraison s’est exprimée de la  manière  la plus extrême dans les régimes totalitaires.  Régimes absurdes avant  d’être criminels. Mais, à plus petite échelle, chacun peut en voir l’effet, de moins bien grande ampleur bien sûr,  dans telle ou telle  décision jugée aberrante  par  ceux qui ont gardé le  sens commun. 

Arendt précise que le vecteur de la folie, c’est  l’  idéologie laquelle présente partout  un certain nombre de caractères communs : partir d’une analyse simplifiée du réel ou une fausse science, se dire portée par le progrès et, à ce titre,  exclure violemment ceux qui s’y opposent, détruire les repères de la    nature ou de l’histoire. C’est ainsi que le communisme était fondé sur l’idée que la suppression de la propriété rendrait l’homme bon et la vie meilleure, que c’était là  le sens de l’histoire ; il a abouti à la destruction d’une société et à un régime d’exclusion violente.

Ceux qui pensent que le mariage homosexuel s’inscrit dans une démarche idéologique telle que la décrit Hannah Arendt  verront leurs motifs d’inquiétude confirmés  par la lecture du projet de loi tel que s’apprête à le déposer le gouvernement.

Ce projet  introduit une véritable révolution dans le Code civil. Partout où elle apparait, les expressions «le mari et la femme » seront   remplacées »  par « les époux », l’expression « le père et la mère » par « les parents ». On va même jusqu’à remplacer « le beau-père et la belle-mère par les beaux-parents ; l’aïeul et l’aïeul par les aïeux ». C’est à une véritable désexuation du mariage et de la parentalité qu’il est procédé.

Et l’article principal  pose clairement que « Le mariage est l'union célébrée par un officier d'état civil entre deux personnes de sexe différent ou du même sexe » (Article 144 du Code civil).

Ainsi, le mariage unisexe, loin d’être une exception  à un principe général est mis sur le même plan que le mariage entre personnes de sexe différent ; il en même est un simple cas particulier.

Conformément à la théorie du gender, hommes et femmes sont interchangeables.  

Se trouve  subvertie non seulement la nature mais  le  sens des mots : de même que Georges Orwell nous montrait une société totalitaire pour laquelle  « la guerre, c’est la paix »,   « la liberté, c’est l’esclavage », « l’ignorance, c’est la force »  on voit émerger une société  où, « l’homme, c’est la femme ; la femme, c’est l’homme » !

Ne croyons pas que cette subversion restera enfermée dans les Codes ou qu’il ne s’agit que d’une question de vocabulaire. Comme toutes idéologies, celle du gender a vocation à passer en force dans le réel, elle appelle une complète rééducation de  nos comportements. En Suède où ces absurdités ont déjà force de loi, un petit garçon qui s’aviserait de parler à l’école de « mon papa » ou de « ma maman » est déjà suspect de déformation. Il discrimine sans le savoir. Le livret de famille parle de parent 1 et de  parent 2. Les romans de Stieg Larsson (série Millenium) montrent la déréliction  qui  résulte de ces folies pour la société suédoise.

Loin d’être un aménagement secondaire de la législation civile, le projet gouvernemental, tel qu’il apparait déjà, serait en réalité  la plus importante révolution du quinquennat. Autrefois la propriété, aujourd’hui la sexuation : c’est à un des fondamentaux anthropologiques les plus décisifs que s’attaque le « normal » François Hollande.

Le refus d’un débat public par ses partisans qui considèrent  que le mariage homosexuel fait déjà partie des « paradigmes »  de notre temps et qu’il n’est ainsi plus ouvert à la discussion, procède, dans son côté terroriste,  de la démarche totalitaire.

Combattre un tel projet n’est d’abord une affaire  ni religieuse, ni morale. C’est bien d’un  combat contre la déraison qu’il s’agit.

 

Roland HUREAUX

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article

commentaires

Albertini 26/10/2012 12:24


Tout est dit . Il n'est besoin de rien rajouter. Hélas!!!

Roland HUREAUX 23/12/2012 22:37



Merci.


RH