Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Roland HUREAUX

MrHureaux

Recherche

Articles Récents

Liens

31 mai 2015 7 31 /05 /mai /2015 19:17

APRES LES ELECTIONS DEPARTEMENTALES : MALGRE UN BEAU SUCCES , L'UMP N'A PAS ENCORE GAGNE LA PARTIE

L'UMP a annoncé une grande victoire à la suite des élections départementales de mars 2015. Elle n'a pas eu tort mais les dangers ne sont cependant pas écartés pour elle.

L' annonce se fonde sur le fait que , réunie à ses alliés de la droite classique, elle arrive, avec 36,6 % des voix au 1er tour, à obtenir 2396 sièges et 67 présidences : la plus belle rafle jamais réalisée sur ce type de collectivités ( à un moment où on veut la faire disparaître ! ). La gauche dans son ensemble , au même niveau en voix : 36, 7 % toujours au 1er tour n' obtient que 1533 sièges et 30 présidences. Le FN, avec 25,24 %, n'a que 58 sièges et aucune présidence. La droite passe ainsi de 41 à 66 présidences tandis que la gauche chute de 57 à 30.

(Sur un total de 4108 conseillers, restent 45 à la couleur indéterminée qui ont aussi été élus).

La droite classique se trouve en même temps largement devant le FN en voix.

Mais l'essentiel de cette remontée de la droite classique en voix a un caractère optique : elle vient du fait que les résultats la présentent dans les résultats officiels comme un bloc , alors que l'UMP et l'UDI étaient candidates séparément aux européennes de 2014.

Même s'il n'apparait plus comme "le premier parti de France", le FN se maintient en pourcentage: 24,85 % aux européennes et 25, 24 % au premier tour des départementales, et gagne en valeur absolue 429 410 voix. Cela bien que ce type de scrutin où le facteur personnel et la connaissance des candidats par les électeurs du canton lui soit moins favorable. On peut considérer comme un exploit qu'il ait réussi, pour la première fois, à présenter des candidats dans presque toute la France, même si beaucoup n'étaient que des noms sur un bulletin.

Que le FN ait pâti de son isolement au point de ne remporter en définitive , à l'encontre de ce que certains de ses cadres attendaient , que peu de sièges et pas de présidence n'est pas vraiment une surprise.

La droite classique, et premier lieu l'UMP, que le mode de scrutin favorisait a remporté en sièges et quant au nombre de présidences, une victoire bien plus sensible qu'en voix.

Mais elle est toujours au coude à coude avec la gauche prise dans son ensemble, que le mode de scrutin, favorable aux sortants favorisait encore davantage que l'UMP-UDI.

Moins de la moitié des électeurs se sont exprimés lors des deux scrutins étudiés. On ne sait ce que deviendraient ces résultats avec une participation beaucoup plus élevée.

On ne saurait oublier non plus les divisions de l'UMP et du centre ni leur difficulté à faire un programme qui exprime un vrai renouvellement des idées. Les autres partis rencontrent il est vrai les mêmes difficultés mais c'est le principal parti d'opposition qui est d'abord attendu sur ce terrain.

Malgré un beau succès, et le rejet de la gauche par près de deux électeurs sur trois, l'UMP n'a pas encore gagné la partie.

Roland HUREAUX

Partager cet article

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article

commentaires