Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Roland HUREAUX

MrHureaux

Recherche

Articles Récents

Liens

2 février 2016 2 02 /02 /février /2016 18:07

Publié dans Boulevard Voltaire

La visite du président de la République iranienne Hassan Rohani a affolé les boussoles européennes.

Les Italiens se sont ridiculisés au-delà de tout ce qu'on pouvait imaginer en couvrent de panneaux les statues antiques nues que l'on trouve dans les rues de Rome, pour ménager la pudeur du visiteur. Apparemment, les feuilles de vigne ne suffisaient pas !

Les Français ne sont pas en reste, mais en sens inverse. Contrairement à tous les usages, la visite du président iranien n'a pas donné lieu à un déjeuner officiel parce que le président Hollande voulait qu'il y ait du vin à table. Cette exigence nous parait contraire aux lois de l'hospitalité qui commandaient que le président s'adapte à son hôte.

Edouard VII, modèle de bonnes manières royales, s'était mis à manger un pigeon avec les doigts pour se mettre au diapason du maradjah qu'il recevait et qui ne savait pas faire autrement.

Qui imagine que le général de Gaulle , modèle de courtoisie lui aussi , quand il recevait Ben Gourion, président israélien, lui aurait imposé un repas non casher ?

Mais il semble que le laïcisme passe avant les lois de l'hospitalité.

Pourtant le même Hollande, quand il s'était rendu Riyad en début de mandat, y avait fait un éloge aussi excessif que ridicule de la religion musulmane. Plus récemment Valls y est allé en visite , sans faire la fine bouche, en pleine vague de décapitations.

On est étonné des scrupules œnologiques du président français quand on sait que tant de mairies socialistes servent des repas hallal à tous . Et quand Anne Hidalgo reçoit des centaines de musulmans à la Maire de Paris pour la fête de l' Aïd el-Fitr, y sert- elle aussi du vin ?

Et si le président français voulait marquer ses distance vis à vis de l'Iran au sujet des droits de l'homme, n'avait-il pas d'autres moyens que de mettre des boissons alcoolisées au menu ?

Donald Trump a pu récemment s'interroger sans être démenti sur la santé mentale d' Angela Merkel , au vu de sa politique migratoire . Mais il est clair que la visite de Hassan Rohani en a fait disjoncter d'autres .

Jupiter dementat quos vult perdere. Jupiter rend fous , disaient les Latins, ceux qu'il veut perdre. Jean Paul II a laissé entendre que la où, il n'y avait plus la foi, la raison aussi pouvait se perdre.

Il est clair que l'Europe a aujourd'hui, pas seulement en matière protocolaire , des problèmes d'orientation.

Roland HUREAUX

Partager cet article

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article

commentaires