Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Roland HUREAUX

MrHureaux

Recherche

Articles Récents

Liens

31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 23:32

 

LA VIe REPUBLIQUE :  UNE IDEE   DANGEREUSE

 

Les candidats de gauche à la présidentielle ont réintroduit, faute d'autre sans doute, l’idée de passer de la Ve à la VIe République. Il s'en faut de beaucoup que le contenu de cette proposition   soit clair : on comprend cependant qu'ils voudraient revenir au régime d'assemblée de type IVe République : élection des députés à la proportionnelle, affaiblissement du pouvoir exécutif par la suppression de l'article 49-3 (ou de ce qu'il en reste après la réforme Sarkozy qui avait fait la moitié du chemin). 

Naturellement personne parmi les promoteurs de la VIe République n’est capable de faire un lien clair entre tout ce qui ne va pas dans la France actuelle (chômage et récession, insécurité, migrations mal contrôlées, déclin de l'éducation nationale, justice de plus en plus arbitraire) et la constitution de la Ve République. Pas davantage ils se sauraient démontrer pourquoi les choses iraient mieux si on changeait de République

On pourrait plus facilement montrer le contraire : comment la plupart des   problèmes évoqués résultent de l'abâtardissement de la Ve République par les nombreuses révisions votées depuis 1962 et qui tendent presque toutes, au motif de faire des concessions à l'air du temps, à affaiblir le pouvoir de l'Etat au bénéfice d'autres acteurs :  l’Europe, les collectivités locales, les juridictions les plus diverses.   

Le général de Gaulle pensait que quand les hommes sont médiocres, les institutions n'avaient guère d’importance : la politique sera de toutes les façons médiocres.  Dès lors, le principal mérite d'une bonne constitution était pour lui de ne pas mettre d'entraves à l'action de l’homme providentiel en mesure de   redresser le pays, quand il s'en trouve un. Ces entraves sont aujourd'hui nombreuses :   le bicamérisme originel a été renforcé par l'affaiblissement de la question de confiance et la quasi-obsolescence des ordonnances, le Conseil constitutionnel n'a cessé de monter en puissance, une   primauté absolue a été conférée au droit européen, ce que l'Allemagne s'est bien gardée de faire etc.  La VIe République, telle que la conçoivent ses promoteurs serait un régime où ces entraves seraient encore plus contraignantes au point que   la France ne pourrait plus être redressée par qui que ce soit.  Voilà un projet qui illustre à merveille le   théorème de Guy Debord[1] , que les faiseurs de programme n'ont pas tous intégré : dans la société de spectacle « avancée " (c’est à dire en état de décomposition avancée !), où seuls les mots ont encore de l’importance, toute réforme tend à aggraver les choses.  

Ce n'est pas nouveau : tant qu'à vouloir modifier la constitution, peut-être vaudrait-il mieux abroger toutes la plupart des révisions intervenues depuis le début ?

 

Le risque de l'instabilité institutionnelle

 

Autre risque, encore plus grave : celui de ramener la France à l’instabilité institutionnelle.  Qui ne se souvient qu’avant 1958, le professeur de droit ou d’histoire se   lamentaient régulièrement sur cette instabilité ?  Pas moins de 13 constitutions depuis 1791 alors que les Etats-Unis ont la même depuis 1787 et la Grande-Bretagne depuis la nuit des temps.  Personne n'était fier de cette singularité française que certains tenaient pour une malédiction par laquelle la France expiait la mort de Louis XVI. 

La Ve République, au fur et à mesure qu'elle s’est consolidée, a semblé nous guérir de ce vice. N'entrant pas dans une catégorie déterminée, la constitution du 4 octobre 1958 opère une   synthèse équilibrée et pragmatique de notre esprit monarchique et du parlementarisme.  Ayant survécu à la victoire de la gauche (nul n’a fait plus pour la consolider que Mitterrand qui pourtant l'avait qualifiée de « coup d'Etat permanent" !), puis, pour le meilleur et pour le pire, à la cohabitation, elle semblait définitivement installée, la France rejoignant ainsi le peloton de tête des pays sérieux qui ne bouleversent pas sans cesse leur cadre institutionnel.

Avec l'idée d'une VIe République (les chiffres ont en l'espèce une   haute signification : il serait moins grave de modifier les institutions sans changer de numéro), la France retomberait dans l’ornière. Car qui peut croire que la nouvelle république serait la dernière ?  Après elle, viendrait la VIIe, puis la VIIIe etc.

Changer de République n’apparait pas seulement comme une idée dangereuse, c’est aussi une idée vulgaire. Même si des évolutions à la marge sont normales, le cadre institutionnel doit avoir quelque chose de sacré : à lui s'applique de manière éminente la maxime de Montesquieu : « Il ne faut toucher aux lois que la main tremblante ».    Au lieu d'agir dans le cadre existant, chacun se prenant pur un nouveau Lycurgue veut apporter sa touche aux lois fondamentales. Habitude détestable quand il s'agit d'en alourdir le texte pour y introduire toutes sortes d'affirmations de principe ou de "reconnaissances" qui n'y ont pas leur place, la constitution étant d'abord un règlement : langues régionales, environnement, décentralisation, définition du mariage, adjonctions susceptibles d'être   abrogées ou dépassés à leur tour.  Habitude encore plus détestable quand il s'agit de changer la règle au bénéfice de tel ou tel intérêt.  

Oublions l'idée d'une VIe République : elle nous mènerait sur une pente fatale.

 

                                                                                   Roland HUREAUX

       

 

[1] Guy Debord, La société du spectacle, 1966

Partager cet article

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article

commentaires

cecilia 07/04/2017 16:59

Bonjour
je viens pour intervenir et faire comprendre a toute personne ayant été déçue comme moi que rien est encore tard .Car quand on veut on peut , après un moment de déception avec mon ex qui est actuellement redevenu l’Élu de mon cœur j'ai du faire appelle a maître Kabirou qui a vraiment fait un miracle dans ma vie .Il m'a permis de retrouver la paix du cœur en faisant revenir l'homme que j'ai toujours aimer .Alors en guise de remerciement je voudrais lui rendre hommage et conseiller a toute personne ayant de problème a bien vouloir faire recours a ce homme car il est vraiment un envoyer de dieu pour résoudre tout genre de problème.voici son mail:maraboutkabirou@outlook.fr ou l'appelé directement sur:00229 98 74 96 07