Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Roland HUREAUX

MrHureaux

Recherche

Articles Récents

Liens

13 avril 2015 1 13 /04 /avril /2015 15:37

Parmi les attentes des électeurs de droite, lesquelles sont suffisamment fédératrices pour pouvoir servir de dénominateur commun à toutes les composantes sans raviver de tensions ?

Depuis la Révolution française la droite associe le conservatisme et le libéralisme. Depuis quelques temps, une certaine la droite semble avoir perdu de vue la dimension conservatrice. On le voit par la fascination de certains membres des partis de droite pour la réforme territoriale ou la loi Macron, qui sont en fait des lois de destruction : destruction des cadres territoriaux, des institutions, des professions réglementées, et, en fait, des classes moyennes. La droite n'a pas pris conscience que ce processus de destruction institutionnelle est extrêmement anxiogène pour la majorité des Français, et qu'il est l'une des principales explications de la montée du Front National, plus à mon sens que l'islamisme ou l’augmentation de la délinquance.

La droite aurait du combattre bien plus la réforme territoriale, d'autant que cette réforme coûtera en réalité, plus cher aux Français que l'organisation précédente.

Les Français, et les électeurs de droite en ont assez du changement perpétuel, dont ils ont l'impression qu'il ne fait qu'aggraver les choses, et la droite doit absolument revenir à des valeurs de stabilité. On a entendu des élus de l'UMP dire qu'ils s'opposaient à la loi Macron car elle n'allait pas assez loin dans les réformes: c'est absolument le contraire de ce qu'attend aujourd'hui l'opinion.

Aujourd'hui seul le Front National donne l'image , fallacieuse d'ailleurs, de défendre la France telle qu'elle est. Mais la droite classique est aujourd'hui dans une déficience idéologique telle qu' elle se trouve incapable de contrer sur ce terrain la propagande de la gauche.

A quoi pourrait donc concrètement ressembler les grandes lignes du programme de cette alternative ?

La droite doit être le parti du réel contre toutes les idéologies.

Toutes les réformes de la gauche sont idéologiques et déconnectées du réel. On est dans une société de l'image, dans une "société du spectacle" pour reprendre l'expression de Guy Debord. Si la droite joue le même jeu absurde , alors il n'y a plus d'espoir. Si l'on veut garder l'espoir, il faut qu'un discours réaliste émerge, un discours attaché à la réalité et non à l'idéologie.

Il faut par exemple revenir sur les projets de libéralisation de l'organisation pharmaceutique : pourquoi déstabiliser cette profession quand on sait que la toxicomanie actuelle se tourne de plus, en plus vers les produits pharmaceutiques ? Enfin il faut s'attacher aux vraies souffrances du peuple et les comprendre.

Il n'est pas , dans ce contexte, excessif de proposer de revenir sur toutes les réformes de la gauche, car elles sont toutes dictées par une idéologie détachée de la réalité.

Parmi la masse des ambitions, qui aujourd'hui représente le plus ces attentes ? Sur qui peut reposer de manière la plus limpide une alternative qui correspond aux attentes ?

Quant au discours, aujourd’hui personne n'incarne cette alternative. Même les chefs ont prouvé leur vulnérabilité à la fascination idéologique de la gauche "social-libérale".

Celui dont la posture représente le plus la stabilité serait François Fillon, même si sa doctrine semble de plus en plus imprégnée du libéralisme ambiant.

Nicolas Sarkozy doit comprendre que les Français sont fatigués du mouvement permanent. Si l'UMP poursuit dans cette voie, elle poussera ses électeurs vers le Front National.

Alain Juppé en est resté au logiciel de l'après-guerre où on ne remettait pas en cause les réformes de la gauche, mais à l'époque, ces réformes étaient souvent raisonnables et utiles. Aujourd'hui la plupart sont idéologiques et donc , quelque part, folles.

Pourquoi est-il si complexe de voir cette alternative s'enclencher si elle est finalement si clairement définie ?

Le monde occidental, au sens large du terme, est aujourd'hui dominé par un courant culturel de gauche libéral et libertaire. L'opinion publique subit une très forte pression de ce mouvement qui a les faveurs des médias. De ce fait, peu d'hommes politiques ont l'armature intellectuelle pour pouvoir s'y opposer clairement, simplement et de façon convaincante.

Partager cet article

Repost 0
Published by Roland HUREAUX
commenter cet article

commentaires