Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Roland HUREAUX

MrHureaux

Recherche

Articles Récents

Liens

13 avril 2015 1 13 /04 /avril /2015 15:36

Les propositions de François Fillon dévoilées mercredi 25 février ont plutôt été bien reçues par les experts en immobilier. Plus globalement et à travers la structure Force républicaine -qu'il a créée-, François Fillon montre bien son ambition d'être particulièrement productif sur le plan des idées. Quels gains pourrait-il tirer de cette stratégie, alors que ses concurrents à l'UMP apportent souvent une vision avant un programme sur lequel s'appuyer ?

Se montrer comme une force de propositions sérieuses me paraît une excellente stratégie où, au demeurant, François Fillon valorise son image d'ancien premier ministre , c'est à dire de quelqu'un qui est , par sa fonction, près des réalités.

Plus généralement, cela reste la grande force de l'UMP d'être capable, plus que les autres forces de l'opposition, de faire de propositions sérieuses, appuyées sur des réseaux étendus et expérimentés dans l'appareil d'Etat. Entre un parti socialiste qui fait surtout de l'idéologie et un FN qui n'a pas ces réseaux , ou du moins pas encore, il y a là une carte à jouer.

Vous dites que ses concurrents ont fait le choix de présenter une vison d'abord et un programme ensuite. Je ne vois pas encore quelle est cette vision

D'autant qu'on ne voit pas, dans ce monde de grandes simplifications médiatiques, ce que ce mouvement pourrait proposer qui lui soit propre: la lutte contre l'islamisme ? elle est préemptée par le FN; les valeurs républicaines ? elles sont préemptées par la gauche . Il resterait le gaullisme mais c'est encore un sujet tabou.

S'agissant des propositions de François Fillon sur le logement, elles me paraissent dans l'ensemble bonnes.

Je dirais pour ma part que ce n'est pas seulement la loi Alur qu'il faut supprimer mais aussi la loi SRU qui sont des usines à gaz.

La prestation unique est une excellente idée à resituer dans une refonte totale de notre système de prestations sociales qui est ressenti aujourd'hui comme profondément injuste.

D'autres propositions ne sont pas nouvelles en soi : baisser les plafonds de ressources et systématiser les surloyers, c'était déjà le but de la loi Boutin de 2009 : n'aurait -il pas été atteint ? J'y vois cependant un danger : renforcer l'effet ghetto, aujourd'hui au cœur du débat public , alors qu'il faudrait au contraire promouvoir la mixité sociale à tous les niveaux.

Faciliter la vente des HLM aux locataires pourrait être une mesure révolutionnaire, une vraie rupture. Malheureusement , cette proposition a figuré dans tous les programmes de l'UMP depuis vingt ans et n'a jamais eu de suite . Pourquoi ? Parce que les sociétés HLM bloquent . Il faut dés lors passer outre, en ouvrant un véritable droit au rachat unilatéral en faveur de locataires. C'est ce qu'a fait Margaret Thatcher il y en son temps et , je rappelle que ce fut le seul aspect populaire de son programme ultralibéral.

En matière de logement, François Fillon aurait pu faire deux autres propositions, plus politiques : freiner l'immigration et relancer l'aménagement du territoire , abandonné par la gauche, pour relâcher la pression sur la région parisienne.

Il y a aussi un problème spécifique du logement des jeunes qui n'est pas traité.

A quelles faiblesses inhérentes à la position de François Fillon cette stratégie peut-elle répondre ?

Je ne parlerai pas de faiblesse. Mais par cette ligne, François Fillon se positionne là où les autres ne se positionnent pas : le concret, le sérieux. Les autres candidats , en tous les cas Sarkozy et Juppé, ont une image plus forte, plus nette dans l'opinion , vraie ou fausse, qu'importe ; la sienne a moins de relief; il ne pourra rien y changer ; il faut donc qu'il trouve un autre créneau. Il le fait de cette manière et c'est très bien.

Si cette dernière est particulièrement mise en valeur dans une séquence où la droite semble effacée, cette stratégie est-elle viable dans le temps ?

Cette stratégie me parait tout à fait viable tant que les autres ne le suivent pas. Et s'ils le suivent, il leur sera difficile de proposer des choses très différentes; il aura le bénéfice de la primeur.

En étalant la présentation de son programme sur plusieurs mois, il pourra en outre retenir l'attention plus longtemps.

Il profite aussi, ce faisant, d'une époque où les propositions sont encore audibles; dans les derniers moins avant l'élection, on n'écoute plus que les petites phrases, les effets de manche , on scrute les sondages.

Quelles en sont les limites ? Comment François Fillon devra-t-il s'adapter lorsque les autres candidats UMP proposeront également un projet ?

Attendons ces projets. Sarkozy est l'homme des phrases chocs. Il se peut que, avec des idées guère différentes de celles de Fillon, il se rattrape par quelques propositions , pas forcément approfondies, mais polémiques et qui, par là, frapperont l'opinion.

Des propositions polémiques, il n'est pas sûr que Fillon puisse à ce jour se les permettre.

Mais les uns et les autres sont aujourd'hui contraints par le logiciel de l'UMP qui s'inscrit dans le cadre limitatif de l'euro et qui est tributaire d'une doxa néolibérale que le gouvernement Valls est en train de préempter, par exemple au travers de la loi Macron . L'UMP ne pourra pas se permettre de dire pendant deux ans, comme elle l'a dit sur cette loi : le gouvernement va dans le bon sens, mais il faut aller plus loin, d'autant que je ne suis pas sûr que l'opinion considère que ce soit le bons sens. La pauvreté en idées des think tanks de droite, devenus pour la plupart des officines idéologiques ultralibérales, risque d'être également un facteur limitatif. Les uns et les autres devront trouver autre chose. Et ce n'est pas encore fait, ni près.

D'après ses dernières propositions, semble-t-il davantage pencher vers la droite, le centre ? Comment François Fillon peut-il résoudre à sa manière le dilemme de l'UMP qui tangue entre le centre et la droite de la droite ?

Ces propositions me paraissent bien positionnées entre la droite de la droite et le centre. C'est peut être même leur défaut car elles ne contiennent aucune provocation : on en parlera donc moins.

Mais je vous redis que la carte forte de l'UMP est celle-là : le refus des simplifications idéologiques de la gauche et des effets de manche de l'extrême droite, le sérieux des propositions qui , de manière subliminale , expriment un message important : l'UMP est plus à même que quiconque de tenir les rênes de l'appareil d'Etat.

Partager cet article

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article

commentaires