Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Roland HUREAUX

MrHureaux

Recherche

Articles Récents

Liens

31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 20:51

LE LIBRE FLOTTEMENT DES MONNAIES PEUT REMPLACER LES  PROTECTIONS DOUANIERES

 

Le débat sur le protectionnisme a été rouvert en Europe par la crise , singulièrement la  crise de l'industrie européenne, laquelle perd chaque jour un peu plus de sa substance.

Deux grands pays s'y opposent : l'Allemagne et la Grande-Bretagne, pour des raisons différentes.

L'Allemagne parce que son potentiel industriel et surtout sa capacité à contenir la hausse des coûts de production, combinés avec  la facilité pour sous-traiter dans les pays à bas salaire de l'Est,  lui permettent pour le moment de résister, mieux que d'autres,  au choc de la concurrence  asiatique . Même si certaines de ses branches industrielles, comme la sidérurgie, dépérissent aussi .

Les Allemands se gaussent volontiers  des tendances protectionnistes des Français, oubliant qu'au XIXe siècle le grand théoricien du protectionnisme, Friedrich List était allemand et celui du libre-échange, Frédéric Bastiat, français ! L'industrie allemande n'aurait pu connaitre l'essor qui fut le sien au temps de Bismarck sans une solide protection douanière.

Les Anglais, eux ont  une vraie tradition libérale et s'opposent au protectionnisme par doctrine; mais il faut savoir que  le flottement de la livre leur  permet de se défendre mieux que les autres de la concurrence.

Le débat sur le protectionnisme ne serait sans doute pas revenu à la surface sans la contrainte de l'euro: presque tous les pays de la zone euro ( sauf l'Allemagne) n'affrontent pas la concurrence internationale dans des conditions de marché normales du fait que  la plupart doivent subir le handicap  d' une monnaie surévaluée, un euro fort qui est sans doute à la mesure  de l'Allemagne mais pas à la leur. Il est donc vain de les taxer de "frilosité" car ce dont ils pâtissent, ce ne sont pas à proprement parler de l'ouverture internationale et  des  lois du marché  mais d'une situation monétaire artificielle qui précisément échappe aux lois du marché.

En effet, le libre-échange mondial serait beaucoup plus facile à supporter si  tous les pays pouvaient le faire en ajustant en permanence ou à intervalles réguliers, leur taux de change  à leur compétitivité réelle, cette compétitivité ne résultant pas seulement de leur  potentiel industriel et de la qualification  de leur  main d 'œuvre mais aussi de leur capacité à contenir l'inflation  intérieure.

 

Rétablir l'  équilibre extérieur est toujours possible si la variable monétaire est maîtrisée

 

Dans quelque situation qu'un pays se trouve sur le plan  de ses échanges extérieurs, un changement de parité  pourra toujours lui permettre de rétablir l'équilibre : une réévaluation de sa monnaie s'il est excédentaire, une dévaluation s'il est déficitaire.

Et de fait, le meilleur taux de change est sans doute celui qui  permet tout simplement à chaque pays  d'avoir des comptes extérieurs en équilibre

Ces ajustements peuvent certes être douloureux: une dévaluation renchérit le coût des produits importés, en particulier le pétrole, et donc , à très court terme, diminuera le pouvoir d'achat. Mais il ne s'agit là que d'une opération vérité : une monnaie surévaluée  donne toujours aux habitants d'un pays une rente imméritée - ayant pour contrepartie le ralentissement de la croissance et le chômage. La dévaluation, dans ce cas, n'est qu'un retour  au réel, douloureux mais nécessaire. Et d'autant plus facile à supporter qu'elle se traduira presque toujours  à brève échéance ( six mois  environ) par une relance de l'économie  .

C'est dire que si tous les pays retrouvaient une pleine liberté de fixer leurs taux de change ( nous réservons le cas particulier des Etats-Unis qui ne  sont pas tenus, du fait du rôle particulier  du  dollar, d'équilibrer leurs échanges extérieurs ) , les protections douanières ne seraient pas nécessaires, en tous les cas pour maintenir les grands équilibres. Un glissement de la monnaie  leur permettrait de vendre moins cher sur le marché mondial et donc à la fois de vendre plus et de maintenir certains secteurs menacés, au moins ceux qui se trouvent  proches du seuil de compétitivité.

Il est fréquent que ceux qui se plaignent du tout-marché, ont  en réalité, si l'on regarde bien,  à se plaindre en réalité des  entorses au marché. La logique du marché exige souvent, pour être pleinement efficace,  d' être poussée jusqu'au bout. Les Français trouveraient   la mondialisation plus "heureuse" si le taux de change de leur monnaie  (qui ne serait donc plus l'euro) était fixé , lui aussi, par le marché , ce qui n'est pas le cas , on le sait, dans le cadre contraint de l 'euro.

Si le protectionnisme n'est pas nécessaire à l'équilibre des échanges extérieurs, il peut  l'être en revanche à un Etat  qui voudrait  protéger certains secteurs stratégiques.

Le rééquilibrage des échanges au moyen  d'une dévaluation peut se faire par le dopage de certaines productions de faible niveau technique ( par exemple les produits agricoles ). Mais il  n'est pas incompatible, en théorie,   avec le sacrifice de  certains secteurs   prometteurs mais insuffisamment  développés  qui , même avec une monnaie dévaluée,  ne sont toujours pas compétitifs. Il est alors normal que la puissance publique, par souci du long terme,   veuille protéger ceux-ci  par des mesures adaptées : droits de douane ou contingents .

Un autre motif de protection particulière, dont il faut bien dire qu'il n'a hélas pas beaucoup préoccupé nos gouvernants depuis trente ans, est le  maintien de certains savoir-faire qui risquent de disparaître si les branches concernées  s'évanouissent complètement. Il ne faut pas insulter l'avenir en  passant trop vite à la trappe  ces savoirs. Il n'  aurait pas été inutile par exemple de conserver , comme témoin du passé et précaution  pour l'avenir, une ou deux mines de charbons sur le territoire français. De même qu'on ne saurait  imaginer que la France abandonne complètement toute  activité sidérurgique, ce qui est aujourd'hui un risque plus que sérieux.

Nous n'ignorons pas que les règles  tant de l'OMC que du Conseil de la concurrence de l'Union européenne s'opposent à de telles  politiques sectorielles et même à toute  politique industrielle, ce qui est regrettable.

Il y a  encore d'autres  raisons de faire quelques  exceptions au libre-échange  , par souci d'aménagement du territoire et d'équilibre régional. Malheureusement, la pression internationale et l'impéritie de nos gouvernements  tend à ce que ces préoccupations soient aujourd'hui perdues de vue  au point que la France, vieux pays agricole s'il en est,  pourrait un jour prochain n'avoir plus d'agriculteurs.

Le libre-échange et la protection ne  sauraient, quoi qu'il arrive, être tenus pour des absolus. Ce sont les touches d'un clavier sur lequel chaque pays doit  jouer la partition qui lui semble la plus propice à son intérêt national, à court terme mais aussi à long terme.

 

                                                                                   Roland HUREAUX

 

                                                 

Partager cet article

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article

commentaires